Jean-René Belliard analyse le Proche-Orient - Page 3

  • Tchad : Panique chez les habitants du lac Tchad après une attaque de l'Etat islamique

    Imprimer

    La panique règne au sein des communautés limitrophes du bassin du Lac Tchad après une attaque, jeudi soir 5 mars, de l'"Etat Islamique dans la Province d'Afrique de l'Ouest" (SWAP) contre la base militaire tchadienne de Kaiga. Il y a des victimes mais on ignore leur nombre exact. 

    Kaiga Kindjiria.jpeg

    Lien permanent Catégories : ISWAP au Tchad, Kaiga Kindjiria, TCHAD 0 commentaire
  • Syrie : Quatre morts dans des tirs de missiles sur des raffineries dans le Nord

    Imprimer

    Des tirs de missiles sur des raffineries de pétrole dans le nord de la Syrie ont fait au moins quatre morts et 24 blessés, provoquant le plus important incendie touchant de telles installations, a rapporté samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Selon l'SDH, une série de tirs de missiles par des navires de guerre russes et des forces alliées du régime syrien ont frappé des installations de raffinage de fortune dans la province d'Alep dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 mars, provoquant un important incendie dans cette zone contrôlée par les forces turques et leurs supplétifs syriens. L'OSDH a fait état de quatre morts et de 42 blessés à différents degrés près de la ville de Jarablous. Au moins un rebelle syrien pro-turc a été tué, a affirmé le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane. Les secours ont mis plusieurs heures à maîtriser l'incendie qui a touché environ 180 réservoirs, selon l'OSDH. L'incendie est "le plus important jamais provoqué par un missile ciblant des installations de raffinage de fortune" en Syrie, d'après la même source.
    Evyn3tBXcAA160e.jpegLes installations pétrolières dans les parties de la province d'Alep contrôlées par la Turquie ont fait l'objet d'attaques répétées ces derniers mois, bien que Moscou et le gouvernement syrien ne les aient pas revendiquées. La guerre meurtrière qui dévaste la Syrie depuis 2011 a coûté des dizaines de milliards de dollars au secteur des hydrocarbures. Les combats ont parfois ravagé les infrastructures, cibles de convoitises des différents belligérants. Avant le conflit, la production de pétrole brut syrien atteignait près de 400.000 barils par jour. Aujourd'hui, elle s'est effondrée.

    Les trafiquants de pétrole du nord d'Alep vendent du pétrole produit illégalement par les Forces démocratiques syriennes (FDS) à partir de plusieurs champs dans la région du nord-est. Ce commerce illégal contribue à financer des militants soutenus par la Turquie ainsi que les FDS.

    La frappe sur Tarhin et al-Himran a été clairement menée par l'armée arabe syrienne et les forces russes. Des missiles balistiques tactiques OTR-21 Tochka ont été utilisés dans l'attaque. Selon un certain nombre de sources, des missiles balistiques tactiques Iskander et des roquettes lourdes BM-30 Smerch ont également été utilisés.

    Les opérations de trafic de pétrole dans le nord et le nord-est de la Syrie vont probablement ralentir pendant des semaines, voire des mois, à la suite de la grève réussie.

  • Yémen : Au moins 90 morts dans des combats entre rebelles chiites et loyalistes à Marib

    Imprimer

    De violents combats ont coûté la vie à au moins 90 combattants au cours des dernières 24 heures dans la région pétrolière stratégique de Marib, dans le nord du Yémen, que les rebelles chiites houthis tentent d'arracher depuis un mois aux forces loyalistes, selon des sources militaires gouvernementales.

    Soutenus par l'Iran, les rebelles ont lancé début février une nouvelle offensive pour s'emparer de Marib, dernier bastion dans le nord des forces gouvernementales, appuyées elles par une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite.

    Au moins 90 combattants, dont 32 parmi les forces gouvernementales et les tribus loyalistes, ont été tués lors d'affrontements avec les rebelles houthis et les raids de la coalition de vendredi à samedi, ont indiqué à l'AFP des sources militaires au sein du pouvoir. Selon elles, des affrontements particulièrement violents ont éclaté sur six fronts, les forces gouvernementales ayant pu repousser les attaques des houthis qui n'ont réussi à avancer que sur le front de Kassara, au nord-ouest de la ville de Marib. Les combats ont également fait des dizaines de blessés, ont ajouté ces sources.

    L'aviation saoudienne a mené plusieurs frappes contre des cibles des houthis sur plusieurs fronts, tuant au moins 58 rebelles et blessant des dizaines d'autres, selon ces sources. Les rebelles, qui communiquent rarement sur leurs pertes , n'ont pas confirmé ces chiffres. En plus de six ans de guerre, leurs forces ont réussi à prendre le contrôle d'une grande partie du nord du Yémen, dont la capitale historique Sanaa.

    La prise de Marib constituerait un revers cuisant pour le pouvoir yéménite et son allié saoudien. En parallèle à leurs assauts sur Marib, les Houthis ont multiplié les attaques visant le puissant royaume voisin.

    Vendredi, des éclats d'obus de drones lancés par les houthis et interceptés par les Saoudiens ont blessé deux civils, dont "un enfant de dix ans" dans le sud-ouest du royaume, selon l'agence de presse officielle SPA. Les Etats-Unis ont exhorté les houthis à la désescalade, alors que l'ONU craint à Marib et dans tout le Yémen une aggravation de la crise humanitaire, déjà la pire au monde selon elle. Lors d'une réunion virtuelle des donateurs lundi, elle n'a récolté que 1,7 milliard de dollars, sur les 3,85 milliards espérés pour financer l'aide humanitaire. Une "peine de mort" pour une population qui n'est qu'à "un pas" d'une famine majeure, selon les responsables onusiens.

    Lien permanent Catégories : Houthis, Maarib, YEMEN 0 commentaire
  • Visite papale en Irak

    Imprimer

    La deuxième journée du Pape en Irak a débuté par une rencontre historique entre le Grand Ayatollah Ali al-Sistani et Sa Sainteté le Pape François à Najaf.

    Le pape à Ur, ville natale d'Abraham
    Le pape François a de nouveau plaidé samedi 6 mars 2021 pour que "la liberté de conscience et la liberté religieuse soient respectées et reconnues partout", lors d'une prière oecuménique à Ur en Irak, ville natale d'Abraham, selon la tradition.

    "Ce sont des droits fondamentaux parce qu'ils rendent l'homme libre de contempler le Ciel pour lequel il a été créé", a ajouté le souverain pontife dans un pays musulman où les chrétiens -- 1% de la population -- se disent souvent victimes de discriminations. Il avait déjà lancé un appel similaire au Maroc, un autre pays musulman où il avait tenu à se rendre.

    Le pape prie pour la "paix" et l'"unité" au Moyen-Orient, "en particulier en Syrie"
    Il faut "cheminer du conflit à l'unité" dans "tout le Moyen-Orient" et "en particulier en Syrie, martyrisée", a plaidé le pape François lors d'une prière oecuménique à Ur
    .
    La veille lors d'une adresse aux autorités à Bagdad, le pape avait déjà mentionné la Syrie, où une révolte populaire a dégénéré en une guerre complexe il y a tout juste 10 ans.

    "La paix n'exige ni vainqueurs ni vaincus, mais des frères et des soeurs qui, malgré les incompréhensions et les blessures du passé, cheminent du conflit à l'unité", a dit le pape argentin, dans la plaine désertique d'Ur, où naquit et vécut Abraham, personnage de l'Ancien testament reconnu par les chrétiens, les musulmans et les juifs. "Demandons-le dans la prière pour tout le Moyen-Orient, je pense en particulier à la Syrie voisine, martyrisée", a-t-il ajouté. "Il est indigne, alors que nous sommes tous éprouvés par la crise de la pandémie, et surtout ici où les conflits ont causé tant de misère, que l'on pense avidement à ses propres affaires. Il n'y aura pas de paix sans partage et accueil, sans une justice qui assure équité et promotion pour tous, à commencer par les plus faibles. Il n'y aura pas de paix sans des peuples qui tendent la main à d'autres peuples", a commenté le souverain pontife. "Il nous revient, humanité d'aujourd'hui, et surtout à nous, croyants de toute religion, de convertir les instruments de haine en instruments de paix", a-t-il dit.

    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak
    Le pape François a  célébré samedi 6 mars 2021à Bagdad la première messe publique de son voyage en Irak devant une assemblée de fidèles et d'officiels clairsemée en raison de la pandémie de coronavirus.

    Avec cette messe papale inédite en Irak en l'église Saint Joseph dans le centre de Bagdad, le souverain pontife de 84 ans a prononcé sa première messe de rite oriental qui doit être traduite en arabe et en araméen.

     

     

  • Somalie : Au moins 21 tués par l'explosion d'une voiture piégée à Mogadiscio

    Imprimer

    Au moins 21 personnes ont été tuées vendredi soir par l'explosion d'une voiture piégée devant le populaire restaurant Lul Yemeni de la capitale somalienne Mogadiscio, a annoncé un responsable sécuritaire.

    Une voiture est arrivée à grande vitesse et a explosé au restaurant. J'allais au restaurant, mais je suis revenu rapidement lorsque l'explosion s'est produite et elle a recouvert la zone de fumée", a déclaré à Reuters Ahmed Abdullah, un habitant de la région. Des témoins oculaires et des médias officiels ont rapporté qu'une fusillade avait suivi l'explosion.

    "L'explosion a été très forte et a causé des destructions importantes et fait des victimes civiles. Les opérations sont toujours en cours pour établir le bilan exact des victimes, mais les premières informations obtenues par les responsables sécuritaires indiquent qu'au moins 21 personnes ont péri", a déclaré ce responsable, Mohamed Osman. Il y aurait également une quarantaine de blessés.



  • Syrie : Les avions russes bombardent un bastion de Hayat Tahrir ash-Sham (HTS) dans le grand Edleb

    Imprimer

    Vendredi 5 mars, des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué plusieurs frappes aériennes sur la ville de Ma'arrat Misrin dans la partie orientale de la région du Grand Edleb.

    Les frappes aériennes, menées par des chasseurs-bombardiers Su-34, ont détruit plusieurs positions dans la périphérie de Maaret Mesrin, un bastion de Hay'at Tahrir al-Sham, anciennement affilié à al-Qaïda. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les frappes aériennes n'ont entraîné aucune perte humaine.

    De nombreux jihadistes étrangers sont retranchés dans la zone située entre Maaret Mesrin, Kafraya, al-Fu'a et Benniche. De nombreux quartiers généraux et camps des factions d'al-Qaïda y sont également situés.

    Les frappes aériennes ont eu lieu le jour du premier anniversaire du cessez-le-feu dans le Grand Edleb, qui a été conclu lors d'une réunion entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

    Un an après l'accord de cessez-le-feu, la situation dans le Grand Edleb est encore loin d'être stable. Plusieurs groupes jihadistes dominent la région.

    La Turquie a déployé des milliers de soldats dans des dizaines de postes militaires dans le Grand Edleb. Pourtant, des violations du cessez-le-feu ont lieu quotidiennement. De plus, Ankara n’a pas encore ouvert l’autoroute Lattaquié-Alep, la M4.

    Damas et ses alliés, en premier lieu la Russie, ont intensifié leurs attaques contre les militants du Grand Edleb. Cependant, une opération complète dans la région semble peu probable.

  • Syrie : Les jihadistes de Hayat Tahrir ash-Sham (HTS, ex-Front al-Nosra affilié à al-Qaïda) vont fusionner avec les groupes pro-turcs dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à Al-Qaïda, qui dirige de facto la région nord-ouest du Grand Edleb, devrait fusionner avec le Front national de libération (FNL) soutenu par la Turquie, on rapporté le 4 mars un certain nombre de partisans de l'opposition.

    L'une des sources, Jusoor for Studies, basée à Istanbul, a affirmé que HTS et le FNL prévoient de former un conseil militaire qui bénéficierait du soutien de la Turquie.

    Selon le directeur de Jusoor, Mohamad Sarmini, le conseil militaire compterait jusqu'à 34 brigades et serait coprésidé par les trois commandants suivants:

    Abu Hassan Halfaya, représentant du HTS.
    Le capitaine Abu al-Mundhir, représentant du mouvement Ahrar al-Sham qui fait partie du FNL.
    Muhammad Horan Abu Usid représentant la Légion levantine qui fait partie du FNL 
    .
    Sarmini a poursuivi en affirmant que le conseil militaire serait sous la supervision du gouvernement de salut du HTS, qui établirait un «ministère de la Défense».

    L'objectif politique de cette démarche est de retirer à la Russie la justification qu'elle mène une lutte contre le terrorisme [dans le Grand Edleb, a déclaré Sarmini dans plusieurs médias.

    Bien qu'ils se soient affrontés plusieurs fois au cours des dernières années, HTS et le FNL ont coopéré dans la lutte contre l'armée syrienne et ses alliés.

    Le conseil militaire proposé est clairement destiné à fournir une couverture légitime aux activités de HTS et d'autres factions d'al-Qaïda dans le Grand Edleb. Si cela est vrai, ce sera le dernier plan en date de la Turquie pour blanchir les jihadistes de HTS.