IRAN

  • Iran : Les Gardiens de la Révolution Islamique disent avoir déjoué un détournement d'avion

    Imprimer

    Les Gardiens de la révolution Islamique d'Iran (CGRI), l'armée idéologique d'Iran, ont annoncé vendredi 5 mars avoir déjoué la veille une tentative de détournement d'un vol intérieur vers un pays arabe du Golfe.

    "Le complot pour détourner un avion Fokker 100 de la compagnie Iran Air (...) a été neutralisé jeudi soir, avec la vigilance des Gardiens", est-il indiqué dans le communiqué.

    Publié sur Sepahnews, le site officiel des Gardiens de la révolution, le texte évoque un "complot" dont "l'auteur" avait "l'intention de faire atterrir l'avion dans un aéroport de l'un des pays de la rive sud du golfe Persique". Selon les Gardiens de la révolution, l'appareil en question avait quitté l'aéroport d'Ahvaz, dans le sud-ouest de l'Iran, à destination de Machhad, dans le nord-ouest, à 22h10 (18h40 GMT). "L'auteur du complot" a été arrêté après "un atterrissage urgent de l'avion à l'aéroport d'Ispahan" (centre), indique le communiqué, sans plus de détails sur l'incident et la façon dont il a été déjoué. "Les passagers de l'avion, qui sont en parfaite santé, se sont envolés vers leur destination (finale) via un autre vol", ajoute le texte, précisant qu'une enquête est en cours.

    Les Gardiens de la révolution sont chargés de la sécurité des aéroports et de l'espace aérien en Iran. La République islamique d'Iran entretient des relations tendues avec plusieurs de ses voisins de la péninsule arabique, en particulier l'Arabie saoudite, son grand rival régional, mais aussi Bahreïn et les Emirats arabes unis. L'Iran et ces trois pays s'accusent régulièrement et mutuellement de mener des opérations de déstabilisation sur leurs territoires.

  • Iran : Les Européens abandonnent leur projet de résolution à l'AIEA

    Imprimer

    Les Européens ont finalement décidé de ne pas soumettre la résolution contre l'Iran qu'ils avaient annoncé au Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a-t-on appris jeudi de sources diplomatiques.

    Appuyé par les Etats-Unis, ce texte de l'Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne condamnait la décision de Téhéran de suspendre certaines inspections de son programme nucléaire. Il ne sera pas soumis au vote, ont indiqué à l'AFP plusieurs diplomates basés à Vienne, tandis que l'AIEA annonçait une conférence de presse de son directeur général, Rafael Grossi, à 12H00 heure locale (11H00 GMT).

    "Nous laissons du temps à la diplomatie. Des initiatives ont été lancées par M.Grossi" et l'Iran a fait preuve d'"un peu" de bonne volonté, a expliqué une de ces sources, sans souhaiter donner plus de détails à ce stade.

    Le journal iranian ultraconservateur Vatan-é Emrouz a écrit mardi, sans citer de source, que le président Hassan Rohani avait donné l'ordre de suspendre la production d'uranium métal dans l'usine d'Ispahan (centre). Le gouvernement n'a pas démenti ces informations.

    L'Iran avait annoncé en février avoir débuté la production d'uranium métal pour alimenter son réacteur de recherche à Téhéran, dépassant ainsi les limites fixées par l'accord nucléaire de 2015. Le sujet est sensible car cette matière peut être utilisée dans la fabrication d'armes nucléaires, même si la République islamique a toujours nié vouloir se doter de la bombe.

    Le "plan d'action global commun" (PAGC), communément désigné par son acronyme anglophone JCPOA, ne tient plus qu'à un fil depuis le retrait américain en 2018 à l'initiative de Donald Trump, et le rétablissement des sanctions. Le nouvel hôte de la Maison Blanche, Joe Biden, a promis de revenir dans son giron "si" l'Iran respectait à nouveau le contrat. Mais à l'inverse Téhéran, qui exige au préalable une levée des mesures punitives qui asphyxient son économie, a franchi ces dernières semaines un nouveau cran dans son désengagement du JCPOA (passage à un niveau d'enrichissement d'uranium de 20%, production d'uranium métal et limitation des inspections).

    Saïd Khatibzadeh.jpgTéhéran salue une avancée diplomatique
    L'Iran a salué jeudi la décision des Européens d'abandonner un projet de résolution à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qui critiquait la République islamique pour son programme nucléaire.

    "L'évolution d'aujourd'hui peut maintenir ouverte la voie de la diplomatie amorcée par l'Iran et l'AIEA", a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, Saïd Khatibzadeh (photo), dans un communiqué.

  • Qatar Petroleum signe un autre contrat de 1,9 milliard

    Imprimer

    Le  Qatar Petroleum , la compagnie pétrolière d'État du Qatar, a annoncé, lundi 1er mars, avoir signé un contrat avec la société coréenne Samsung C & T Corporation pour l'expansion des installations de stockage et le chargement de gaz naturel liquéfié (GNL) situé à l'intérieur de la ville industrielle de Ras Laffan. L'accord fait partie du projet North Field East (NFE), relatif au plus grand champ de gaz naturel non associé au monde.

    Selon ce qui a été précisé par la société qatarie, le contrat signé, d'une valeur de 1,9 milliard de dollars, comprend des opérations «d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction» (EPC). Il a été signé par le ministre d'État à l'Énergie, ainsi que par le président-directeur général de Qatar Petroleum, Saad Sherida al-Kaabi, et Oh Se-chul, président-directeur général de Samsung C&T, lors d'une cérémonie qui s'est tenue le 1er mars au siège de la société qatari, en présence de hauts fonctionnaires de Qatar Petroleum et de Qatargas. Comme spécifié par Qatar Petroleum lui-même, le contrat, attribué sur une base forfaitaire, est le deuxième type EPC onshore pour le projet NFE. Le premier a été atteint le 8 février avec CTJV, la joint-venture entre TechnipFMC et Chiyoda, et envisage la construction de quatre lignes avec les infrastructures associées qui leur sont associées.

    La signature du deuxième contrat en un mois pour l'extension des installations de stockage et de chargement de GNL représente une nouvelle étape importante pour Doha, qui vise à augmenter sa capacité de production de gaz naturel. En outre, les deux contrats représentent l'aboutissement d'un travail de conception entrepris depuis début 2018. Une fois achevé, North Field East devrait permettre au Qatar de passer de 77 millions à 110 tonnes par an de GNL. La deuxième phase d'expansion, relative au projet North Field South (NFS), permettra ensuite d'augmenter encore la capacité de production de 110 à 126 tonnes d'ici 2027.

    Comme l'a souligné al-Kaabi, les contrats permettront à Doha de renforcer de plus en plus sa position de producteur de GNL le plus grand et le plus fiable au niveau international. C'est le ministre lui-même qui a précisé que les contrats signés prévoient l'extension des infrastructures existantes nécessaires pour garantir la sécurité des opérations de chargement et la livraison en temps voulu du GNL aux «clients internationaux du monde entier».

    Le soi-disant North Field a des réserves qui s'élèvent à plus de 900 billions de pieds cubes standard, soit environ 10% des réserves mondiales. Le champ, partagé par l'Iran et le Qatar, est situé au large de la côte nord-est de la péninsule du Qatar et couvre une superficie de plus de 6 000 kilomètres carrés, soit environ la moitié de la superficie du pays du Golfe. Le développement d'une telle ressource est considéré comme une étape importante dans la croissance économique de Doha. Ce dernier, pendant plus de vingt ans, a été le seul à investir dans North Field, les sanctions américaines empêchant l'Iran d'exploiter son côté du champ gazier, surnommé South Pars par Téhéran.

    Les grandes entreprises énergétiques ont attendu une dizaine d'années une nouvelle opportunité d'investissement au Qatar, qui a jusqu'à présent gelé de nouveaux projets de développement pour garantir que North Field puisse maintenir les niveaux de production prévus. Exxon, Shell, Total et ConocoPhillips participent aux terminaux méthaniers du Qatar depuis que le pays s'est lancé dans l'aventure pour devenir un acteur majeur du secteur il y a vingt ans. Cependant, selon des sources qui ont participé aux négociations le 8 février, les perspectives des prix du gaz naturel ont conduit les grandes entreprises à abaisser leurs attentes en matière de taux de rendement pendant la phase d'expansion au Qatar. Pour contribuer à la baisse des attentes, il y a aussi le lancement de projets au niveau international, du Canada au Mozambique en passant par le Nigéria,

    Dans ce contexte, les contrats signés par Qatar Petroleum avec des acheteurs pakistanais et bangladais remontent à février. Avec le premier, sur le long terme, la société qatari s'est engagée à fournir au Pakistan 3 millions de tonnes de GNL par an, ce qui porte la quantité totale expédiée de Doha à 6,75 millions de tonnes par an, jusqu'en 2031. Le second accord, sur le d'autre part, a été signé par l'intermédiaire du néerlandais Vitol et prévoit la fourniture de 1,25 million de tonnes de GNL par an au Bangladesh.

  • Iran : Exécution aujourd'hui de quatre prisonniers politiques

    Imprimer

    Lundi 1er mars 2021, quatre prisonniers politiques ont été exécutés. Leurs proches, qui voulaient leur rendre visite, n'avaient pas été informés de l'imminence de leur exécution. L'Iran a le plus grand nombre d'exécutions par habitant au monde.

    EvZxjMYXIAYRGPg.jpeg1400 policiers supplémentaires en charge des règles de la moralité
    Toujours dans le domaine de la justice, les responsables de la République islamique d'Iran ont annoncé lundi qu'ils allaient engager 1400 personnes supplémentaires pour faire respecter les règles de moralité. Cette mesure concerne évidemment les femmes iraniennes.

    Lien permanent Catégories : IRAN, Justice iranienne 0 commentaire
  • L'Iran appelle l'Irak à identifier les auteurs des attaques anti-américaines

    Imprimer

    zarif Mohammad Javad.jpgL'Iran a appelé samedi l'Irak à "identifier les auteurs" des récentes attaques contre l'ambassade des Etats-Unis et des intérêts occidentaux sur son territoire, estimant qu'elles avaient pour but de perturber les relations irano-irakiennes.

    Des roquettes avaient été tirées lundi 22 février en direction de l'ambassade américaine dans la capitale irakienne mais étaient tombées à proximité. Il s'agissait de la troisième attaque contre des intérêts occidentaux en Irak en une semaine.

    "Nous soulignons la nécessité pour le gouvernement irakien d'identifier les auteurs de ces incidents", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarifs (photo), dans un communiqué publié sur le site du ministère. "Les dernières attaques sont suspectes et pourraient avoir été planifiées avec l'objectif de porter atteinte aux relations irano-irakiennes et à la stabilité de" l'Irak, a affirmé M. Zarif.

    Le chef de la diplomatie iranienne s'est entretenu samedi avec son homologue irakien Fouad Hussein, en visite à Téhéran, au lendemain de raids américains visant des miliciens pro-iraniens dans l'est de la Syrie, près de la frontière avec l'Irak.

    M. Zarif "a condamné l'attaque américaine contre les forces irakiennes dans les zones frontalières" irako-syriennes, des attaques jugées "illégales" et en "violation de la souveraineté" du pays. Les Etats-Unis ont fait savoir que l'Iran serait tenu "responsable des actions de ses affidés qui attaquent des Américains" en Irak.

    Les tirs de roquettes à Bagdad en début de semaine n'ont pas été revendiqués mais Washington les a attribués au Kataëb Hezbollah, une faction membre de la coalition de paramilitaires pro-Iraniens de la puissante coalition de milices chiites Hashd al-Chaabi, intégrée à l'armée irakienne depuis des mois.

    Ennemis jurés, la République islamique d'Iran et les Etats-Unis sont deux puissances agissantes en Irak. Ces raids interviennent dans un contexte de tensions entre Washington et Téhéran sur le programme nucléaire iranien et la perspective de négociations pour relancer l'accord de 2015 censé l'encadrer.

  • Iran : Deux Kurdes tués par les forces de sécurité iraniennes à Piranshahr

    Imprimer

    L'Organisation Hangaw pour les Droits de l'Homme a rapporté jeudi 25 février que deux Kurdes avaient été tués la veille lorsque les forces de sécurité iraniennes ont ouvert le feu sur leur camion à Piranshahr.

    Le groupe de défense, qui suit de près les développements au Kurdistan iranien, a identifié les victimes comme étant Abdullah Naderi et Osman Naderi, deux frères.

    L'incident s'est produit sur la route Shinabad-Zidan dans la province de l'Azerbaïdjan occidental près d'Ourmia.

    À la suite de la fusillade mortelle, leur famille a organisé une manifestation devant le bureau de renseignement de Piranshahr. Les forces de sécurité ont réagi en détenant certains des proches des victimes, y compris leurs parents, et en les gardant pendant plusieurs heures, selon Hengaw.

    Lien permanent Catégories : IRAN, Kurdes d'Iran, Piranshahr 0 commentaire
  • Iran : Un policier tué dans des heurts dans le sud-ouest du pays 

    Imprimer

    Un policier a été tué dans des heurts avec des "éléments criminels" dans le sud-ouest de l'Iran, au Sistan-Balouchistan, a rapporté jeudi 25 février 2021 l'agence de presse officielle Irna.

    Des médias d'Etat ont fait état mardi d'affrontements, dans la région de Saravan, ayant fait deux morts et plusieurs blessés. "A la suite (...) de rumeurs émanant de médias étrangers, des éléments criminels ont attaqué" un commissariat de Zahedan "avec des armes légères et des lance-grenades", a indiqué à Irna Abouzarmahdi Nakahei, le gouverneur de cette ville, capitale du Sistan-Balouchistan.

    La police a riposté entraînant la fuite des assaillants, mais un officier est tombé en "martyr" dans les affrontements, a-t-il ajouté sans préciser quand ces événements avaient eu lieu. Des violences avaient déjà éclaté à partir de lundi 23 février dans cette province à un point de passage avec le Pakistan voisin.

    Selon le vice-gouverneur du Sistan-Balouchistan Mohammad-Hadi Marashi, elles avaient débuté quand un groupe de "trafiquants de carburant" avaient voulu entrer sur le territoire iranien. "Mais apparemment, les forces pakistanaises (...) leur ont tiré dessus", tuant l'un d'eux et en blessant quatre autres, a indiqué mardi M. Marashi à Irna.

    Toujours selon cette source, une partie du groupe a profité du chaos pour traverser la frontière et "attaqué le commissariat de Shamsar", une ville frontalière. La police a riposté aux tirs et les affrontements ont fait "plusieurs blessés", dont l'un est décédé à l'hôpital.

    D'autres personnes ont attaqué et endommagé mardi le bureau du gouverneur de Saravan, une ville proche de Shamsar, avant de s'enfuir, a ajouté M. Marashi.

    Le chef de la police du Sistan-Balouchistan, Ahmad Taheri, a indiqué jeudi à l'agence de presse Tasnim que des centaines de personnes étaient impliquées dans l'attaque de mardi, assurant que la police avait désormais la situation en main.

    Les événements de mardi pour lesquels plusieurs morts ont faussement été rapportés, selon M. Nakahei, ont servi d'"excuse" à l'attaque de Zahedan. Province déshéritée majoritairement sunnite et baloutche, le Sistan-Balouchistan a été déstabilisé entre 2005 à 2010 par une rébellion menée par un groupe baloutche sunnite.

    Les attentats ou les accrochages entre forces de l'ordre et groupes armés y restent fréquents. Téhéran impute ces violences à des groupes jihadistes ou séparatistes et accuse Islamabad de les soutenir. La population iranienne est chiite à 90%.