IRAN

  • Afghanistan/Iran : Affrontements entre talibans et gardes-frontières iraniens le 7 mai 2022

    Imprimer

    Des sources locales dans la province de Nimroz affirment que les talibans et les gardes-frontières iraniens se sont affrontés dans les dernières heures du mardi 7 mai.

    Selon des sources, les gardes-frontières iraniens se trouvaient à la frontière entre l'Afghanistan et l'Iran alors qu'ils gardaient et surveillaient les lignes frontalières lorsqu'ils se sont affrontés avec les talibans.

    Aucun autre détail de la bataille n'a été publié.

    C'est la deuxième fois que les talibans se heurtent aux gardes-frontières iraniens depuis l'arrivée au pouvoir des talibans.

  • Iran : Série de purges en Iran : Le chef de la sécurité de l'ayatollah Khamenei est limogé

    Imprimer

    L'Iran limoge le chef de la sécurité de l'ayatollah Khamenei

    Le commandement du Corps des gardiens de la révolution islamique (DGRI) a annoncé le limogeage d'Ebrahim Jabari de la direction de la sécurité du guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei. Il occupe ce poste depuis 2010. Il est remplacé par Hassan Mashrueifar.

     

    Ce qui a causé la démission de l'un des représentants du CGRI le plus proche de Khamenei n'est pas rapporté. Cependant, il semble qu'il y ait une véritable purge à la direction du Corps. Auparavant, le chef du renseignement du CGRI, Hossein Tayeb, également ancien confident du dirigeant iranien, avait été remplacé.

     

    Le commandement du Corps des gardiens de la révolution islamique (DGRI) a annoncé le limogeage d'Ebrahim Jabari de la direction de la sécurité du guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei. Il occupe ce poste depuis 2010. Il est remplacé par Hassan Mashrueifar.

    Ce qui a causé la démission de l'un des représentants du CGRI le plus proche de Khamenei n'est pas rapporté. Cependant, il semble qu'il y ait une véritable purge à la direction du Corps. Auparavant, le chef du renseignement du CGRI, Hossein Tayeb, également ancien confident du dirigeant iranien, avait été remplacé.

    La démission de Tayeb a été associée à l'échec des plans des services spéciaux iraniens de lancer des opérations contre les touristes israéliens en Turquie. Les opérations visaient à répondre à la liquidation des scientifiques iraniens du nucléaire et des missiles, ainsi qu'à une série d'incidents étranges dans les installations de défense et nucléaires.

    La démission de Tayeb a été associée à l'échec des plans des services spéciaux iraniens de lancer des opérations contre les touristes israéliens en Turquie. Les opérations visaient à répondre à la liquidation des scientifiques iraniens du nucléaire et des missiles, ainsi qu'à une série d'incidents étranges dans les installations de défense et nucléaires.

  • Iran : Le chef du renseignement du CGRI qui a comploté des attaques contre des Israéliens en Turquie limogé

    Imprimer

    Tayeb  Hossein.jpegLa télévision d'État iranienne a annoncé la démission du chef du service de renseignement du Corps des gardiens de la révolution islamique, Hossein Tayeb (photo ci-contre). Ainsi, les informations apparues pour la première fois sur les sites de l'opposition iranienne ont été officiellement confirmées.

    Hossein Tayeb, un religieux, qui dirigeait le renseignement du CGRI depuis 2009, a été nommé au poste de conseiller du commandant du corps, Hossein Salami. Malgré le titre, on parle de la disgrâce d'une des figures de proue des services spéciaux iraniens.

    Selon les services de renseignement israéliens, Tayeb était l'un des organisateurs des projets d'attentats terroristes contre des touristes israéliens en Turquie. Selon les médias, ces plans ont été contrecarrés par le contre-espionnage et la police turcs, avec la participation du Mossad. 

    Si les rapports sont corrects, cet échec aurait pu être la raison de la démission de Taieb.

    Kazemi  Mohammad (chef du renseignement depuis 2022:06:23).jpegMohammad Kazemi (photo ci-contre) a été nommé nouveau chef de l'organisation du renseignement du CGRI  en remplacement de Hossein Tayeb . Kazemi, un non-clerc qui dirigeait l'Organisation de protection du renseignement du CGRI.

    Les services de renseignement turcs affirment que des terroristes iraniens préparaient l'enlèvement de l'ex-ambassadeur d'Israël
    Hürriyet Daily News a écrit que le 17 juin, lors d'une opération conjointe entre le MİT (services de renseignement turcs) et la police, 10 suspects, dont des citoyens turcs, ont été détenus au Soul Hotel et dans trois appartements loués dans le quartier de Beyoglu.

    On a déjà rapporté sur un précédent blog que des agents du renseignement iranien et du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) se trouvaient en Turquie sous le couvert d'étudiants et d'hommes d'affaires mais les attaques ont été empêchées au stade de la planification.

    Les détails de l'opération ont été publiés par les autorités turques quelques heures avant l'arrivée à Ankara du ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid.

    Jeudi 23 juin, les autorités turques ont dévoilé des détails sur l'opération de prévention des attentats terroristes contre des citoyens israéliens, menée conjointement avec les services spéciaux israéliens.

    Les rapports indiquent que les attaques contre les Israéliens ont été préparées par le service de renseignement iranien SAVAMA.

    Selon les informations obtenues par les services de renseignement turcs MİT et la police, les terroristes se préparaient à kidnapper et tuer des Israéliens vivant ou séjournant à Istanbul en tant que touristes. L'une des cibles des terroristes était l'ex-ambassadeur d'Israël et sa femme, qui séjournaient dans un hôtel de la "zone européenne" de Beyoglu.

  • Iran : le chef de l'unité de sécurité du CGRI est soupçonné de trahison

    Imprimer

    Des informations sont parues dans les médias arabes sur l'arrestation d'Ali Naseri, qui dirigeait l'unité de sécurité personnelle du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Il est soupçonné de trahison.

    Comme le note le blogueur Abu Ali, spécialisé dans les questions du Moyen-Orient, l'arrestation a été précédée par la fuite d'Iran de deux officiers de haut rang du CGRI, ainsi que par plusieurs liquidations très médiatisées en Iran même.

    L'unité de sécurité du CGRI serait également responsable de la sécurité des membres de haut rang du régime de l'ayatollah. Les suspicions portées contre son commandant, ainsi que les nombreuses défaillances de service, devraient entraîner une purge massive.

    Rappelons que lundi 13 juin, le New York Times a publié un article consacré à la mort mystérieuse de deux jeunes scientifiques iraniens Ayub Entezari et Kamran Aghamolai.

    Ayub Entezari, 35 ans, était un spécialiste de l'aéronautique qui a développé des drones et a travaillé dans un groupe de réflexion militaire. Kamran Agamolai, selon la publication, était géologue et, selon certaines sources, travaillait au centre nucléaire de Natanz.

    L'Iran est convaincu qu'Entezari et Agamolai ont été empoisonnés par Israël. Le NYT écrit que cette version a été exprimée par deux responsables gouvernementaux, ainsi que par deux personnes différentes associées au gouvernement.

  • Iran : Des manifestations anti-gouvernementales ont eu lieu à Téhéran et dans d'autres villes

    Imprimer

    Dimanche 12 juin 2022, des manifestations anti-gouvernementales ont eu lieu dans différentes villes iraniennes. La plus importante d'entre elles a eu lieu à Téhéran, où les participants ont scandé : "Notre ennemi, ce ne sont pas les États-Unis, mais le gouvernement". Vidéo.

    Dans la capitale, entrepreneurs et commerçants sont descendus dans la rue. Selon les médias officiels, plusieurs dizaines de personnes ont protesté contre l'intention du gouvernement d'introduire de nouvelles règles fiscales et de renforcer le contrôle des ventes dans le cadre de la lutte contre l'évasion fiscale.

    Des vidéos inédites sur les réseaux sociaux ont montré des centaines de personnes participant à la manifestation. Le journaliste iranien Babak Tagvai a écrit que la forte dépréciation de la monnaie nationale était la raison du mouvement de protestation. 

    A Ahvaz, des fonctionnaires, qui n'ont pas été payés depuis plusieurs mois, ont pris part à la manifestation.

    Des manifestations ont également eu lieu à Keredzh, Shiraz et au Kurdistan.

    Lien permanent Catégories : IRAN, Téhéran 0 commentaire
  • Turquie : Des attaques terroristes contre des installations israéliennes en Turquie préparées par l'Iran ont été évitées

    Imprimer

    Les forces de sécurité israéliennes ont déjoué une tentative iranienne de frapper des cibles israéliennes en Turquie il y a environ un mois.

    Ceci a été rapporté par le service de presse de la société "Kan".

    Ayant reçu des informations sur une attaque à venir, les forces de sécurité israéliennes se sont tournées vers le service national de renseignement turc (MİT) avec une demande d'action contre les cellules terroristes iraniennes opérant dans le pays.

    De son côté, la Douzième chaîne israélienne a confirmé que les services de renseignement turcs avaient découvert un réseau d'agents iraniens actifs sur le sol turc depuis plus d'un an et qu'ils avaient prévu de frapper des cibles israéliennes. 

    Tout cela, selon les données publiées par Kan, s'est produit quelques semaines avant que le quartier général de la sécurité nationale israélienne n'émette un avertissement concernant la présence d'une menace contre les Israéliens en Turquie.

    Comme annoncé, l'Iran envisage de commettre des attentats terroristes contre des Israéliens en Turquie dans le cadre de la récente liquidation à Téhéran du colonel iranien du Corps des gardiens de la révolution islamique Sayyad Hodaye. L'Iran a accusé Israël d'avoir assassiné le colonel iranien.

    Dans un geste sans précédent, plus de 100 citoyens israéliens en Turquie ont reçu des appels de responsables de la sécurité israéliens leur demandant de quitter immédiatement le pays et de retourner dans leur patrie.

    40.000 Israéliens en vacances en Turquie
    Selon la Chaîne 12, se basant sur de informations du Mossad,  "l'Iran a identifié les citoyens israéliens qui se trouvent en Turquie et les a inclus sur ses listes de ciblage". Environ 40 000 Israéliens se trouvent actuellement en Turquie. 

    Lien permanent Catégories : IRAN, MIT, Mossad, TURQUIE 0 commentaire
  • Iran : Deux professionnels de l'aérospatial, dont un membre des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI), décèdent en "mission"

    Imprimer

    Abdous Mohammad (tué).jpegLes médias iraniens rapportent la mort d'un officier supérieur de l'armée de l'air du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), Ali Kamani (photo ci-contre).

    Il est également rapporté la mort du scientifique iranien Mohammad Abdus, engagé dans le développement de satellites, de missiles balistiques et de véhicules aériens sans pilote.

    Ali Kamani est mort dans un "accident de voiture" alors qu'il était en "mission" dans la ville de Khomein, au sud-ouest de Téhéran, selon un communiqué du CGRI cité par Tasnim. Dans le communiqué du CGRI, il est qualifié de "chahid" mort "en défendant sa patrie lors d'une mission". La nature de la "mission" n'a pas été précisée.

    Abdous Mohammad.jpegDans le même temps, l'agence iranienne Fars rapporte que le scientifique Mohammad Abdus (photo) qui a participé au programme satellite de la République islamique, et a également participé au développement de drones et de missiles balistiques, est décédé à la base de défense aérienne de Semnan, dans le nord de l'Iran. Les circonstances de sa mort n'ont pas été dévoilées.

    Le 4 juin, le site Internet Iran International avait rapporté la mort du scientifique iranien Ayub Entezari, spécialiste de l'aérospatiale et de l'aéronautique qui a développé des drones. Il serait mort des suites d'une "intoxication alimentaire". Il y a eu des suggestions que le scientifique avait été empoisonné. Ayub Entezari était diplômé de la Shahid Sattari Air Force Engineering Academy à Téhéran. Il avait ensuite complété sa maîtrise et son doctorat en génie aérospatial à l'Université de technologie Sharif. Selon Iran International, il était l'un des principaux spécialistes iraniens des véhicules aériens sans pilote.

    Il convient de noter qu'en moins d'un mois, au moins six Iraniens liés aux forces de l'ordre et aux développements de la défense ont été tués. Le 22 mai, le colonel du Corps des Gardiens de la révolution iranien Sayyad Hodaye, qui avait récemment été nommé à un poste de direction dans le programme iranien de développement et de fabrication de drones à des fins militaires, avait été abattu à Téhéran. Il était responsable de la préparation d'attaques aériennes sans pilote contre Israël. Le 6 juin, "à la suite d'une chute du toit de sa maison" dans la banlieue de Téhéran à Kerej, le colonel du CGRI Ali Ismailzadeh, était décédé. Il était l'un des commandants de la 840e unité al-Qods, un collègue de Khodayye. A noter que le commandement du CGRI, selon Iran International, a tenté de cacher la mort d'Ismailzade.

    Récemment, un "accident de production" a également été signalé dans l'une des usines de la région de Parchin, puis le ministère de la Défense a notifié le décès de "l'ingénieur Ehsan Gadbeigi". Un autre ingénieur a été blessé.