Kaldar (district de la province de Balkh)

  • Afghanistan : Le ministère afghan de la défense affirme que des dizaines de talibans ont été tués et blessés lors de combats 

    Imprimer

    Des combats toute la journée du lundi 19 juillet
    Les affrontements se sont poursuivis, lundi 19 juillet 2021, dans tout le pays. La situation reste tendue dans la province de Parvan, où les combattants talibans se sont rapprochés de la capitale Kaboul qui reste sous contrôle gouvernemental. De 19H00 dimanche au lundi 07H00, le gouvernement afghan a enregistré 46 attaques des talibans dans 18 provinces et 26 districts à travers le pays.

    Le 19 juillet, les talibans ont capturé le district de Nejrab, tandis que l'Armée afghane a pris le contrôle de Surkh Parsa à l'est de Kaboul.

    Les Etats-Unis fournissent des hélicoptères d'attaque à l'armée afghane
    Les États-Unis ont fournis de nouveaux hélicoptères d'attaque aux forces gouvernementales, après qu'au moins trois hélicoptères aient été détruits par les talibans ces derniers jours.

    « Les hélicoptères ont été livrés à Kaboul aujourd'hui et doivent être officiellement remis à l'armée de l'air lors d'une cérémonie spéciale. Selon le plan, davantage d'hélicoptères seront livrés en Afghanistan dans les mois à venir », a déclaré le 16 juillet le porte-parole du corps 209 du Shokhin de l'armée nationale afghane (ANA).

    Selon les rapports, 7 hélicoptères UH-60 Black Hawk ont ​​été livrés à Kaboul. Tous sont fournis avec tout l'équipement nécessaire pour une désignation précise des cibles à tout moment de la journée.

    Le nombre d'hélicoptères qui devraient être fournis par le prochain lot n'a pas été dévoilé.
    UH-60M-Black-Hawk.jpeg
    L'armée de l'air afghane semble être le dernier espoir pour Kaboul. Alors que les talibans progresent dans tout le pays, les frappes aériennes de l'armée de l'air infligent de lourdes pertes humaines et matérielles aux talibans. C'est pour contrer la menace que représente les hélicoptères que les talibans utilisent des drones kamikazes pour tenter de les détruire au sol. 

    Le ministère afghan de la défense revendique avoir mis hors de combat des dizaines de talibans
    Des dizaines de talibans ont été tués samedi 17 juillet lors de frappes aériennes et de multiples combats en Afghanistan, selon des déclarations du ministère afghan de la Défense.

    Dans un communiqué, le ministère a révélé que 18 militants avaient été tués et 24 autres blessés, dans la province orientale de Kapisa, après que l'armée de l'air afghane ait lancé des frappes aériennes en soutien aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes dans les banlieues voisines de Tageb et Nejrab. 

    Il a également annoncé que "20 combattants talibans avaient été tués et huit autres blessés, lors d'une opération de nettoyage menée par les Forces terrestres d'autodéfense à la périphérie de Lashkar Gah, la capitale de la province méridionale d'Helmand". Par ailleurs "15 militants talibans ont été tués et six autres blessés dans la province septentrionale de Balkh, à la suite d'une frappe aérienne" des forces afghanes dans le district de Kaldar.

    Le communiqué du ministère a déclaré qu'"un véhicule appartenant aux talibans et un grand nombre d'armes et de munitions ont été détruits lors des récentes attaques".

    Province de Ghazni
    Le district de Malistan disputé entre le gouvernement et les talibans
    La localité de Malistan, située à l'ouest de la province de Ghazni, avait été reprise dimanche 18 juillet par les forces gouvernementales aux talibans, mais elle est à nouveau tombée entre leurs mains

    Amanullah Kamrani, chef adjoint du conseil provincial de Ghazni, a déclaré lundi que les forces gouvernementales, les "soulèvements populaires" et les habitants avaient libéré dimanche le centre du district de Malistan des talibans.

    Les talibans ont cependant nié cette information et affirmé que le district de Malistan de la province de Ghazni était toujours sous leur contrôle.

    Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a déclaré que les efforts du gouvernement pour s'emparer du district avaient échoué.

    Il semble, en fait, qu'après la reprise du district de Malistan par les forces gouvernementales, les talibans ont de nouveau attaqué Malistan depuis les districts d'Uruzgan et d'Ajristan.

    Les talibans ont attaqué le district de Malistan le 19 mai. La localité était tombée trois jours après le début des combats. Malistan avait été l'un des trois districts les plus sûrs de la province de Ghazni ces dernières années.
    204193296_355163862708995_2030735028620870694_n.jpeg

    Province de la Kapisa
    Le centre du district de Nejrab est tombé aux mains des talibans. Vidéo de sites pro-talibans.

    Province de Samangan
    Les responsables de la sécurité ont annoncé la reconquête du district de Dara-e-Suf dans la province de Samangan.

    Mohammad Hanif Rezaei, porte-parole du 209e corps Shaheen, a affirmé dans un message aux médias que les forces de sécurité afghanes avaient libéré le district du contrôle des talibans, lundi matin 19 juillet.
    zjL0Et2o.jpeg

     

     

  • Tadjikistan : Les talibans menacent déjà  les frontières entre l'Afghanistan, le Tadjikistan et l'Ouzbékistan

    Imprimer

    Des dizaines de localités et de bases militaires occupées, des centaines de morts et de blessés - les talibans accélèrent le rythme de leur offensive en Afghanistan. Des régions entières du pays sont déjà passées sous leur contrôle. Les talibans n'ont pas mis longtemps à profiter de la décision des États-Unis de laisser l'armée afghane seule face aux islamistes radicaux. 

    Selon les dernières données, les talibans se sont emparés d'environ 60 comtés en peu de temps, et dans la plupart des cas, même sans affrontements sérieux, les troupes gouvernementales démoralisées ont simplement fui devant les islamistes s qui progressent vers les centres administratifs.

    L'administration américaine avait averti les talibans que toute tentative de profiter du retrait des troupes américaines pour lancer une offensive serait sévèrement punie. Cependant, tout s'est passé comme de nombreux experts l'avaient prévu : l'Afghanistan s'est instantanément « embrasée ». Les combats se sont déroulés dans presque tout le pays. Les forces gouvernementales ne cachent plus qu'elles sont incapables de faire face à la pression des radicaux.

    Moscou doute que Washington ait imaginé une évolution différente et soupçonne que derrière le retrait hâtif des troupes américaines se cache un plan américain, de susciter des tensions aux frontières de la Russie. 

    Déjà, les échos des combats acharnés de l'armée afghane avec les unités du mouvement radical taliban ont atteint le Tadjikistan. À en juger par les derniers rapports de la frontière tadjiko-afghane, la situation est extrêmement tendue.

    Le service frontalier du pays a récemment rapporté : à la suite de l'attaque des talibans contre le poste frontière d'Ukchuk dans le district de Kaldar de la province afghane de Balkh, une vingtaine de militaires se sont repliés sur le territoire tadjik. Et le 22 juin, des militants ont attaqué le commissariat de Sherkhan-Bandar dans la province de Kunduz, à la frontière même. Plus de 130 soldats afghans n'ont pu résister, ont abandonné leurs positions et ont demandé refuge au Tadjikistan. Pour des raisons humanitaires et de bon voisinage, les gardes-frontières les ont laissé passer. Au total, l'armée afghane a perdu, au cours des combats à Sherkhan Bandar, une centaine de soldats blessés, tués et faits prisonniers.

    La situation est similaire à la frontière ouzbek-afghane. L'administration du Président de l'Ouzbékistan a fait état de plusieurs tentatives de la part des militaires et des civils de se réfugier à l'intérieur du pays. Le premier incident de ce type s'est produit le 23 juin - 53 personnes voulaient traverser la frontière. Tous ont finalement été renvoyés en Afghanistan. Mais il est déjà évident que le flux de réfugiés ne s'arrêtera pas.

    Il est à noter que les combats dans les provinces du nord du pays en proie à la guerre civile ne se déroulent qu'à 70 kilomètres de l'emplacement de la plus grande installation militaire russe à l'étranger - la 201e base de Kurgan-Tyube.

    Les autorités tadjikes se sont tournées vers l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) pour demander un soutien pour faire face à la situation à la frontière avec l'Afghanistan.

    Jeudi 1er juillet, une réunion du Conseil de l'Assemblée parlementaire de l'OTSC s'est tenue à Douchanbé. Ses participants ont noté la détérioration de la situation à proximité immédiate des frontières sud des États membres de l'organisation, et ont également noté le niveau élevé d'activité militaire en Afghanistan, en particulier dans les provinces du nord.

    Selon le docteur en sciences militaires Konstantin Sokolov, l'OTSC prendra dans tous les cas des mesures de mobilisation et renforcera la présence militaire le long des frontières avec l'Afghanistan. Sokolov a même comparé la situation en Afghanistan à la situation qui prévalait en Syrie. Si la Russie n'était pas intervenue en Syrie, les forces gouvernementales auraient été défaites et le gros des rebelles islamisés se seraient déplacés vers vers les frontières russes. "Ici, c'est la même chose - une menace presque directe pour notre sécurité et celle de nos plus proches alliés", a souligné l'expert.

    Moscou se montre pourtant confiant. Le ministère des Affaires étrangères russes pense qu'après la saison des combats, la situation militaire pourrait se stabiliser, ouvrant ainsi la vois à de nouvelles négociations de paix. L'optimisme russe signifie-t-il que Moscou pourrait plus s'impliquer en soutien du gouvernement de Kaboul après le départ des forces de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis ? C'est ce que la comparaison faite par Sokolov entre l'Afghanistan et la Syrie pourrait laisser supposer. 

    Carte.jpg

     

  • Afghanistan : 14 policiers tués par l'explosion d'une voiture piégée dans la province de Nangarhar

    Imprimer

    Au moins 14 membres de la police de l'ordre public (POP)  ont été tués par l'explosion d'une voiture piégée dans la province de Nangarhar, dans l'est de l'Afghanistan, a déclaré samedi un conseiller local.

    Le membre du Conseil Ajmal Omar a déclaré qu'au moins quatre autres autres personnes avaient été blessées dans l'attentat  survenu samedi matin 30 janvier vers 4h30 du matin.. La base de sécurité a été détruite et de nombreux membres des forces de sécurité étaient enterrées sous les débris.

    Les terroristes ont utilisé un Humvee bourré d'explosifs pour attaquer la base de la police de l'ordre public située dans le quartier de Gandumak du district de Sherzad. Un autre véhicule blindé a été capturé par les forces de police.

    Aucun groupe n'a jusqu'à présent revendiqué la responsabilité de l'attaque kamikaze.

    Les talibans et les militants de l'Etat islamique sont actifs dans la région et lancent parfois des attaques importantes contre les forces de sécurité. 

    Province de Balkh:
    Un responsable de la sécurité nationale a tué dans une explosion dans le district de Kaldar
    La police de Balkh a confirmé qu'un responsable de la sécurité nationale avait été tué par une explosion dans le district de Kaldar, dans la province de Balkh.

    Le porte-parole de la police de Balkh, Adel Shah Adel, a déclaré que l'explosion s'était produite samedi à 9 h 55 dans la capitale du district de Kaldar. Selon Adel, trois civils et un autre soldat ont été blessés par l'explosion d'une mine .

    Aucun  groupe n'a revendiqué la responsabilité de l'explosion jusqu'à maintenant.

    Province de Kandahar : Trois civils  tués par l'explosion d'une mine
    L'explosion d'une mine dans le district de Panjwai, dans la province de Kandahar, a tué trois civils, dont un enfant, samedi matin.
    2021:01:30.jpg