Karaj

  • Iran : Un centre de recherche du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique en feu

    Imprimer

    Dans la soirée du 26 septembre, un incendie s'est déclaré dans l'un des centres de recherche du Corps desGardiens de la Révolution Islamique (CGRI) près de la capitale iranienne, Téhéran.

    À la suite de l'incident, trois membres du CGRI ont été blessés. Deux des blessés sont décédés des suites des blessures subies lors de l'incident.

    Les victimes ont été identifiées comme étant Seyed Mortaza Karimi et Hossein Abadi.

    Compte tenu du niveau élevé de sécurité dans les installations du CGRI, aucune information spécifique sur l'emplacement du centre ou ses tâches n'a été révélée. Les CGRI gèrent de nombreuses installations à la périphérie de la capitale. Il a été dit que l'incendie avait éclaté dans un entrepôt du centre de recherche qui visait l'autosuffisance du CGRI.

    Le centre touché par l'incendie pourrait faire partie de l'Organisation du Jihad pour la recherche et l'autosuffisance du CGRI, impliquée dans le développement des armes iraniennes. L'organisation a été sanctionnée par le Trésor américain en 2017 pour "recherche et développement de missiles balistiques".

    Cependant, il n'est toujours pas clair si l'installation était impliquée dans les activités de l'Organisation de recherche et d'autosuffisance du Jihad. 

    Comme il n'y a eu aucun détail sur la raison de l'incident, cela a naturellement provoqué diverses spéculations sur la possibilité d'une opération de sabotage israélienne.

    Juste après l'incident, le 27 septembre, l'ambassadeur d'Israël aux États-Unis et à l'ONU, Gilad Erdan, a affirmé que les États-Unis et d'autres puissances mondiales envisageaient de plus en plus un « plan B » pour arrêter le programme nucléaire iranien.

    « La communauté internationale et les Américains commencent à nous parler davantage d'un plan B sur l'Iran », a affirmé Erdan. « Dans le passé, on estimait qu'il y avait 80 % de chances que [l'Iran] revienne à l'accord [nucléaire de 2015], aujourd'hui, ce chiffre est tombé à environ 30 %.

    « Si l'Iran ne revient pas [à l'accord], cela change toute la situation pour le monde », a-t-il ajouté.

    Plus tôt ce mois-ci, de hauts responsables israéliens et la Maison Blanche ont repris des négociations sur un éventuel « Plan B » et le partage de renseignements axés sur l'Iran. Il n'y a toujours pas de revendications officielles sur ce que le plan alternatif impliquerait.

    Washington et Tel Aviv prévoient des actions « alternatives » contre l'Iran au cas où les pourparlers nucléaires à Vienne échoueraient, sans attendre la reprise des négociations. Le ministère iranien des Affaires étrangères a assuré que les négociations reprendraient à l'automne, car le gouvernement du nouveau président Ibrahim Raisi, qui a remporté les élections en juin, devrait enfin être formé en Iran.

    De son côté, Tel-Aviv menace régulièrement Téhéran. Le mois dernier, le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a évoqué dans ses discours la possibilité d'une intensification des opérations de sabotage.

    « Les États-Unis et Israël partagent des informations de renseignement, et la coopération avec les États-Unis dans ce domaine ne fait que se renforcer. Nous travaillons avec eux afin d'établir un "Plan B" et de démontrer que s'il n'y a pas d'accord, d'autres activités commenceront…»

    Il faut dire que l'Iran ne fait rien pour calmer la situation. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a déclaré que ses inspecteurs s'étaient vu refuser l'accès à un site de fabrication de centrifugeuses à Karaj, près de la capitale Téhéran.

  • Israël : Un navire israélien attaqué dans le nord de l'océan Indien, selon Al-Mayadeen, un organe de presse proche de l'Iran

    Imprimer

    La chaîne de télévision par satellite panarabe .Al Mayadin, proche de l'Iran, a rapporté samedi 3 juillet 2021 qu'un navire israélien avait été attaqué et qu'un incendie se serait déclaré à bord. Le navire se rendait de Djeddah aux Émirats arabes unis. Il s'agirait, selon nos premières informations du CSAV TYNDALL, battant pavillon libérien de la Zodiac Maritime Cy. Il n'y avait pas de personnel israélien à bord et l'attaque n'aurait fait aucune victime.
    E5Y798XWYAQvf4f.jpeg

    Selon un rapport d'Al-Mayadin, citant ses « sources fiables », le navire a été endommagé par « des armes inconnues. Cependant, jusqu'à présent, personne n'a revendiqué la responsabilité de l'incident.

    Un responsable israélien a confirmé que le navire qui a été attaqué dans l'océan Indien appartient à un homme d'affaires israélien.

    Les responsables israéliens de la défense vérifient actuellement si le cargo appartenant à des Israéliens a été attaqué par les forces iraniennes alors qu'il se rendait de Djeddah aux Émirats arabes unis, rapporte la télévision israélienne N12.

    Al-Mayadin a lié l'attaque à une tentative de sabotage qui a visé un bâtiment de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran (AEOI) dans la ville de Karaj, à 40 km à l'ouest de la capitale Téhéran, le 23 juin. La tentative a été déjouée par la sécurité iranienne. L'Iran accuse les renseignements israéliens d'être derrière l'incident.