Kabardino-Balkarie

  • Россия: Напряженность в Дагестане и Кабардино-Балкарии растет - население выступает против мобилизации

    Imprimer

    В Махачкале, Хасавюрте, Нальчике проходят новые акции протеста против мобилизации.

    В Махачкале на улицы вышли несколько сотен человек, сообщается о стычка с полицией. По предварительным данным, задержаны не менее 20 человек. Согласно сообщениям в телеграм-каналах, полиция применяет к протестующим слезоточивый газ. Однако люди не расходятся и пытаются отбивать задержанных у полиции. Отметим, что телеграм-канал Baza написал, что в Махачкале сотрудники полиции и Росгвардии оцепили площадь, на которой должен был состояться митинг и за полчаса разогнали собравшихся. При этом отмечается, что "без драк не обошлось".

    Около сотни людей участвовали в протесте в Хасавюрте, где силовики разогнали протестующих.

    В Нальчике в протесте участвуют в основном женщины. К протестующим вышли городские чиновники. Движение "Весна" сообщает, что женщины кричали им: "Я мама, мама! Куда вы их забираете?!" Чиновники на это отвечали, что "Надо исполнять федеральный закон".

    Риск восстания в Дагестане
    Противники в Дагестане поставили властям ультиматум освободить всех задержанных сегодня участников акции протеста. В противном случае они угрожают перекрыть все федеральные дороги через Дагестан. Ситуация в Дагестане может быстро стать мятежной. В понедельник утром, 26 сентября 2022 года, жители собрались, чтобы выразить протест против мобилизации на трассе Хасавюрт-Махачкала возле села Эндирей. По сообщениям, была слышна стрельба из автоматического оружия

    В целом по России, по данным российского СМИ Meduza, с момента объявления мобилизации в России было сожжено не менее 11 военкоматов и 6 административных зданий.

  • Russie : La tension monte au Daghestan et en Kabardino-Balkarie - La population s'oppose à la mobilisation

    Imprimer

    De nouvelles manifestations contre la mobilisation ont eu lieu à Makhachkala, Khasavyurt et Nalchik.

    Plusieurs centaines de personnes sont descendues dans les rues de Makhachkala et des échauffourées avec la police ont été signalées. Selon les rapports préliminaires, au moins 20 personnes ont été arrêtées. Selon les rapports des chaînes de télévision, la police a utilisé des gaz lacrymogènes sur les manifestants. Cependant, les gens ne se sont pas dispersés et ont tenté d'arracher les détenus à la police. La chaîne Baza TVgram a écrit qu'à Makhachkala, la police et les agents de Rosgvardia ont bouclé la place où devait avoir lieu le rassemblement et ont dispersé les manifestants en une demi-heure. Il y a eu, toutefois, quelques affrontements.

    Une centaine de personnes ont participé à une manifestation à Khasavyurt, où les manifestants ont été dispersés par les forces de sécurité.

    À Nalchik, la manifestation était principalement suivie par des femmes. Les fonctionnaires de la ville ont approché les manifestants. Le mouvement Vesna rapporte que les femmes leur ont crié : "Je suis maman, maman ! Où les emmenez-vous ? !" Les fonctionnaires ont répondu en disant : "Nous devons obéir à la loi fédérale".

    Kabardino-Balkarie
    La Kabardino-Balkarie est une république"autonome"située dans la région du Caucase. C’est l'une des sept républiques caucasiennes de la fédération de Russie (avec la Tchétchénie, le 
    Daghestan, l'Ossétie-du-Nord-Alanie, l'Ingouchie, la Karatchaïévo-Tcherkessie et l'Adyguée)

    Un risque d'insurrection au Daghestan
    Les opposants du Daghestan ont lancé un ultimatum aux autorités pour libérer tous les manifestants détenus aujourd'hui. Sinon, ils menacent de bloquer toutes les routes fédérales à travers le Daghestan. La situation au Daghestan pourrait devenir vite insurrectionnelle. Lundi matin 26 septembre 2022, des habitants se sont rassemblés pour protester contre la mobilisation sur l'autoroute Khasavyurt-Makhachkala près du village d'Endirei. Des tirs d'armes automatiques auraient entendus

    Le média russe Meduza a rapporté qu'au total, au moins 11 bureaux d'enrôlement militaire et 6 bâtiments administratifs ont été incendiés en Russie depuis l'annonce de la mobilisation.

  • Russie : Le FSB annonce avoir déjoué des attaques de l'Etat islamique

    Imprimer

    Les services de sécurité russes ont annoncé avoir déjoué des attaques terroristes que préparaient des cellules dormantes de l'Etat islamique dans le pays. Les services de renseignement russes ont indiqué que six militants de l'Etat islamique avaient été tués et deux autres arrêtés.

    Le Service fédéral de sécurité (FSB) a déclaré que l'opération de sécurité avait eu lieu à Moscou, Astrakhan et Kabardino-Balkarie, expliquant qu'une série d'attentats terroristes prévus à l'été 2021 par des membres de cellules affiliées à l'Etat islamique avaient été déjoués, et que six militants avaient été neutralisés et deux autres arrêtés.

    Jeudi 1er juillet 2021, déjà, une personne affiliée à l'Etat islamique avait été arrêtée dans la capitale, Moscou. Il projetait de faire exploser une bombe dans un endroit bondé de Moscou. Un acte terroriste était également préparé dans la région d'Astrakhan, dans le sud de la Russie.

    Un terroriste islamiste condamné à 21 ans de prison
    Un membre de l'Etat islamique qui planifiait des attentats terroristes à Moscou en 2016 depuis la Syrie, a été condamné à 21 ans de prison, a rapporté vendredi le FSB.

    "Le FSB a réprimé les activités d'un citoyen de l'un des pays de la région d'Asie centrale, qui, se trouvant en Syrie dans le cadre de l'Etat islamique,  a organisé une cellule de conspiration de cette structure terroriste afin de commettre des actes terroristes à Moscou", indique le communiqué.

    Ayant trouvé des volontaires, il leur a ordonné d'acheter des armes à feu et des munitions et de fabriquer des bombes artisanales, "qu'ils avaient l'intention d'utiliser pour tirer sur les habitants et organiser des explosions".

    En 2016, à la même époque, "grâce aux actions préventives des agences de sécurité", la cellule a été détruite, et ses membres ont été arrêtés puis condamnés à de longues peines d'emprisonnement. Tout un arsenal d'armes automatiques et de bombes improvisées leur a été confisqué.

    Le cerveau des attentats terroristes était en fuite, mais en octobre 2020, il a été arrêté dans des circonstances non divulguées.

    Au cours de l'enquête, le militant « a avoué les faits de ses activités criminelles », et en juillet de cette année, le tribunal militaire du deuxième district occidental, l'a reconnu coupable d'avoir tenté d'organiser des actes terroristes en Russie et condamné à 21 ans de prison."