Jeddah

  • Arabie saoudite : Les rebelles chiites yéménites houthis ont attaqué une installation pétrolière d'Aramco

    Imprimer

    Les rebelles chiites yéménites houthis ont déclaré lundi 23 novembre avoir lancé un missile de croisière Quds-2 contre une station de distribution opérée par la compagnie pétrolière saoudienne Aramco dans la ville de Djeddah, sur le littoral de la mer Rouge.

    Vidéo de l'attaque

    Il n'y a eu aucune confirmation de la part de l'Arabie saoudite concernant l'attaque rapportée sur Twitter par un porte-parole militaire du groupe Houthi.

    S'exprimant via Twitter, un porte-parole militaire des Houthis a prévenu les entreprises étrangères travaillant en Arabie saoudite de faire preuve de prudence car les opérations vont se poursuivre. Le porte-parole leur conseille de rester à l'écart des installations vitales importantes car elles se trouvent dans la banque de cibles.

    Les rebelles chiites, soutenus par l'Iran, ont revendiqué l'an dernier des attaques aux drones contre plusieurs installations d'Aramco, dont le plus grand site mondial de transformation de brut.

    Les images satellites montrent des dégâts limités aux infrastructures (cercle rouge):

    Engf9S9XMAU8Xp8.jpeg

    Lien permanent Catégories : ARABIE SAOUDITE, Aramco, Houthis, Jeddah, YEMEN 0 commentaire
  • Arabie saoudite : Attaque à l'explosif anti-français au cimetière non musulman de Jeddah - quatre blessés

    Imprimer

    Quatre personnes ont été blessées dans un attentat à la grenade perpétré au cimetière non musulman de Jeddah, ville de l'ouest de l'Arabie saoudite, mercredi lors d'une cérémonie commémorant l'armistice du 11 novembre 1918, a annoncé le ministère français des Affaires étrangères. On sait que parmi les blessés se trouvent deux ressortissants français et un Grec. Il s'agit d'un officier de la sécurité de l'ambassade grecque qui venait de prendre ses fonctions. Son état est jugé sérieux. La grenade a été lancée par dessus un mur d'enceinte au moment ou le consul de France prononçait un discours en commémoration du 11 novembre 2018. Des ressortissants anglais, belges, italiens et d'autres pays participaient à la cérémonie.

    Il s'agit de la deuxième attaque visant des intérêts français à Jeddah après celle du 29 octobre contre un vigile du consulat de France, sur fond d'une série d'attentats jihadistes en France mais aussi à Vienne le 2 novembre, liés en partie aux caricatures du prophète Mahomet.

    "La cérémonie annuelle commémorant la fin de la Première guerre mondiale au cimetière non musulman de Jeddah, associant plusieurs consulats généraux (d'autres pays) dont le consulat de France, a été la cible d'une attaque à l'engin explosif ce matin, qui a causé plusieurs blessés", a indiqué le Quai d'Orsay, sans plus de précisions sur l'identité et la nationalité des victimes.

    "La France condamne fermement ce lâche attentat que rien ne saurait justifier", a ajouté la diplomatie française, en appelant les autorités saoudiennes "à faire toute la lumière" sur cet acte et en "identifier et poursuivre les auteurs". Plusieurs pays, dont la France et la Belgique, célèbrent mercredi le 102 anniversaire de l'armistice conclu entre l'Allemagne et les Alliés, qui marqua la fin de la Première guerre mondiale.

    Le royaume saoudien, critiqué pour sa promotion d'un islam rigoriste, le wahhabisme, tente depuis quelque temps de se présenter sous un nouveau jour, avec des réformes sociales libérales entreprises ces dernières années sous l'impulsion de Mohammed ben Salmane, qui a dans le même temps accentué la répression des voix dissidentes depuis son accession au statut de prince héritier en 2017.

    L'attaque revendiquée par l'Etat islamique ?
    L'attaque survient dans un contexte d'incitations contre l'Arabie Saoudite de la part de l'Etat islamique qui appelle les Saoudiens à attaquer les ressortissants occidentaux dans le pays, comme en témoigne une campagne médiatique à grande échelle de la part de groupes liés à l'Etat islamique avec des affiches, des vidéos et des citations.

    Et de fait, l'État islamique (EI) a revendiqué, jeudi 12 novembre, la responsabilité de l'attaque à la grenade. Le mouvement jihadiste a rapporté via Telegram que "des combattants avaient placé un engin explosif dans le cimetière de la ville de Djeddah", où des diplomates européens étaient présents mercredi.

    2020:11:11.jpeg

  • Arabie saoudite : Un homme arrêté après une attaque au consulat français à Jeddah

    Imprimer

    Un homme a été arrêté après avoir attaqué au couteau un garde en faction devant le consulat de France à Jeddah,  rapporte jeudi la télévision publique saoudienne. Le garde a été blessé à la gorge et à l'épaule.

    L'ambassade de France émet un message d'alerte maximum pour tous les citoyens français en Arabie saoudite.

    ElfZDkWWMAEgNoQ.jpeg

  • Yémen : Les rebelles chiites houthis utilisent des drones kamikazes iraniens d’une portée allant jusqu’à 1500 km

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    La semaine dernière, Associated Press a publié un article sur les  drones utilisés par les combattants houthis du Yémen pour attaquer des cibles stratégiques ennemies.
    Cette publication est citée par de nombreux médias arabes qui affirment que des stations de pompage d’oléoducs en Arabie saoudite et quatre navires marchands près du port de Fujairah dans les Emirats arabes unis ont été attaqués au cours des dix derniers jours.
    Il apparait que les Houthis ont à disposition des drones iraniens. La publication d’AP évalue que ces drones peuvent opérer à une distance allant jusqu’à 1 500 km, et s’ils sont lancés depuis le Yémen, ils pourraient atteindre la centrale nucléaire en construction à l’ouest des EAU et l’aéroport international à Dubaï.
    AP apporte la preuve que l’attaque des stations de pompage d’oléoducs en Arabie saoudite a été menée à l’aide de drones. Les Houthis confirment avoir utilisé des drones pour effectuer cette opération. A noter que les Houthis utilisent des drones de combat depuis mars 2015, aussi bien en reconnaissance que dans des missions d’attaque.
    L’Associated Press publie la photo d’un des drones utilisés par les Houthis : Il s’agit d’un drone de 4,5 mètres d’envergure avec une poutre de queue en V, équipé d’un moteur arrière avec des réservoirs de carburant supplémentaires. Ce drone peut porter une charge de combat jusqu’à 18 kg. Les experts pensent qu’un tel drone est programmé pour frapper à un point spécifique (à une certaine latitude et longitude), et sa portée peut atteindre 1500 kilomètres.
    La rédaction a demandé à Denis Fedutinov, l’un des principaux spécialistes russes dans le domaine des véhicules aériens téléguidés, de lui faire part de ses commentaires. « Il y a eu une certaine évolution (si le mot est approprié dans ce contexte) dans l’utilisation des véhicules aériens sans pilote. Les drones kamikazes ont déjà été utilisés non seulement contre les forces de l’ordre, mais aussi pour des événements de masse et pour des personnalités politiques, comme le défilé au Venezuela, qui en est un exemple. Les aéroports sont de plus en plus visés, ce qui, heureusement, n’a pas encore eu de conséquences tragiques. Aujourd’hui, nous constatons qu’on utilise des drones pour attaquer des infrastructures dans l’espoir de causer des dommages économiques à l’ennemi. Nous pouvons supposer qu’à l’avenir, on peut s’attendre à ce que d’autres secteurs de l’énergie, des communications, des transports, etc. soient la cible des véhicules aériens sans pilote et que ces risques, bien sûr, doivent être pris en compte dans leur conception et leur exploitation « , a déclaré Fedutinov.
    Répondant à une question de notre équipe éditoriale sur l’évaluation de la portée maximale du drone houthi (1 500 km), Fedutinov a déclaré : « On peut supposer qu’un tel drone d’une masse au décollage de plusieurs dizaines de kilogrammes, transportant à son bord environ 10 kg de charge explosive, sera capable d’effectuer des vols de plus de 10 heures qui, à la vitesse de croisière, typique pour ces drones, donneront des paramètres similaires à la portée maximale annoncée.
    Contre Israël, l’Iran utilise généralement ses forces de substitution, le Hezbollah libanais, ainsi que le Djihad islamique et le Hamas à Gaza. Mais la distance entre la frontière occidentale de l’Iran et toute cible en Israël n’est pas supérieure à 1500 km.

    Autres articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 20 mai 2019

    • Arabie saoudite: Deux missiles interceptés dans le ciel saoudien, l’un d’eux aurait eu pour cible la Mecque – Abonnés
    • Egypte : 12 jihadistes tués dans une opération de police, annonce le ministère de l’Intérieur – Abonnés
    • Irak : La fusée tirée dimanche soir dans la zone verte de Bagdad aurait été lancée depuis une zone contrôlée par des milices chiites soutenues par l’Iran – Abonnés
    • Irak : Incidents sécuritaires – Abonnés
    • Mali : 7 personnes, dont 2 gendarmes, tuées par des assaillants dans le Sud – Abonnés
    • Mali : Un soldat nigérian tué, trois blessés dans des attaques au Mali – Abonnés
    • Syrie : au moins 10 civils tués dans des frappes russes sur Idleb – Abonnés
    • Tadjkistan : émeute de prisonniers jihadistes, 32 morts – Abonnés
    • Yémen : Les rebelles chiites houthis utilisent des drones kamikazes iraniens d’une portée allant jusqu’à 1500 km – Lire l’article complet
  • Arabie saoudite : Attaque déjouée près du palais royal à Jeddah

    Imprimer
    Arabie saoudite
    Jeddah
    Attaque déjouée près du palais royal à Jeddah 
    L'ambassade des États-Unis en Arabie Saoudite a averti les citoyens américains d'informations non confirmées d'une attaque déjouée près du palais royal Al Salam à Djeddah.  
    L'ambassade des États-Unis conseille aux citoyens américains en Arabie Saoudite de faire preuve de prudence dans le secteur proche du palais royal à Djeddah, samedi 7 octobre après des informations parues sur les médias sociaux faisant état d'une attaque.
    Toujours selon les réseaux sociaux, un attaquant et deux gardes royaux auraient été tués au cours de l'incident.
    Le gouvernement saoudien n'a pas fait de déclaration officielle concernant l'incident.
    "En raison de la possibilité d'une activité de police en cours, les citoyens américains sont invités à faire preuve de prudence lorsqu'ils parcourent la région", a averti l'ambassade.
    Le palais est situé à côté de la rue roi Abdulaziz et de la rue Andalus sur le front de mer de la ville. 
     
    Jean René Belliard
    Et beaucoup d'autres informations importantes dans la newsletter du samedi 7 septembre réservée aux abonnés.
    Pour s'abonner, écrire à ptolemee@belliard74.com

     

    Lien permanent Catégories : ARABIE SAOUDITE, ÉTATS-UNIS, Jeddah 1 commentaire