Jabhat ash_Shamiyeh (pro-turque)

  • Syrie : Le chef d'une faction syrienne pro-turque tué par l'explosion d'une voiture piégée à Azaz, sous contrôle turc 

    Imprimer

    Mardi 22 février 2022, le chef de l'une des factions de l'Armée Nationale Syrienne (ANS) soutenues par la Turquie a été tué par l'explosion d'un engin piégé placé dans sa voiture dans la ville d'Azaz, dans le nord de la province d'Alep.

    Une source locale a mentionné que l'engin piégé avait pris pour cible un chef de la faction al-Jabha al-Shamieh connu sous le nom d'Abu-Husain Isharah devant sa maison dans le quartier d'al-Asyanieya dans le centre d'Azaz, le tuant immédiatement.

    La source a précisé que l'explosion était survenue alors que les militants de la faction avaient découvert un autre engin piégé planté dans une voiture appartenant à la faction, mais ils n'ont pas été en mesure de le désamorcer. Il est probable que les attaques, qui visaient la faction, soient planifiées par d'autres factions de la milice de l'Armée Nationale Syrienne à la lumière de la rivalité persistante entre les factions soutenues par Ankara.

    Le 4 février, le village de Bir Maghar situé près de Jarabulus au nord-est d'Alep avait été le théâtre d'une autre explosion à la voiture piégée qui avait visé un véhicule appartenant aux factions de l'Armée Nationale tuant le chef de la salle d'opération de la Brigade du Nord, Mohammad al-Mustafa, ainsi qu'un militant administratif de la même faction qui était dans la même voiture que Mustafa.

    Un membre des soi-disant relations publiques de la faction de la troisième légion soutenue par la Turquie a également été tué il y a quelques jours dans une autre attaque à l'engin piégé dans la ville d'Al-Bab, dans le nord-est de la campagne d'Alep.

    Les factions d'Ankara accusent les Forces Démocratiques Syriennes  d'être responsables de ces explosions dans les zones sous leur contrôle. Cependant, les FDS réfutent ces accusations tandis que des sources bien informées parlent des différends entre les militants soutenus par la Turquie comme étant les principales raisons conduisant à de telles attaques.