Kaftoun (nord)

  • Liban : Poursuites engagées contre quinze prévenus liés à l'Etat islamique

    Imprimer

    Liban : Poursuites engagées contre quinze prévenus liés à une cellule terroriste
    Le commissaire par intérim du gouvernement près le tribunal militaire, le juge Fadi Akiki, a engagé mercredi des poursuites contre quinze personnes, actuellement en détention, dans le cadre du meurtre à Kaftoun de trois personnes et de ses suites, à savoir une série d'affrontements entre l'armée libanaise et une cellule jihadiste opérant dans le nord du pays.

    Les suspects sont de nationalité libanaise et syrienne. Ils sont poursuivis pour "appartenance à des cellules terroristes liées à l'organisation jihadiste Etat islamique", "actes terroristes", "meurtre de citoyens et de militaires", "tentative de meurtre" et atteinte au prestige de l'Etat".

    Ces quinze personnes ont été déférées devant le juge d'instruction militaire, tandis qu'une enquête menée par les services de renseignement de l'armée est toujours en cours, concernant l'implication de sept autres prévenus.

    Le 21 août, trois personnes, dont deux policiers municipaux, avaient été tuées à Kaftoun, dans le Koura. A la suite de ce meurtre, les forces de sécurité et l'armée avaient remonté la piste d'une cellule terroriste, dirigée par le jihadiste Khaled el-Talawi. Lors d'une perquisition au domicile de ce dernier le 14 septembre, quatre militaires, deux soldats et deux sous-officiers, avaient été tués et le chef de la cellule avait été abattu. Puis, fin septembre, après l'arrestation d'un membre de cette même cellule, des affrontements avaient opposé à Wadi Khaled, dans le Nord également, des agents des services de renseignements des Forces de sécurité intérieure à des éléments armés issus du même groupuscule terroriste.

  • Liban : L'armée arrête le dernier membre de la cellule terroriste de Tallaoui responsable de la mort de 7 personnes

    Imprimer

    Samir al-Chami.jpgL'armée libanaise a arrêté vendredi à Hilane, dans la région de Zghorta au Liban-Nord, le terroriste Ahmad Samir al-Chami (photo), membre de la cellule impliquée dans le meurtre, mi-septembre, de quatre militaires à Beddaoui, ainsi que dans le triple assassinat de Kaftoun (Nord). Il a été déféré devant la justice, précise la troupe dans un communiqué.

    Le terroriste faisait l'objet d'un avis de recherche publié après l'arrestation de deux fugitifs de cette même cellule et de la mort de leur chef, Khaled el-Tallaoui. Ce dernier avait été tué le 13 septembre lors d'échanges de tirs au cours d'une perquisition de l'armée à Beddaoui, près de Tripoli. Cette descente était intervenue dans le cadre des enquêtes sur le meurtre, le 21 août, à Kaftoun, de trois agents municipaux.

  • Liban : Arrestation d'une cellule liée à l'Etat islamique

    Imprimer

    Samedi 5 septembre, l'armée libanaise a annoncé l'arrestation de membres d'une cellule liée à l'Etat islamique.

    Un communiqué publié par la Direction du renseignement de l'armée a déclaré que "des membres d'une cellule terroriste liée à l'organisation terroriste EI étaient en train de mener des activités de sécurité à l'intérieur du Liban".

    Il a ajouté: "Les enquêtes ont révélé que l'émir de la cellule est le terroriste Khaled al-Talawi, dont la voiture a été utilisée par les auteurs du crime de la ville de Kaftoun".

    Une attaque terroriste dans la ville de Kaftoun (nord) a eu lieu le 21 août, lorsqu'un véhicule inconnu a ouvert le feu alors qu'il traversait la ville, tuant 3 personnes.

    Le communiqué de l'armée a déclaré que "les membres de la cellule terroriste ont été arrêtés lors d'une série d'opérations de sécurité dans les régions du Nord et de la Bekaa (centre) à différentes dates (il ne les a pas mentionnées)".

    Il a déclaré qu'«ils avaient reçu une formation militaire, rassemblé des armes et des munitions et commis plusieurs vols dans le but de financer les activités de la cellule».

    À la fin du mois dernier, le ministère libanais de l'Intérieur a annoncé l'arrestation d'un membre de l'Etat islamique, qui prévoyait de cibler des membres de l'armée et des forces de sécurité, dans la capitale, Beyrouth.

    Ces dernières années, le Liban a été témoin de plusieurs attaques et attentats à la voiture piégée, dont l'Etat islamique a revendiqué la responsabilité.

    À l'été 2017, l'armée libanaise a mené une bataille appelée «Fajr al-Jarud» contre «l'Etat islamique», et a libéré les régions de l'est bordant la frontière avec la Syrie.