Kafr Qaddoum

  • Cisjordanie : Affrontements près d'Evyatar; un Palestinien du village arabe de Beita tué

    Imprimer

    Vendredi 24 septembre, des émeutes ont éclaté à nouveau près de l'avant-poste d'Evyatar, dans les localités de Beita et Kafr Qaddoum. Environ 300 Palestiniens ont jeté des pierres sur les soldats israéliens et brûlé des pneus. Vidéo.

    Au cours des émeutes, un habitant du village arabe de Beita, Muhammad Ali Khabisa, a été grièvement blessé par une balle reçue en pleine tête. L'homme a été transporté à l'hôpital de Naplouse, où les médecins ont déclaré son décès.

    28 autres manifestants ont été blessés, dont 8 par des balles en métal recouvert de caoutchouc, 18 à la suite de l'inhalation de gaz lacrymogène et 2 à la suite de chutes et de brûlures.

    Depuis plusieurs mois, la ville de Beita est le théâtre d'affrontements entre l'armée israélienne et les Palestiniens qui refusent l'établissement d'un avant-poste israélien sur leurs terres.

    D'autre part, le coordinateur de la résistance populaire dans la ville de "Kafr Qaddoum" dans le gouvernorat de Qalqilya (nord), Murad Shteiwi, a déclaré que les soldats israéliens avaient pris d'assaut le village après le début de la marche hebdomadaire contre l'avant-poste d'Eviatar, et ont tiré des balles recouvertes de caoutchouc et des grenades lacrymogènes.

    Shtowi a ajouté que les affrontements avaient entraîné la blessure de 4 civils par balles métalliques recouvertes de caoutchouc, tandis que des dizaines ont été intoxiqués par le gaz lacrymogène et ont du être soignés sur le terrain.

    Selon des témoins oculaires, des affrontements ont également éclaté dans la ville de Beit Dajan, à l'est de Naplouse, lorsque l'armée israélienne a cherché à interrompre une marche similaire, mais aucun blessé n'a été signalé. 

     

  • Cisjordanie: 46 Palestiniens blessés par les balles de l'armée israélienne

    Imprimer

    Vendredi 17 septembre 2021, 46 Palestiniens ont été asphyxiés ou touchés par balles par les forces israéliennes qui essayaient de disperser les marches condamnant la colonisation en Cisjordanie.

    L'association du Croissant-Rouge palestinien a indiqué, dans un communiqué que ses équipes avaient pris en charge 46 blessés, lors des affrontements qui ont éclaté dans les villes de Beita et Beit Dajan, dans le gouvernorat de Naplouse (nord).

    Cinq manifestants ont été touchés par des balles métalliques et quarante et un autres ont été asphyxiés suite à l'inhalation de gaz lacrymogène à Kafr Qaddum, à l'est de Qalqilya (nord), à al-Mughayyir, à l'est de Ramallah et al-Bireh (centre) et à al-Tawana, au sud d'Hébron, selon le communiqué.

    Les Palestiniens organisaient vendredi des rassemblements dans plusieurs endroits de la Cisjordanie, pour protester contre les "colonies israéliennes".

    Les estimations israéliennes et palestiniennes indiquent qu'il y a environ 650 000 "colons" en Cisjordanie, y compris à Jérusalem.

  • Cisjordanie : Près de 300 Palestiniens blessés dans des heurts avec l'armée israélienne

    Imprimer

    Quelque 435 Palestiniens ont été blessés vendredi 30 juillet 2021 en Cisjordanie lors de heurts avec des soldats israéliens durant des manifestations contre la colonisation israélienne et lors des funérailles d'un jeune palestinien tué la veille, a indiqué le Croissant-Rouge palestinien.

    La majorité des blessés ont été recensés à Beita (nord), près de Naplouse, où des heurts opposent régulièrement l'armée israélienne aux habitants qui manifestent depuis mai contre l'installation d'une colonie sauvage à proximité. Cette dernière a été évacuée et est gardée par l'armée israélienne le temps que les autorités israéliennes statuent sur son sort.

    84 blessés ont été touchés par des balles en caoutchouc et huit par des balles réelles, selon le Croissant-Rouge.  277 personnes ont été traitées pour suffocation dues à l'inhalation de gaz lacrymogène, et 66 autres ont été blessés par des bombes lacrymogènes directes ou des blessures dues à des chutes. 

    D'après l'armée israélienne, environ 150 Palestiniens ont lancé des pierres et des pneus enflammés sur les soldats, qui ont répliqué avec des "moyens de dispersion anti-émeutes" et des coups de feu.

    Des heurts similaires avaient fait 320 blessés la semaine dernière, selon le Croissant-Rouge, la majorité par des gaz lacrymogènes. Un Palestinien de 17 ans était décédé le lendemain des suites de ses blessures par balles. Un Palestinien de 41 ans a par ailleurs été tué mardi soir par un tir israélien à l'entrée de Beita.

    Plus au sud, à Beit Ommar, des heurts ont éclaté vendredi lors des funérailles d'un Palestinien de 20 ans. Ce dernier est décédé des suites de ses blessures par balles la veille lors de heurts similaires avec des soldats israéliens durant les funérailles d'un autre jeune Palestinien, âgé de 12 ans.

    La Cisjordanie est un territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël et toutes les colonies israéliennes qui s'y trouvent sont considérées illégales au regard du droit international.

    Les estimations israéliennes et palestiniennes indiquent qu'il y a environ 650 000 colons dans les colonies de Cisjordanie, y compris Jérusalem. Ils  vivent dans 164 colonies et 116 avant-postes.

     

  • Cisjordanie : Heurts avec des soldats israéliens, un mort et près de 320 blessés palestiniens

    Imprimer

    Des heurts ont opposé vendredi 23 juillet 2021 des Palestiniens manifestant contre la colonisation israélienne et des soldats israéliens en Cisjordanie occupée, faisant un mort et près de 320 blessés palestiniens, la majorité par des gaz lacrymogènes, ont indiqué des secouristes.

    Des centaines de Palestiniens se sont rassemblés dans l'après-midi sur le mont Sabih dans la localité de Beita, point chaud ces derniers mois, pour protester contre la colonie sauvage d'Eviatar, située à proximité, a constaté un photographe de l'AFP qui a vu de nombreux blessés.

    "Au cours des dernières heures, une émeute a été fomentée près du poste avancé de Givat Eviatar, au sud de Naplouse. Des centaines de Palestiniens ont lancé des pierres sur des soldats israéliens qui ont répliqué avec des moyens anti-émeutes", a indiqué à l'AFP l'armée israélienne.

    Le Croissant-Rouge palestinien dénombré un mort et 146 blessés. Un Palestinien âgé de 17 ans, Muhammad Munir Al-Tamimi, a succombé à ses blessures après avoir reçu une balle dans l'abdomen dans le village de Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah.
    Une force à pied de l'armée d'occupation a attaqué le village et a tiré à balles réelles sur les jeunes hommes, blessant un jeune homme grièvement à l'abdomen.

    Parmi les manifestants blessés, 21 ont été touchés par des balles réelles, 68 par des balles métalliques enrobées de caoutchouc et plus de 195 par des gaz lacrymogènes. Enfin, 11 personnes ont été soignées pour diverses brûlures et 25 pour ecchymoses . L'armée a confirmé deux blessés légers dans ses rangs qui ont été transportés à l'hôpital.

    Dans le village de Beit Dajan, sept civils ont été blessés par des balles métalliques recouvertes de caoutchouc, en plus de dizaines de cas d'intoxication par gaz lacrymogène.  Les manifestants entendaient protester contre la création d'un avant-poste de colonisation sur les terres du village à l'est de Naplouse.

    À Qalqilya, des dizaines de civils ont été intoxiqué par le gaz lacrymogène au cours de la marche hebdomadaire de Kafr Qaddoum contre les colonies. Les manifestants demandaient également l'ouverture de la rue fermée du village il y a 17 ans.

    Des colons israéliens se sont installés début mai sur une colline près de Naplouse afin de fonder la colonie sauvage d'Eviatar, sans obtenir l'autorisation du gouvernement israélien. Après plusieurs semaines de heurts et tensions, un accord est intervenu avec les colons d'Eviatar qui ont évacué les lieux mais en laissant leurs mobile-homes, le temps que le ministère israélien de la Défense passe en revue les droits de propriété des terres afin de déterminer si elles peuvent être considérées comme israéliennes.

    Si le ministère statue en faveur des colons, ces derniers seront alors autorisés à s'implanter de manière plus pérenne. En attendant, l'armée israélienne maintient sa présence sur les lieux. L'accord conclu avec les colons a été rejeté par le maire de Beita qui a affirmé que les "affrontements et les manifestations se poursuivraient" tant que des Israéliens "demeurent sur nos terres".

    La Cisjordanie est un territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël et toutes les colonies israéliennes qui s'y trouvent sont considérées illégales au regard du droit international. Plus de 470.000 personnes vivent aujourd'hui dans des colonies israéliennes en Cisjordanie.

  • Cisjordanie : Des dizaines de Palestiniens blessés lors d'affrontements avec les forces israéliennes

    Imprimer

    Vendredi 9 octobre, des dizaines de Palestiniens ont été blessés par les forces israéliennes réprimant des marches anti-colonisation à Hébron et dans les villes de Kafr Qaddum et Beit Dajan.

    L'agence de presse palestinienne (WAFA) a déclaré que deux Palestiniens avaient été blessés par des tirs à balles recouvertes de caoutchouc vendredi soir, lors d'affrontements avec les forces d'occupation israéliennes dans la zone de Bab al-Zawiya au centre d'Hébron.

    L'agence a déclaré que les soldats occupaient les toits d'un certain nombre de magasins et de maisons de citoyens dans la région de Bab Al-Zawiya, et avaient tiré à balles en métal recouvertes de caoutchouc, des bombes sonores et des cartouches de gaz lacrymogène sur les citoyens. Deux manifestants ont été blessés par les tirs à balles en caoutchouc aux membres inférieurs. Ils ont dû être hospitalisés. Les cas de suffocation ont été traités sur le terrain.

    À Kafr Qaddum, quatre Palestiniens ont été blessés par des balles de métal recouvertes de caoutchouc et des dizaines de personnes ont été intoxiquées par le gaz lacrymogène au cours de leur marche hebdomadaire contre les colonies et leur demande d'ouvrir la rue du village, qui est fermée depuis plus de 17 ans.

    Le coordinateur de la Résistance populaire à Kafr Qaddum, Murad Shteiwi, a déclaré que les soldats israéliens avaient attaqué les participants à la marche. Quatre civils avaient été blessés par des tirs de balles "en caoutchouc" et des dizaines d'autres ont été asphyxiés par les gaz lacrymogènes.

    Des dizaines de Palestiniens ont également été asphyxiés par des gaz lacrymogènes tirés par les forces d'occupation israéliennes pour réprimer une manifestation condamnant l'interdiction de plantation d'arbres à l'est de Beit Dajan, à l'est de Naplouse.

    Des témoins oculaires ont rapporté que les soldats israéliens avaient tiré des balles en métal recouvert de caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des cartouches sonores sur les participants à la manifestation, ce qui a conduit à l'intoxication de dizaines de manifestants, et un certain nombre d'entre eux ont dû être emmenés dans des hôpitaux.

    Depuis le matin, des dizaines de citoyens ont participé à la manifestation organisé par le Comité des pouvoirs et institutions nationaux du gouvernorat de Naplouse, en coopération avec la Commission de résistance au mur et aux colonies. L'objectif de la manifestation est de planter des arbres sur des terres menacées par l'occupant (israélien), à l'est de Beit Dajan.

    Les forces israéliennes ont fermé plusieurs routes à l'est du village, pour empêcher les habitants de rejoindre la manifestation.

    Plus tôt dans la journée, les forces israéliennes ont arrêté deux jeunes hommes de Tubas alors qu'ils se trouvaient près de la plaine d'Al-Baqi'ah, dans le nord de la vallée du Jourdain.

    Le directeur du club des prisonniers de Tubas, Kamal Bani Odeh, a déclaré que les forces israéliennes avaient arrêté Mutasim Ahmed Daraghmeh et Ahed Abdel Hakim Daraghmeh, alors qu'ils se trouvaient près de la plaine de Baqi'a. (Arabe 48)