ISRAËL

  • Jérusalem : Un garde-frontière israélien gravement blessé par une voiture bélier à Kalandia

    Imprimer

    Dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 octobre, dans la zone de Kalandia (sud de Ramallah), un habitant de Qalqilya de 22 ans, au volant d'une voiture, a percuté des gardes-frontières israéliens qui évacuaient des habitants de bâtiments illégaux.

    Les gardes-frontières ont ouvert le feu sur la voiture. Le conducteur a tenté de s'échapper, mais a finalement percuté un mur et a été arrêté.

    L'un des gardes-frontières a été gravement blessé par le véhicule blessé et transporté à l'hôpital Shaaretz Zedek de Jérusalem. Son état s'est dégradé au cours de la nuit.

    Le détenu a été conduit pour interrogatoire au service général de sécurité (SHABAK).

  • Syrie : Raid israélien - Deux militants chiites non syriens tués et six soldats syriens blessés

    Imprimer

    Des missiles israéliens ont visé, vendredi 8 octobre 2021, un aéroport militaire dans la province de Homs dans le centre de la Syrie, tuant deux miliciens étrangers et blessant six soldats syriens, a indiqué l'agence officielle syrienne SANA. 

    En soirée, "l'ennemi israélien (...) a lancé des missiles vers l'aéroport militaire T4", a déclaré l'agence Sana, précisant que cette agression avait "blessé six soldats et causé des dégâts matériels". Deux miliciens étrangers ont également été tués.

    La cible de l'attaque était l'installation sur laquelle se trouvaient des drones iraniens. La base aérienne T-4 est située la partie orientale de la province de Homs. Elle est considérée comme l'un des aéroports militaires les plus importants du régime et a déjà été pris pour cible par les avions de guerre israéliens.

    Dans un premier temps, Sana avait indiqué que la défense aérienne syrienne avait intercepté des missiles au dessus de la province de Homs, sans fournir de précision. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les frappes israéliennes ont ciblé un entrepôt de drones à l'aéroport militaire T4 dans la partie orientale de la province de Homs. Larmée israélienne s'est refusée à tout commentaire.

    Plus tôt dans la journée, le Centre syrien pour les droits de l'homme (SOHR) a signalé qu'un drone non identifié avait frappé des cibles militaires appartenant à des militants pro-iraniens dans la ville de Boukamal, située dans la province syrienne orientale de Deir ezZor, à la Frontière irakienne. Selon le rapport, un incendie s'est déclaré dans les installations attaquées.

    Israël confirme très rarement ses raids en Syrie voisine mais affirme régulièrement que l'Etat hébreu ne permettra pas à ce pays de devenir la tête de pont des forces de la République islamique d'Iran, ennemi juré de l'Etat hébreu. Depuis le début de la guerre en 2011 en Syrie, l'armée israélienne a régulièrement mené des raids dans ce pays visant principalement les forces iraniennes, celles du Hezbollah et les troupes gouvernementales syriennes. L'Iran et le Hezbollah sont des alliés du régime syrien de Bachar el-Assad. Début septembre, des missiles israéliens avaient visé des milices pro-iraniennes près de Damas, selon l'OSDH.

  • Cisjordanie : Opération spéciale à Burkin, un membre du Jihad islamique éliminé

    Imprimer

    FAgUEf5XsAAGkw3.jpegTôt jeudi matin 30 septembre 2021, lors d'une fusillade avec l'armée israélienne dans le village de Burkin (sud-ouest de Jénine), Alaa Nasser Zayud (photo), 22 ans, a été tué et deux autres Palestiniens blessés, rapporte l'agence palestinienne Maan .

    Le rapport indique que des dizaines de jeeps militaires et des dizaines de soldats des forces spéciales ont encerclé plusieurs maisons à Burkin et procédaient à l'arrestation de "terroristes présumés" lorsque les coups de feu ont éclaté.

    Selon Maan, le Palestinien tué était un militant des Brigades al-Quds, la branche militaire du Jihad islamique.

    L'armée israélienne n'a pas encore commenté cette information. Mais  le service de presse de la police des frontières (MAGAV). Le rapport du MAGAV a indiqué que des unités des forces spéciales des forces frontalières et de Tsahal (Sayeret Cherub) menaient une opération pour détenir des personnes suspectées de terrorisme à Burkin, lorsqu'on a tiré sur les militaires. La source de tir a été réduite au silence par des tirs de riposte. Aucun des Israéliens n'a été blessé. Une mitraillette artisanale "Carl Gustav" ("Carlo") a été retrouvée près du corps du "terroriste" mis hors de combat.
    Carlo.jpeg

    Rappelons que le 26 septembre à Burkin, ainsi que dans le village de Bidou (entre Ramallah et Jérusalem), plusieurs militants du Jihad islamique et du Hamas ont été éliminés. L'armée israélienne a expliqué qu'il s'agissait d'actions préventives pour empêcher une attaque terroriste. Les responsables du « Jihad islamique » ont annoncé leur intention de mener des « représailles » contre les Israéliens.

    1949050.jpegUne Palestinienne tuée à Jérusalem
    Une femme palestinienne âgée de 30 ans, armée d'un objet tranchant, a tenté d'attaquer des policiers dans la vieille ville de Jérusalem, près de la porte de la Chaîne. Elle a été tuée, selon la police.

    Le service de presse de la police israélienne a confirmé que vers 6h30, une habitante du village de Kabatiya (Autorité palestinienne), un couteau à la main, a tenté d'attaquer des policiers dans la vieille ville de Jérusalem. Les policiers ont ouvert le feu sur  la femme qui a été tuée sur le coup. Un artificier a été appelé sur place pour s'assurer que la femme décédée n'avait pas d'engins explosifs.

    FAgRUhOWQAIZ3qS.jpeg

  • Iran : Un centre de recherche du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique en feu

    Imprimer

    Dans la soirée du 26 septembre, un incendie s'est déclaré dans l'un des centres de recherche du Corps desGardiens de la Révolution Islamique (CGRI) près de la capitale iranienne, Téhéran.

    À la suite de l'incident, trois membres du CGRI ont été blessés. Deux des blessés sont décédés des suites des blessures subies lors de l'incident.

    Les victimes ont été identifiées comme étant Seyed Mortaza Karimi et Hossein Abadi.

    Compte tenu du niveau élevé de sécurité dans les installations du CGRI, aucune information spécifique sur l'emplacement du centre ou ses tâches n'a été révélée. Les CGRI gèrent de nombreuses installations à la périphérie de la capitale. Il a été dit que l'incendie avait éclaté dans un entrepôt du centre de recherche qui visait l'autosuffisance du CGRI.

    Le centre touché par l'incendie pourrait faire partie de l'Organisation du Jihad pour la recherche et l'autosuffisance du CGRI, impliquée dans le développement des armes iraniennes. L'organisation a été sanctionnée par le Trésor américain en 2017 pour "recherche et développement de missiles balistiques".

    Cependant, il n'est toujours pas clair si l'installation était impliquée dans les activités de l'Organisation de recherche et d'autosuffisance du Jihad. 

    Comme il n'y a eu aucun détail sur la raison de l'incident, cela a naturellement provoqué diverses spéculations sur la possibilité d'une opération de sabotage israélienne.

    Juste après l'incident, le 27 septembre, l'ambassadeur d'Israël aux États-Unis et à l'ONU, Gilad Erdan, a affirmé que les États-Unis et d'autres puissances mondiales envisageaient de plus en plus un « plan B » pour arrêter le programme nucléaire iranien.

    « La communauté internationale et les Américains commencent à nous parler davantage d'un plan B sur l'Iran », a affirmé Erdan. « Dans le passé, on estimait qu'il y avait 80 % de chances que [l'Iran] revienne à l'accord [nucléaire de 2015], aujourd'hui, ce chiffre est tombé à environ 30 %.

    « Si l'Iran ne revient pas [à l'accord], cela change toute la situation pour le monde », a-t-il ajouté.

    Plus tôt ce mois-ci, de hauts responsables israéliens et la Maison Blanche ont repris des négociations sur un éventuel « Plan B » et le partage de renseignements axés sur l'Iran. Il n'y a toujours pas de revendications officielles sur ce que le plan alternatif impliquerait.

    Washington et Tel Aviv prévoient des actions « alternatives » contre l'Iran au cas où les pourparlers nucléaires à Vienne échoueraient, sans attendre la reprise des négociations. Le ministère iranien des Affaires étrangères a assuré que les négociations reprendraient à l'automne, car le gouvernement du nouveau président Ibrahim Raisi, qui a remporté les élections en juin, devrait enfin être formé en Iran.

    De son côté, Tel-Aviv menace régulièrement Téhéran. Le mois dernier, le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a évoqué dans ses discours la possibilité d'une intensification des opérations de sabotage.

    « Les États-Unis et Israël partagent des informations de renseignement, et la coopération avec les États-Unis dans ce domaine ne fait que se renforcer. Nous travaillons avec eux afin d'établir un "Plan B" et de démontrer que s'il n'y a pas d'accord, d'autres activités commenceront…»

    Il faut dire que l'Iran ne fait rien pour calmer la situation. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a déclaré que ses inspecteurs s'étaient vu refuser l'accès à un site de fabrication de centrifugeuses à Karaj, près de la capitale Téhéran.

  • Cisjordanie : Affrontements nocturnes près de Jénine et Ramallah entre forces israéliennes  et Palestiniens : 5 Palestiniens tués

    Imprimer

    Cinq Palestiniens auraient été tués lors d'un affrontement nocturne avec les troupes israéliennes à Burqin près de Jénine. Vidéo.

    La radio publique israélienne a fait état, dimanche matin 26 septembre 2021, d'affrontements armés entre des soldats israéliens et des Palestiniens dans le nord de la Cisjordanie suite à une opération militaire destinée à arrêter des suspects du Hamas dans la zone proche de Jénine.

    Il y a une grande contradiction sur les évènements et le nombre des victimes, d'autant plus que plusieurs événements ont eu lieu à des endroits séparés.

    Dimanche matin, les forces israéliennes ont lancé une campagne d'arrestations dans les villes de Biddou et Beit 'Anan, à l'ouest de Ramallah, ce qui a conduit à des affrontements avec les Palestiniens, en plus d'incursions et d'affrontements nocturnes à Burqin, à l'ouest de Jénine.

    Des sources locales à Burqin ont confirmé que l'armée israélienne avait encerclé une maison et exigé que ceux qui s'y trouvaient se rendent sans résistance, mais les occupants de la maison ont ouvert le feu sur les soldats. Des tirs ont également eu lieu depuis le maisons voisines. Des renforts de Tsahal sont vite arrivés sur place et ont riposté sur les tireurs.

    Dans le même temps, les forces spéciales de l'armée israélienne ont arrêté deux suspects dans la ville de Jénine. Un autre suspect a été détenu à Kafr Dan, où un résident local a été blessé alors qu'il résistait.

    Tsahal a confirmé qu'une opération de grande envergure avait été menée dans les régions de Ramallah et de Jénine, dont le but était de neutraliser l'infrastructure de l'organisation Hamas, qui était surveillée depuis plusieurs jours.

    Le rapport de Tsahal a indiqué que cinq combattants palestiniens ont été tués et un quatrième blessé lors d'opérations dans la région de Jénine et le village de Biddou (sud de Ramallah) menées par les forces spéciales de Tsahal Duvdevan et les forces spéciales de la police des frontières YAMAM.

    Les opérations sont terminées, les forces spéciales se sont retirées du territoire de l'Autorité palestinienne. Au total, des opérations simultanées ont été menées dans cinq endroits différents.

    Oussama Sabah 2.jpegLes médias palestiniens ont publié les noms de militants de l'organisation Hamas, mis hors de combat par l'armée israélienne lors de l'opération spéciale des forces israéliennes. Il s'agit de :
    1) Ahmad Zahran - l'un des commandants des "Brigades Ezzedine al-Qassam (la branche armée du Hamas). Il a été tué lors d'un échange de tirs avec des militaires dans la région de Beit 'Anan, près du village de Biddou (sud de Ramallah).
    2) Oussama Sabah (22 ans) (photo ci-dessus et ci-contre) est un combattant du Jihad islamique (pas du Hamas, comme on le pensait auparavant). Tué à Burkin (ouest de Jénine).
    3) Ahmad Adnan Abd (30 ans) est un combattant du Hamas. Abattu près du village de Kafr Dan, à l'ouest de Jénine, alors qu'il tentait de s'enfuir en voiture après une fusillade.
    4) Mahmoud Hamidan est un militant du Hamas qui a passé six ans dans une prison israélienne pour activités terroristes (il avait été libéré il y a trois mois). Il se trouvait avec Zahran lorsqu'il a été tué dans la région de Beit Anan.
    5) Zakaria Baduan est un combattant du Hamas. Il a été tué dans la région de Beit Anan.
    Muhammad al-Zaraini a également été blessé à Burkin.
    Deux combattants palestiniens ont également été capturés : Ahmad Abu Ramila et Mazen Saadi.

    Deux militaires israéliens blessés lors des affrontements à Burkin
    Dimanche vers midi, le service de presse des Forces de défense israéliennes a rapporté que lors des affrontements dans le village de Burkin, deux militaires israéliens ont été blessés. Il s'agit d'un officier et d'un soldat. Les blessés ont été transportés par hélicoptère à l'hôpital. Les informations sur leur état n'ont pas encore été publiées.

     

     

  • Israël : Arrestation des deux derniers prisonniers évadés de la prison de Gilboa

    Imprimer

    L'armée israélienne a arrêté les deux derniers prisonniers qui s'étaient évadés de la prison de Gilboa, dans la région de Jénine, au nord de la Cisjordanie.

    Dans un communiqué, la police israélienne a déclaré : « Ce soir, l'armée israélienne et les combattants du Shin Bet (Service général de sécurité - Renseignement) ont arrêté les deux prisonniers qui se sont évadés de la prison de Gilboa, à Jénine.

    "Après environ deux semaines de poursuite, des gardes-frontières ont travaillé ce soir avec les forces spéciales du Service général de sécurité et l'armée israélienne à Jénine pour arrêter les deux prisonniers fugitifs,  Ayham  Kammaji (à droite sur la photo) et Munadil  Nafeat (à gauche), a-t-elle ajouté.

    Selon la déclaration, le Shin Bet a pu localiser la maison dans laquelle les hommes recherchés se trouvaient.

    "Les deux hommes recherchés ont été arrêtés vivants, sans résistance, et ils ont été emmenés pour interrogatoire par la Sûreté générale", a-t-il ajouté. Le communiqué ajoute que deux autres Palestiniens ont été arrêtés, qui ont apporté leur aide aux deux prisonniers.

    Et plus tôt, les médias israéliens ont déclaré que les forces armées, dimanche à l'aube, ont de nouveau arrêté les deux derniers prisonniers qui s'étaient évadés de la prison de Gilboa, dans la région de Jénine.

    Le correspondant de Channel 13 a déclaré que la chasse aux prisonniers qui s'étaient évadés de la prison de Gilboa s'est terminée par l'arrestation des deux derniers prisonniers à Jénine.

    La chaîne a indiqué qu'une force militaire a arrêté les deux prisonniers, après des informations de renseignement fournies par le service de sécurité du Shin Bet.

    Selon Yedioth Aharonoth, d'importantes forces israéliennes de l'armée israélienne ont encerclé une maison palestinienne à Jénine et ont demandé à ses habitants de la quitter et de se rendre, y compris les deux captifs en fuite.

    L'arrestation des deux prisonniers a été effectuée par le Shin Bet et la "Brigade Manashe" (région de Jénine) de l'armée, suivie par tous les commandants de la région centrale réunis dans la salle des opérations.

    Le journal Yedioth Ahronoth a déclaré : « Les forces qui sont entrées à Jénine ont mené publiquement une opération de tromperie pour détourner l'attention, tandis que dans une autre zone, l'unité spéciale Al-Yamam et le Shin Bet, sous couverture militaire, ont secrètement attaqué le bâtiment dans lequel les deux prisonniers s'étaient réfugiés dans l'est de Jénine.

    L'armée israélienne avait auparavant déployé des batteries du système de missiles anti-missiles "Dôme de fer" et les avait mises en alerte par crainte des missiles que le Jihad islamique pouvait lancer en réponse à l'arrestation des deux prisonniers.

    Le journal a rapporté que des manifestations palestiniennes avaient éclaté après l'arrestation des deux prisonniers, notamment des jets de pierres et de cocktails Molotov et des tirs sur les forces israéliennes.

    Le 6 septembre, six prisonniers palestiniens s'étaient évadés par un tunnel creusé depuis leur cellule. Quatre d'entre eux avaient été  arrêtés il y a environ une semaine : Muhammad al-Ardah, Mahmoud al-Ardah, Zakaria al-Zubaidi et Yaqoub Qadri.

     

     

    Lien permanent Catégories : CISJORDANIE, Jénine, Shin Beth 0 commentaire
  • Iran : Israël a assassiné le scientifique nucléaire iranien Fakhrizadeh avec un "robot tueur"

    Imprimer

    Un article du journal américain The New York Times a indiqué que l'opération israélienne visant à assassiner le scientifique nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh, à la fin de l2020, s'était déroulée sans aucun agent sur le terrain, car elle a été menée par un robot tueur capable de tirer 600 coups à la minute (une nouvelle arme de haute technologie commandée par l'intelligence artificielle (AI) et de plusieurs caméras fonctionnant par satellite.

    FN_MAG.jpeg

    sentinel20.pngUn responsable du renseignement familier avec l'opération a expliqué qu’« Israël avait choisi un modèle avancé de la mitraillette FN MAG (photo de gauche) de fabrication belge, liée à un robot intelligent avancé ».

    "Le système n'était pas différent de son homologue Sentinel 20, (système d'arme télécommandé gyrostabilisé pour canons de 20 mm et 25 mm) (photo de droite) fabriqué par la société espagnole Escribano", a-t-il ajouté.

    Le robot a été construit pour s'adapter à la taille d'une camionnette Zamyad, couramment utilisée en Iran, et des caméras ont été installées sur la camionnette dans plusieurs directions pour donner au système de commande une image complète non seulement de la cible et ses détails de sécurité, mais de l'environnement environnant."

    De plus, le camion a été piégé afin qu'il puisse exploser à distance et être transformé en petits morceaux une fois le tir terminé, afin de détruire toutes les preuves, selon le New York Times.

    Afin de déterminer avec précision la cible, une voiture a été placée au bord de la route empruntée par Fakhrizadeh, équipée d'une caméra satellitaire qui envoyait des images directement au siège de l'opération.

    Le rapport a confirmé que "l'ensemble du processus a pris moins d'une minute, au cours de laquelle seulement 15 balles ont été tirées. Les enquêteurs iraniens ont indiqué que les balles n'avaient pas touché la femme de Fakhrizadeh, qui était assise à quelques centimètres".

    Concernant les détails de l'opération, l'agence de presse semi-officielle Fars avait révélé, à l'époque, qu'"elle n'avait duré qu'environ 3 minutes, et il n'y avait aucun facteur humain sur le lieu de l'assassinat, et le tir n'a été effectué qu'avec une arme automatique télécommandée.

    Elle a expliqué que le jour de l'attaque, Fakhri Zadeh et son épouse voyageaient dans une voiture blindée, escortés par 3 voitures de gardes du corps, en route vers la zone de Damavand près de Téhéran.

    Elle a ajouté qu'une des voitures de gardes du corps s'était séparée du convoi, à des kilomètres du lieu de l'accident, dans le but de vérifier et de surveiller tout mouvement suspect.

    Pendant ce temps, a-t-elle noté, le bruit de quelques balles visant la voiture a attiré l'attention de Fakhri Zadeh qui a arrêté la voiture.

    Elle a ajouté que Fakhri Zadeh est sorti de la voiture, estimant que le bruit était causé par une collision avec un obstacle extérieur ou un problème avec le moteur de la voiture.

    Après être sorti de la voiture, une mitrailleuse automatique télécommandée montée sur une camionnette garée à 150 mètres lui a tiré une pluie de balles, le touchant de 3 balles, dont une lui a coupé la moelle épinière.

    Quelques instants plus tard, le camion garé a explosé.

    Le 27 novembre 2020, l'Iran a annoncé l'assassinat de Fakhrizadeh, 63 ans, "parrain de l'accord nucléaire", la voiture dans laquelle il voyageait près de la capitale, Téhéran ayant été pris pour cible.

    L'ancien président iranien Hassan Rouhani avait aussitôt accusé Israël d'avoir orchestré l'assassinat du scientifique et promis une réponse.