Jarabulus

  • Syrie : Deux morts et 19 blessés dans une double explosion à Jarabulus (Nord syrien)

    Imprimer

    Des sources de l'opposition syrienne ont annoncé que deux personnes avaient été tuées et 19 autres blessées dans une double explosion dans la ville de Jarabulus, , à l'est d'Alep, dans le nord du pays.

    Les sources ont indiqué qu'une explosion s'est produite près de la mairie, suivie d'une autre dans un restaurant de la ville.

    Selon les informations reçues, la première explosion a été provoquée par un engin explosif placé dans une poubelle près de la mairie, au centre de la ville de Jarabulus.

    La deuxième explosion a été provoquée par une moto piégée au milieu du marché de la ville de Jarabulus.
    Carte.jpg

     

    Lien permanent Catégories : Jarabulus, SYRIE 0 commentaire
  • Syrie : Deux explosions à Jarablus ... et vendetta post-Daech entre deux clans dans la province d'Alep

    Imprimer

    Un enfant a été tué et 14 personnes ont été blessées dans deux explosions simultanées dans la ville de Jarablus dans la partie orientale de la province d'Alep.

    Un véhicule et une motocyclette piégés ont explosé à Jarablus, l'une près d'un point de contrôle de factions soutenues par la Turquie et la motocyclette dans le centre de la ville, tuant un enfant et blessant 14 civils.

    Les deux explosions ont également blessé un certain nombre de membres des factions pro-turques et causé des dégâts matériels.

    Les médias de la zone contrôlée par les factions soutenues par la Turquie ont rapporté que la bombe avait été plantée dans la voiture d'un membre l'Armée Nationale et qu'elle avait explosé simultanément avec l'explosion de la moto près d'un quartier général militaire de cette faction. .

    Affrontements dans la campagne d'Alep
    D'autre part, la ville de Maskana, dans la province d'Alep, a été théâtre d'affrontements armés entre deux clans, probablement en raison d'une vendetta qui remonte à la période de contrôle de la ville par l'Etat islamique.

    Des vidéos ont montré les affrontements qui ont eu lieu sur le marché de la ville, qui est affiliée à la région de Manbij dans la province d’Alep.

    Des sources locales ont rapporté que la confusion est survenue entre le clan Al-Anatas de la tribu «Al-Hadidin» et le clan Khafajah. Les affrontements n’ont fait aucune victime.

    Les sources estiment que ce qui s'est passé était lié à une vengeance qui remonte à la période du contrôle de la ville par "l'Etat islamique", qui s'est terminée avec la prise de contrôle par l'armée syrienne en 2017.

    Les deux clans avaient des membres au sein de l'organisation islamiste, quoique dans une moindre mesure le clan "Khafajah", dont la présence se limite à Maskanah, et le reste en Iraq. La tribu "Hadidin", qui a des extensions à Homs, Hama, Alep et à la périphérie du désert de Raqqa, avait le plus fort contingent au sein de Daech et était très influente à l'époque. Un certain nombre de hauts fonctionnaires civils et de militaires appartiennent à cette tirub.

    La ville était hors du contrôle du gouvernement en 2012, avant que l'Etat islamique ne prenne le contrôle en 2014, et son contrôle s'est poursuivi pendant environ 3 ans jusqu'à ce que l'armée syrienne reprenne la ville, considérée comme l'un des bastions les plus importants de l'organisation djihadiste dans la province d'Alep. .

     

     

     

     

  • Syrie : Quatre morts dans des tirs de missiles sur des raffineries dans le Nord

    Imprimer

    Des tirs de missiles sur des raffineries de pétrole dans le nord de la Syrie ont fait au moins quatre morts et 24 blessés, provoquant le plus important incendie touchant de telles installations, a rapporté samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Selon l'SDH, une série de tirs de missiles par des navires de guerre russes et des forces alliées du régime syrien ont frappé des installations de raffinage de fortune dans la province d'Alep dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 mars, provoquant un important incendie dans cette zone contrôlée par les forces turques et leurs supplétifs syriens. L'OSDH a fait état de quatre morts et de 42 blessés à différents degrés près de la ville de Jarablous. Au moins un rebelle syrien pro-turc a été tué, a affirmé le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane. Les secours ont mis plusieurs heures à maîtriser l'incendie qui a touché environ 180 réservoirs, selon l'OSDH. L'incendie est "le plus important jamais provoqué par un missile ciblant des installations de raffinage de fortune" en Syrie, d'après la même source.
    Evyn3tBXcAA160e.jpegLes installations pétrolières dans les parties de la province d'Alep contrôlées par la Turquie ont fait l'objet d'attaques répétées ces derniers mois, bien que Moscou et le gouvernement syrien ne les aient pas revendiquées. La guerre meurtrière qui dévaste la Syrie depuis 2011 a coûté des dizaines de milliards de dollars au secteur des hydrocarbures. Les combats ont parfois ravagé les infrastructures, cibles de convoitises des différents belligérants. Avant le conflit, la production de pétrole brut syrien atteignait près de 400.000 barils par jour. Aujourd'hui, elle s'est effondrée.

    Les trafiquants de pétrole du nord d'Alep vendent du pétrole produit illégalement par les Forces démocratiques syriennes (FDS) à partir de plusieurs champs dans la région du nord-est. Ce commerce illégal contribue à financer des militants soutenus par la Turquie ainsi que les FDS.

    La frappe sur Tarhin et al-Himran a été clairement menée par l'armée arabe syrienne et les forces russes. Des missiles balistiques tactiques OTR-21 Tochka ont été utilisés dans l'attaque. Selon un certain nombre de sources, des missiles balistiques tactiques Iskander et des roquettes lourdes BM-30 Smerch ont également été utilisés.

    Les opérations de trafic de pétrole dans le nord et le nord-est de la Syrie vont probablement ralentir pendant des semaines, voire des mois, à la suite de la grève réussie.

  • Syrie : Une frappe de missiles cible des trafiquants de pétrole dans une région sous contrôle turc

    Imprimer

    Tard, dans la soirée du 27 février, une frappe de missiles a ciblé des raffineries de fortune et des réservoirs de stockage utilisés par des trafiquants de pétrole syriens dans la partie du nord d'Alep occupée par la Turquie.

    Plusieurs missiles ont frappé les installations et l'équipement des trafiquants, qui sont situés dans le village de Mazaalah au sud-ouest de la ville de Jarabulus, à la frontière avec la Turquie. Aucune victime n'a été rapportée.

    Des militants de l'opposition ont déclaré que les missiles avaient été lancés depuis la périphérie de la ville d'Alep, contrôlée par le gouvernement. Les militants ont également partagé des photos en ligne montrant les restes de l'un des missiles, un missile balistique tactique OTR-21 Tochka de fabrication soviétique. L'armée arabe syrienne exploite un nombre indéterminé de systèmes Tochka.

    L'OTR-21 Tochka a une autonomie de 70 à 185 km selon la variante et une erreur circulaire probable, CEP, de moins de 70 m. La variante utilisée dans la frappe contre les trafiquants de pétrole à Mazaalah était probablement armée d'une ogive à fragmentation.

    Les trafiquants dans les zones occupées par la Turquie vendent du carburant puisé illégalement par les Forces Démocratiques Syriennes à partir des champs pétrolifères du nord-est de la Syrie.

    Ce n'est pas la première fois qu'une frappe de missile prend pour cible les trafiquants de pétrole. Au cours de l'année dernière, plusieurs frappes de missiles et des drones munis d'explosifs ont touché les installations et l'équipement des trafiquants de pétrole dans les zones occupées par la Turquie. L'attaque la plus récente, qui a eu lieu le 9 février, a également été lancée depuis Alep.

    OTR-21-Tochka-678x1024.jpg

     

  • Syrie : Les forces turques arrêtent deux Kurdes suspectés d'avoir voulu faire sauter un hôpital à Jarabulus

    Imprimer

    L'Agence Anadolu a rapporté que les forces turques dans la ville syrienne de Jarabulus avaient arrêté deux combttants qu'elles affirment être membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), et qui, selon les autorités turques, prévoyaient de faire sauter un hôpital dans la ville.

    Dans un communiqué, les autorités turques de l’État de Gaziantep ont déclaré que les forces turques à Jarablus avaient arrêté deux suspects du Parti des travailleurs du Kurdistan qui cherchaient à exploiter la situation afin de commettre un attentat terroriste dans un hôpital de la ville de Qandura à Jarabulus.

    Il a indiqué que les forces de sécurité ont confisqué un fusil et 25 balles en leur possession.

  • Syrie : 10 morts et 24 blessés dans des attentats terroristes à Azaz et à Al-Bab

    Imprimer

    10 personnes ont été tuées et 24 autres blessées lors d'un attentat terroriste visant les localités d'Azaz et d'Al-Bab, contrôlées par la Turquie et ses alliés, dans la province d'Alep, au nord de la Syrie.

    Une voiture piégée a explosé près du bâtiment gouvernemental provisoire et du centre culturel de la ville d'Azaz.

    L'attaque a fait 10 morts et 24 blessés, selon un bilan préliminaire.

    L'attentat terroriste a causé des dégâts matériels importants aux maisons et aux voitures situées à proximité. 4 personnes ont péri dans cette première explosion et 20 autres ont été blessées.


    Peu de temps après l'attaque terroriste à Azaz, un poste de contrôle dans la zone de «Zarzour», à 5 km à l'est de la ville d'Al-Bab a lui aussi été la cible d'une attaque terroriste.

    L'attentat à la bombe a fait 6 morts et 4 blessés, selon un bilan préliminaire qui risque de s'alourdir. Parmi les morts, on compte cinq militants syriens de Hamza Davison, un groupe rebelle syrien pro-turc membre de l'Armée Nationale Syrienne. Plus de sept autres personnes ont été blessées.

    Aucune partie n'a encore revendiqué la responsabilité de l'attaque. Les militants kurdes YPG/ sont généralement accusés par les autorités turques.

    Rappelons quau moins six civils ont été tués et 25 autres personnes blessées, samedi, dans l'explosion d'une bombe sur un site industriel du district d'Afrin, une localité également sous contrôle turc.

    Pour les Turcs et leurs alliés syriens, les auteurs de ces attentats viennent des régions adjacentes de Tal Rifaat et Manbij, en Syrie. Ils visent souvent les zones de Jarabulus, Aazaz, Afrin et al-Bab, contrôlées par l'opposition syrienne alliée à la Turquie.

  • Syrie : Une moto piégée explose dans la ville de Jarablus - Plusieurs blessés

    Imprimer

    Une moto piégée a explosé dans la ville de Jarablus, qui est contrôlée par des factions pro-turques dirigées par la salle des opérations du "Bouclier de l'Euphrate", au nord-est de la province d'Alep. L'explosion a blessé plusieurs personnes, dont une femme et un policier.

    Carte.jpg

    Lien permanent Catégories : Jarabulus, SYRIE 0 commentaire