Jalalabad

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Mahdi Sirat (tué le 2021:02:16).jpegKaboul
    L'officier de renseignement du NDS, Mahdi Sirat (photo de gauche), a été assassiné dans la région de Dasht-e-Barchi dans le PD-13 de Kaboul ce mardi matin.

    Province de Baghlan
    Dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 février 2021, les forces spéciales afghanes ont pris d'assaut un complexe taliban dans le nord de la province de Baghlan qui était utilisé comme prison, détenant des dizaines de membres des forces de sécurité afghanes et de civils. Les forces spéciales ont fait une descente dans la prison et ont sauvé 42 personnes, dont des membres de la sécurité, ont annoncé mardi des responsables. Les prisonniers avaient été gravement torturés par les talibans, ont indiqué les forces spéciales.

    L'opération de sauvetage a été menée dans la région d'Ali Khowaja à Baghlan-e-Markazi, dans le nord de la province de Baghlan, a déclaré le porte-parole du Corps des opérations spéciales, Abdul Ghafar Nuristani. 25 membres des forces de sécurité afghanes et 17 civils ont été libérés . Les personnes secourues ont été transférées à Mazar-e-Sharif.

    Rappelons que les forces de sécurité afghanes ont libéré de nombreux civils et membres des forces de sécurité des cachots des Taliban dans différentes provinces au cours de la dernière année.
    EuVCviiXAAEd8gK.jpeg

    Province de Nangarhar
    4 personnes, dont un policier, ont été tuées au cours de deux attaques distinctes à l'arme à feu à Jalalabad ce mardi matin.  La première attaque a pris pour cible un véhicule de police dans le PD-3, tuant un policier et en blessant deux autres. La seconde attaque au pistolet a visé un autre véhicule dans le PD-4, tuant 3 personnes. 

    EuU1AUkWQAI-aNW.jpeg


    EuVEr07XcAAKNAa.jpegProvince de Nimruz
    Les talibans ont revendiqué l'explosion d'une bombe artisanale (IED), lundi 15 février, visant un véhicule à Kang. Selon les Talibans, un officier de l'ANDSF (photo) a été tué lors de l'attaque.

    Province de Takhar

    Au moins trois soldats de l'Armée nationale afghane (ANDSF) ont été tués et quatre autres blessés par l'explosion d'une bombe artisanale (IED) qui a visé leur véhicule dans le district de Dashti Qala, mardi après-midi.

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Province de Helmand
    Les talibans revendiquent une attaque d'"infiltrés" à l'intérieur d'un poste de contrôle à Gereshk, province de Helmand. Les Talibans affirment que leur infiltré a fait de nombreuses victimes avant de rejoindre les Talibans avec un véhicule et quelques armes. 

    Province de Kunduz
    7 membres d'une milice pro-gouvernementale ont été tués et 4 autres blessés lors d'une attaque des talibans contre un de leurs avant-postes  dans le district d'Imam Sahib, province de Kunduz, dimanche soir, a déclaré Khaluddin Hakimi, membre du conseil provincial.

    Province de Nangarhar
    Les services de renseignement afghans (NDS) affirment avoir tué 7 militants de l'État islamique - Khorasan (ISKP), dont un kamikaze, lors d'une opération des forces spéciales dans le PD-7, à Jalalabad, Nangarhar, dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 février. Les NDS ont récupéré un gilet suicide, un RPG, 3 fusils, 20 grenades et quelques explosifs. 
    EuQjBMDWYAAzLUn.jpeg
    Deux frappes aériennes ont mis hors de combat 14 talibans dans les districts de Hesarak et Shirzad.
    Les responsables de Nangarhar affirment que 14 combattants talibans ont été tués et quatre autres blessés lors de deux frappes aériennes dans les districts de Hesarak et Shirzad.
    2021:02:15-2.jpegToujours dans la province de Nangarhar, Les autorités locales ont arrêté quatre talibans et saisi un véhicule à Surkh Rod.
    2021:02:15.jpeg

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Province de Kandahar
    Le commandant de la police provinciale, Farid Meshaal, a déclaré qu'une attaque à la voiture piégée avait ciblé un poste des forces de sécurité dans la région d'Arghandab (photo ci-dessous), dans le sud de la région de Kandahar, blessant 12 policiers. Meshaal a ajouté qu'une école et plusieurs maisons à proximité avaient été endommagées lors de l'attaque.

    2021:02:13.jpeg

    Province de Kunar : 5 policiers tués dans une explosion
    Vendredi soir 12 février, cinq membres des forces de police ont été tués dans une explosion visant leur voiture dans le district de Chaba Dara, province de Kunar, dans l'est de l'Afghanistan.

    Province de Nangarhar
    Un membre du groupe d'assassinat de l'Etat islamique tué à Nangarhar
    La Direction nationale de la sécurité (NDS) a déclaré dans un communiqué que Sharifullah, membre de l'Etat islamique, avait été tué lors d'une opération de nuit dans le sixième district de Jalalabad.

    Les forces de sécurité ont également mené plusieurs autres opérations vendredi soir, dans les quartiers de la famille Khalil et de Mushko Alley, dans le sixième arrondissement de la ville de Jalalabad.

    Deux autres personnes ont également été arrêtées, selon des sources sécuritaires.

    Ces individus ont été impliqués dans des assassinats ciblés de l'Etat islamique à Nangarhar et d'extorsion dl'argent en vue de financer le groupe islamiste radical.

    EuFm5DHWgAEb7lD (1).jpeg

    Il convient de mentionner que plusieurs personnes avaient déjà été arrêtées en lien avec des assassinats ciblés dans la ville de Jalalabad.

    Toujours à Jalalabad, trois civils ont été blessés par l'explosion d'une bombe en bordure de route  samedi matin. La police de Nangarhar a déclaré que l'explosion avait visé un véhicule de police, mais que tous les blessés étaient des civils. Aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de l'attaque.  L'État islamique du Khorasan (ISKP) a revendiqué la responsabilité de l'explosion qui a visé le véhicule de la police Ranger et a également endommagé un véhicule civil.

    EuJcnacWgAQgm1W.jpeg

  • Afghanistan: Derniers évènements sécuritaires - Les Talibans interrompent la trêve hivernale

    Imprimer

    Fin de la trêve hivernale
    Les talibans mettent un terme à la trêve hivernale et rappellent leurs combattants sur le champ de bataille.

    Les combattants talibans auraient été appelés à interrompre la trêve hivernale des combats, ont déclaré trois dirigeants militants; Les talibans veulent envoyer un message ferme à  la nouvelle administration Biden, au moment où celle-ci semble de plus en plus vouloir stopper le retrait des troupes étrangères.

    Selon NBC News, les hauts commandants taliban «ont reçu l'ordre de retourner à leurs postes et d'assister à des réunions spéciales et à des discussions pour définir une stratégie future».

    Un commandant taliban de la province de Helmand a déclaré à NBC News qu'il y avait «plusieurs problèmes» que les dirigeants du mouvement devaient résoudre, y compris une «impasse» dans les pourparlers de paix avec le gouvernement afghan et des doutes sur la politique que mènera la nouvelle administration à Washington.

    Le pays fait face à une escalade de la violence, tandis que les pourparlers de paix  inter-afghans sont bloqués à Doha. A cela s'ajoute l'incertitude entourant les projets du nouveau président américain Joe Biden pour l'Afghanistan.

    Un rapport bi-partisan publié mercredi a averti que le retrait irresponsable des troupes conduirait probablement à une «nouvelle guerre civile» en Afghanistan et permettrait aux groupes terroristes de resurgir et prendre le pouvoir.

    Pendant ce temps, NBC News a rapporté qu'un dirigeant politique taliban à Doha, au Qatar, a déclaré que le plan du groupe était d'essayer de capturer des provinces stratégiquement importantes au cas où les pourparlers avec le gouvernement afghan échoueraient, et si Biden décidait de maintenir des troupes dans le pays au-delà de mai - la date limite convenue. entre les talibans et l'administration Trump.

    Le membre taliban de Doha a déclaré que les combattants des districts «importants» avaient été rappelés à leurs postes.

    L'équipe de Biden a quant à elle déclaré qu'elle examinait la situation en Afghanistan et a indiqué qu'elle serait prête à retarder le retrait des troupes si nécessaire.

    Kaboul
    Un attentat ciblant la communauté Sikh tue deux Sikhs
    Un attentat a pris pour cible un magasin au cœur de la capitale, provoquant son effondrement et la mort d'au moins deux Sikhs, selon la police afghane. 

    Personne n'a immédiatement revendiqué la responsabilité de l'explosion, mais le groupe État islamique a ciblé les sikhs et d'autres communautés minoritaires en Afghanistan.1000_1.jpeg


    Obailullah.jpegUn policier tué par l'explosion d'une mine magnétique posée sur son véhicule de police
    Une mine magnétique posée sur un véhicule militaire a explosé à Kaboul, tuant le  policier Obailullah. L'attentat a eu lieu à 10 h 41, samedi 6 février, dans la région de Gulai Khairkhana.

    Par ailleurs,  les forces de la secte de Kaboul 111 affirment avoir empêché, ce même samedi, deux explosions dans la banlieue de Kaboul. Une mine dans le village Abdul Rauf du district de Musahi à Kaboul et une grenade propulsée par roquette dans la région de Qala-e-Nader à Deh Sabz ont été saisies par les forces de sécurité, empêchant les deux projets d'attaque.

    Province de Kandahar : 10 talibans tués au cours de combats
    De violents combats sont toujours en cours dans les districts d'Arghandab, de Panjwayi et de Zary, dans la province de Kandahar.
    Les talibans prévoyaient d'attaquer les avant-postes des forces de sécurité afghanes dans les régions de Baboran et Shiwan du district d'Arghandab et de la région de Charkhab du district de Panjwayi dans le sud de la province de Kandahar, mais leur attaque a été déjouée car ils ont été pris pour cibles par les forces afghanes appuyées par l'armée de l'air afghane et américaine.

    10 combattants talibans ont été tués et neuf autres blessés dans ces deux districts. Des armes et des munitions ont été détruites, a indiqué un communiqué du ministère de la défense. Des informations font état de victimes parmi les soldats afghans et des civils suite aux raids de l'aviation.

    Afghan-security-forces-MoD-ANA-e1603119139260-660x330.jpg

    Province de Nangarhar : Un policier tué, 11 autres personnes blessées par l'explosion d'une voiture piégée
    Au moins un policier a été tué dans l'explosion d'une voiture piégée à un poste de contrôle dans le district de Khogyani à Nangarhar samedi matin. 11 autres personnes, dont six policiers et cinq civils, ont été blessées dans l'explosion.

    Les responsables ont également déclaré que des dommages considérables avaient été causés aux bâtiments voisins.

    Des photos sur les réseaux sociaux révèlent que le poste de contrôle de la police a été détruit.

    Aucun groupe n'a jusqu'à présent revendiqué la responsabilité de l'attaque.

    NEws12.jpg

    Attentat de l'Etat islamique à Jalalabad
    Deux policiers et trois civils ont été blessés lorsque leur véhicule de type Ranger de la police a heurté une mine en bordure de route dans le PD3 de la ville de Jalalabad, a déclaré Farid Khan, porte-parole de la police de Nangarhar. L'Etat islamique a revendiqué l'attentat à l'IED.

    Province de Takhar : 
    Cinq militants ont été tués et huit autres blessés lors d'affrontements avec les forces de sécurité afghanes dans le district de Baharak, dans le nord de la province de Takhar.

    Province d'Uruzgan
    Les forces afghanes ont mené une opération soutenue par les forces aériennes dans le district de Gezab, dans le sud de la province d'Uruzgan, qui a entraîné la mort de neuf talibans et en a blessé quatre autres.

     

  • Afghanistan : Trois morts, dont un dignitaire religieux, dans une série d'attentats

    Imprimer

    Kaboul
    Un éminent dignitaire religieux et deux autres personnes ont été tués mardi 2 février dans une série d'attentats à la bombe en Afghanistan, dont quatre dans la capitale Kaboul, ont indiqué des responsables.

    Ces attentats commis avec des bombes fixées sur les véhicules de leurs cibles sont devenus l'une des tactiques privilégiées des insurgés, notamment aux heures de grande affluence sur les routes de la capitale.

    Mohammad Atif, un religieux afghan réputé faisant partie d'une association caritative basée à Kaboul, a été tué ainsi qu'une autre personne dans l'explosion d'une bombe (photo ci-dessus) qui visait leur voiture dans le centre de la capitale, selon des responsables. Ferdaws Faramarz, le porte-parole de la police de Kaboul, a précisé que deux autres civils ont été blessés dans cette explosion.

    Le président Achraf Ghani a condamné l'attentat, l'imputant aux talibans qui ont démenti être impliqués dans l'assassinat du religieux. "Les talibans doivent comprendre qu'ils ne pourront pas réaliser les mauvaises intentions de leurs maîtres à travers la violence et la terreur, ni échapper à la responsabilité de tels crimes", a affirmé le chef de l'Etat dans un communiqué.

    Une deuxième explosion qui visait un véhicule du ministère de l'Intérieur à Kaboul a blessé deux personnels de sécurité, et une autre personne a été blessée dans un troisième attentat dans la capitale.

    Une quatrième bombe qui visait la voiture d'un député a explosé également à Kaboul, faisant deux blessés. Le député ne se trouvait pas dans le véhicule au moment de l'explosion. 

    Jalalabad
    Dans la ville instable de Jalalabad (est), un policier a été tué et deux autres blessés dans une attaque à la bombe similaire.

    Province de Herat
    Les autorités locales de Herat ont déclaré avoir arrêté 11 combattants talibans. 

    EtN0fS_WYAQstBi (1).jpeg

    Province de Kunduz
    Dans la nuit du 1er au 2 février, au moins 4 policiers ont été tués et 3 autres ont été blessés dans une attaque des talibans dans la province nord de Kunduz, selon Fawzia Yaftali, membre du Conseil provincial. Les affrontements se sont produits dans le PD1 de la ville lorsque les talibans ont attaqué un avant-poste de sécurité. Trois assaillants ont également été tués et deux autres blessés, selon la source. L'attaque est intervenue quelques heures après la visite du chef d'état-major de l'armée afghane, le général Yasin Zia, qui s'est rendu à Kunduz pour enquêter sur la situation et élaborer un plan pour lancer de nouvelles opérations dans la région, selon le ministère de la Défense. 

    Province de Nangarhar
    Le ministère afghan de l'Intérieur annonce que deux combattants talibans ont été tués lors d'affrontements avec les forces de police dans le village de Khair Abad, district de Surkh Rod dans la province de Nangarhar.  Deux fusils d'assaut AK-47, plusieurs grenades à main et un véhicule ont été récupérés par la police.
    retrait total des troupes américaines d'ici mai.
    EtNvvfuXEAEMQr5.jpeg

    Province de Parwan
    Un véhicule de la police a été visé dans la province de Parwan, au nord de la capitale, sans que l'explosion fasse de victime, selon la police. La série d'attentats de mardi n'ont pas été revendiqués.

    Recrudescence des assassinats ciblés
    Les assassinats ciblés de journalistes, personnalités politiques et défenseurs des droits, sont devenus de plus en plus fréquents ces derniers mois en Afghanistan. Même si l'organisation État islamique a revendiqué certaines de ces attaques qui ont semé la peur et le chaos dans le pays, Kaboul et Washington les imputent aux talibans.

    Pourparlers de paix de Doha au point mort
    Les pourparlers de paix ouverts en septembre à Doha entre les talibans et le gouvernement afghan pour mettre fin à deux décennies de guerre sont au point mort. La recrudescence des violences à Kaboul et dans plusieurs provinces afghanes a conduit l'administration du président américain Joe Biden à annoncer un réexamen de l'accord signé en février 2020 à Doha avec les insurgés, qui prévoit le retrait total des troupes américaines d'ici mai.



  • Afghanistan : Au moins 9 personnes ont été tuées dans une explosion à Kaboul

    Imprimer

    EpqauZ6XcAACpxf.jpeg

    Au moins neuf personnes ont été tuées et quinze autres blessées dans une puissante explosion qui a retenti dimanche dans la capitale, Kaboul.

    L'explosion a eu lieu sur la place Spin Kalay, dans le 5ème arrondissement de Kaboul et a visé la voiture du député Haji Khan Muhammad Wardak. Le législateur a été blessé dans l'attaque.

    Explosion également à Jalalabad
    A Jalalabad,  province de Nangarha, Une bombe en bord de route a explosé au passage d'un véhicule de police. Selon les autorités policières, 3 policiers ont été blessés dans l'explosion. 

    EpqicuKW8AESfkI.jpeg

  • Afghanistan : Une présentatrice de télévision assassinée par balles

    Imprimer

    Une présentatrice de télévision et activiste a été tuée par balles avec son chauffeur jeudi à Jalalabad (est), a-t-on appris de source officielle, ce qui constitue le troisième meurtre d'un journaliste en Afghanistan depuis le début novembre.

    "A 07h10 ce matin (02h40 GMT jeudi), des hommes armés non identifiés ont abattu la journaliste et activiste Malalai Maiwand ainsi que son chauffeur" à Jalalabad, a déclaré à l'AFP Attaullah Khogyani, porte-parole du gouverneur de la province du Nangarhar, dont Jalalabad est la capitale. Mme Maiwand se rendait aux bureaux de la chaîne de télévision privée Enekaas TV, pour laquelle elle travaillait, quand l'attaque a eu lieu, a-t-il précisé. Ces informations ont été confirmées par Engineer Zalmai, le directeur d'Enekaas. 

    Sa mère, elle-même une activiste, avait été tuée par des hommes armés inconnus il y a cinq ans. Mme Maiwand s'était par le passé exprimée sur les difficultés d'être une femme journaliste dans une société afghane très patriarcale et conservatrice.

    Les attaques ciblées visant des personnalités - journalistes, hommes politiques ou religieux, défenseurs des droits de l'homme - ont augmenté ces derniers mois, malgré les pourparlers de paix en cours à Doha entre le gouvernement afghan et les talibans. Il s'agit du troisième meurtre d'un journaliste afghan depuis le début novembre. Aliyas Dayee, 33 ans, qui travaillait pour Radio Liberty, un média financé par les États-Unis, est mort le 12 novembre dans l'explosion d'une bombe placée sous sa voiture à Lashkar Gah (sud). Il avait été menacé par les talibans, qui lui reprochaient sa couverture de leurs opérations, a rapporté Human Rights Watch (HRW). Le 7 novembre, Yama Siawash, un ancien présentateur de télévision, avait également été tué à Kaboul dans les mêmes circonstances.

    Les attaques ciblées dans le pays sont rarement revendiquées, et le meurtre de Mme Maiwand ne l'a pour l'instant pas été.

    Il a suscité une vague de condamnations. "Qui a un problème avec les femmes dans la société afghane", s'est demandée sur Twitter Fatima Murchal, la porte-parole adjointe du président Ashraf Ghani. "Ces lâches coupables ne seront pas pardonnés, même après la paix", a-t-elle ajouté.

    La vie quotidienne des femmes afghanes s'est améliorée par rapport à ce qu'elles ont connu sous le régime des talibans, au pouvoir de 1996 à 2001, mais selon l'ONU elles restent les victimes d'une violence généralisée.

    Le Comité pour la protection des journalistes afghans (AJSC) a estimé que le niveau actuel de violence à l'égard des journalistes menaçait d'annuler les progrès enregistrés ces dernières années pour les médias. "Si les meurtres de journalistes ne s'arrêtent pas, l'Afghanistan perdra l'une de ses plus grandes réussites qui est la liberté de la presse", a-t-il déclaré sur Twitter, tout en appelant à une enquête sur la mort de Mme Maiwand.

    Située à une centaine de kilomètres de la frontière avec le Pakistan, la ville de Jalalabad est souvent le théâtre d'attaques sanglantes. La province du Nangarhar abrite de nombreux groupes jihadistes, dont les talibans et l'État islamique. Les violences continuent de ravager l'Afghanistan, malgré les pourparlers de paix qui ont débuté le 12 septembre à Doha  et avancent lentement. Les deux camps ont annoncé au début décembre un accord fixant le cadre des discussions.