Joulani Mohamed (Chef de Hayat Tahrir ash Sham)

  • Syrie : La" Sécurité générale" du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-sham a éliminé un chef de l'Etat islamique dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Youssef Noman Abd Naif al-Jubori.jpegLa direction de la Sûreté générale du groupe jihadiste Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à Al-Qaïda, a annoncé le 26 septembre avoir éliminé un haut responsable de Daech dans la région du Grand Edleb, au nord-ouest de la Syrie.

    Dans un communiqué, la Sûreté générale a déclaré que le leader, Youssef Noman Abd Naif al-Jubori (photo ci-contre), et son garde du corps, Sami Jasim Mohamad Abdullah al-Jubori, avaient été tués lors d'une "opération de sécurité" dans l'ouest d'Edleb.

    Hassan Hassan, directeur du Center for Global Policy basé à Washington, a révélé que Noman, connu sous son nom de guerre "Abu al-Harith", et son garde du corps, également connu sous les noms de "Haji Hamed" ou "Sami al-Ajouz", travaillaient tous les deux comme passeurs et coordinateurs de l'Etat islamique entre la Syrie et l'Irak.

    Abu al-Harith est le frère de Mutaz Abd Naif Noman, "Haji Taysir", également membre important de l'Etat islamique.

    HTS, connu à l'origine sous le nom de Front al-Nusra, était la principale branche d'al-Qaïda en Syrie. En 2014, al-Nusra, dirigé par Abu Mohamad al-Julani, a fait défection d'al-Qaïda pour se rapprocher de ses protecteurs turcs et gagner en fréquentabilité et pris le nom de Hayat Tahrir al-Sham.

    Depuis lors, les deux groupes jihadistes, Hayat Tahrir al-Sham et l'Etat islamique sont impliqués dans une guerre d'usure, bien qu'ils adoptent la même idéologie radicale et les mêmes objectifs politiques.

  • Syrie : Des jihadistes étrangers dans le Grand Edleb menacent le groupe jihadiste Hayat Tahrir ash Sham (HTS)

    Imprimer

    Des jihadistes étrangers dans la région d'Edleb ont publié une déclaration le 22 août, menaçant les jihadistes de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), affiliée à Al-Qaïda, qui contrôle entièrement la région.

    Dans cette déclaration, les jihadistes étrangers ont accusé le leader de HTS, Abu Mohamad al-Julani, de les "trahir" et de les "vendre", et promettent d'attaquer les points de contrôle de ses forces de sécurité.

    "Nous vous informons que vous êtes des cibles pour nous tant que vous aidez l'oppresseur contre les opprimés ... C'est un avertissement pour vous de quitter ce travail honteux", peut-on lire dans la déclaration.

    Les jihadistes étrangers ont également demandé à HTS de libérer le commandant de Horas al-Din, Abu Omar Manhaj, qui a été arrêté par le HTS après de récents affrontements, ainsi que le journaliste américain Bilal Abdul Kareem et le travailleur humanitaire britannique Tauqir Sharif.

    Sharif aurait été arrêté pour "mauvaise gestion" des fonds d'aide et pour avoir soutenu certains projets qui ont "incité à la division" dans le Grand Edleb. Abdu Kareem a été arrêté pour avoir défendu la cause de Sharif. Les deux hommes ont été arrêtés par les forces de sécurité du HTS au début de ce mois.

    HTS a récemment été accusé par des militants du Grand Edleb de faire pression sur les jihadistes étrangers afin d'apaiser l'Occident, principalement les États-Unis.

    La nouvelle déclaration des jihadistes étrangers semble faire écho à ces accusations, . Il est remarquable qu'ucun des combattants ou commandants du HTS n'a été tué ou blessé lors des récentes frappes de drones américains sur le Grand Edleb.