Kansafra

  • Syrie : Nouvelle vague de frappes aériennes russes dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Tôt jeudi 7 octobre, des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué quatre frappes aériennes sur la région nord-ouest de la Syrie dite du Grand Edleb.

    Les frappes aériennes ont visé la périphérie de la ville de Bsanqul dans le sud de la province d'Edleb. Un réseau de positions défensives de Hayat Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à al-Qaïda, qui contrôle de facto le Grand Edleb, a été pilonné par l'armée russe.

    Plus tard dans la matinée, l'armée arabe syrienne (AAS) a bombardé les villes de Sufuhon, Fleifel, Mantef, al-Ruwaiha, al-Bara et Kansafra avec des obus d'artillerie et des roquettes. Les villes sont situées dans le jebel al-Zawiya, dans la campagne méridionale d'Edleb.

    Les frappes russes et syriennes étaient probablement une réponse aux violations répétées du cessez-le-feu dans le Grand Edleb. 

    De son côté, l'Armée Arabe Syrienne (AAS) se prépare à une éventuelle opération au sol dans le Grand Edleb. L'opération viserait l'autoroute M4, qui relie la ville portuaire de Lattaquié à la ville d'Alep, le principal pôle industriel de la Syrie.

    Une nouvelle opération de l'AAS et de ses alliés conduira presque certainement à une confrontation militaire avec l'armée turque qui maintient plus de 60 positions dans la région. Ankara n'est toujours pas disposée à abandonner la région contrôlée par les islamistes radicaux malgré les récentes attaques contre ses troupes dans la région.

    Un civil tué et 16 autres blessés par des tirs des Forces Démocratiques Syriennes dans la province de Hassakeh
    Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS)  ont ouvert le feu sur des civils dans la région de Nis Tal dans la campagne de Tel Brak, au nord de Hassakeh, tuant un civil et en blessant 16 autres.

    Des sources civiles ont déclaré que "les gens s'étaient rassemblés pour empêcher les FDS de voler le transformateur électrique dans la zone de Nis Tal du district de Tel Brak, mais des groupes d'hommes armés ont encerclé la zone avec des véhicules blindés et ont tiré sur la population, ce qui a tué un civil et blessé 16 autres. Les blessés ont été transférés dans des hôpitaux. » Qamishli pour y être soignés.

  • Syrie : Nouvelles vagues de frappes russes sur la région du grand Edleb contre des positions de Hayat Tahrir ash-Sham

    Imprimer

    Mercredi 22 septembre, des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué au moins neuf frappes aériennes sur la région du Grand Edleb dans le nord-ouest de la Syrie.

    Les frappes aériennes russes ont visé les positions de Hayat Tahrir al-Sham (HTS), l'ancien affilié à al-Qaïda, à la périphérie de la ville de Kansafra, dans le sud de la province d'Edleb. Le groupe islamique radical contrôle de facto toute  la région.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme b(OSDH, un militant de HTS a été tué et plusieurs autres ont été blessés par les frappes aériennes russes.

    Les avions de guerre russes bombardent le Grand Edleb depuis plus d'un mois maintenant en réponse aux violations répétées du cessez-le-feu par HTS et ses alliés.

    Le cessez-le-feu dans le Grand Edleb, négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars 2020, tient à peine. Moscou accuse Ankara de ne pas encore avoir rempli son engagement dans le cadre de l'accord de cessez-le-feu.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan se rendra en Russie et rencontrera le président Vladimir Poutine le 29 septembre. La situation dans le Grand Edleb serait le sujet principal de la visite d'une journée.

    Récemment, un certain nombre de rapports ont fait état d'une opération au sol dans le Grand Edleb engagée par l'armée arabe syrienne et soutenue par la Russie. Une telle opération pourrait provoquer la Turquie qui maintient une force importante dans la région. Cette question pourrait être à l'origine de la prochaine rencontre entre Poutine et Erdogan.

  • Syrie : Les forces aérospatiales russes pilonnent les rebelles dans le Grand Edleb

    Imprimer

    La Force aérospatiale russe (VKS) a mené des frappes aériennes sur des positions rebelles au nord d'Edleb. Au moins quatre frappes aériennes ont été menées.

    Le 9 août, des avions de combat russes ont visé les fortifications des factions armées islamistes et. rebelles soutenues par la Turquie dans la région d'al-Sheikh Baher, dans le nord de la province d'Edleb.

    Dans le même temps, l'artillerie de l'armée arabe syrienne (AAS) a bombardé des positions rebelles dans le sud de la province d'Edleb. Des postes militaires dans les villes d'Ain Rus, Binin et Kansafra dans le jebel Zawiya auraient été pris pour cible.

    Des tirs d'artillerie de l'AAS ont également été signalés dans les villes de Kfar Ta'al, Kfar Amah, dans l'ouest de la province d'Alep.

    La Fédération de Russie est le principal allié du gouvernement syrien.

    L'étroite coopération entre les soldats russes et syriens a une fois de plus été démontrée par les récents entraînements conjoints près des lignes de front autour de la région nord-ouest syrienne du Grand Edleb.

  • Syrie : Les forces du régime bombardent la province d'Edleb contrôlée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham

    Imprimer

    Les forces du régime syrien ont bombardé, vendredi,  un certain nombre de zones de la province nord-ouest d'Edleb, un jour après que la Turquie, la Russie et l'Iran aient négocié un retour au calme dans la région.

    Des sources locales ont déclaré que les forces du régime avaient tiré des obus d'artillerie lourde et des missiles sur les villes de Kansafra, Al-Fateera, Sufuhn, Fulayfel, Al-Ruwayjah, Bénin et Al-Bara dans la banlieue sud d'Edleb.

    Selon les sources, le bombardement du régime syrien a coïncidé avec un survol de la région par des avions russes en mission de reconnaissance.

    Mercredi 17 février, les garants du processus d'Astana avaient pourtant assuré dans leur déclaration finale qu'après avoir examiné en détail la situation dans la zone de désescalade d'Edleb, ils réitéraient la nécessité de maintenir le calme sur le terrain en mettant pleinement en œuvre tous les accords sur Edleb.

    Il y a quelques jours, les forces du régime avaient bombardé Jabal Al-Zawiya, au sud d'Edleb, tuant une femme et son fils.

  • Syrie : L'armée du régime a éliminé un chef de haut rang de la rébellion dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Nowruz al-Hamdo.jpgJeudi 8 octobre, l'armée arabe syrienne (AAS) a éliminé un commandant des rebelles syriens pro-turcs dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Selon des sources de la rébellion, le commandant, Nowruz al-Hamdo (photo), a été tué lors d'une attaque à la roquette à Kansafra, sa ville natale, au sud de la province d'Edleb. Des membres de la famille de Nowruz al-Hamdo auraient été blessés lors de cette attaque.

    Al-Hamdo, qui est connu sous le nom de guerre "Abu Haidara", était un haut commandant militaire de la brigade Souqour al-Jabal (Faucons de la montagne).

    Cette faction fait partie du Front national de libération (FNL), une coalition soutenue par la Turquie et basée dans le Grand Edleb. La coalition est alliée au groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Sham et à de nombreux autres groupes affiliés à Al-Qaida au sein de la salle de commandement d'Al-Fateh al-Mubin.

    L'élimination d'al-Hamdo est un coup dur pour les factionspro-turques dans le Grand Edleb.

    La situation dans le Grand Edleb est stable actuellement. Toutefois, ceci pourrait changer alors que la Turquie ne respecte pas les engagements pris dans le cadre de l'accord du 5 mars avec la Russie, selon lequel tous les terroristes doivent être éliminés de la région.

     

  • Syrie : Bombardements et attaques terroristes dans le nord-ouest du pays

    Imprimer

    L'échange de tirs d'artillerie entre l'armée arabe syrienne et les rebelles soutenus par la Turquie se poursuit dans le sud de la région du Grand Edleb :

    L'artillerie des rebelles pro-turcs s a bombardé les positions de l'armée syrienne (AAS) dans la région de Kafr Halab, ainsi que dans les régions de Maarat al-Numan, Kafr Nubl et Hizarin ;
    De son côté, l'artillerie de l'armée syrienne a bombardé les positions des rebelles pro-turcs dans les villages de Fatterah et Kansafra ;
    Deux hommes armés non identifiés ont attaqué le département de la sécurité criminelle du gouvernement de salut public à Edleb, blessant deux gardes. L'un des attaquants a été tué.
    Dans l'ouest de la province d'Alep, des tireurs non identifiés ont abattu le commandant de la Sham Corps (Légion levantine), Mohammed Mustafa at-Tahir, nom de guerre "Abu Khanjur", dans la ville de Tal Adah. Les auteurs du meurtre, qui étaient à moto, ont réussi à prendre la fuite.

  • Syrie : L'armée arabe syrienne (AAS) pilonne les positions des rebelles au sud de la province d'Edleb

    Imprimer

    L'artillerie de l'AAS a pilonné les villes de Kansafra, al-Bara, Fatterah, Sufuhon et Fleifel. L'armée utilise des obusiers lourds et des lance-roquettes. Aucune perte n'a encore été signalée à la suite de ces frappes.
    L'AAS a débuté ses tirs d'artillerie sur le sud de la province d'Edleb après l'attentat suicide du 14 juillet. L'attaque avait visé une patrouille mixte russo-turque sur l'autoroute M4. Au moins trois membres des services russes avaient été blessés.
    L'attaque de la patrouille n'est pas le seul incident à avoir lieu dans le Grand Edleb au cours des dernières 24 heures. Les rebelles ont également bombardé une localité au nord de Lattaquié.
    La Russie et la Turquie ont conclu un accord pour stabiliser le Grand Edleb le 5 mars. Cependant, les rebelles ne respectent pas vraiment l'accord. Certains groupes affiliés à Al-Qaïda tentent même de le saboter.
    Il y a un risque que l'accord de s'effondre, ce qui engendrerait une nouvelle confrontation militaire dans le Grand Edleb.


    Une offensive imminente des forces du régime contre la province rebelle d'Edleb avec le soutien de la Russie
    Plusieurs signes font présager l'imminence d'une attaque de grande envergure dans la province d'Edleb. Tout d'abord, on a constaté que le 5ème corps, sous commandement russe, a quitté la province de Deir ez-Zor pour celle de Raqqa. Ces troupes, qui étaient stationnées dans le secteur d'al-Mayadin, dans la province de Deir ez-Zor, ont pratiquement achevé leur mouvement. 
    La 4ème division, l'une des meilleures divisions du régime, a transmis ses check points à d'autres forces. Les unités du régime qui étaient basées dans la ville de Deir ez-Zor ont également pris la direction de la province de Raqqa.
    La Russie n'a laissé que les éléments de ses forces de sécurité et quelques troupes dans la province de Deir ez-Zor mais le gros des troupes russes ont quitté leurs campements pour gagner les provinces d'Edleb et de Raqqa.
    Il est probable que le vide laissé par les forces du régime et l'armée russe dans la province orientale de Deir ez-Zor soit comblé par les éléments pro-iraniens, nombreux dans la région.