Industrie de la défense israélienne

  • Israël : La marine israélienne a testé un nouveau missile anti-navire

    Imprimer

    La marine israélienne et l'administration du ministère de la défense pour le développement des armes et de l'infrastructure technologique ont testé avec succès un nouveau missile anti-navire développé par Israel Aerospace Industries, IAI.

    Au cours de l'essai, le nouveau missile a été lancé depuis une corvette de classe Sa'ar 5 sur un navire cible. Le missile a fait mouche, comme le montre une vidéo du test publiée le 25 septembre.

    Dans un communiqué, les forces de défense israéliennes ont déclaré que le nouveau système de missile avait une meilleure précision, des capacités d'attaque flexibles, une plus longue portée et une meilleure capacité à faire face à des menaces avancées.

    "Le système de missiles assurera la supériorité maritime de la marine", a déclaré le porte-parole des FDI dans une déclaration, ajoutant que "la mise en œuvre du système est une étape importante pour le renforcement de la marine et le maintien de la supériorité des Forces israéliennes dans l'arène maritime".

    Le système de missiles, dont le nom n'a pas encore été annoncé, sera intégré sur les corvettes Sa'ar 5 et sur les nouveaux Sa'ar 6 plus avancés, qui devraient entrer en service actif dans quelques mois.

    Actuellement, la marine israélienne arme ses navires avec des missiles Gabriel de fabrication nationale ainsi que des missiles Harpoon AGM-84 importés des États-Unis.

    L'armée israélienne travaille constamment au renforcement et à la modernisation de ses forces navales, qui sont très actives en Méditerranée orientale.

    Vidéo du nouveau missile antinavire

  • Israël : Une cyber-attaque visant le secteur militaire a été déjouée

    Imprimer

    Les autorités israéliennes ont affirmé mercredi avoir déjoué une cyber-attaque orchestrée par un groupe étranger et visant son industrie stratégique de la défense dont les exportations annuelles se chiffrent en milliards de dollars.
    L'attaque, visant à recueillir les données des ordinateurs des employés de ce secteur sensible, a été menée "par un groupe international de pirates informatiques nommé Lazarus qui est appuyé par une puissance étrangère", a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué. Cette attaque "a été contrecarrée", a ajouté le ministère, sans préciser dans le communiqué, et malgré les sollicitations de l'AFP, la date de cette tentative d'hameçonnage, les entreprises visées et le pays étranger en question.
    En mars, le département américain du Trésor avait annoncé des sanctions financières contre deux ressortissants chinois accusés de blanchiment de monnaies numériques dérobées lors d'une cyber-attaque en 2018 par Lazarus.
    Lazarus a été créé par le gouvernement nord-coréen en 2007 au sein de ce qui est appelé le "troisième Bureau de surveillance technique", une entité responsable des opérations cybernétiques du pays et déjà mise à l'index par l'ONU en 2016. Ce groupe a été impliqué dans l'attaque malveillante par le virus WannaCry 2.0 qui avait touché en 2017 les Etats-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni, et paralysé quelque 300.000 ordinateurs dans le monde.
    Dans le cas israélien, des pirates informatiques ont usurpé les identités "des managers, des PDG et des hauts responsables des ressources humaines (...) pour contacter des employés d'entreprises phares de l'industrie de la défense", selon le ministère. Ils ont approché des employés comme des recruteurs leur proposant des opportunités d'emplois et tentant par la même occasion d'accéder aux données de leurs ordinateurs pour ainsi "mettre la main sur des informations sensibles".
    Israël, qui se présente comme la "start-up nation" en raison de l'importance du secteur des technologies, qui emploie environ 10% de la main d'oeuvre du pays, est la cible récurrente d'attaques informatiques.
    Les exportations militaires israéliennes se sont chiffrées en 2019 à 7,2 milliards de dollars, avec pour principale destination l'Asie.