Jakarta

  • Indonésie : La police déjoue un attentat islamiste visant la communauté chinoise

    Imprimer

    On a appris que quatre membres du Front de défense islamique (FPI) planifiaient de d'organiser des attentats contre des entreprises appartenant à la communauté Chinoise ainsi que contre des magasins appartenant à des Indonésiens d'origine chinoise, tandis que d'autres avaient prévu d'attaquer la police et l'armée à l'aide de bombes à l'acide et des bombes artisanales.

    Les terroristes ont été arrêtés le 29 mars à Jakarta et à Java occidental par l'équipe spéciale de lutte contre le terrorisme de la police indonésienne  Densus 88 - Les arrestations ont eu lieu le lendemain de l'attentat à la bombe contre l'église de Makassar, en Sulawesi du Sud, avec lequel les membres du FPI n'ont pas été liés.

    Cinq bombes artisanales ont été saisies au domicile de l'un des suspects, ainsi que 5,5 kg de matières explosives, dont 1,5 kg de triperoxyde de triacétone (TATP). Selon la police. Il s'agissait d'assez d'explosifs pour fabriquer 70 bombes supplémentaires.

    L'une des personnes arrêtées, Ahmad Junaidi, a déclaré qu'il était un sympathisant du FPI qu'il avait assisté à des sessions hebdomadaires d'étude coranique dirigées par un autre des terroristes arrêtés,  Husein Hasni. Dans une vidéo publiée par le portail d'informations Detik.com, Ahmad a révélé qu'après chaque session, le groupe discutait des derniers problèmes auxquels le pays était confronté, et qu'ils avaient conclu que l'Indonésie était «contrôlée par la Chine». Husein Hasni, a déclaré qu'il était membre du FPI et a affirmé que son dernier poste dans l'organisation était le chef adjoint du jihad de Jakarta Est.

    «Ma maison était l'endroit où les bombes ont été fabriquées. Jje sais comment fabriquer des bombes à partir de TATP et de poudre flash », a-t-il déclaré dans la vidéo.

    Husein a affirmé avoir donné des leçons de fabrication de bombes aux membres du FPI, et le plan était qu'après la fabrication de centaines de bombes artisanales, elles seraient distribuées à la branche du FPI et aux conseils de direction régionaux dans toute l'Indonésie. «Les cibles de ces bombes sont l'armée et la police ainsi que les installations publiques», a-t-il déclaré.

    Un autre suspect, Bambang Setiono, a avoué être un sympathisant du FPI depuis décembre 2020. Il a reconnu avoir planifié des attaques, comme lancer des bombes artisanales, contre des Indonésiens d'origine chinoise et des magasins appartenant à des Chinois. Il voulait également attaquer les stations-service avec des cocktails Molotov pour exiger la libération du chef du FPI Habib Rizieq Shihab, arrêté en décembre 2020 pour avoir enfreint les règles de santé de la Covid-19. Bambang a également révélé les plans des membres du FPI d'attaquer les policiers avec des cocktails d'acide et Molotov.

    Tendance inquiétante
    La nouvelle de la planification d'attaques anti-chinoises est venue alors que la colère bouillonnait parmi les membres et sympathisants du FPI, qui se comptent par centaines de milliers, après l'arrestation de leur chef et l'interdiction de leur organisation par le gouvernement.

    Étant donné que les citoyens d'origine chinoise ont été victimes de discrimination par l'État dans le passé, certains analystes craignent que la communauté, qui représente environ 5% de la population indonésienne de 270 millions d'habitants, puisse à nouveau subir de violentes attaques.

    «Je suis personnellement inquiet pour la sécurité des Indonésiens d'origine chinoise et des Chinois de Chine », a déclaré Mohamad Adhe Bhakti, directeur exécutif du Center for Radicalism and Deradicalisation Studies (PAKAR).

    Adhe a déclaré que selon la base des informations qu'il avait reçues, il semblait que les complots des membres du FPI étaient motivés par leur colère et leur déception envers le gouvernement concernant les privilèges accordés aux investisseurs chinois et aux sino-indonésiens - un ressentiment alimenté par le ralentissement économique provoqué par le gouvernement. La pandémie de Covid-19, qui a entraîné la perte d'emplois de millions de personnes.

    "Les auteurs ont estimé que le gouvernement n'avait pas été équitable et cela les a amenés à devenir jaloux envers la Chine et les Indonésiens d'origine chinoise", a déclaré Adhe.

    Selon l'Office d'investissement indonésien, la Chine était le deuxième investisseur étranger de l'Indonésie en 2020, avec 4,8 milliards de dollars US d'investissements, derrière les 9,8 milliards de dollars US de Singapour.

    Adhe a déclaré que la religion et la géopolitique étaient sont les facteurs pour lesquels la Chine est ciblée par les extrémistes islamistes.

    Les ressortissants chinois et les sino-indonésiens sont considérés comme des «infidèles» car la plupart d'entre eux sont non musulmans, a déclaré Adhe, ajoutant que les extrémistes étaient également irrités par la répression des musulmans ouïgours en Chine et la crise des Rohingyas au Myanmar.

    Depuis 2017, plus de 700000 musulmans rohingyas ont été chassés de l'État de Rakhine par l'armée du Myanmar, un pays à majorité bouddhiste. Adhe a déclaré que même s'il s'agissait d'un problème du Myanmar, cela «met encore en quelque sorte l'ethnie indonésienne-chinoise à la portée du FPI, car la majorité d'entre eux sont bouddhistes».

    Iwa Maulana, chercheuse au Center for Detention Studies de Jakarta, a déclaré que les menaces du FPI contre les Chinois devaient être prises au sérieux car la perception que «la Chine contrôle l'Indonésie» n'était pas seulement le fait des suspects arrêtés mais également partagée par «des milliers de Indonésiens ».

    «Ces personnes en question ont des problèmes personnels, une vie difficile, pas de revenus… et maintenant elles ont une cible, les industries chinoises, qui sont présentées comme la source de leurs griefs», a-t-il dit. «Vous pouvez imaginer que si les gens pouvaient être mobilisés en si grand nombre pour commettre des actes de violence, ce serait une menace sérieuse.»

    Maulana a déclaré que la présence de travailleurs chinois du continent en Indonésie a enflammé les tensions, car ils sont perçus comme volant les emplois des habitants. 

    En mai 2020, il y avait 98 900 travailleurs étrangers en Indonésie, ce qui représente moins de 0,1 pour cent de la main-d'œuvre totale de l'Indonésie (124 millions). Les travailleurs chinois constituaient le groupe le plus important avec 35 781, suivis du Japon et de la Corée du Sud avec 12 823 et 9 097, respectivement.

    Adhe de PAKAR a déclaré que le centre avait enregistré au moins cinq complots terroristes contre des entreprises chinoises et des Indonésiens d'origine chinoise au fil des ans. Parmi eux, une alerte à la bombe en 2012 dans un temple de Glodok, un centre pour les entreprises chinoises à Jakarta, a-t-il déclaré.

    Jemaah Ansharut Daulah (JAD), la filiale indonésienne de l'État islamique (Daech), a également pris pour cible plusieurs entreprises gérées par Indonésiens d'origine chinoise, a déclaré Maulana du Center for Detention Studies.

    Le problème n'est pas de savoir si les Chinois seront la cible d'attaques terroristes en Indonésie,  mais quand?"

    COMMUNAUTÉ EN ALERTE
    Les aveux des membres du FPI inquiètent les membres de la communauté ethnique chinoise d'Indonésie, qui ont déjà été victimes d'attaques sporadiques.
    «Je suis assez inquiet. Tous les membres de ma famille essaient d'éviter les lieux publics », a déclaré un étudiant sino-indonésien de 21 ans à Jakarta
    .
    Vianka, une architecte de 22 ans, a déclaré qu'elle n'était pas inquiète mais les nouvelles récentes l'ont sensibilisée aux problèmes actuels. «Nous devons rester concentrés et élever notre niveau de sensibilisation», a-t-elle déclaré.

    Johanes Herlijanto, professeur à l'Université Pelita Harapan de Jakarta, a déclaré que la situation actuelle était loin des événements de 1998, lorsque la crise financière asiatique avait déclenché des émeutes à Jakarta et que des entreprises appartenant à des Indonésiens d'origine chinoise avaient été pillées et incendiées. Quelque 1 200 personnes sont mortes dans les violences et beaucoup de la communauté chinoise ont fui le pays.

    Herlijanto a noté que de nombreux Indonésiens autochtones, ou pribumis, ne faisaient pas la différence entre les Indonésiens d'origine chinoise et ceux qui venaient de Chine pour travailler ou créer des entreprises.

    «Tionghoa a été pendant trop longtemps perçu par une grande partie de la société indonésienne comme représentative de la classe riche», a-t-il dit, en utilisant un mot indonésien faisant référence au chinois ethnique.

    «Cette perception est loin d'être la vérité mais elle est ancrée [dans la psyché indonésienne] depuis bien trop longtemps. Beaucoup de Tionghoa appartiennent à la catégorie des classes moyennes et inférieures. Mais ceux qui se sentent opprimés auront le sentiment qu'en ciblant les Chinois de souche, ils visent les riches. »

     

  • Indonésie : Une terroriste vêtue de noir abattue près du siège de la police de Rupatama (Jakarta)

    Imprimer

    Une terroriste armée, portant des vêtements noirs et un foulard violet, a été abattue près du quartier général de la police , à Jalan Trunojoyo, dans le sud de Jakarta. Le lieu de la fusillade est situé près du quartier général de la police de Rupatama.
    65c5c274b3e37dd0623b322187cda474_1.jpeg

    Sur les premières informations, le terroriste présumé est une femme. Elle  a été abattue après avoir pénétré par effraction au siège de la police nationale.

    On soupçonne que la femme est entrée au siège de la police avec une autre personne, mais celle-ci aurait réussi à s'échapper. Tout le personnel de la police a immédiatement été mis en état d'alerte à l'intérieur et autour du quartier général de la police. On apprenait par la suite que le second terroriste, qui s'était caché au quartier général de la police, avait été arrêté par des policiers.Il est actuellement interrogé par des agents.

    D'après les premières investigations, la femme djihadiste tuée était une partisane de l'Etat islamique. Elle s'appelle Zakiah Aini. Elle est née en septembre 1995. Il semble qu'elle était armée d'un pistolet à air comprimé. Le pistolet est en effet muni d'une cartouche de CO2 à l'intérieur de la poignée.Exz3F9HWEAUDk7R.jpeg

    Aini Zakya.jpegPlus d'informations sur Zakiah Aini
    Zakiah Aini (25 ans) (photo ci-contre) est la deuxième femme indonésienne en l'espace de quatre jours à mener une attaque terroriste dans la nation musulmane la plus peuplée du monde, qui compte 270 millions d'habitants. 

    Dimanche 28 mars, une femme et son mari s'étaient fait sauter devant la cathédrale de Makassar, Sulawesi du Sud, se suicidant et blessant 20 civils.

    Le 31 mars, c'était au tour de Zakiah Aini d'agir en loup solitaire et d'attaquer la police. Sur la base des enquêtes initiales, elle éetait inspirée par l'idéologie de l'État islamique. Elle avait publié la photo de l'étendard de l'Etat islamique sur son compte Instagram et ajouté un commentaire sur le djihad (guerre sainte) seulement 21 heures avant sa mort.

    Il y avait pourtant des signes de sa radicalisation. Elle avait abandonné l'université malgré de bonnes notes. Elle était étudiante de premier cycle à l'Université Gunadarma de Jakarta en 2013, mais elle a rarement assisté auxs cours. On ne l'a plus revue à l'université à partir du cinquième semestre.

    Le fait qu'elle ait abandonné ses études universitaires, bien qu'elle soit une étudiante brillante et issue d'une famille de la classe moyenne, aurait dû être un signal d'alarme, a déclaré Nasir Abas, ancien dirigeant de la branche Asie du Sud-Est d'Al-Qaïda Jemaah Islmiyah.

    «Sa famille pouvait se permettre de payer ses études puisqu'elle était issue de la classe moyenne. C'est certainement sa croyance "takfiri" qui l'a fait abandonner l'université », a-t-il dit, se référant au mot arabe pour un musulman qui accuse un autre d'apostasie ou de ne pas être un vrai croyant. Elle avait délibérément choisi de ne pas poursuivre ses études parce qu'elle pensait que son éducation était taghut - un terme utilisé dans l'Islam pour désigner un objectif de n'adorer rien d'autre que Dieu.

    Lien permanent Catégories : INDONESIE, Jakarta, Rupatama (Jakarta) 0 commentaire