Kayhan (journal ultra-conservateur iranien)

  • Emirats Arabes Unis / Iran : Un journal iranien juge Abou Dhabi "cible légitime"

    Imprimer

    Les Emirats arabes unis sont devenus une "cible légitime" pour les forces pro-Téhéran, après que le pays du Golfe a conclu un accord historique avec Israël pour normaliser leurs relations, a affirmé samedi un journal ultra-conservateur iranien.

    Les Emirats et l'Etat hébreu ont convenu jeudi de normaliser leurs relations, dans le cadre d'un accord historique négocié par les Etats-Unis, salué par les alliés de Washington et d'Israël mais dénoncé par l'Iran, la Turquie et les Palestiniens. Pour le quotidien Kayhan, le porte-voix de la frange ultra-conservatrice du système politique iranien, l'accord est une "grande trahison" de la cause palestinienne.

    "Si (cette décision des Emirats) n'a qu'un seul résultat, ce sera de faire de ce petit pays riche fortement dépendant de la sécurité une cible légitime et facile pour la résistance", peut-on lire dans l'article publié en une du journal. Cet accord, une fois signé, ferait d'Abou Dhabi le troisième pays arabe seulement à suivre la voie de la normalisation des relations avec Israël, après l'Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994.

    De son côté, le président iranien Hassan Rohani a menacé le gouvernement émirati que les calculs entre les deux pays seraient différents si l'accord de normalisation avec l'occupation israélienne était mis en œuvre.

    Rohani a déclaré dans des interventions télévisées que l'accord était une "grave erreur, et nous espérons qu'Abu Dhabi l'abandonnera".

    Il a menacé: "Nous avertissons les EAU de ne pas permettre à Israël de s'implanter dans la région, car nos calculs avec lui différeront à ce moment-là.

    Abou Dhabi a réduit en janvier 2016 ses relations avec Téhéran dans un contexte de vives tensions entre les deux poids lourds de la région: l'Arabie saoudite, proche alliée des Emirats, et l'Iran. Le chef de la diplomatie iranienne a néanmoins entretenu début août avec son homologue émirati, de rares discussions ayant porté notamment sur la coopération dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. En dépit de leurs relations politiques tendues, la République islamique et les Emirats arabes unis, deux pays riverains du Golfe, sont d'importants partenaires économiques, en particulier Dubaï, un géant portuaire qui abrite aussi le plus grand hub aéroportuaire au monde pour les passagers étrangers.

  • Iran: Le président Rohani défend la carte diplomatique face aux critiques de l’aile dure du régime

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Le président Hassan Rohani a défendu lundi l’option du dialogue pour résoudre la crise autour du programme nucléaire iranien, face à des critiques de l’aile dure du régime après la visite surprise du ministère des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif en France.
    « Je pense que nous devons utiliser tous les outils pour (servir) les intérêts nationaux », a affirmé le président Rohani dans un discours retransmis en direct par la TV d’Etat. « Si je sais que je vais à une réunion susceptible de conduire à la prospérité dans mon pays et de régler les problèmes des gens, je n’hésite pas », a-t-il ajouté. « L’essentiel est l’intérêt national », a-t-il insisté sous les applaudissements du public, lors d’un évènement marquant les réalisations du gouvernement dans les zones rurales.
    Le gouvernement iranien fait face à des critiques après la visite surprise de M. Zarif à Biarritz en marge du G7. M. Zarif a rencontré des représentants de trois pays européens – Allemagne, France et Grande-Bretagne- signataires de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015. Cet accord a été dénoncé par les Etats-Unis, qui ont réimposé des sanctions économiques étouffant l’Iran.
    « Malvenu »
    L’administration du président Donald Trump applique une politique de pression maximale sur Téhéran, qui a répliqué en se libérant progressivement des limitations de son programme nucléaire prévues par l’accord.
    Lundi, le journal ultraconservateur Kayhan a qualifié de « malvenu » le déplacement de M. Zarif en France. Kayhan a jugé que le fait qu’il s’agisse de la deuxième visite de ce responsable en France en quelques jours envoyait « un message de faiblesse et de désespoir ». Ces démarches « sont entreprises dans l’optique imaginaire d’une ouverture mais cela ne donnera aucun autre résultat que davantage d’insolence et de pression » de la part des Etats-Unis, a critiqué le journal.
    Le représentant du guide suprême au sein des Gardiens de la révolution islamique a aussi jugé ces efforts vains. Leur « hostilité envers la Révolution islamique et ce conflit sont sans fin; on ne peut parvenir à une solution ou une réconciliation par (…) le dialogue », a dit Abdollah Haji-Sadeghi. « Nous ne devrions pas nous attendre à quoi que ce soit d’autre que de (…) l’hostilité », a-t-il affirmé selon l’agence semi-officielle Isna.
    « Deux mains »
    En revanche, dans le journal réformiste Etemad, la visite de M. Zarif est jugée comme le « moment le plus prometteur » depuis le retrait unilatéral de Washington de l’accord il y a 15 mois.
    La montée des tensions entre l’Iran et les Etats-Unis, avec des attaques mystérieuses sur des navires dans la région stratégique du Golfe, des drones abattus et des pétroliers saisis, a fait craindre une escalade incontrôlable.
    Tout en défendant le dialogue, le président Rohani s’est dit en faveur d’un usage concomitant de la manière forte. « S’ils saisissent notre navire quelque part (…), nous négocions (…) et nous pouvons aussi saisir leur bateau pour des raisons légales », a-t-il dit. Il faisait référence à un pétrolier iranien saisi au large de Gibraltar et qui a été depuis libéré par les autorités britanniques, et à la saisie par l’Iran le 19 juillet, 15 jours après cet arraisonnement, d’un pétrolier battant pavillon britannique. Ce navire est toujours retenu dans le Golfe. « Nous pouvons travailler avec les deux mains (…), la main de la force et la main de la diplomatie », a-t-il noté. « Nous devons utiliser notre (…)puissance militaire et sécuritaire, notre puissance économique et culturelle et notre puissance politique. Nous devons négocier. Nous devons trouver des solutions ». « Même si les chances de réussite (…) sont de 10%, nous devons nous efforcer et nous lancer », a encore plaidé M. Rohani.

    Lire la suite