Ker Mimbantas (chef groupe Maute)

  • Philippines : Un recruteur de l'État islamique arrêté dans le sud du pays

    Imprimer

    Un Philippin soupçonné de recruter de nouveaux combattants pour la branche régionale de l'État islamique a été arrêté dans le sud des Philippines, a annoncé mardi 21 septembre 2021 la police.

    Le suspect, identifié comme Samer Ali, 29 ans, a été arrêté lundi lorsque les forces gouvernementales ont fait une descente dans sa planque à Polomolok, une ville située au pied d'une imposante chaîne de montagnes dans la province du Sud de Cotabato, a annoncé la police.

    Les agents chargés de l'arrestation ont saisi une grenade sur le suspect. Celui-ci est également recherché pour meurtre, selon le commandant de la police provinciale, le colonel Jemuel Siason, qui n'a pas fourni de détails sur le crime.

    L'homme était soupçonné de « faciliter le recrutement de nouveaux membres de l'Etat islamique » dans Cotabato et la municipalité voisine de T'boli.

    Des responsables ont déclaré que les militants islamiques fuyaient fréquemment vers les jungles et les montagnes du sud de Cotabato pour échapper aux opérations militaires.

    En janvier, cinq membres d'Ansar al-Khilafah Philippines (AKP), un groupe militant philippin lié à l'État islamique (EI), ont été tués lors de raids dans le sud de Cotabato. Le même mois, quatre membres de la famille qui auraient travaillé avec l'AKP ont été tués lors d'une autre opération dans la ville de T'boli, selon la police.

    Des militants liés à l'EI ont été accusés d'un siège en 2017 qui a conduit à une bataille de cinq mois avec les forces gouvernementales, laissant la ville méridionale de Marawi en ruines. Des militants de l'AKP auraient participé aux combats.

    Alors qu'environ 1 200 militants, forces de sécurité et civils ont été tués dans la bataille qui s'est terminée en octobre 2017, les autorités ont déclaré que ceux qui se sont échappés se sont répandus dans Mindanao dans le sud et ont entrepris de recruter des combattants musulmans dans ce pays à majorité catholique.

    Rommel Banlaoi, analyste antiterroriste à l'Institut philippin de recherche sur la paix, la violence et le terrorisme, a déclaré que la récente chute de l'Afghanistan aux mains du mouvement islamique taliban pourrait amener les jihadistes qui se battaient en Afghanistan à rejoindre certaines parties de l'Asie du Sud-Est, y compris le sud des Philippines.

    « Ils peuvent postuler en tant que réfugiés pour pénétrer aux Philippines », a déclaré Banlaoi.

    Pendant ce temps, Banlaoi a identifié le nouveau chef du groupe islamique radical  "Maute" comme étant le commandant Ker Mimbantas, également connu sous le nom de commandant Zacaria. Les Mautes ont participé au siège de Marawi.

    Mimbantas, un militant de haut rang de Maute, compte plus de 40 adeptes, dont certains travaillaient avec les planificateurs du siège de Marawi, selon Banlaoi.

    « Récemment, le groupe de Mimbantas s'est heurté aux militaires dans la ville de Munai, dans la province de Lanao del Norte. En outre, ils ont publié une vidéo de leur entraînement », a déclaré Banlaoi.

    L'unité de renseignement militaire dans le sud a déclaré avoir vu une copie de la vidéo de l'entraînement et sont en train de l'analyser.