Kairouan

  • Tunisie : Affrontement entre la police et des membres d'une "cellule terroriste" à Kairouan

    Imprimer

    Des hommes armés soupçonnés d'appartenir à une "cellule terroriste" ont échangé des coups de feu avec des membres de la police tunisienne près d'une caserne de la Garde nationale dans la province centrale de Kairouan, selon un communiqué de la police dimanche.

    L'Union tunisienne de la sécurité nationale a déclaré dans le communiqué que les assaillants étaient dans une voiture et ont pris la fuite après que les policiers aient riposté par des tirs "massifs" dans leur direction. 

    Le communiqué laisse entendre que "les auteurs du lâche attentat appartiennent à l'une des cellules terroristes dont le plan de sabotage a été révélé après l'arrestation d'une cellule terroriste ces derniers jours qui opérait entre Sousse (est) et Kairouan". 

    Il a souligné que les unités de sécurité à Kairouan sont en état d'alerte maximale pour arrêter les auteurs de l'opération et tous ceux qui les soutiennent. 

    L'attaque coïncide avec l'anniversaire de l'indépendance de la Tunisie. Elle intervient au milieu d'une crise politique profonde depuis que le président Kais Saied a annoncé en juillet 2021 le gel du parlement et la destitution de l'ancien Premier ministre et le transfert à lui-même des pouvoirs exécutifs dans le pays, ce qui a suscité une forte opposition de la part de la société civile et de plusieurs partis, en particulier le mouvement conservateur islamiste "Ennahda".

    Après la révolution de 2011 qui a renversé feu le président Zine El Abidine Ben Ali, la Tunisie a connu une escalade des activités des groupes armés jihadistes, et le pays a été secoué par des attentats sanglants qui ont fait des dizaines de morts parmi les forces de sécurité et les touristes, notamment deux attentats dans la station balnéaire de Sousse et le musée du Bardo dans la capitale. 

    En mars, une attaque a visé une caserne de l'armée, un commissariat de police, et une autre attaque a pris pour cible la Garde nationale dans la ville de Ben Guerdane (sud-est), tuant 13 membres des forces de sécurité et sept civils, tandis qu'au moins 55 jihadistes étaient éliminés et des dizaines d'autres arrêtés. .

    Les autorités ont attribué l'attaque, entre autres, à des membres de l'Etat islamique venus de la Libye voisine.

    Les autorités tunisiennes affirment avoir fait de grands progrès dans la lutte contre le terrorisme.