Israel Aerospace Industries (IAI)

  • Russie : les drones russes

    Imprimer

    Dimanche 19 décembre 2021, le présentateur de télévision Dmitri Kiselev dans l'émission "Vesti Nedeli" a présenté un sujet de l'envoyé spécial Alexander Rogatkin, consacré aux avions sans pilote russes et parlé d'un "matériel absolument exclusif". Ce rapport parlait des tests en Crimée de drones de choc "Orion", qui avaient déjà été utilisés en Syrie. L'émission parlait des drones de type hélicoptère, des drones Forpost opérant en Syrie, de l'utilisation de munitions vagabondes et du drone "invisible" "Hunter" dont on a déjà beaucoup parlé mais qui n'équipe pas encore les armées. Le rapport est sorti sous le titre bruyant « Il n'y a pas d'analogues : les capacités uniques des drones russes » .

    Ce matériel, en particulier, dit: "Le principal drone de l'armée russe est le "Forpost". Il est fourni à nos troupes depuis plusieurs années maintenant et est produit exclusivement à partir de pièces produites en Russie. C'est un véritable "bourreau de travail" dans le ciel de Syrie. Le "Forpost" peut être comparé au "Bayraktar" ( UAV turc  ). Avec une portée de 250 kilomètres, le "Forpost" donne d'excellents résultats, en particulier dans l'ajustement du tir ", a déclaré Roman Ivanov, le commandant de l'escadron de drone "Forpost"... Dans sa version frappe, le drone russe peut utiliser exactement les mêmes missiles guidés qu'Orion, et des bombes guidées qui peuvent voler sur plusieurs kilomètres et planer droit sur la cible. »

    Le rapport DE Vesti Nedeli ne dit pas que le drone russe Forpost a été développé sur la base d'une copie sous licence du drone israélien Searcher MkII. Le contrat pour l'assemblage de systèmes sans pilote a été conclu en 2010 par la société russe Oboronprom et la société israélienne Israel Aerospace Industries (IAI) pour un coût était de 400 millions de dollars. L'usine UZGA, détenue en partie par Oboronprom, a été choisie comme site de production. Auparavant, cette société était principalement engagée dans la réparation de moteurs d'avions. Fin 2013, l'usine d'aviation civile de l'Oural a signé un contrat pour l'assemblage des systèmes sans pilote Searcher MkII et BirdEye 400 développés par la société israélienne Israel Aerospace Industries, commandé par le ministère russe de la Défense.

    L'« accord sur les drones » avec Israël a suscité des réactions mitigées en Russie. Cette décision a été critiquée à plusieurs reprises par un certain nombre d'hommes politiques et d'experts de l'aviation russes. Israël avait refusé de fournir à la Russie des appareils plus modernes, y compris des drones d'attaque. En 2012, après un changement à la direction du ministère russe de la Défense, les médias russes ont écrit sur la fin possible de la coopération entre Israël et la Russie dans le domaine des véhicules aériens sans pilote. Ensuite, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré qu'à partir de maintenant, la priorité serait donnée aux équipements de fabrication  russe. Mais la coopération avec la société israélienne IAI s'est poursuivie.

    La coopération militaro-technique avec la Russie a soulevé et soulève toujours de nombreuses questions en Israël. Cela est principalement dû au fait que Moscou continue de fournir des armes à l'Iran et à la Syrie. Dans le même temps, Téhéran montre un intérêt particulier pour les technologies de drones et a développé sa propre production. Les drones iraniens ont été utilisés à plusieurs reprises par le Hezbollah libanais contre Israël. Les drones russes, dont le Forpost, ont été activement utilisés pendant les hostilités en Syrie depuis 2015. C'est pourquoi, Israël rejette les demandes de la Russie pour une production conjointe de drones d'attaque modernes.

    En ce qui concerne le drone Orion, celui-ci a été créé par la société Kronstadt (jusqu'en 2015, il s'appelait Transas). Ce drone, dont le développement a débuté en 2011, appartient à la classe des véhicules de moyenne altitude à longue durée de vol. La durée de vol maximale estimée est d'au moins 24 heures et le plafond est d'environ 8000 mètres. Le drone Orion a été présenté pour la première fois au salon aérien MAKS à l'été 2017. Extérieurement, il ressemble au drone iranien Shahed 129 (déjà mis en service au sein du Corps des gardiens de la révolution islamique) ou au drone israélien Hermes 450 et, dans une moindre mesure, au drone turc Anka. Ce drone est destiné principalement à la reconnaissance aérienne de la zone. Cependant, il peut également être utilisé comme drone de frappe (Orion-E).

    Notez que, malgré d'énormes investissements dans la création d'avions sans pilote domestiques, la Russie est toujours loin derrière les États-Unis, Israël, la Chine, la Turquie et d'autres pays encore.

  • Azerbaïdjan/Israël : L'Azerbaïdjan utilise des missiles LORA de fabrication israélienne pour pilonner les forces arméniennes du Haut Karabakh

    Imprimer


    Une vidéo partagée de la guerre entre les forces arméniennes et azéries dans la région du Haut-Karabakh montre les forces azerbaïdjanaises utilisant un missile israélien "LORA" pour bombarder un pont en Arménie.

    La vidéo montre un véhicule arménien s'approchant d'un pont du côté arménien de la zone de conflit lorsqu'un missile frappe soudainement et endommage le pont.

    LORA (LOng Range Attack) est un missile quasi-balistique de théâtre fabriqué par les industries aérospatiales israéliennes (IAI). Il peut être lancé à partir d'un navire ou par voie terrestre. Il a une portée opérationnelle de 400 km. (250 miles), il a une précision d'un rayon de dix mètres, et frappe dans les dix minutes suivant le lancement.

    L'Azerbaïdjan est un allié connu d'Israël. Il fournit à Tel'Aviv environ 40% de ses besoins en pétrole. C'est également un client de longue date de nombreuses sociétés de défense israéliennes. Bakou achète des drones, des missiles et d'autres systèmes d'armes avancés.

    En 2016, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a révélé que son pays avait signé des contrats à long terme d'une valeur de 5 milliards de dollars pour acheter des armes et des équipements de sécurité à Israël.

    Plus récemment, l'Arménie a rappelé son ambassadeur d'Israël, en signe de protestation contre la fourniture par Tel'Aviv d'armes à l'Azerbaïdjan, qu'elle utilise ensuite dans son offensive sur le Haut-Karabakh.

    L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a appelé à un cessez-le-feu humanitaire immédiat pour permettre le rapatriement des restes des militaires tombés au combat.

    Les deux parties ont catégoriquement rejeté tout cessez-le-feu, affirmant que la guerre ne se terminera pas tant que l'une des parties ne sera pas vaincue.

  • Israël : La marine israélienne a testé un nouveau missile anti-navire

    Imprimer

    La marine israélienne et l'administration du ministère de la défense pour le développement des armes et de l'infrastructure technologique ont testé avec succès un nouveau missile anti-navire développé par Israel Aerospace Industries, IAI.

    Au cours de l'essai, le nouveau missile a été lancé depuis une corvette de classe Sa'ar 5 sur un navire cible. Le missile a fait mouche, comme le montre une vidéo du test publiée le 25 septembre.

    Dans un communiqué, les forces de défense israéliennes ont déclaré que le nouveau système de missile avait une meilleure précision, des capacités d'attaque flexibles, une plus longue portée et une meilleure capacité à faire face à des menaces avancées.

    "Le système de missiles assurera la supériorité maritime de la marine", a déclaré le porte-parole des FDI dans une déclaration, ajoutant que "la mise en œuvre du système est une étape importante pour le renforcement de la marine et le maintien de la supériorité des Forces israéliennes dans l'arène maritime".

    Le système de missiles, dont le nom n'a pas encore été annoncé, sera intégré sur les corvettes Sa'ar 5 et sur les nouveaux Sa'ar 6 plus avancés, qui devraient entrer en service actif dans quelques mois.

    Actuellement, la marine israélienne arme ses navires avec des missiles Gabriel de fabrication nationale ainsi que des missiles Harpoon AGM-84 importés des États-Unis.

    L'armée israélienne travaille constamment au renforcement et à la modernisation de ses forces navales, qui sont très actives en Méditerranée orientale.

    Vidéo du nouveau missile antinavire