ISRAËL

  • Iran : Un scientifique du nucléaire assassiné, Israël pointé du doigt

    Imprimer

    Vendredi 27 novembre, l'IRNA a annoncé la mort de Mohsen Fakhrizadeh, physicien nucléaire et chef de l'organisation de recherche et d'innovation du ministère iranien de la Défense.

    Selon le ministère iranien de la Défense, le scientifique a été victime d'un attentat terroriste à Absard, une banlieue de Téhéran.

    Détails de l'attaque
    Le chef de l'organisation pour la recherche et l'innovation du ministère iranien de la Défense , le physicien nucléaire Mohsen Fakhrizadeh, voyageait dans une voiture blindée de la ville de Rostamkol dans la province de Mazandaran vers Absard, accompagné de trois véhicules de son service de sécurité.

    Il y a eu une explosions, provoquée par un véhicule piégé. Selon la télévision d'État iranienne, il s'agissait de l'explosion d'un pick-up de marque Nissan transportant une énorme quantité d'explosifs cachés sous une cargaison de bois. La voiture du cortège qui précédait la voiture de Fakhrizadeh s'est éloignée pour vérifier la situation. C'est alors qu'un 4x4 avec des personnes armées à bord a commencé à tirer sur la voiture de Fakhrizadeh depuis l'autre côté de la rue. L'attention de Fakhrizadeh a été attirée par les bruits de balles frappant la voiture. Il semble avoir pris ces détonations pour une collision avec un obstacle routier ou un problème de moteur. Il est sorti de sa Nissan blindée. C'est alors qu'il a été touché par les tirs d'un fusil automatique. Deux balles ont touché le côté et le dos, et également le cerveau. Le garde du corps a lui-même été blessé par quatre balles alors qu'il couvrait le scientifique. Fakhrizadeh lui-même a été transporté à l'hôpital par hélicoptère, mais il n'a pas été possible de le sauver.

    En1dRerXcAcHYff.jpeg

    L.e chef de la diplomatie iranienne a accusé Israël d'avoir joué un "rôle" dans cet "acte terroriste". "Des terroristes ont assassiné aujourd'hui un éminent scientifique iranien. Cette lâcheté --avec des indications sérieuses du rôle d'Israël-- montre le bellicisme désespéré de ses auteurs", a tweeté Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères. Le chef de la diplomatie a également appelé la communauté internationale à "mettre un terme à ses honteuses positions ambivalentes et à condamner cet acte terroriste".

    La chaîne d'information arabe Al-Alam , diffusant depuis l'Iran et appartenant à la société de presse publique Islamic Republic of Iran Broadcasting (IRIB), affirme que le meurtre de Mohsen Fakhrizadeh, décrit par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu comme le "père de la bombe iranienne", "est le Mossad, les services secrets israéliens. Le Mossad avait déjà tenté de tuer Fakhrizadeh."

    z8pfZrjG.jpeg

    Rappelons que Mohsen Fakhrizadeh occupait un poste élevé au sein du Corps des gardiens de la révolution islamique et dirigeait les travaux de création d'ogives nucléaires. En 2006, il a accusé les autorités d'arrêter le financement de ses laboratoires et a quitté le projet, mais est retourné au travail en 2012.

    Son assassinat intervient deux jours avant le 10e anniversaire de l'assassinat d'un autre scientifique iranien, Majid Shahriari, le 29 novembre 2010.

    Le Corps des gardiens de la révolution islamique a tweeté un message indiquant que le CGRI était prêt à se venger d'Israël pour le meurtre de Fahrizadeh.

    Le chef de l'état-major iranien, le général Mohammad Bakri, a déclaré que la réaction à l'assassinat de Fakhrizadeh "sera dure".

    Nouveau message circulant sur Telegram après l'assassinat de Mohsen Fakhrizadeh :

    En2gTVAXIAEvaye (1).jpeg

    L'ancien ministre de la Défense de la République islamique d'Iran Hossein Dehkan, qui occupe le poste de conseiller militaire du guide suprême Ali Khamenei, a tweeté que "les sionistes utilisent les derniers jours de la vie politique de leur partenaire, le président américain Donald Trump, pour accroître la pression sur l'Iran et provoquer guerre à grande échelle. "

    Programme nucléaire
    Cet assassinat intervient moins de deux mois avant l'arrivée à la Maison Blanche du démocrate Joe Biden, président élu à l'élection du 3 novembre aux Etats-Unis. M. Biden entend changer de posture vis-à-vis de l'Iran après les quatre années de présidence du républicain Donald Trump, qui s'est retiré en 2018 de l'accord avec les grandes puissances signé à Vienne trois ans plus tôt portant sur le programme nucléaire de Téhéran. Les Etats-Unis ont ensuite rétabli puis renforcé les sanctions à l'encontre de l'Iran.

    M. Trump estime que cet accord n'offre pas de garanties suffisantes pour empêcher Téhéran de se doter de l'arme nucléaire. L'Iran a toujours nié vouloir un tel armement. Le président américain a re-tweeté vendredi des informations sur l'assassinat du scientifique iranien, mais sans y adjoindre de commentaire personnel.

    Plusieurs autres scientifiques spécialisés dans le domaine nucléaire en Iran ont été assassinés ces dernières années, la République islamique en attribuant systématiquement la responsabilité à Israël. Et le quotidien américain New York Times a rapporté mi-novembre qu'Abdullah Ahmed Abdullah, alias Abou Mohammed al-Masri et numéro deux d'Al-Qaïda, avait été abattu à Téhéran par des agents israéliens, lors d'une mission secrète commanditée par Washington. L'Iran a démenti.

  • Syrie : Des avions non identifiés ont bombardé les positions de la brigade Zeinabiyoun

    Imprimer

    Des avions non identifiés, soupçonnés d'être israéliens, ont visé, à l'aube du jeudi 26 novembre, les positions de la "Brigade Zeinabiyoun" dans les secteurs d'e Jalaa et d'Hamdane, à l'ouest de la ville de Boukamal, dans l'est de la province de Deir EzZor.

    L''Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté, jeudi 26 novembre, que 20 miliciens chiites pakistanais pro-iraniens de la "Brigade Zeinabiyoun" avaient été tués dans de nouveaux raids visant des sites des milices pro-iraniennes dans la vallée d'Al-Jalab, dans le secteur de Boukamal, à l'est de Deir Ezzor. Deux commandants de terrain feraient partie des miliciens décédés.

    Le nombre de morts devrait augmenter car de nombreux blessés sont dans un état grave. Les bombardements ont infligé des destructions aux sites et aux véhicules.

    Il s'agit de la troisième incursion de ce type imputée en moins d'une semaine par l'Observatoire à l'Etat hébreu, qui confirme rarement ses frappes menées en Syrie. Les raids ont visé les environs de Boukamal, ville tout près de la frontière avec l'Irak, selon l'Observatoire. Depuis le début du conflit en 2011 en Syrie, Israël a mené des centaines de raids contre les forces du régime syrien mais aussi contre celles de ses alliés, l'Iran et le Hezbollah.

    La zone qui s'étend entre les villes de Boukamal et Mayadine dans l'est de la province de Deir Ezzor est sous influence iranienne, par le biais de groupes pro-iraniens combattant aux côtés des forces du régime syrien.

    L'ambassadeur israélien auprès de l'ONU a demandé cette semaine dans une lettre adressée au Conseil de sécurité une "action immédiate pour retirer les forces iraniennes du territoire syrien". Dans la nuit de mardi à mercredi, huit combattants pro-Iran ont été tués dans des raids aériens près de Damas, selon l'OSDH.

    Samedi déjà, près de Boukamal, des bombardements aériens imputés à Israël ont tué "huit Irakiens et six Afghans" engagés avec des milices pro-Iran, selon les informations rapportées par l'OSDH.

    Depuis quelque temps, les milices pro-iraniennes multiplient les checkpoints volants dans la ville de Boukamal. Ces barrages sont concentrés dans les environs des quartiers d’Al-Jameya et d’Al-Ketf, qui sont les principaux bastions des milices iraniennes dans la ville.

    EnwUuiWXcAA23ct.jpeg

  • Syrie : Huit combattants pro-Iraniens tués dans des frappes israéliennes

    Imprimer

    Au moins huit combattants étrangers rattachés à des milices pro-iraniennes, ont été tués dans des raids aériens nocturnes menés par Israël en territoire syrien, a rapporté mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les nationalités des combattants n'étaient pas connues dans l'immédiat, selon l'Observatoire. Les frappes ont visé notamment une position et un dépôt d'armes des forces iraniennes et de leur allié libanais, le mouvement du Hezbollah entre Damas et Quneitra.

    L'OSDH ajoute que le nombre de morts est susceptible d'augmenter car il y a des personnes gravement blessées.

    Les plus gros dégâts ont été infligés aux forces pro-iraniennes dans la région de Jabal al-Mani. Le quartier général de la milice «Résistance syrienne pour la libération du Golan», situé dans la zone de déploiement de la 90e brigade de l'armée syrienne, a été attaqué. Des attaques ont été lancées contre des cibles près du village de Ruhaina. Des frappes de Tsahal ont également été signalées sur des cibles proches des localités d'Al-Adliya, Al-Kharjilah et Dir Ali (près de Kiswah).

    Le journal syrien Al-Ouatan écrit que l'attaque israélienne visait des cibles sur la colline d'al-Mani, au sud de Quneitra.

    La télévision d'État syrienne affirme que certains des missiles israéliens ont été interceptés.

    Il s'agit de la 36e frappe de Tsahal contre des cibles en Syrie en 2020).

    L'armée de l'air israélienne a également largué des tracts dans le sud de la Syrie mettant en garde contre les activités de l'Iran et du Hezbollah.

    EnqfqTKVcAEKdMC.jpeg

  • Israël : Netanyahu aurait secrètement rencontré Mohammad Ben Salmane (MBS) et Pompeo en Arabie saoudite

    Imprimer

    Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, se serait secrètement entretenu dimanche, en Arabie saoudite, avec le prince héritier saoudien, Mohammad ben Salmane (MBS) et le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, rapportent lundi plusieurs sources israéliennes.

    Selon les médias, la réunion a eu lieu le 22 novembre dans la ville de Neom. Le Premier ministre et le chef du Mossad ont décollé d'Israël dans un jet privé enregistré à Saint-Marin. Le vol a décollé de l'aéroport Ben Gourion le 22 novembre à 19h50 et a atterri à Neom à 20h30. À 23 h 50, l'avion a décollé pour son vol de retour et a atterri à l'aéroport Ben Gourion à 00 h 50.

    Cette information a notamment été rapportée par la radio de l'armée israélienne, citée par Reuters. Le quotidien israélien Haaretz, citant des sources anonymes, a lui aussi évoqué une telle réunion, à laquelle aurait également participé le chef du Mossad, Yossi Cohen. Selon le quotidien, l'avion transportant M. Netanyahu d'Israël en Arabie saoudite pouvait être suivi sur plusieurs sites de suivi du trafic aérien.

    Ces derniers mois, deux pays du Golfe, les Emirats arabes unis et Bahreïn, ont normalisé leurs relations avec Israël. L’Arabie saoudite a montré des signes de rapprochement avec Israël, mais affirme exclure, malgré les pressions américaines, la possibilité de nouer des relations avec ce pays avant la conclusion d’un accord de paix israélo-palestinien.

    Neom est un projet de ville futuriste située au Nord-Ouest de l'Arabie saoudite, à proximité de la frontière avec la Jordanie et l'Égypte.

    EnfObbWW4AIDbQ5.jpeg

  • Gaza/Israël : Tir de roquette et représailles israéliennes

    Imprimer

    L'armée israélienne a annoncé qu'un tir de roquette avait eu lieu depuis Gaza, provoquant le déclenchement des sirènes d'alarme dans la ville israélienne d'Ashkelon, près de la frontière avec le territoire palestinien. Les services de secours ont indiqué n'avoir pas eu connaissance de victimes. Les médias israéliens ont indiqué que la roquette était tombée sur un terrain vague.

    En représailles, l'armée israélienne a mené des frappes aériennes contre"deux ateliers de fabrications de munitions pour roquettes, des infrastructures souterraines et une base militaire".

     

  • Égypte: L'Etat islamique revendique l'explosion d'un gazoduc au nord du Sinaï

    Imprimer

    Un gazoduc situé dans la région du nord du Sinaï a fait l'objet d'une violente explosion. Les forces locales ont réussi à contenir le feu, mais quelques heures après l'incident, l'État islamique a revendiqué la responsabilité de l'incident.

    L'explosion a eu lieu le 19 novembre, près d'al-Arish, dans une zone du Sinaï qui continue de faire face à la présence de l'Etat islamique. Plus précisément, le gazoduc touché par l'accident est situé dans le village d'Al-Touloul, à l'est de Bir Al-Abd, et est considéré comme l'un des plus importants pour le transport de gaz entre l'Égypte et Israël. Selon les rapports du porte-parole de l'armée égyptienne, Tamer Al-Rifai, les forces du Caire ont réussi à maîtriser le feu, et jusqu'à présent, aucun dommage matériel majeur ni aucune victime n'a été signalé. Le même al-Rifai a ensuite déclaré que des enquêtes avaient été lancées pour découvrir les causes de l'accident. Pour sa part, la société publique de gaz naturel GASCO a indiqué que les pipelines étaient sécurisés et les vannes de régulation fermées, tandis que la route d'accès au gazoduc était temporairement fermée à la circulation.

    L'État islamique, et plus précisément son organisation affiliée Wilayat Sinai, ont revendiqué la responsabilité de ce qui s'est passé le soir du 19 novembre. Plus précisément, l'organisation a rapporté avoir posé des engins explosifs près du pipeline, qui a été la cible d'attaques similaires depuis février 2011. L'objectif de Wilayat Sinai est d'arrêter le pompage de gaz vers Israël, ainsi que couper l'alimentation électrique des usines de l'armée égyptienne dans le centre du Sinaï.

    L'un des derniers épisodes similaires s'est produit le 2 février . Selon les agents de sécurité locaux, il y avait au moins 6 hommes armés masqués qui avaient placé des explosifs sur le pipeline. L'incendie qui en avait résulté avait causé des dommages matériels en particulier sur la section égypto-israélienne, mais, selon des sources, cela n'avait pas affecté les exportations de gaz du champ israélien de Leviathan vers l'Égypte. L'incident a eu lieu après que le ministère égyptien du pétrole et des ressources minérales a annoncé le 15 janvier que le pompage du gaz naturel du champ israélien de Leviathan avait commencé et que le gaz résultant serait exporté vers l'Égypte. , sur la base des accords précédemment conclus.

    Toute la région du Sinaï, zone de jonction entre les continents africain et asiatique, vit en état d'alerte depuis des mois. En juillet dernier, l'armée égyptienne s'est trouvée opposée aux militants de l'État islamique à Bir al-Abd, où Wilayat Sinai avait réussi à prendre le contrôle de plusieurs villages dans la zone ouest de cette ville. Des combats ont eu lieu le 22 juillet, après que le Caire ait affirmé avoir déjoué une attaque terroriste dans la région du nord du Sinaï, tuant 18 militants. Depuis lors, des mines et des explosifs ont été posés à des points stratégiques des villages de Bir al-Abd, empêchant les forces égyptiennes de traquer les insurgés. Pour cette raison, l'armée du Caire a eu recours aux bombardements aériens, risquant de faire un grand nombre de victimes civiles.

    Wilayat Sinai trouve son origine dans un autre groupe, Ansar Beit al-Maqdis, qui a regroupé plusieurs militants actifs dans la région du Sinaï. En 2014, Wilayat Sinai a prêté allégeance à Daech, en prenant son nom actuel. On estime que le nombre de combattants varie entre 1 000 et 1 500, opérant principalement dans cette région, mais également responsables de certaines attaques dans d'autres zones égyptiennes. De plus, le 2 novembre 2019, cette organisation a prêté allégeance au nouveau chef de l'État islamique, Abu Ibrahim al-Hashemi al-Quraishi.

    Dans ce contexte, avec l'ordonnance numéro 596 du 26 octobre 2020, le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a prolongé l'état d'urgence dans tout le pays pour la quinzième fois consécutive. En fait, l'Égypte est en état d'urgence continu depuis le 10 avril 2017, lorsqu'une série d'attentats à la bombe contre certaines églises situées dans les gouvernorats du Caire et d'Alexandrie a entraîné la mort d'environ 47 personnes. Bien que la Constitution égyptienne ne prévoie la promulgation de l'état d'urgence que pour six mois consécutifs, le président égyptien s'est souvent précipité ces dernières années pour le renouveler avant même la date limite fixée.

  • Syrie : L'armée israélienne frappe des cibles militaires iraniennes et syriennes

    Imprimer

    Mercredi soir 18 novembre, les forces de défense israéliennes ont attaqué des installations militaires en Syrie appartenant à la force iranienne al-Qods et à l'armée syrienne, a rapporté le service de presse de Tsahal.

    L'armée israélienne a annoncé avoir ciblé le "quartier général iranien" en Syrie, un "site secret" accueillant des "délégations de hauts responsables iraniens", la 7e division de l'armée syrienne et des batteries de missiles sol-air.

    Selon la déclaration de Tsahal, l'attaque a été menée en réponse au placement d'engins explosifs à la frontière avec Israël. Selon les renseignements israéliens, le sabotage a été préparé par des militants syriens, agissant sous la direction des Iraniens.

    "Ce que l'Iran et la Syrie ont fait: ils ont mis des engins explosifs improvisés près de la ligne Alpha pour frapper les troupes israéliennes. Ce que nous avons fait: nous venons de frapper des cibles de la Force iranienne Qods et des forces armées syriennes en Syrie", a écrit l'armée d'Israël sur Twitter.

    Le commandement de l'armée israélienne souligne que la responsabilité de toute tentative d'actions hostiles depuis le territoire syrien incombe au régime de Bachar al-Assad.

    "Nous espérons que le message est bien clair et qu'il est inacceptable pour le régime syrien de permettre, de tolérer et de faciliter l'usage par les forces iraniennes de la Syrie comme rampe de lancement pour des attaques contre Israël", a ajouté M. Conricus, précisant que les frappes s'étendaient de la frontière à la périphérie de Damas.

    Une source militaire syrienne a déclaré dans un communiqué: «Vers 3 h 11 ce jour-là, l'ennemi sioniste a lancé une agression aérienne en direction du Golan syrien occupé sur la région sud, et nos défenses aériennes l'ont affronté et ont détruit un certain nombre de missiles.

    L'agence d'État syrienne SANA a confirmé que des forces de défense aérienne avaient été déployées pour repousser l'attaque israélienne. Il est allégué que plusieurs missiles ont été abattus par la défense aérienne syrienne.

    Au moins dix combattants, parmi lesquels cinq Iraniens de la force al-Qods et quatre miliciens chiites libanais, ont été tués, selon des sources à Téhéran. La Force al-Qods est une unité d'élite des gardiens de la révolution iraniens chargée des opérations extérieures.

    Les frappes israéliennes ont visé deux positions de la défense antiaérienne de l'armée syrienne, près de l'aéroport de Damas et au sud-ouest de la capitale, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Les bombardements ont aussi visé des positions et des entrepôts d'armes et de munitions des forces iraniennes et pro-iraniennes près de la capitale, notamment dans les environs de Sayyidah Zeinab et Kiswah.

    A noter que la Russie refuse de fournir une couverture aérienne aux forces iraniennes.

    Images des objectifs visés :

    1697672.jpg

    Vidéo de la frappe israélienne