Joulani Mohamed (Chef de Hayat Tahrir ash Sham)

  • Syrie : Le chef de la police et un interrogateur de Hayat Tahrir ash-Sham tué par une frappe de précision de l'artillerie syrienne.

    Imprimer

    Samedi 16 octobre dans l'après-midi, l'armée arabe syrienne (AAS) a mené une série de frappes d'artillerie de précision sur la ville frontalière de Saramada, dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Les frappes ont visé le poste de police principal de Hayat Tahrir ash-Sham et plusieurs autres positions du groupe djihadiste à Saramada, située dans le nord de la province d'Edlebe. La ville est connue pour être un bastion du groupe djihadiste et un centre économique de son front politique, appelé "gouvernement du salut".

    Selon des sources syriennes dans le Grand Edleb, quatre personnes ont été tuées et au moins 13 autres blessées par les frappes de l'AAS.

    Le chef de la police de HTS à Saramada, Mu'tazullah Suleiman, et Saad Eddine Berry, un "interrogateur" du groupe djihadiste, figurent parmi les personnes tuées dans les frappes. De plus, des sources syriennes pro-gouvernementales ont affirmé que la plupart des blessés étaient des combattants ou des policiers de HTS.

    Les frappes d'artillerie de précision auraient été menées avec des obus d'artillerie de 152 mm guidés par laser 2K25 Krasnopol de fabrication russe.

    La véritable cible des frappes pourrait être le chef du HTS, Abu Mohamad al-Joulani, qui aurait été aperçu dans la ville voisine d'Armanaz quelques heures plus tôt.

    L'AAS et ses alliés, principalement les forces aérospatiales russes, ont mené plusieurs frappes contre des cibles militaires, sécuritaires et économiques de HTS à Saramada au cours des deux dernières années.

    Les nouvelles frappes étaient probablement une réponse aux violations répétées du cessez-le-feu par HTS et ses alliés. 

    L'AAS et ses alliés se prépareraient à lancer une opération terrestre dans le Grand Edleb contre le groupe djihadiste.




     

     

  • Syrie : Un membre du MI6, les services du renseignement britanniques a rencontré al-Jolani, le chef du groupe islamiste Hayat Tahrir ash-sham (HTS)

    Imprimer

    Lundi 31 mai, l'agence de presse russe TASS a rapporté qu'un membre de l'agence de renseignement britannique MI6 avait rencontré le chef du groupe jihadiste (Hay'at Tahrir al-Sham), ancienne branche d'al-Qaïda en Syrie. Selon les rapports, la réunion a eu lieu près du poste frontière de Bab al-Hawa, à la frontière syro-turque.

    Jonathan Powell (MI6).jpegSelon une source diplomatique à Moscou, Jonathan Powell (photo) a suggéré qu'Abou Mohammad al-Jolani devrait établir une coopération étroite avec les pays européens et les États-Unis.

    La réunion visait à l'établissement de contacts avec le groupe islamique actif en Syrie. Un accord aurait été conclu sur le maintien d'une communication permanente avec les jihadistes de Hayat Tahrir ash-sham, pourtant désignés comme "terroristes" par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Les parties ont discuté de la possibilité de retirer Hayat Tahrir al-Sham de la liste des organisations terroristes.

    "La partie britannique a suggéré que le groupe Hayat Tahrir al-Sham annonce son intention d'abandonner les activités subversives contre les pays occidentaux et de construire une coopération étroite avec eux", a-t-il déclaré.

    Jolani.jpgMohammad al-Jolani (photo ci-contre) aurait reçu des recommandations pour donner une interview à un journaliste américain afin de créer une image positive de la coalition qu'il dirige. Les alliés du Royaume-Uni, principalement les États-Unis, sont censés participer à l'amélioration de l'image du groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-Sham.

    "Nous souhaitons rappeler à ceux qui oublient rapidement leur propre expérience amère qu'il n'y a pas de bons terroristes et que toutes les tentatives pour les apprivoiser et les nourrir à la main entraînent généralement de nombreux morts innocents", a souligné l'agence de presse russe.

    Il est peut être nécessaire de préciser qu'ujourd'hui, Hayat Tahrir ash-Sham est de facto contrôlé par les services spéciaux turcs . Mais ils essaient également de coopérer avec des représentants d'autres pays, avec lesquels ils négocient le changement de leur statut. En échange d'un soutien financier, les jihadistes de HTS fournissent des informations sur d'autres groupes rebelles et jihadistes syriens.

    HTS contrôle de facto la région du Grand Edleb. Ils ont récemment mené une offensive de grande envergure cette année, en attaquant un certain nombre de positions du 5e corps, une unité formée de l' Armée arabe syrienne (AAS) formée et contrôlée par l'armée russe, dans la région nord-ouest du Grand Edleb. C'est la Brigade «d'élite» du HTS, la brigade  Abu Baker al-Siddiq, qui a mené l'attaque.

    Les pays occidentaux ne devraient pas oublier pour autant que le HTS est toujours susceptible de mener des actions terroristes dans leur pays, comme en témoignent plusieurs arrestations récentes.

  • Syrie : Le groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-Sham libère un islamiste responsable d'une attaque terroriste en Russie

    Imprimer

    Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), l'ancien affilié d'Al-Qaïda en Syrie, qui contrôle la région du Grand Edleb en Syrie, a relâché Abu Salah al-Uzbeki (en gris sur la photo, au centre), a rapporté Enab Baladi le 18 mars

    Taqi al-Din al-Omar, responsable des affaires publiques du HTS, a confirmé au média pro-opposition qu'al-Ouzbeki avait été libéré sans fournir de détails. Les rapports de la libération du terroriste ont été publiés pour la première fois le 16 mars.

    Al-Uzbeki dirigeait Katibat al Tawhid wal Jihad de HTS. Il a été limogé de son poste Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), affilié à Al-Qaïda, qui dirige le Grand Idlib en Syrie, a relâché le terroriste notoire Abu Salah al-Uzbeki, a rapporté Enab Baladi le 18 mars

    Taqi al-Din al-Omar, responsable des affaires publiques du HTS, a confirmé au média pro-opposition qu'al-Ouzbeki avait été libéré sans fournir de détails. Les rapports de la libération terroriste ont été publiés pour la première fois le 16 mars.

    Al-Uzbeki dirigeait Katibat al Tawhid wal Jihad de HTS. Il a été limogé de son poste en 2020. Il a alors rejoint Ansar ad-Din.

    Le sjihadiste, de son vrai nom Sirajuddin Mukhtarov, serait responsable de l'attentat à la bombe dans le métro de Saint-Pétersbourg en 2017. Au moins 15 personnes avaient été tuées au cours de cet attentat.

    Moukhtarov a été arrêté par les forces de sécurité du HTS sans raison claire il y a environ neuf mois. Son nouveau groupe, Ansar ad-Din, avait qualifié l'arrestation d ' «humiliante» .

    L'arrestation de Moukhtarov était probablement motivée par un désaccord personnel entre lui et le chef de Hayat Tahrir ash-Sham, Abu Mohamad al-Julani. Le HTS l'a peut-être libéré pour l'utiliser à nouveau  contre la Russie.

    Récemment, des responsables russes ont révélé que HTS entraînait des terroristes à mener des attaques terroristes dans diverses villes russes.. 

    Le terroriste, de son vrai nom Sirajuddin Mukhtarov, serait responsable de l'attentat à la bombe dans le métro de Saint-Pétersbourg en 2017. Au moins 15 personnes ont été tuées dans l'attaque terroriste.

    Moukhtarov a été arrêté par les forces de sécurité du HTS sans raison claire il y a environ neuf mois. Son nouveau groupe, Ansar al-Din, a qualifié l'arrestation d ' «humiliante» .

    L'arrestation de Moukhtarov était probablement motivée par un désaccord personnel entre lui et le chef du HTS Abu Mohamad al-Julani. Le groupe terroriste l'a peut-être libéré pour coopérer à nouveau avec lui contre la Russie.

    Récemment, des responsables russes ont affirmé que HTS entraînait des terroristes à mener des attaques terroristes dans diverses villes russes.

  • Syrie : La" Sécurité générale" du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-sham a éliminé un chef de l'Etat islamique dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Youssef Noman Abd Naif al-Jubori.jpegLa direction de la Sûreté générale du groupe jihadiste Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à Al-Qaïda, a annoncé le 26 septembre avoir éliminé un haut responsable de Daech dans la région du Grand Edleb, au nord-ouest de la Syrie.

    Dans un communiqué, la Sûreté générale a déclaré que le leader, Youssef Noman Abd Naif al-Jubori (photo ci-contre), et son garde du corps, Sami Jasim Mohamad Abdullah al-Jubori, avaient été tués lors d'une "opération de sécurité" dans l'ouest d'Edleb.

    Hassan Hassan, directeur du Center for Global Policy basé à Washington, a révélé que Noman, connu sous son nom de guerre "Abu al-Harith", et son garde du corps, également connu sous les noms de "Haji Hamed" ou "Sami al-Ajouz", travaillaient tous les deux comme passeurs et coordinateurs de l'Etat islamique entre la Syrie et l'Irak.

    Abu al-Harith est le frère de Mutaz Abd Naif Noman, "Haji Taysir", également membre important de l'Etat islamique.

    HTS, connu à l'origine sous le nom de Front al-Nusra, était la principale branche d'al-Qaïda en Syrie. En 2014, al-Nusra, dirigé par Abu Mohamad al-Julani, a fait défection d'al-Qaïda pour se rapprocher de ses protecteurs turcs et gagner en fréquentabilité et pris le nom de Hayat Tahrir al-Sham.

    Depuis lors, les deux groupes jihadistes, Hayat Tahrir al-Sham et l'Etat islamique sont impliqués dans une guerre d'usure, bien qu'ils adoptent la même idéologie radicale et les mêmes objectifs politiques.

  • Syrie : Des jihadistes étrangers dans le Grand Edleb menacent le groupe jihadiste Hayat Tahrir ash Sham (HTS)

    Imprimer

    Des jihadistes étrangers dans la région d'Edleb ont publié une déclaration le 22 août, menaçant les jihadistes de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), affiliée à Al-Qaïda, qui contrôle entièrement la région.

    Dans cette déclaration, les jihadistes étrangers ont accusé le leader de HTS, Abu Mohamad al-Julani, de les "trahir" et de les "vendre", et promettent d'attaquer les points de contrôle de ses forces de sécurité.

    "Nous vous informons que vous êtes des cibles pour nous tant que vous aidez l'oppresseur contre les opprimés ... C'est un avertissement pour vous de quitter ce travail honteux", peut-on lire dans la déclaration.

    Les jihadistes étrangers ont également demandé à HTS de libérer le commandant de Horas al-Din, Abu Omar Manhaj, qui a été arrêté par le HTS après de récents affrontements, ainsi que le journaliste américain Bilal Abdul Kareem et le travailleur humanitaire britannique Tauqir Sharif.

    Sharif aurait été arrêté pour "mauvaise gestion" des fonds d'aide et pour avoir soutenu certains projets qui ont "incité à la division" dans le Grand Edleb. Abdu Kareem a été arrêté pour avoir défendu la cause de Sharif. Les deux hommes ont été arrêtés par les forces de sécurité du HTS au début de ce mois.

    HTS a récemment été accusé par des militants du Grand Edleb de faire pression sur les jihadistes étrangers afin d'apaiser l'Occident, principalement les États-Unis.

    La nouvelle déclaration des jihadistes étrangers semble faire écho à ces accusations, . Il est remarquable qu'ucun des combattants ou commandants du HTS n'a été tué ou blessé lors des récentes frappes de drones américains sur le Grand Edleb.