Jean-René Belliard analyse le Proche-Orient - Page 5

  • Irak : L'armée turque neutralise 4 membres du PKK

    Imprimer

    Les forces turques ont neutralisé, samedi 16 octobre 2021, quatre membres de l’organisation indépendantiste kurde PKK dans le nord de l’Irak.

    Les combattants kurdes ont été neutralisés dans les zones des opérations Griffes-Eclair et Griffes-Tigre..

    Les opérations ont été soutenues par des hélicoptères militaires turcs ATAK.

    Lien permanent Catégories : Armée turque en Irak, IRAK, PKK 0 commentaire
  • République centrafricaine : Touadéra décrète un cessez-le-feu unilatéral et immédiat

    Imprimer

    Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, a décrété, vendredi 15 octobre, un « cessez-le-feu unilatéral » de son armée et ses alliés dans la guerre qu’ils mènent contre les rebelles.

    « Je viens vous annoncer ce soir la fin des opérations militaires sur l’ensemble du territoire national, à compter de ce jour à minuit », a annoncé vendredi soir le président Touadéra à la radio et télévision nationale.

    « Le cessez-le-feu unilatéral immédiat est la démonstration (…) de ma ferme volonté de privilégier la voie du dialogue » dans le règlement de la crise qui secoue la RCA depuis plusieurs mois, a souligné le président centrafricain.

    Selon Touadéra, ce cessez-le-feu unilatéral immédiat a aussi des raisons humanitaires car il permettra aux centrafricains des zones occupées par les rebelles et les autres groupes armés, d’accéder à l’aide humanitaire, aux services sociaux de base, de circuler et de vaquer librement à leurs occupations quotidiennes.

    Le président centrafricain a précisé que le cessez-le-feu immédiat ne fait pas obstacle à l’exercice aux forces de sécurité intérieure dans leurs missions régaliennes, notamment le maintien de l’ordre public et ces forces pourraient réagir en cas de « légitime défense » pour « protéger l’intégrité du territoire national et les institutions de la République contre toute forme de menaces ».

    D’après lui ce cessez-le-feu est un engagement pris par le gouvernement auprès des chefs d’État de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL).

    « Un engagement qui figure sur la feuille de route pour la paix, issue du dernier sommet de l’organisation sous-régionale. Les principaux leaders de la CPC, à l’exception de Nourredine Adam et Ali Darassa, respectivement leaders du FPRC et de l’UPC, ont signé l’engagement de cesser toute action armée sur le territoire national », a rappelé Touadéra.

    Il a appelé les leaders de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC ) et les représentants désignés et le gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires pour le cantonnement, dans des meilleurs délais, des combattants des groupes rebelles.

    La déclaration d’un cessez-le-feu « n’est pas une décision facile à prendre », a reconnu Touadéra, mais il le faut pour « donner la chance à la paix, à la sécurité et au vivre ensemble » en RCA.

    La Centrafrique est le théâtre d’une guerre civile depuis le putsch qui a renversé François Bozizé en 2013.

    En décembre 2020, une partie des groupes armés qui occupaient alors plus des deux-tiers du pays, regroupés au sein de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC), ont lancé une offensive pour empêcher la réélection de Touadéra.

    Depuis cette date les groupes rebelles combattent l’armée et ses alliés surtout à l’Ouest du pays.

  • République centrafricaine : l’Assemblée adresse ses "remerciements" aux paramilitaires russes du groupe Wagner

    Imprimer

    Le parlement centrafricain a adressé, vendredi 15 octobre 2021, une lettre de félicitation, d’encouragement et de remerciement aux paramilitaires russes pour leur bravoure dans leur « noble » mission en RCA.

    « L’Assemblée nationale vous adresse ses sincères félicitations pour votre bravoure ainsi que ses encouragements soutenus pour la poursuite de votre noble mission dont les résultats sont reconnus par le peuple que nous avons l’honneur de représenter à l’Assemblée Nationale », a déclaré le président du parlement, Simplice Mathieu Sarandji, en remettant un certificat de remerciement à Alexandre Ivanov, chef de la société de sécurité russe, Wagner.

    « Dans la lutte que mène depuis quelques années notre peuple, à travers nos forces armées Centrafricaines (FACA) et forces de Défense et de Sécurité (FDS), contre les terroristes véritables ennemis de la paix, les Interventions du Contingent Russe aux côtés de nos Forces ont été d’une grande efficacité dans la reconquête de la plupart des zones occupées par ces terroristes », a souligné le parlement centrafricain dans la lettre de félicitation remise aux paramilitaires russes.

    « Alexandre Ivanov remercie de tout cœur l'Assemblée Nationale, le gouvernement de la Centrafrique et le peuple centrafricain pour leur confiance. Le chef de la COSI (Communauté des officiers pour la sécurité internationale dont relève le groupe Wagner) a exprimé sa confiance que la coopération entre nos deux peuples ne fera que se renforcer », a souligné dans un tweet, la COSI.

    Alexandre Ivanov, chef de la Communauté des officiers pour la sécurité internationale et représentant des instructeurs russes en République centrafricaine est à Bangui depuis une semaine pour une visite de travail.

    Arrivée en République centrafricaine en 2018, Wagner a fait le plus parler d'elle ces dernières années notamment depuis les remous qui ont jalonné la dernière présidentielle de décembre 2020 et la multiplications des offensives rebelles visant le régime Touadéra.

    Assurant des formations au profit de l'armée mais aussi la garde rapprochée du président Faustin-Archange Touadéra, les mercenaires russes sont omniprésents et sont devenus un acteur politique à part entière dans l'ancienne colonie française.

    Selon Moscou, 450 mercenaires de Wagner seraient présents depuis 2018 sur le sol centrafricain.

    Récemment, les mercenaires russes du groupe Wagner ont été mis en cause par un rapport de CNN et du groupe d’investigation indépendant The Sentry affirmant que ceux-ci ont torturé, violé et assassiné une douzaine de civils à Bambari, dans le centre du pays.

    La semaine dernière, les députés centrafricains ont récusé ce rapport et le maire de la ville de Bambari avait fait de même.

    Alexandre Ivanov.jpegAlexandre Ivanov
    Alexandre Ivanov (photo cci-contre) se fait connaître en février 2021 à Bangui. Il rencontre des officiels centrafricains dont le ministre de la Sécurité intérieure. La presse favorable à la Russie, tels que Ndjoni Sango et Lengo Songo, s'en fait alors l'écho.

    Sur son profil et son parcours, rien ou presque sur Internet. Lunettes rectangulaires, barbe blanche, la soixantaine... Alexandre Ivanov n'a pas d'existence numérique, hormis les quelques articles dans lesquels il prend la parole. Parmi les rares images de lui, on peut le voir aux côtés de Maksim Chuagalei, un proche d’Evgueni Prigojine, présenté comme le principal financier de la société de paramilitaires Wagner.

    Alexandre Ivanov affirme être à la tête de l'organisation appelée « communauté des officiers russes » et revendique représenter les « instructeurs » russes présents en République centrafricaine. Sur son compte Twitter, actif depuis le mois de mars 2021 seulement, le COSI affirmait le 26 mars agir « ouvertement, en vertu d'un contrat officiel conclu dans le cadre de la coopération entre la Russie et la RCA ».

    Cependant, à Bangui, l'ambassade russe ne reconnaît pas cette personnalité comme étant le représentant des instructeurs officiellement envoyés par Moscou.

    Dans la presse malienne, Alexandre Ivanov assure que les « officiers » qu'il représente ont travaillé à la formation de l'armée centrafricaine, ont apporté une assistance tactique et à l'organisation logistique. « Je pense qu'un tel travail sera effectué au Mali », a-t-il assuré dans son interview à MaliActu.

  • Soudan : Des milliers de manifestants devant le palais présidentiel pour “récupérer la révolution“

    Imprimer

    Des milliers de manifestants se sont rassemblés, samedi, 16 octobre 2021, devant le palais présidentiel à Khartoum, pour réclamer "la récupération de la révolution et l'amélioration des conditions de vie".

    Les manifestants ont scandé des slogans appelant à “renverser le gouvernement de transition“, “récupérer la révolution“ et “améliorer les conditions de vie“.

    Les manifestants ont également porté des drapeaux nationaux et brandi des banderoles portant des slogans, dont notamment "Le peuple patient est affamé", "Un peuple, une armée".

    Le mouvement “Charte nationale“ des Forces de la Déclaration de la liberté et du changement (la coalition au pouvoir au Soudan) a appelé, dans la journée du jeudi, à organiser des rassemblements de protestation pour exiger « la récupération de la révolution“.

    Le mouvement avait déclaré dans le communiqué à l'époque : "nous vous retrouverons (les Soudanais) dans les rues samedi, dans des cortèges pour récupérer la révolution, pour réanimer la vie politique au Soudan".

    Depuis quelques jours, la tension s'est intensifiée entre les composantes militaire et civile de l'autorité de transition au Soudan, en raison des critiques formulées par les chefs militaires à l’encontre des forces politiques, sur fond d'une tentative de coup d'État, déjouée le 21 septembre dernier.

  • Syrie : La Turquie se prépare à lancer une nouvelle opération militaire dans le nord de la Syrie

    Imprimer

    Des sources bien informées sur le terrain ont confirmé que les forces turques se préparaient à une nouvelle opération militaire dans le nord de la Syrie, après une série d'opérations des combattants kurdes dans le gouvernorat d'Edleb, qui ont entraîné la mort de soldats turcs.

    Les sources ont indiqué que les forces turques attendaient de recevoir le feu vert de la Russie et des États-Unis pour commencer leurs opérations militaires.

    Vendredi soir 14 octobre 2021, deux soldats turcs ont été tués et 5 autres blessés par une explosion visant un convoi militaire turc sur l'autoroute Maaret Mesrin dans le gouvernorat d'Edleb, dans le nord-est de la Syrie.

    Plusieurs unités turques ont été ciblées par des éléments kurdes. L'organisation "Brigades Baqer" est particulièrement active dans le gouvernorat d'Edleb. Elles ont tué et blessé en octobre un certain nombre de soldats turcs, dont deux membres de la police turque, dans la zone du "Bouclier de l'Euphrate" dans le nord syrien. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé à cette occasion que c'était la « dernière goutte », promettant une réponse appropriée.

    Rappelons que les forces turques ont mené trois offensives majeures au cours des cinq dernières années, capturant une bande du territoire syrien, tout le long de la frontière turque, sur des centaines de kilomètres de long et 30 kilomètres de profondeur.

     

  • Yémen : Cent-soixante rebelles tués dans leur progression vers Marib

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a affirmé samedi avoir tué 160 rebelles houthis dans de nouveaux raids au sud de la ville stratégique de Marib, où les combats ont fait des centaines de morts ces derniers jours.
    tMSpZFOl.jpeg

    "Nous avons mené 32 frappes à al-Abdiya (à quelque 100 km au sud de Marib) au cours des 24 dernières heures (...) 11 véhicules militaires ont été détruits et plus de 160 éléments terroristes éliminés", a indiqué la coalition, citée par l'agence officielle saoudienne SPA.

    Les rebelles progressent et sont désormais "au centre du secteur d'al-Abdiya après un siège qui a duré quatre semaines", a affirmé samedi 15 octobre 2021 à l'AFP une source loyaliste.

    Dernier bastion du gouvernement dans le nord du Yémen largement dominé par les houthis, Marib, chef-lieu de la province qui porte le même nom, est au coeur d'une violente bataille.

    Les houthis ont lancé en février une campagne pour prendre la ville et ont récemment intensifié leur offensive. La coalition a répondu depuis lundi par une salve de frappes aériennes qui ont tué selon elle plus de 700 insurgés. Ces chiffres n'ont pas pu être vérifiés de source indépendante. Et les houthis ne communiquent que très rarement sur les victimes dans leurs rangs.

    Selon la source pro-gouvernementale, les rebelles ont "kidnappé, emprisonné et maltraité" des membres de tribus ayant appuyé les forces loyalistes. Près de 20 membres des forces loyalistes et de ces tribus ont été tués ces dernières 24 heures et 47 ont été blessés, a-t-il déclaré. 

    Les deux camps se livrent une guerre dévastatrice depuis 2014, date à laquelle les houthis, proches de l'Iran, se sont emparés de la capitale Sanaa (nord). Depuis 2015, la coalition dirigée par les Saoudiens intervient pour appuyer les forces loyalistes. 

    La guerre au Yémen a plongé le pays le plus pauvre de la péninsule arabique dans la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU, poussant la population au bord de la famine. Des dizaines de milliers de personnes, la plupart des civils, ont été tuées et des millions déplacées depuis le début du conflit. Près de 10.000 personnes ont été déplacées pour le seul mois de septembre dans la province de Ma'rib, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

    FBwz6hoWUAsSBj7.jpeg

  • Russie : le FSB arrête plusieurs partisans du groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-Sham

    Imprimer

    Les services de sécurité russes, FSB, ont arrêté plusieurs partisans du groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-Sham (HTS ) dans diverses régions de Russie. Le groupe Hayat Tahrir ash-Sham est l'ancienne branche d'al-Qaïda en Syrie avant de s'en écarter pour des raisons de respectabilité internationale. De nombreux jihadistes russes et des anciennes républiques de l'ex-URSS d'Asie mineure combattent dans les rangs de HTS.

    Les agents du FSB ont récupéré lors des perquisitions une carabine modèle AK-105, une carabine à air comprimé, un fusil de chasse et un pistolet Makarov PM avec leurs munitions.
    FBvZ6qXXEAM8x0Q.jpeg