Javad Zarif

  • Afghanistan : Une nouvelle milice pro-iranienne en Afghanistan

    Imprimer

    La presse iranienne a annoncé la formation d'une milice, appelée « Hashd Al-Shi'i », qui en arabe signifie « mobilisation chiite », en soutien au gouvernement afghan contre les talibans. 

    La nouvelle a commencé à se répandre à partir du 19 juillet, lorsque le journal iranien "République islamique" a révélé que le groupe avait annoncé sa présence en Afghanistan. L'article en question portait les mots de Saeed Hassan Al-Haidari, le commandant du groupe, qui a déclaré : « Je commanderai des groupes populaires qui combattront aux côtés des forces gouvernementales pour défendre notre patrie de la même manière que j'ai défendu le sanctuaire de mon ancêtre Imam Ali », en référence au premier des 12 imams chiites. Le même journal a rapporté que certains des membres du nouveau groupe sont d'anciens membres de la brigade Fatemiyoun. Cette organisation est principalement composée de citoyens afghans qui ont été recrutés par la force spéciale al-Qods du Corps des gardiens de la révolution Islamique d'Iran. La milice était à la pointe des opérations militaires de Téhéran en Syrie, en soutien au président Bachar al-Assad. 

    Déjà le 21 décembre 2020, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, était apparu à la télévision afghane suggérant que le gouvernement de Kaboul pourrait utiliser la brigade Fatemiyoun pour "combattre le terrorisme et protéger la sécurité de l'Afghanistan". Zarif a ensuite ajouté que la milice était en Syrie "volontairement" et que celle-ci comptait un peu moins de 5 000 combattants. Seuls 2 000 d'entre eux se trouvaient encore en Syrie. Certains politiciens afghans et représentants de la société civile ont  réagi avec scepticisme et indignation  à la proposition iranienne de rapatrier les combattants afghans. D'après  certains témoignages, nombre de ces militants ne sont rien de plus que des réfugiés afghans en Iran qui ont été contraints de rejoindre la milice iranienne. C'est aussi la reconstruction du  département du Trésor américain , qui a placé la Brigade sur la liste noire des sanctions américaines le 24 janvier 2019. Cependant, l'Iran soutient qu'il s'agit de volontaires qui sont régulièrement payés pour leurs services. 

    Face à la formation d'une nouvelle milice iranienne opérant sur le sol afghan, certains représentants de Kaboul ont prévenu l'Iran des risques à cet égard. Qasem Vafaizadah, chef du ministère afghan de l'Information et de la Culture, a déclaré : "Avec ce genre de complot, l'Iran complique la guerre en Afghanistan en provoquant la population et en créant des menaces pour la sécurité, mais cet incendie les brûlera aussi". Par ailleurs, Vafaizadah a souligné qu'il n'y a pas de place dans le pays "pour ces groupes de mercenaires qui agissent comme des marionnettes de puissances étrangères".L'Iran entretient de bonnes relations avec le gouvernement de Kaboul, malgré le fait qu'il soit le principal allié des États-Unis dans la région. Même en temps de crise économique, l'Iran a officiellement subventionné l'Afghanistan. Cependant, Téhéran a été accusé d'avoir maintenu des contacts avec certaines cellules du soulèvement taliban, malgré le fait qu'elles étaient responsables de graves discriminations et violences contre la minorité chiite afghane, les Hazaras. 

    Parallèlement, le 26 juillet, Mohammad Ebrahim Taherian, le représentant spécial du ministère iranien des Affaires étrangères pour l'Afghanistan a rencontré le ministre afghan des Affaires étrangères, Mohammad Hanif Atmar, à Kaboul et a réitéré le soutien de son pays. Selon des sources iraniennes, Atmar aurait apprécié "les positions raisonnables de l'Iran" en soutenant les efforts de paix visant à mettre fin à la violence continue et aux violations des droits humains perpétrées par les talibans. Le représentant de Kaboul a également déclaré que cette escalade conduirait à une propagation de l'extrémisme et à un renforcement des groupes terroristes internationaux, tels que l'État islamique. Dans ce contexte, selon Atmar, la coopération politique, économique, culturelle et commerciale entre Kaboul et Téhéran représenterait un besoin urgent, soulignant la nécessité pour l'Iran d'agir en tant que médiateur pour la paix afghane. 

    Le 22 juin, Deborah Lyons, la représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU pour l'Afghanistan, a averti que les talibans ont pris le contrôle de plus de 50 des 370 districts afghans depuis mai, notant que les zones conquises entourent les capitales provinciales. La crainte est que les talibans préparent le terrain pour lancer les derniers assauts une fois que les forces étrangères se seront complètement retirées. Le 24 juillet, le gouvernement afghan a imposé un couvre-feu d'un mois dans la majeure partie du pays pour tenter d'empêcher les talibans d'envahir les villes. Tous les déplacements sont interdits, de 22 heures à 4 heures du matin, sur tout le territoire national, à l'exception de la capitale Kaboul et de deux autres provinces, celles du Panjshir et de Nangarhar. 

    Alors que le pays est en proie à la violence dans la province d'Herat, à la frontière avec l'Iran,  le gouvernement afghan a eu la satisfaction de voir que les forces armées avaient pu résister aux talibans. 

    Dans la soirée du 28 juillet, une attaque des talibans contre la ville d'Herat et le district de Karukh a été repoussée avec succès, éliminant au moins 40 talibans, selon les autorités afghanes locales. De leur côté, les talibans n'ont pas confirmé ces pertes et la situation dans la zone reste instable, avec des informations faisant état de nouveaux combats dans d'autres zones. "Nous avons des chars et du matériel militaire et nous nous battrons avec acharnement contre les talibans", a déclaré Akram Khan, un commandant à Herat. « Nous défendons notre sol. Nous n'avançons pas pour le moment pour éviter des pertes civiles », a ajouté Abdul Rahim, un membre du commando. Mohammad Ismail Khan, un ancien chef moudjahidine qui dirige également les forces d'insurrection publiques, composées de citoyens armés qui soutiennent l'armée contre les talibans.
    VA5d3sXS.jpeg

  • Iran : Un suspect identifié dans le sabotage du site nucléaire de Natanz

    Imprimer

    Karimi Reza.pngSamedi 17 avril 2021, les autorités iraniennes ont révélé avoir identifié le suspect dans le sabotage de l'installation nucléaire de Natanz, qui a eu lieu la semaine dernière. 

    Il s'agit de Reza Karimi (photo), 43 ans, qui a fui à l'étranger quelques jours avant le sabotage. La télévision d'Etat iranienne a diffusé le passeport et la photographie de l'homme; il serait originaire de la ville de Kashan. La manière dont Karimi pouvait accéder à l'un des sites les plus classifiés de la République islamique n'est pas précisée.

    Les autorités ont déclaré que toutes les mesures nécessaires étaient prises pour renvoyer Reza Karimi en Iran. En particulier, il est souligné que Karimi est recherché par Interpol, qui a publié une «notice rouge» spéciale - une demande de fouille et de détention provisoire de la personne désignée en vue de son extradition.

    Dans un reportage télévisé à ce sujet, un certain document a été montré (vraisemblablement une "notice rouge"), qui contenait l'histoire des mouvements de Karimi: Espagne, Émirats arabes unis, Kenya, Éthiopie, Qatar, Turquie, Ouganda, Roumanie et un autre pays, dont la lecture du nom sur l'écran était impossible.

    Vendredi 16 avril, le chef de l'Autorité iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, avait annoncé  que des preuves de sabotage avaient été trouvées sur le site de "Natanz" et qu'il ne s'agissait pas d'un accident. Il a ajouté que les opérations d'enrichissement d'uranium se poursuivaient.

    Lundi 12 avril, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait accusé Israël d'être derrière le ciblage du système énergétique interne, qui fournit les centrifugeuses de l'installation nucléaire de "Natanz". 

    L'accident est survenu quelques heures après que l'Iran ait annoncé le début de l'exploitation de nouvelles centrifugeuses avancées à "Natanz", qui doivent permettre d'enrichir l'uranium plus rapidement.

    Ce n'est pas la première fois que le réacteur nucléaire iranien "Natanz" subit des "accidents" qualifiés de "sabotage". En juillet 2020, 'une mystérieuse explosion s'était produite sur le site. Ls autorités iraniennes n'avaient pas révélé  les détails.

     

  • Iran : Le Mossad est au centre de Téhéran, avertit Netanyahu

    Imprimer

    Le Premier ministre  israélien, Benjamin Netanyahu, a confirmé que le Mossad était au centre de Téhéran, pour espionner le programme nucléaire iranien. Il a présenté les plans nucléaires secrets de l’Iran.

    Le Mossad a assassiné le scientifique nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh
    Ce n'est pas la première fois que le Mossad mène des opérations en Iran. Le père des réacteurs nucléaires iraniens, le scientifique  Mohsen Fakhrizadeh, a été tué en novembre près de Téhéran, à l'aide d'une arme pesant une tonne, introduite clandestinement en Iran par les services secrets israéliens. (Mossad), après avoir été démantelé et transporté en plusieurs parties.

    20 agents du Mossad pour exécuter l'opération 
    Selon Reuters un groupe de plus de 20 agents, comprenant des citoyens israéliens et iraniens, a tendu une embuscade au scientifique Fakhrizadeh après l'avoir épié pendant 8 mois.

    Les médias iraniens ont rapporté que Fakhrizadeh, 59 ans, était décédé à l'hôpital après que des hommes armés l'aient abattu dans sa voiture.

    Peu de temps après sa mort, l'Iran a accusé Israël, et le ministre des Affaires étrangères Muhammad Javad Zarif a écrit sur Twitter que l'Iran disposait "d'indications sérieuses sur le rôle joué par Israël

    Le Mossad a utilisé une arme lourde sophistiquée
    Le Jewish Chronicle - qui est le plus ancien journal juif du monde - a déclaré que le Mossad avait installé des armes automatiques sur une camionnette, indiquant que l'arme - qui était contrôlée par des agents à distance tout en surveillant la cible - était extrêmement lourde, parce qu'elle contenait une bombe qui a détruit les preuves après le meurtre. "

    Le rapport du journal indique que l'Iran «a secrètement estimé qu'il faudrait 6 ans» avant qu'un successeur de Fakhrizadeh soit opérationnel, et que sa mort «allait prolongé la période nécessaire à l'Iran pour construire une bombe nucléaire d'environ 3,5 mois. à deux ans.

    ll a ajouté que l' attaque avait été menée par «Israël seul, sans intervention américaine», mais il a précisé que les responsables américains avaient été préalablement informés de l'opération.

    Objectif : Empêcher l'Iran d'acquérir des armes nucléaires
    Netanyahu a ajouté: Nous avons fait d'autres choses que je ne divulguerai pas. Il a déclaré : "dans mon rôle de chef du gouvernement israélien, "je m'engage à empêcher l'Iran d'accéder aux armes nucléaires pour menacer la région et l'Etat juif."

    Israël interdit et interdira le stationnement de forces iraniennes en Syrie
    Benjamin Netanyahu a souligné les efforts de l'armée israélienne pour empêcher l'implantation des forces iraniennes en Syrie.

    Pour le Premier ministre israélien la "politique israélienne envers l'Iran est claire ". Il ajoute à titre de menaces: "Si l'Iran tente de nous attaquer, nous l'attaquerons, ou nous le devancerons en l'attaquant." Nous savons que les bases militaires iraniennes en Syrie sont dirigées contre nous.

    Netanyahu admet avoir ordonné des frappes aériennes en Syrie
     "J'ai demandé à l'armée israélienne d'empêcher à tout prix le stationnement de forces iraniennes en Syrie, et vous voyez que régulièrement nous bombardons en Syrie". Il s'agit d'un aveu rare de l'implication d'Israël dans le bombardement régulier de la Syrie depuis des années.

    Il a poursuivi :: Nous prenons de larges mesures, élargissons le cercle afin d'empêcher l'Iran d'atteindre ses objectifs, et nous avons frappé ses capacités.

    Netanyahu veut plus de soutien américain
    Netanyahu a exprimé l'espoir que "les États-Unis se joindront à Israël" et a ajouté: "J'ai eu un appel du président américain, Joe Biden, qui est un de mes amis depuis 40 ans, et il a renouvelé son engagement à empêcher l'Iran. d'accéder aux armes nucléaires".

    Le Mossad a également exécuté  Abu Muhammad al-Masri, un dirigeant d'Al-Qaïda à Téhéran
    Les forces spéciales israéliennes ont également assassiné Abdullah Ahmed Abdullah, surnommé Abu Muhammad al-Masri, le deuxième homme de l'organisation Al-Qaïda. Des responsables du renseignement américain ont confirmé vendredi qu'il avait été tué dans la capitale iranienne, Téhéran, en août dernier, par des agents israéliens. , selon le journal New York. Times ".

    Le FBI avait mis Al-Masry sur la liste des terroristes les plus recherchés des États-Unis.

    Accusé d'avoir tué des Américains
    Selon le FBI, Al-Masry était accusé d'avoir assassiné des citoyens américains en dehors des États-Unis et d'avoir comploté pour tuer des citoyens américains en dehors des États-Unis.

    Al-Masry est accusé d'avoir lancé une attaque contre une installation fédérale, qui a tué des gens, et d'avoir comploté pour tuer des Américains et détruire des bâtiments et des biens immobiliers appartenant aux États-Unis. Al-Masry était également accusé d'avoir comploté pour détruire les installations de la Défense nationale américaine.

    Une prime de 10 millions sur la tête d' Abu Muhammad Al-Masry
    Le site Internet du FBI a indiqué que le dirigeant d'al-Qaïda portait plusieurs pseudonymes. Outre Abu Muhammad al-Masri, il se faisait également appeler Saleh, Abu Maryam, Abu Muhammad et Abdullah Ahmad Abdullah Ali.

    Et selon les descriptions du site, Al-Masry est né vers 1963 en Egypte. Il avait les cheveux et les yeux foncés.

    Le FBI avait annoncé une récompense pouvant aller jusqu'à 10 millions de dollars pour quiconque fournirait des informations qui permettraient d'arrêter al-Masry.

     

  • L'Iran appelle l'Irak à identifier les auteurs des attaques anti-américaines

    Imprimer

    zarif Mohammad Javad.jpgL'Iran a appelé samedi l'Irak à "identifier les auteurs" des récentes attaques contre l'ambassade des Etats-Unis et des intérêts occidentaux sur son territoire, estimant qu'elles avaient pour but de perturber les relations irano-irakiennes.

    Des roquettes avaient été tirées lundi 22 février en direction de l'ambassade américaine dans la capitale irakienne mais étaient tombées à proximité. Il s'agissait de la troisième attaque contre des intérêts occidentaux en Irak en une semaine.

    "Nous soulignons la nécessité pour le gouvernement irakien d'identifier les auteurs de ces incidents", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarifs (photo), dans un communiqué publié sur le site du ministère. "Les dernières attaques sont suspectes et pourraient avoir été planifiées avec l'objectif de porter atteinte aux relations irano-irakiennes et à la stabilité de" l'Irak, a affirmé M. Zarif.

    Le chef de la diplomatie iranienne s'est entretenu samedi avec son homologue irakien Fouad Hussein, en visite à Téhéran, au lendemain de raids américains visant des miliciens pro-iraniens dans l'est de la Syrie, près de la frontière avec l'Irak.

    M. Zarif "a condamné l'attaque américaine contre les forces irakiennes dans les zones frontalières" irako-syriennes, des attaques jugées "illégales" et en "violation de la souveraineté" du pays. Les Etats-Unis ont fait savoir que l'Iran serait tenu "responsable des actions de ses affidés qui attaquent des Américains" en Irak.

    Les tirs de roquettes à Bagdad en début de semaine n'ont pas été revendiqués mais Washington les a attribués au Kataëb Hezbollah, une faction membre de la coalition de paramilitaires pro-Iraniens de la puissante coalition de milices chiites Hashd al-Chaabi, intégrée à l'armée irakienne depuis des mois.

    Ennemis jurés, la République islamique d'Iran et les Etats-Unis sont deux puissances agissantes en Irak. Ces raids interviennent dans un contexte de tensions entre Washington et Téhéran sur le programme nucléaire iranien et la perspective de négociations pour relancer l'accord de 2015 censé l'encadrer.

  • Iran : De nouvelles centrifugeuses à Natanz pour enrichir l'uranium

    Imprimer

    L'Iran dispose désormais de deux "cascades" de centrifugeuses perfectionnées d'une capacité d'enrichissement d'uranium quasiment quatre fois supérieure à celles initialement installées sur le site de Natanz, a déclaré mardi le représentant de la République islamique auprès de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA).

    "Grâce à nos méticuleux experts nucléaires, deux cascades de 348 centrifugeuses IR-2m de quasiment quatre fois la capacité des IR-1 fonctionnent désormais (...) avec succès à Natanz", a écrit Kazem Gharibabadi sur Twitter. "L'installation de deux cascades de centrifugeuses IR-6 a aussi commencé à Fordo."

    Dans un rapport daté de lundi et dont Reuters a eu connaissance ce mardi, l'AIEA confirme que l'Iran a commencé à enrichir de l'uranium sur son site souterrain de Natanz à l'aide d'une deuxième cascade de centrifugeuses IR-2m, en plus de celle qui fonctionnait déjà.

    Ce deuxième ensemble de centrifugeuses IR-2m fait partie des trois que l'Iran a dit, en décembre, vouloir installer à Natanz en plus du premier. Sur ces trois cascades supplémentaires, une autre est quasiment achevée et l'installation de la dernière a commencé, dit l'AIEA.

    Dans le cadre de l'accord de 2015 sur son programme nucléaire, dont l'Iran s'est progressivement affranchi après le retrait américain décidé par Donald Trump en 2018, les installations souterraines de Natanz ne doivent accueillir que des centrifugeuses IR-1 de première génération, moins efficaces. Téhéran n'est en outre autorisé à utiliser que ce type de centrifugeuses IR-1 pour enrichir l'uranium.

    En fonction de son degré d'enrichissement, l'uranium peut avoir des utilisations civiles, comme la production d'électricité, ou militaires, pour le développement d'armements nucléaires.

    Avec l'arrivée de Joe Biden à la présidence des Etats-Unis, l'Iran a évoqué lundi par le biais de son ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif l'hypothèse d'un retour "synchronisé" des deux pays au sein de l'accord de 2015 via une médiation de l'Union européenne.

  • Iran : "L'Azerbaïdjan est à nous": les Iraniens offensés par le rappel par Erdogan d'une "paix honteuse" avec la Russie

    Imprimer

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a suscité l'indignation en Iran après avoir lu un poème sur l'unité du peuple azerbaïdjanais lors de sa visite à Bakou. À Téhéran, la déclaration du dirigeant turc a été perçue comme une tentative de saper l'unité nationale et l'intégrité territoriale du pays.

    Erdogan est arrivé dans la capitale de l'Azerbaïdjan pour participer aux célébrations en l'honneur de sa victoire dans la guerre du Karabakh. Le poème qu'il a cité affirme que la rivière Araks ne pourra pas diviser les Azerbaïdjanais, qui ont été privés de force de leur patrie unie.

    La frontière de l'Azerbaïdjan et de l'Iran longe l'Araks. Selon diverses estimations, 12 à 18 millions d'Azerbaïdjanais vivent sur le territoire iranien. C'est une partie importante de la population de la République islamique. Les autorités iraniennes ont entendu dans les paroles d'Erdogan un appel à la restauration d'un Azerbaïdjan uni sous l'hégémonie turque.

    «Le président Erdogan n'a pas été informé que les territoires au nord des Araks ont été arrachés de force à la patrie iranienne. Ne comprend-il pas qu'il porte atteinte à la souveraineté de l'Azerbaïdjan ? PERSONNE n'a le droit de parler de NOTRE précieux Azerbaïdjan», a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères sur Twitter. Mohammad Javad Zarif.

    L'ambassadeur de Turquie à Téhéran a reçu une note de protestation. Le ministre a également appelé son homologue turc Mevlut Cavusoglu, qui a déclaré que le chef de l'Etat n'était pas au courant des sentiments que le poème évoque en Iran. Les responsables turcs disent qu'ils pensaient que les poèmes déploraient «l'occupation arménienne» des terres azerbaïdjanaises.

    La frontière le long de la rivière Araks a été établie conformément au traité de paix turkmène de 1828 signé par la Perse et l'Empire russe. L'accord est toujours perçu en Iran comme une honte nationale, une défaite stratégique, dont l'Iran ne s'est pas remis à ce jour.

  • Iran : Critique de Téhéran après qu'Erdogan ait récité un poème panturkiste

    Imprimer

    Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a critiqué vendredi le président turc Recep Tayyip Erdogan pour un poème "mal récité" qui sous-entendrait que les provinces du nord-ouest de l'Iran faisaient partie de la république d'Azerbaïdjan.

    L'Iran compte une importante population azérie, principalement dans les provinces bordant le fleuve Araks et voisines de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie.

    "Le président Erdogan n'a pas été informé que ce qu'il a mal récité à Bakou se réfère à la séparation forcée des zones au nord d'Aras de la métropole iranienne", a écrit M. Zarif sur Twitter. 

    M. Erdogan s'est exprimé jeudi lors d'une visite en Azerbaïdjan pour célébrer la récente victoire de ce pays turcophone du Caucase contre le Nagorny Karabakh, face à l'Arménie qui a dû céder d'importants territoires de cette enclave en territoire azerbaïdjanais disputée depuis des décennies. "N'a-t-il pas compris qu'il portait atteinte à la souveraineté de la République d'Azerbaïdjan?", a ajouté M. Zarif. "PERSONNE ne peut parler de NOTRE Azerbaïdjan bien-aimé."

    "Ils ont séparé le territoire
     Gumunan Doyurdular
     Je ne vous laisserai pas
     Ils ont été séparés par l'oppression".

    Voir la vidéo

    Selon l'agence iranienne Isna, le poème récité fait référence à la région de Tabriz, à majorité turque, jusqu'à la rivière Aras, au nord. Il est "l'un des symboles séparatistes du panturkisme". Le texte parle d'Aras et "se plaint de la distance séparant les personnes de langue azérie des deux côtés du fleuve", ajoute Isna. Le ministère des Affaires étrangères iranien a dit avoir convoqué l'ambassadeur de Turquie au sujet des "remarques interventionnistes et inacceptables" du président Erdogan, et exigé "une explication immédiate". Il a signifié à l'ambassadeur que "l'ère des revendications territoriales et des empires bellicistes et expansionnistes était révolue", selon un communiqué officiel. L'Iran "ne permet à personne de s'immiscer dans son intégrité territoriale", affirme le texte.

    Eo9EHUMXMAYA80T.jpeg