Jisr al-Shoughour

  • Syrie : Un Marocain, leader d'un groupe affilié à al-Qaïda, assassiné dans la région du Grand Edleb

    Imprimer

    1-e1629289430372-768x437.pngMardi 17 août, Le 17 août, Abu al-Farouq al-Maghribi, un chef terroriste marocain, a été assassiné dans la région du Grand Edleb, au nord-ouest de la Syrie.

    Al-Maghribi a été attaqué par des assaillants non identifiés alors qu'il revenait de son poste militaire dans le nord de la province de Lattaquié. Les assaillants ont tendu une embuscade au jihadiste sur une route près de la ville de Jisr al-Shoughour dans la province d'Edleb et ont mitraillé son véhicule de dizaines de balles.

    Le jihadiste a été mortellement blessé lors de l'attaque. Il a été déclaré mort quelques heures après avoir été transporté dans un hôpital voisin.

    Al-Maghribi était un dirigeant de « Harakat Sham al-Islam », un groupe affilié à al-Qaïda composé principalement de Marocains qui a été actif pendant la majeure partie de la guerre en Syrie. Le groupe a été fondé en août 2013 par trois détenus marocains qui avaient été libérés du camp de détention de Guantanamo Bay, Ibrahim bin Shakran, Ahmed Mizouz et Mohammed Alami.

    Le 25 juillet 2014, le groupe a annoncé qu'il faisait partie de Jabhat Ansar al-Din, affilié à al-Qaïda. Le Département d'État américain a inscrit l'organisation sur la liste des groupes terroristes le 24 septembre 2014 et par les Nations Unies le 29 février 2016.

    Le chef du groupe, Shakran, a été tué dans une bataille avec les forces gouvernementales syriennes en avril 2014, ainsi que le commandant militaire du groupe, Abu Safiya Al-Masri. Le 12 décembre 2016, le groupe s'est complètement dissous dans Jabhat Ansar al-Din.

    Aucune partie n'a revendiqué l'assassinat d'al-Maghribi, pour l'instant. Les services de renseignement syriens ou étrangers, y compris les agences russes et américaines, sont peut-être à l'origine de l'assassinat. Il en va de même pour l'Etat islamique dont les cellules du Grand Edleb ont l'habitude d'abattre les jihadistes rivaux.

    Certains militants radicaux du Grand Edleb ont également émis l'hypothèse que l'assassinat avait été orchestré par Hayat Tahrir al-Sham (HTS), l'ancien affilié d'al-Qaïda, qui contrôle de facto la région. Selon certaines sources, l'assassinat a eu lieu à quelques mètres seulement d'un poste de contrôle des forces de sécurité du HTS.

    Le Grand Edleb continue d'offrir un refuge à des milliers de jihadistes dangereux du monde entier. La Turquie, qui maintient une grande force dans la région, ne fait rien pour changer cette situation.

  • Syrie : L'armée de l'air russe pilonne les positions de jihadistes syriens dans le sud et l'ouest de la province d'Edleb

    Imprimer

    Samedi 20 mars, des avions de combat des Forces aérospatiales russes (VKS) ont effectué plusieurs frappes aériennes sur des positions de jihadistes dans le sud et ouest de la province d'Edleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les frappes aériennes ont visé les zones suivantes:
    - Terres agricoles entourant la ville de Beinin dans le jabal Zawiya dans le sud d'Edleb.
    - La ville de Bkafla au nord de la ville de Jisr al-Shughur dans l'ouest d'Edleb.

    Aucune victime n'a été rapportée à la suite des frappes aériennes. Les cibles étaient les positions les plus probables de Hay't Tahrir al-Sham (HTS), l'organisation jihadiste qui contrôle de facto la région du Grand Edleb. Le groupe est actif sur le Jabal Zawiya et Jisr al-Shughur.

  • Syrie : Attaque de missiles au nord de Hama

    Imprimer

    Des groupes armés déployés dans la province d'Edleb ont attaqué la ville de Jurin, au nord-ouest de la province syrienne de Hama, avec des roquettes, selon l'agence officielle syrienne SANA.

    L'agence a cité une source du commandement de la police de Hama, selon laquelle des hommes armés retranchés dans les environs de la ville de Jisr al-Shughour au sud de la province d'Edleb, ont attaqué au Rocket Propelled Gun (RPG) des maisons de la ville de Jourin .

    La source a souligné que les attaques avaient entraîné des dommages matériels aux biens des personnes et aux installations publiques.

    Des groupes armés affiliés au groupe jihadiste syrien Hayat Tahrir ash-Sham se sont répandus dans un certain nombre de villages et de villes de la province d'Edleb et attaquent continuellement les villages voisins, ce qui a fait des dizaines de morts et de blessés parmi les civils.

  • Nagorny-Karabakh : Les Arméniens publient la vidéo d'un mercenaire syrien dont la mission était de décapiter les ennemis

    Imprimer

    Les combattants arméniens ont publié un nouveau clip vidéo des aveux d'un mercenaire syrien capturé lors des batailles dans la région du Haut-Karabakh il y a plus d'un mois. C'est la deuxième vidéo d'un combattant syrien venu se battre aux côtés de l'armée azerbaïdjanaise contre les arméniens dans la région du Haut Karabakh.

    Dans la vidéo publiée par les combattants arméniens, cet après-midi, dimanche 1er novembre, le mercenaire syrien a déclaré qu'il s'appelait "Yusef Al-Abed Al-Hajji" (photo ci-dessus) et qu'il venait du village d'Al-Ziyadiyya dans la ville de Jisr Al-Shughur près de la province syrienne d'Idlib, au nord-ouest du pays.

    Il a ajouté qu'il était «né en 1988» et qu'il était marié et père de 5 enfants, et qu'il était venu abattre les têtes de ce qu'il appelait des «infidèles», selon ses dires, en échange d'un salaire mensuel de 2 000 $.

    Il a poursuivi: «Je n'ai pas encore obtenu de récompenses financières. Ils m'avaient promis de payer deux mille dollars à la fin de chaque mois, et il y en a d'autres qui ont participé aux combats à plusieurs reprises, mais je participe pour la première fois à ces batailles.

    Il a révélé que "quiconque coupe la tête d'une personne reçoit 100 dollars supplémentaires à son salaire mensuel". Il a souligné que "sa mission, qui est la décapitation".

    Le mercenaire parlait dans un dialecte différent de celui des habitants d'Idlib, mais des sources familières avec cette région ont explique que «le village d'où le mercenaire est originaire, il y a des familles bédouines qui parlent un dialecte différent.

    Un autre mercenaire syrien capturé, Mehred Muhammad al-Khair, était apparu sur une vidéo publiée par les Arméniens vendredi.

    Vidéo de Yusef Al-Abed Al-Hajji

  • Syrie : Les avions de guerre russes ont pilonné des QG et des camps du groupe islamiste Hayat Tahrir ash-sham dans le grand Edleb

    Imprimer

    Mercredi 14 octobre, les avions de guerre des forces aérospatiales russes ont effectué plus de onze frappes aériennes sur le sud-ouest de la province d'Edleb,.

    Les frappes aériennes auraient pris pour cibles des camps d'entraînement et des quartiers généraux de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à Al-Qaïda, et d'autres groupes djihadistes dans la région de Hamamah, qui est située près de la ville de Jisr al-Shoughour.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins quatre islamistes de HTS ont été tués lors des frappes aériennes russes. L'OSDH a déclaré que le nombre de victimes devrait augmenter dans les prochaines heures car de nombreux autres militants ont été gravement blessés.

    RusVesna.SU a déclaré que les militants de HTS étaient formés aux armes antichars et à la guerre en montagne par des conseillers militaires turcs et des contractuels privés sur les sites qui ont été pris pour cibles. Les frappes aériennes ont été effectuées par des avions Su-34 et Su-24M. Une vidéo montrant certains des camps et des quartiers généraux ciblés a également été diffusée.

    Les frappes aériennes russes étaient probablement une réponse aux violations répétées par les rebelles syriens de l'accord de cessez-le-feu dans le Grand Edleb, qui a été négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars.

    Les militants du Grand Edleb, menés par HTS, continuent de violer le cessez-le-feu. La Turquie, qui maintient une force importante dans la région, ne fait rien pour mettre fin à ces provocations. Cela va probablement conduire à une nouvelle escalade.

    Vidéos des bombardements:




  • Syrie : Une voiture piégée a explosé près d'un poste d'observation turc à Jisr al-Shoughour

    Imprimer

    Vendredi 28 août au soir, une voiture piégée a explosé près d'un poste d'observation turc situé à proximité de la ville de Jisr al-Shoughour, tenue par les rebelles, dans le sud de la province d'Edleb

    Selon les rapports, la voiture piégée a explosé après que les forces turques déployées sur place aient ouvert le feu sur elle, empêchant la voiture piégée d'atteindre sa cible. Malgré cela, au moins un rebelle soutenu par la Turquie a été tué par l'explosion.

    Il y a également des rapports selon lesquels plusieurs soldats turcs auraient été blessés. Cependant, cela reste à confirmer.

    Par ailleurs des sources pro-rébellion affirment que l'armée syrienne a bombardé des positions de Hayat Tahrir al-Sham (anciennement la branche syrienne d'Al-Qaida) près de la ville de Kinsafa dans la région de Jabal Zaouiyah.

    Quelques jours auparavant, les islamistes radicaux d'Edleb avaient attaqué une patrouille turco-russe sur l'autoroute M4 dans le sud d'Edleb, endommageant un véhicule russe. C'était la deuxième attaque contre une patrouille turco-russe en une semaine environ.

  • Résumé des principaux évènements en Syrie au cours du weekend - 16 août 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 16 août  2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le 15 août sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite