Hennis-Plasschaert Jeanine (Irak)

  • Irak, Sinjar: accord conclu avec le Kurdistan

    Imprimer

    Le gouvernement irakien de Bagdad et le gouvernement régional du Kurdistan , en coordination avec la Mission d'assistance des Nations Unies en Iraq (MANUI), sont parvenus le 9 octobre à un accord visant à relever les défis politiques et sécuritaires liés à la Région de Sinjar.

    Pour l'Organisation des Nations Unies, il s'agissait d'un premier pas important vers un «avenir meilleur», dans le but ultime de favoriser la reconstruction de la région et de renforcer les relations entre Bagdad et Erbil. L'administration de Sinjar, située dans une zone controversée de la province septentrionale de Ninive, a été l'une des questions sur lesquelles les deux gouvernements ont longtemps lutté pour trouver un point de rencontre. En 2014, des combattants de l'État islamique étaient entrés dans la région en commettant des crimes odieux contre les yézidis, considérés comme hérétiques. Selon les Nations Unies, cela aurait été un véritable génocide, car au moins 3 000 Yézidis ont été tués par l'Etat islamique et 6 000 réduits en esclavage, y compris des enfants. En outre, selon les rapports de l'ONU, environ 3. 000 femmes et filles enlevées sont toujours portées disparues. Malgré la défaite militaire de l'Etat islamique, la région a continué d'être témoin d'instabilité, compte tenu des désaccords sur les questions de sécurité et de l'absence d'une administration unifiée.

    La Représentante spéciale des Nations Unies pour l'Irak, Jeanine Hennis-Plasschaert, a déclaré le 9 octobre qu'elle avait bon espoir quant au nouvel accord, estimant que cela pourrait inaugurer une nouvelle phase pour Sinjar, dans laquelle les intérêts de la population prévalent, afin de permettre le retour des habitants locaux dans leurs foyers, d'accélérer les opérations de reconstruction et d'améliorer les services publics. Des idées similaires sont également venues du gouvernement de Bagdad, comme l'a rapporté le porte-parole du Premier ministre, Ahmed Mulla Talal, qui a déclaré que le Premier ministre, Mustafa al-Kadhimi, avait encouragé un accord "historique" qui renforcera l'autorité fédérale pour Sinjar en termes de gouvernance et de sécurité.

    En ce qui concerne les détails du nouveau pacte, celui-ci prévoit le choix d'une nouvelle administration locale pour le district de Sinjar, tandis que la sécurité de la région sera confiée aux forces locales, au sein desquelles une expansion de 2500 nouvelles unités et le retrait des factions externes sont attendus. La fourniture de services, a-t-on précisé, sera de la responsabilité d'un comité mixte composé de membres du gouvernement central, celui du Kurdistan et du gouvernorat de Ninive. Le gouvernement fédéral, en coordination avec l'exécutif régional, jouera un rôle central, car il devra garantir la mise en œuvre et le respect de l'accord, en collaborant également avec la population locale elle-même.

    L'accord, a déclaré Talal, met fin à l'ingérence de groupes extérieurs. La référence va, en particulier, au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), dont la présence n'est pas bien vue par le gouvernement kurde d'Erbil, qui a poussé à plusieurs reprises cette organisation à abandonner Sinjar. Le PKK a pris le contrôle du district en 2014, lorsqu'il a commencé à soutenir la communauté yézidie contre l'État islamique. Cela a été considéré par certains comme un simple prétexte pour établir une base logistique à partir de laquelle mener leurs opérations. Le PKK est une organisation paramilitaire, soutenue par les masses populaires du sud-est de la Turquie d'origine kurde, mais aussi active au Kurdistan irakien. Pour Ankara, l'Union européenne et les États-Unis, ce parti doit être considéré comme une organisation terroriste.

    Les partis politiques irakiens ont décrit l'accord du 8 octobre comme une solution idéale pour restaurer la stabilité à Sinjar et une expérience qui pourrait être appliquée dans d'autres régions du pays, même si certains parlementaires se sont demandés quels avantages cela pourrait réellement apporter à la Communauté yézidie. Dans ce contexte, le président du gouvernement régional du Kurdistan, Masrour Barzani, a également salué l'accord en le définissant comme un point de départ pour la mise en œuvre de l'article 140 de la Constitution.