Kaboul

  • Afghanistan : 3 morts dans l'explosion d'un engin explosif dans un bus de passagers à Kaboul

    Imprimer

    Trois personnes ont été tuées et cinq autres blessées, lorsqu'un bus de passagers a été visé par un engin explosif, à l'ouest de la capitale afghane, Kaboul.

    Selon les données préliminaires, l'accident s'est produit dans le district de Dashti-Parchi, dans l'ouest de la capitale afghane, à la suite de l'explosion d'un engin attaché à un minibus. 

    L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l'attentat.

    Le 13 novembre, un incident similaire s'est également produit à Dasht Parchi, qui est principalement habité par des chiites Hazaras, des représentants de la minorité ethnique et religieuse d'Afghanistan. À la suite de l'explosion d'un minibus a fait des morts et des blessés.

  • Afghanistan : Nouvelle explosion à Kaboul

    Imprimer

    Une explosion a eu lieu dans la capitale afghane, selon la chaîne de télévision locale Tolo News. On ignore encore s'il y a eu des victimes, ainsi que la nature de l'explosion.

    Lien permanent Catégories : AFGHANISTAN, Kaboul 0 commentaire
  • Afghanistan : Les talibans s'attaquent à l'Etat islamique dans le Sud du pays

    Imprimer

    Les talibans ont lancé l'assaut, lundi 15 novembre 2021, contre plusieurs caches présumées de la branche locale du groupe Etat islamique dans la province afghane de Kandahar (sud), opération dans laquelle au moins quatre combattants de l'Etat islamique et deux civils ont été tués, a-t-on appris de source policière.

    Cette opération contre l'Etat islamique-Khorasan (EI-K) a été lancée vers minuit dans quatre districts de la province et a continué dans la matinée, a expliqué à l'AFP le chef taliban de la police provinciale, Abdul Ghafar Mohammadi. "Jusqu'ici, quatre combattants de Daech ont été tués et 10 arrêtés (...) L'un d'entre eux s'est fait sauter à l'intérieur d'une maison", a-t-il affirmé lundi en milieu de journée. Un porte-parole des talibans a pour sa part écrit lundi soir sur Twitter que deux civils et trois membres de l'EI-K ont été tués lors de l'opération. Un membre des services de renseignement talibans ayant requis l'anonymat a lui indiqué à l'AFP qu'au moins trois civils avaient été tués.

    Aux dernières nouvelles (lundi 16H30 heure française), les affrontements se poursuivent dans les 15e, 6e et 3e arrondissements de la ville de Kandahar. Il y a de lourdes pertes des deux côtés.

    Depuis leur retour au pouvoir à Kaboul le 15 août 2021, les talibans, qui font de la sécurité leur priorité après des décennies de guerre, sont confrontés à une vague d'attentats menés par l'EI-K. Ce groupe est particulièrement actif autour de la ville de Jalalabad (est), l'un de ses bastions de longue date où il a déjà visé à plusieurs reprises des talibans. Il a aussi ciblé la minorité chiite à Kunduz (nord-est), Kaboul et dans la ville de Kandahar où un attentat contre une de ses mosquées à la mi-octobre avait fait au moins 60 morts.

    L'EI-K, qui avait été fortement affaibli en 2019 par des opérations de l'armée afghane, aidée des Etats-Unis, et par sa rivalité avec les talibans, a retrouvé un nouvel élan avec le retour de ceux-ci au pouvoir. Groupe islamiste sunnite, comme les talibans, il est encore plus rigoriste et prône un "jihad global". L'EI-K constitue la principale menace envers le pouvoir taliban, même si celui-ci tend à minimiser son influence.
    FEPe3RuWQAIEXjX.jpeg

  • Afghanistan : Un mini-bus frappé par une explosion dans l'ouest de Kaboul

    Imprimer

    Un minibus a été touché par une explosion près d'un poste de contrôle taliban à Kaboul samedi 13 novembre 2021 en fin d'après-midi, selon des témoins, qui ont ajouté que des tirs avaient ensuite été entendus.

    Hamid Saighani.jpegL'explosion a fait au moins si morts et sept blessés. Parmi les morts, on compte Hamid Saighani (photo ci-contre), un ancien employé des télévisions Khurshid et Ariana.

    L'explosion a eu lieu dans le secteur de Mahtab Qala du quartier de Dasht-e-Barchi, aux environs de 13H00 GMT. Le quartier est peuplé en majorité de Chiites de la minorité Hazara. Des photos montrant une grande flamme s'échappant d'un véhicule carbonisé et de la fumée noire ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux.  "J'étais dans ma voiture et une explosion a eu lieu dans le véhicule devant nous", a dit un témoin à l'AFP. "Il a été complètement brûlé". Cela s'est produit près d'un checkpoint tenu par des talibans, a précisé ce témoin. La minorité hazara, qui représente entre 10 et 20% de la population afghane et a été ciblée dans le passé par les talibans, est aussi particulièrement visée par l'organisation jihadiste Etat islamique. 

    Vendredi 12 novembre 2021, une mosquée de la région de Jalalabad (Est) a été touchée par une explosion qui a fait trois morts et 15 blessés, selon un médecin de l'hôpital local. Début mai, le quartier de Dasht-e-Barchi avait été frappé par une attaque sanglante. Une série d'explosions s'était produite devant un établissement scolaire pour filles. Plus de 85 personnes, en majorité des lycéennes, avaient été tuées et plus de 300 blessées. Une voiture piégée avait d'abord explosé devant l'école puis deux autres bombes avaient suivi au moment où les élèves se précipitaient dehors. L'EI est fortement soupçonné d'avoir mené cette attaque.

    Depuis la prise du pouvoir par les talibans mi-août, des combattants de l'EI ont notamment attaqué début novembre l'hôpital militaire national de la capitale afghane, tuant au moins 19 personnes et en blessant plus de 50.

  • Afghanistan : L'Etat islamique affirme avoir tué ou blessé plus de 130 talibans en un mois

    Imprimer

    La branche afghane de l'Etat islamique, l'Etat islamique-Khorasan (EI-K), a révélé que ses combattants avaient mené 34 opérations en Afghanistan entre le 7 octobre et le 2 novembre.

    Dans une infographie publiée le 5 novembre, le journal al-Nabaa du groupe islamique radical a déclaré que les opérations comprenaient dix attaques avec des engins explosifs improvisés, 18 assassinats, trois raids, trois attentats suicides, huit attaques contre des véhicules et une attaque contre une tour électrique.
    FDaekgYXIBMDVs3.jpeg

    IS-K a affirmé que les opérations avaient fait 644 morts ou blessés, dont 129 combattants et huit commandants des talibans, six responsables afghans et pakistanais ainsi que 501 civils chiites.

    Les attaques les plus meurtrières du groupe jihadiste ont visé des mosquées de la minorité chiite afghane Hazara dans la ville septentrionale de Kunduz le 8 octobre et la ville méridionale de Kandahar le 15 octobre . Une centaine de personnes ont été tuées dans les deux attentats suicides.

    IS-K a également tué le commandant militaire taliban Qari Hamdullah Mukhlis et 18 autres personnes lors d'une attaque complexe qui a visé l'hôpital Sardar Daud Khan dans la capitale afghane, Kaboul, le 2 novembre .

    La prise de contrôle des talibans et le retrait des forces américaines d'Afghanistan en août ont donné à l'EI-K l'occasion d'intensifier ses opérations dans ce pays déchiré par la guerre. 

    Actuellement, IS-K est le plus grand défi auquel est confronté le régime nouvellement installé des talibans en Afghanistan, qui lutte pour obtenir une reconnaissance internationale.

  • Afghanistan : Attaque suicide contre l'hôpital militaire de Kaboul, au moins 23 morts

    Imprimer

    Au moins 23 personnes ont été tuées et 50 autres blessées, mardi 2 novembre 2021, dans une attaque suicide contre l'hôpital militaire national de Kaboul, dans un contexte de violence croissante en Afghanistan entre les talibans au pouvoir et l'Etat islamique-Khorasan. L'assaut, mené par un kamikaze et d'autres assaillants s'est achevé par la mort de ces derniers, tués par des talibans, a précisé dans l'après-midi à l'AFP un responsable au sein du gouvernement taliban.

    L'attaque, qui a visé l'hôpital Sardar Mohammad Dawood Khan, le plus grand hôpital militaire du pays, n'a pas été immédiatement revendiquée.

    C'est dans cet hôpital que le ministre taliban de la Défense Mohammed Yaqoub, fils du fondateur des talibans, le mollah Omar, avait fait sa première apparition publique mercredi dernier, pour demander notamment aux hommes d'affaires afghans d'investir dans les hôpitaux.

    "L'attaque a été menée par un kamikaze à moto qui s'est fait exploser à l'entrée de l'hôpital", a précisé un responsable taliban, qui a également évoqué une seconde explosion. Plusieurs autres assaillants ont ensuite réussi à entrer dans l'hôpital, où ils ont fini par être abattus par des talibans arrivés sur place, a-t-il précisé peu avant 16h30 locales (12h GMT), trois heures et demi après l'explosion du kamikaze, entendue dans plusieurs quartiers de la ville. Dans l'hôpital, qui peut accueillir jusqu'à 400 patients, le personnel s'est réfugié dans une pièce de sécurité, selon une source médicale.

    Le ministre taliban de la Défense Maulvi Yaqub Akhand a confirmé la mort dans l'attaque de l'hôpital de Qari Hamdullah Mukhlis, qui était également le commandant du Corps central des talibans. Il est également connu comme le conquérant du palais présidentiel. 
    Qari Hamdullah Mukhlis.jpeg

    Suite à cette attaque contre l'hôpital militaire, les talibans ont arrêté deux hommes soupçonnés d'être impliqués dans l'action terroriste.
    FDNPkbrXEAAupul.jpeg

    Série sanglante 
    "Je peux encore entendre des coups de feu dans l'immeuble", avait ajouté cette source, qui craignait que les assaillants n'aillent "de chambre en chambre" pour tuer plus de gens, "comme ce fut le cas la première fois où l'hôpital a été attaqué".
    Il avait déjà été visé en mars 2017 par des assaillants habillés en personnel médical. Cette fusillade sanglante de 6 heures à l'intérieur du bâtiment, revendiquée par l'Etat islamique, avait fait 50 morts selon le bilan officiel, plus du double selon des sources sécuritaires.

    Dans le centre-ville de Kaboul, des journalistes de l'AFP ont vu des combattants talibans se précipiter sur les lieux à bord d'au moins deux véhicules blindés de transport de troupes et des camionnettes. Des sirènes ont aussi été entendues dans les rues et des ambulances vues se dirigeant à toute vitesse vers le lieu des explosions.

    Depuis leur arrivée au pouvoir le 15 août 2021, les talibans, qui font du retour de la sécurité dans le pays leur priorité après 20 ans de guerre, sont confrontés à une vague d'attentats sanglants menés par le groupe État islamique. Sa branche locale, l'Etat islamique-Khorasan (EI-K), principal adversaire du mouvement islamique au pouvoir, a ciblé ces dernières semaines aussi bien les talibans que la minorité chiite afghane.

    Ces derniers jours, une série de meurtres, présentés par la presse locale comme des représailles entre talibans et membres de l'EI-K, ont été observés, en particulier dans la province du Nangarhar, située à l'est de Kaboul et connue pour être un fief de l'EI-K.

    La dernière attaque dans la capitale afghane remonte au 3 octobre 2021. Au moins cinq personnes avaient été tuées dans une explosion survenue près de la mosquée Id Gah à Kaboul, dans une attaque revendiquée par l'Etat islamique. 

    Le groupe Etat islamique revendique l'attaque contre l'hôpital militaire de Kaboul
    Dans un communiqué diffusé sur les chaînes Telegram de l'organisation jihadiste, l'EI-K, le rival et principal adversaire des talibans, affirme que "cinq combattants de l'EI ont mené des attaques simultanées et coordonnées" sur le site. Un jihadiste a activé une ceinture explosive à l'entrée de l'hôpital avant que d'autres n'entrent dans le bâtiment et n'ouvrent le feu, ajoute le groupe.
    Hôpital militaire Dawood Khan.jpegHôpital Dawood Khan 2.jpeg

  • Afghanistan : Kaboul plongée dans le noir après une explosion contre un pylône électrique

    Imprimer

    Kaboul était plongée dans le noir jeudi soir après une explosion d'origine inconnue qui a détruit un pylône de la ligne à haute tension alimentant la capitale afghane, a annoncé la compagnie nationale d'électricité.

    "Une explosion a détruit un pylône électrique dans le secteur de Qala Murad Beg, dans la région de Kaboul, et coupé une ligne d'électricité importée de 220 kV, par conséquent l'approvisionnement est interrompu à Kaboul et dans certaines régions", a écrit la compagnie dans un communiqué. La coupure s'est produite vers 18h00 locale , lorsqu'il faisait déjà nuit, plongeant la ville dans le noir, sauf pour les rares bâtiments équipés de générateurs.

    L'origine de l'explosion n'était pas connue à ce stade. Mais s'il s'agissait d'une attaque revendiquée par l'organisation Etat islamique, engagée dans une campagne de déstabilisation du régime, il s'agirait d'un signe supplémentaire que les talibans sont bien victimes de leurs anciennes tactiques. Les talibans, lorsqu'ils menaient l'insurrection contre le gouvernement afghan et les forces alliées, ont eux-mêmes à plusieurs reprises utilisé cette méthode, notamment pour réclamer le rétablissement de l'électricité dans les zones qu'ils contrôlaient.

    Pour son approvisionnement en électricité, l'Afghanistan, pays ravagé par la guerre pendant vingt ans, dépend aux trois quarts des pays voisins, essentiellement l'Ouzbékistan et le Tadjikistan. 

    Depuis l'arrivée des talibans au pouvoir à la mi-août, le régime privé des aides internationales doit à ses partenaires entre 60 et 90 millions de dollars, selon les estimations.