Jabal Bishri (province de Deir ezZor)

  • Syrie : L'armée syrienne élimine une cellule de l'Etat islamique qui avait revendiqué une attaque contre un bus militaire

    Imprimer

    Des médias officiels syriens ont déclaré que les forces régulières avaient complètement anéanti un groupe d'éléments de l'Etat islamique dans la région désertique d'al-Badia, qui serait responsable de l'attaque contre un bus des forces armées syriennes il y a vingt jours. 

    Les sources ont indiqué que la vaste opération militaire, qualifiée d'opération qualitative, a entraîné la destruction du quartier général et des caches de la cellule islamiste, et que des armes et des munitions avaient été récupérées en grande quantité. Le quartier général de l'Etat islamique situé dans la région d'Al-Dafina, à l'ouest du djébel Al-Bashri a été pris pour cible, pris d'assaut et détruit. L'armée a récupéré les armes, les munitions et le matériel de communication. Le quartier général a ensuite été complètement détruit et incendié.

    Les sources ont annoncé que des téléphones cellulaires, des armes et des documents personnels qui avaient été saisis par les terroristes ont été récupérés. Ils appartenaient aux 13 militaires tués lors de l'attaque du bus. 

  • Syrie : L'armée syrienne tue plusieurs jihadistes de l'Etat islamique et détruit leurs véhicules au sud de Raqqa

    Imprimer

    L'armée arabe syrienne (AAS) a infligé de lourdes pertes à l'Etat islamique dans le sud de la province de Raqqa, ont rapporté des sources pro-gouvernementales syriennes le 25 juin.

    L'armée a lancé une opération de ratissage à grande échelle dans le sud de la province de Raqqa le 24 juin avec le soutien des forces aérospatiales russes. La 17e  division, la 25e  division des forces de mission spéciale et le 5e  corps  participent à l'opération, qui se déroule principalement dans la périphérie de la ville de Resafa et sur le jébel al-Bishri.

    Le tout premier jour de l'opération, les avions de combat russes ont effectué plus de 50 frappes aériennes sur les positions de l'Etat islamique et leurs repaires en soutien aux troupes de l'AAS.

    Selon les sources pro-gouvernementales, l'AAS a jusqu'à présent mis hors de combat au moins neuf combattants de l'Etat islamique. Plusieurs véhicules et armes lourdes des jihadistes ont également été détruits.

    L'opération a été lancée en réponse à l'embuscade du 20 juin menée dans le centre de la Syrie  par  l'Etat islamique, qui a coûté la vie à 11 militaires de l'AAS et à deux civils qui voyageaient de Raqqa à Homs.

    La réponse rapide de l'AAS et de ses alliés a apparemment pris par surprise les membres de l'Etat islamique dans le sud de la province de Raqqa. Les jihadistes n'ont pas eu le temps de fuir vers des régions reculées de la région centrale avant l'opération.

    L'opération forcera probablement les combattants de l'Etat islamique à se retirer du sud de la province de Raqqa. Cependant, cela ne mettra pas fin aux actions du groupe islamique.

  • Syrie : 11 soldats syriens tués dans l'explosion de leur bus à Raqqa

    Imprimer

    L'agence de presse syrienne "SANA" a fait état de la mort de 11 soldats et de deux civils, ainsi que de blessés, à la suite d'un attentat terroriste visant leur bus à Raqqa.

    Une source militaire a déclaré : « Vers 6 h 30 ce matin), un bus Pullman a été victime d'une attaque terroriste sur la route Raqqa-Homs dans la région d'Al-Jira, qui a entraîné la mort de onze soldats et de deux civils. 3 autres soldats ont été blessés."

    Le nombre de morts est susceptible de s'alourdir, compte tenu de la présence de blessés graves.

    L'attaque a eu lieu sur la route reliant Al-Zamla à Jabal Al-Bishri dans la province de Raqqa".

    Il y a trois jours, 5 cadavres de membres d'une milice soutenue par la Russie sont arrivés à l'hôpital national de Palmyre, après avoir été pris pour cible par l'Etat islamique alors que leur voiture passait près de la jonction du village d'Ark Atiyah, près de Sukhna dans la région désertique de Badia.

    Trois membres de l'Etat islamique dont un commandant se sont évadés des prisons des FDS
    Au cours des dernières heures, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que les Forces démocratiques syriennes avaient mobilisé leurs combattants depuis l'aube du dimanche 19 juin dans les environs de la prison centrale située au nord de la ville de Raqqa, l'ancien fief de l'Etat islamique.

    L'OSDH, citant des sources anonymes, a déclaré que l'alerte avait été déclenchée suite à des informations confirmées sur l'évasion de trois membres de Daech, dont un commandant, de la prison centrale, où sont détenus de nombreux anciens membres de l'Etat islamique.

    L'OSDH a ajouté que l'évasion s'était produite à l'aube du dimanche et que des coups de feu avaient été entendus à proximité de la prison centrale, suivis de l'arrivée d'ambulances dans la zone de la prison.

     

  • Syrie : L'Etat islamique tue deux soldats syriens - l'armée de l'air russe riposte

    Imprimer

    Dimanche 20 février2022, deux soldats de l'Armée Arabe Syrienne ont été tués lors de l'attaque de leur poste par l'Etat islamique dans le désert occidental de Deir Ezzor.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les deux soldats étaient originaires de la ville de Hamoryah, dans la Ghouta orientale  (Est de Damas).

    Dans ce qui semble être une réponse à l'attaque de l'Etat islamique, des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué une série de frappes aériennes sur positions des jihadistes dans le triangle Hama-Alep-Raqqa et sur jabal Bishri, qui se trouve le long de la frontière entre les provinces de Raqqa et Deir Ezzor.

    La veille, plus de 70 frappes aériennes russes avaient pris pour cibles des positions de l'Etat islamique dans différentes parties de la région centrale. Il s'agissait de la plus grande vague de frappes aériennes dans la région en février.

    L'attaque meurtrière dans le désert de Deir Ezzor indique que les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie sont prêtes à frapper quand et où elles en ont l'occasion.

  • Syrie : L'armée arabe syrienne et les forces aérospatiales russes neutralisent 14 jihadistes de Daech au sud de Raqqa

    Imprimer

    Au moins 14 membres de l'Etat islamique ont été tués. Ces djihadistes avaient participé à la récente attaque contre la ville de Resafa dans le sud de la province de Raqqa, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 16 octobre.

    Selon l'OSDH, les jihadistes ont été tués lors d'affrontements avec l'armée arabe syrienne (AAS) et des frappes aériennes russes.

    L'AAS a repris toutes les positions qu'elle avait perdues lors de l'attaque, qui a eu lieu tôt le 15 octobre. Les avions de combat des Forces aériennes russes ont effectué plus de 40 frappes aériennes contre les islamistes qui avaient pris part à l'attaque de Resafa.

    L'attaque a été lancée depuis le mont al-Bishri qui longe la frontière administrative entre Raqqa et Deir Ezzor.

    Resafa est situé sur l'autoroute reliant Raqqa à Hama. Les jihadistes prévoyaient probablement de bloquer l'autoroute stratégique, qui est utilisée pour transporter du carburant du nord-est de la Syrie vers les zones contrôlées par le gouvernement.

    Malgré de lourdes pertes au cours des derniers mois, l'Etat islamique tente toujours d'étendre son influence dans le centre de la Syrie. L'insurrection du groupe jihadistes dans la région semble ne pas vouloir s'arrêter.

  • Syrie : Après la mort d'un officier russe, les avions russes attaquent des militants de Daech

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte qu'après la mort d'un militaire russe dans l'explosion d'un IED dans la province désertique de Homs, des avions russes ont lancé une série de frappes sur des positions de l'État islamique.

    Au total, selon l'OSDH, au cours des seules dernières 24 heures, les avions russes ont effectué plus de 60 raids aériens dans les régions de Shulah, Resafa, Atriya, Sukhna et Jebel Al-Bishri.

  • Syrie : Damas viole la trêve à Edleb et Moscou pilonne des positions de l'Etat islamique

    Imprimer

    L’Armée Arabe Syrienne (AAS), du président Bachar al-Assad, a continué de violer le cessez-le-feu dans le gouvernorat nord-ouest d'Edleb dans la matinée du mercredi 21 juillet. Pendant ce temps, des avions russes ont effectué plus de 50 raids contre la région désertique de Badia, dans l'est de la Syrie, pour tenter de frapper les cellules de l'État islamique toujours actives.

    Mercredi 21 juillet, l’Armée Arabe Syrienne a été accusée d'avoir touché, au moyen de missiles et d'artillerie lourde, les zones sud d’Edleb, dont le secteur montagneux de Jabal al-Zawiya, violant une nouvelle fois la trêve établie par Moscou et Ankara le 5 mars 2020. Les raids ont causé des dommages matériels aux biens civils, tandis que des avions de reconnaissance continuent de survoler la région.

    Edleb est le dernier bastion encore contrôlé, en grande partie, par des groupes rebelles, et abrite environ 4 millions d'habitants. Ce sont les présidents turc et russe, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, qui ont conclus un accord de cessez-le-feu dans le gouvernorat, signé le 5 mars 2020 et prolongé à l'issue des pourparlers tenus à Sotchi les 16 et 17 février 2021. Bien que la trêve ait été violée à plusieurs reprises au cours de l'année écoulée, l'accord entre Moscou et Ankara a évité le risque d'une offensive à grande échelle. Cependant, déjà au mois de juin, le gouvernorat du Nord-Ouest a de nouveau connu des tensions, qui ont duré environ quatre semaines. Elles s’étaient apparemment apaisées à partir du 29 juin. A l’époque, les bombardements avaient principalement touché les zones de Jabal al-Zawiya, au sud d'Edleb, et la plaine d'Al-Ghab, à l'ouest de Hama.

    Parallèlement, la Russie a continué de lancer des frappes aériennes contre la région de Badia, en utilisant des missiles à « potentiel explosif élevé ». Les cibles touchées par Moscou ne sont pas claires, et aucune information n'a été fournie sur d'éventuelles victimes et pertes. Selon des sources, au moins six avions de combat ont participé aux bombardements de ces dernières heures, en se concentrant sur certains axes en particulier le désert de Maadan, au sud de Raqqa, jabal Bishri, le désert de Sukhna, à la périphérie de la province de Homs, et ses extension dans la zone rurale nord-est de Hama. Ces opérations s'inscrivent dans le cadre des efforts déployés par Moscou et Damas pour éliminer définitivement ces cellules qui opèrent principalement dans le vaste désert syrien,

    L'armée du régime syrien est assistée par la Russie et par l'Iran, ainsi que par les milices libanaises pro-iraniennes du Hezbollah. De l'autre côté se trouvent les rebelles, parmi lesquels de nombreux groupes jihadistes, qui reçoivent le soutien de la Turquie.

    Dans ce contexte, le gouvernement « intérimaire »,lié à des groupes d'opposition, a déclaré que, rien qu'en juin, les opérations et les attaques menées par les forces d'Assad et les Forces démocratiques syriennes (Kurdes) ont fait 54 victimes civiles, dont 8 femmes et 12 enfants, tandis que le nombre de blessés s'élevait à au moins 115 Le rapport du district chargé de surveiller les violations des droits de l'homme a également indiqué que les forces de Damas ont frappé des villes et villages syriens 206 fois, en utilisant divers types d'armes.