Kaiga Kindjiria

  • Nigeria : Les combats fratricides entre jihadistes ont fait des dizaines de morts dans la région du lac Tchad

    Imprimer

    Les luttes intestines entre les deux principales factions djihadistes nigérianes ont fait des dizaines de morts, évoquant la possibilité d'un conflit interne prolongé entre les deux groupes islamiques, ont indiqué mardi à l'AFP des sources civiles et sécuritaires.

    L'État islamique de la Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) est devenue la faction dominante dans le conflit au Nigeria, en particulier après la mort du commandant rival de Boko Haram, Abubakar Shekau, celui-ci ayant déclenché sa ceinture explosive à l'issue d'une réunion houleuse avec des représentants de l'ISWAP..

    Sa mort a marqué un changement majeur dans l'insurrection de 12 ans qui a fait 40 000 morts, mais des sources de sécurité affirment que les fidèles de Shekau ont résisté à la tentative hégémonique de l'ISWAP.

    Les djihadistes de Boko Haram ont lancé lundi une attaque contre des militants rivaux de l'ISWAP sur la rive nigériane du lac Tchad, bastion de l'ISWAP, s'emparant d'une île stratégique, ont indiqué des pêcheurs et une source sécuritaire.

    Un grand nombre d'insurgés de Boko Haram lourdement armés, arrivés dans des bateaux rapides, ont envahi l'île de Kirta Wulgo après avoir éliminé les points de contrôle de l'ISWAP au cours d'un combat de plusieurs heures, ont indiqué ces sources.

    Combat mutuellement destructeur' -
    La saisie de l'île de Kirta Wulgo serait un énorme revers pour l'ISWAP car l'île servait de port pour l'importation d'armes et de fournitures sur son territoire, selon des sources sécuritaires et des pêcheurs locaux.

    "C'était un combat mutuellement destructeur qui a duré plus de neuf heures, de 16 heures hier aux premières heures de ce matin", a déclaré un pêcheur de la région.

    Il ne pouvait pas donner de chiffre sur le nombre des victimes, mais son récit était soutenu par deux autres pêcheurs de la région.

    Une source sécuritaire locale a confirmé les affrontements à l'AFP.

    Selon la source sécuritaire, Boko Haram a mobilisé ses combattants des camps de Gegime et Kwatar Mota du côté nigérien du lac et Kaiga-Kindjiria du côté tchadien.

    "Ils se sont rassemblés sur l'île de Tumbun Ali du côté nigérian du lac et ont délogé six postes de contrôle de l'ISWAP avant de s'emparer de l'île de Kirta Wulgo", a déclaré la source sécuritaire.

    "C'était un combat mortel. On parle de plus de 100 morts", a déclaré la source.

    L'ISWAP s'est séparé de Boko Haram en 2016 et est devenu le groupe djihadiste dominant, se concentrant sur l'attaque de bases militaires et l'embuscade des troupes.

    Les deux factions sont devenues de farouches ennemis depuis la scission et se battent régulièrement pour la domination.

    Depuis la mort de Shekau en mai à la suite de luttes intestines avec les militants de l'ISWAP dans son enclave forestière de Sambisa, l'ISWAP a combattu les restes de Boko Haram qui ont refusé de lui prêter allégeance pour consolider son emprise dans le nord-est.

    Plus de deux millions de personnes ont été déplacées par le conflit nigérian depuis son début en 2009, et la violence s'est propagée au-delà des frontières jusqu'au Niger, au Tchad et au Cameroun.

    Batailles à venir -
    Après la mort de Shekau, les rebelles de Boko Haram dirigés par Bakoura Bodu, alias Buduma, un ancien lieutenant de Shekau, ont fui Sambisa vers le territoire sous son contrôle dans l'axe Gegime-Bosso du lac Tchad au Niger, selon des sources sécuritaires.

    Le mois dernier, Boko Haram a subi de lourdes pertes lors d'une tentative infructueuse d'envahir l'île de Kirta Wulgo, où ils ont été repoussés par l'ISWAP, ont indiqué à l'AFP deux sources dans la région.

    "Ce n'est que le début d'une bataille intestine entre les deux factions. Ce sera une bataille à mort", a déclaré la source sécuritaire locale.

    Boko Haram voudra peut-être affirmer sa présence du côté nigérian du lac pour obtenir sa part des revenus de la pêche revenant à l'ISWAP grâce aux prélèvements sur les pêcheurs nigérians.

    Après ce revers soudain, l'ISWAP devrait normalement chercher à repousser les militants envahisseurs de Boko Haram.

    Boko Haram est désormais à une distance de frappe des principaux bastions de l'ISWAP de Sabon Tumbu, Jibillaram et Kwalleram, selon une source proche de la région.

    "Le chef de l'ISWAP Abu Musab Al-Barnawi est connu pour résider à Sabon Tumbu où sont détenus des commandants de haut niveau de Boko Haram capturés ", a déclaré la source.

    L'adjoint d'Al-Barnawi vit à Jibillaram avec d'autres lieutenants de haut niveau tandis que les îles Sigir et Kusuma, proches de l'île de Kirta Wulgo, abritent de nombreux commandants supérieurs du groupe.

    "Toutes ces îles sont désormais sous la menace de Boko Haram", a déclaré la source.

    "L'ISWAP utiliserait tous les moyens pour assurer leur sécurité contre les combattants de Boko Haram qui feraient tout leur possible pour les voir tomber sous leur contrôle."

  • Tchad : L'Etat islamique tue 12 soldats tchadiens

    Imprimer

    Les combats entre l'armée et les membres de l'Etat islamique (photo ci-dessus) dans la région du lac Tchad ont fait mardi au moins 12 morts, a déclaré un gouverneur de province à l'AFP. C'est la première attaque majeure de l'ISWAP au Tchad depuis le décès du président Deby. 
    chadarmy.jpegMahamat Fadoul Mackaye a déclaré que 40 combattants islamistes avaient également été tués à la suite de l'attaque contre une position de l'armée dans la région marécageuse utilisée comme base arrière par des groupes djihadistes, notamment Boko Haram, basé au Nigéria et une branche dissidente, l'Etat islamique de la  Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP).
    E0EeeCyWEAkDiip.jpegBoko Haram et ISWAP attaquent régulièrement l'armée ainsi que les civils.

    ISWAP s'est séparé de Boko Haram en 2016 et est devenu un groupe dominant, lançant des attaques contre des bases militaires et tendant des embuscades aux troupes tout en enlevant des voyageurs à de faux points de contrôle.

    Les combats de mardi ont eu lieu à l'aube entre les villes de Ngouboua et Kaiga, à une centaine de kilomètres au nord de la capitale N'Djamena, a déclaré un haut responsable des forces de sécurité, demandant l'anonymat.

    Le porte-parole de l'armée tchadienne, le général Azem Bermandoa Agouna, a confirmé l'attaque mais a refusé de faire le bilan des victimes lorsqu'il a été contacté par l'AFP. (AFP)

  • Tchad : Panique chez les habitants du lac Tchad après une attaque de l'Etat islamique

    Imprimer

    La panique règne au sein des communautés limitrophes du bassin du Lac Tchad après une attaque, jeudi soir 5 mars, de l'"Etat Islamique dans la Province d'Afrique de l'Ouest" (SWAP) contre la base militaire tchadienne de Kaiga. Il y a des victimes mais on ignore leur nombre exact. 

    Kaiga Kindjiria.jpeg

    Lien permanent Catégories : ISWAP au Tchad, Kaiga Kindjiria, TCHAD 0 commentaire
  • Tchad : quatre militaires tués dans une attaque de Boko Haram

    Imprimer

    Quatre militaires tchadiens ont été tués dans une embuscade attribuée à Boko Haram dans la province du Lac (ouest), a-t-on appris de source régionale, mardi.

    « Un contingent de nos forces qui effectuait une patrouille, lundi, dans la localité de Ngouboua et Kaïga, a été pris pour cible par les terroristes de Boko Haram », a indiqué le gouverneur de la province du Lac, le général de division Abadi Saïr Fadoul.

    Selon le gouverneur, le bilan de cette embuscade de Boko Haram contre l’armée nationale tchadienne (ANT) fait état de « quatre soldats tués et quelques blessés ».

    Malgré la création d’un poste militaire, entre la localité de Ngouboua et le village de Bagassoula après l’enlèvement d’un médecin, d’un infirmier et de leur chauffeur dans cette zone le 31 octobre 2019, Boko Haram continue à semer la terreur à Ngouboua dans le Lac Tchad.

    En décembre 2019, le groupe terroriste Boko Haram a tué quatre militaires de l’armée tchadienne lors d’une attaque, menée contre ce poste qui avait été récemment rétabli sur les rives du lac Tchad (ouest).

    Autour du Lac partagé par le Tchad, le Niger, le Nigeria et le Cameroun, Boko Haram maintient des camps d’entraînement et multiplie enlèvements et attaques notamment contre les pêcheurs et les soldats.

    L'insurrection de Boko Haram, qui a débuté en 2009 dans le nord-est du Nigeria, fief de Boko Haram, a fait de nombreuses victimes et plus d’un million de déplacés dans ce pays, et a gagné le Niger, le Tchad et le Cameroun, voisins.

    Depuis 2015, les pays de la région luttent contre Boko Haram au sein de la Force Mixte Multinationale (FMM), une coalition régionale engagée dans la région du lac Tchad.

  • Tchad : dix morts dans une attaque de Boko Haram dans la province du Lac Tchad

    Imprimer

    Au moins dix personnes ont trouvé la mort et plusieurs autres ont été blessées dans une attaque perpétrée par des éléments du groupe terroriste Boko Haram dans la nuit de jeudi à vendredi à Tinana, localité située dans la province du Lac Tchad.
    « Dans la nuit de jeudi à vendredi vers minuit, des combattants de Boko Haram lourdement armés ont attaqué la localité de Tinana, située à une vingtaine de kilomètre de Kaïga Kindjiria, dans le département de Kaya, province du Lac », a précisé le gouverneur de la province du Lac, Abadi Saïr Fadoul.
    Deux femmes ont également été enlevées et des biens pillés par les assaillants qui on pris la fuite.
    L’Armée nationale tchadienne (Ant), mène depuis vendredi une opération de ratissage dans le Lac Tchad « pour retrouver et neutraliser les terroristes », a poursuivi le gouverneur.
    Le gouverneur estime que cette attaque qui a eu lieu à la veille de la fête de Tabaski, était mûrement planifiée par les assaillants qui cherchaient à s'approvisionner en denrées alimentaires.
    Les attaques terroristes se sont intensifiées, durant les derniers mois, autour du lac Tchad vaste étendue d'eau partagée par le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Nigeria.
    Le 23 mars dernier, au moins 92 soldats tchadiens avaient été tués au cours d'affrontements avec les jihadistes de Boko Haram à Boma, dans la province du Lac.

  • Frontlive-Chrono : Principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel

    Imprimer

    La Syrie affirme que ses oléoducs offshore ont encore été la cible d’un sabotage

    Le gouvernement syrien a affirmé lundi que des explosifs avaient été placés sur les oléoducs offshore de la raffinerie de Banias, précisant que les dommages n’avaient toutefois pas interrompu les opérations. Des hommes-grenouilles ont placé des « engins explosifs » pour endommager les infrastructures destinées aux navires qui déchargent leur cargaison par des pipelines sous-marins, a déclaré…

    Syrie : Les lignes de défense des rebelles dans le sud-est d’Idlib se sont effondrées – Maaret an-Numan est au bord de la chute

    L’armée progresse rapidement vers la ville de Maaret al-Numan, dans le sud-est de la province, où les rebelles battent en retraite. Cette ville est très importante d’un point de vue stratégique. Elle est encore occupée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Sham » qui constituent une force rebelle importante. L’opération offensive de la SAA a été…

    Tchad : six soldats tchadiens tués dans l’attaque de Boko Haram

    La dernière en date d’une vague d’attaques djihadistes qui s’intensifie a eu lieu dans l’après-midi du 27 janvier près de l’île de Tetewa, dans le lac Tchad. Six soldats tchadiens ont été tués et dix autres blessés au cours d’une embuscade attribuée au groupe djihadiste Boko Haram dans la région instable du lac Tchad lundi,…

    Lien permanent Catégories : 25ème Division des Forces de Mission Speciale, Abugrein, Armée Arabe Syrienne (AAS), Armée de l'air russe en Syrie, Armée Nationale Libyenne, Armée tchadienne, Banyas, Boko Haram au Tchad, Forces Tiger, Ghanem Ali (ministre du pétrole), Gouvernement d'unité nationale (GNA), Haftar Khalifa, Hayat Tahrir ash-Sham (HTS), Intervention militaire turque en Libye, ISWAP au Tchad, Kaiga Kindjiria, LIBYE, Mandrari, Ma’aret al-Nu’man, Milices de Misrata, Misrata, Nombre de déplacés, Oléoduc sous-marin, Politique des Emirats Arabes Unis en Libye, Postes d'observation turcs en Syrie, Raffinerie de Banyas, Sabotage des oléoducs sous-marins, Saraqeb, SYRIE, Taher Erda (chef d'état-major tchadien), TCHAD, Tetewa (île du lac Tchad) 0 commentaire