Houthis

  • Arabie saoudite : Destruction d'un nouveau drone armé des rebelles yéménites houthis lancé vers le royaume

    Imprimer

    La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a intercepté et détruit, vendredi 5 mars 2021, un drone armé tiré par les rebelles chiites houthis soutenues par l'Iran au Yémen vers l'Arabie saoudite.

    Le porte-parole de la coalition, le colonel Turki al-Malki, a accusé les Houthis d'avoir délibérément lancé le drone vers des lieux civils dans la région de Khamis Mushait.

    Il a qualifié les attaques répétées des Houthis contre des civils de «crimes de guerre».

    Le commandement conjoint de la coalition prend les mesures nécessaires pour protéger les civils conformément au droit international humanitaire, a-t-il souligné.

    Jeudi 4 mars, les rebelles houthis ont lancé en quelques heures deux missiles balistiques vers le Royaume. Le premier missile a pris pour cible une usine du géant saoudien de l'énergie Aramco. Le deuxième missile de la journée de jeudi, visait Jizane, (sud-ouest de l'Arabie saoudite). Il a été intercepté et détruit

  • Arabie saoudite : Les rebelles chiites houthis yéménites revendiquent une frappe de missile contre une usine d'Aramco

    Imprimer

    Les rebelles houthis yéménites ont revendiqué une frappe de missile, jeudi 4 mars 2021, contre une usine du géant saoudien de l'énergie Aramco  (photo de l'impact marqué d'un point violet sur la photo ci-dessus) à Jeddah, ville de l'ouest de l'Arabie Saoudite, dans un contexte d'escalade des attaques visant le royaume. Il n'y a eu aucune confirmation dans l'immédiat par le géant pétrolier ou les autorités saoudiennes d'une attaque contre un site d'Aramco.

    Un porte-parole des houthis, Yahya Sari, a affirmé sur Twitter que les rebelles avaient frappé une installation d'Aramco à Jeddah avec un missile de type Quds-2 à l'aube jeudi, en représailles aux interventions militaires de l'Arabie saoudite au Yémen en guerre depuis six ans.

    Les rebelles soutenus sur l'Iran ont déjà frappé des installations d'Aramco par le passé, soulignant la vulnérabilité des coûteuses infrastructures pétrolières de l'Arabie Saoudite. En novembre dernier, les houthis ont frappé une usine d'Aramco à Jeddah avec un missile de type Quds-2, faisant un trou dans un réservoir de pétrole et déclenchant une explosion et un incendie.

    La dernière revendication des rebelles intervient après que les Etats-Unis ont imposé mardi des sanctions financières à deux chefs rebelles houthis, accusés d'avoir "orchestré des attaques" contre des civils. Les rebelles ont multiplié les attaques contre le royaume ces dernières semaines, alors qu'ils intensifient leur offensive pour s'emparer de Marib, dernier bastion loyaliste du Nord. Les houthis ont revendiqué des tirs de missiles et de drones et ont menacé d'autres attaques contre l'Arabie saoudite.

    Autre missile sur la ville de Jizane et un drone kamikaze intercepté au-dessus de la ville de Khamis Mushait
    La coalition arabe a déclaré avoir intercepté un autre missile balistique tiré par les rebelles Houthi vers la ville saoudienne de Jizane située au sud du Royaume. On mentionne également un drone kamikaze chargé d'explosifs intercepté par l'armée saoudienne au-dessus de la ville garnison de Khamis Mushait où se trouve une importante base aérienne du Royaume.

    L'Iran contre l'Arabie saoudite
    La guerre civile au Yémen, qui dure depuis six ans, oppose les rebelles chiites houthis soutenus par l'Iran à un gouvernement reconnu internationalement et soutenu par une coalition militaire dirigée par les Saoudiens. Ce conflit a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés, déclenchant la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU.

  • Arabie saoudite : Cinq civils blessés par un projectile des rebelles houthis

    Imprimer

    Un projectile tiré par les rebelles houthis du Yémen a blessé cinq civils dans un village frontalier du sud de l'Arabie saoudite, a annoncé mardi un média d'Etat saoudien, dans un contexte de recrudescence des attaques contre le royaume.

    Ces rebelles soutenus par l'Iran ont intensifié leurs attaques contre l'Arabie saouditedepuis qu'ils ont repris le mois dernier leur offensive pour s'emparer de Marib, dernier bastion dans le Nord des forces loyales au gouvernement, appuyées par une coalition dirigée par Riyad.

    "Un projectile tiré par la milice terroriste des houthis soutenus par l'Iran vers l'un des villages frontaliers de la région de Jizan, est tombé sur la voie publique, blessant cinq civils: trois citoyens saoudiens et deux résidents de nationalité yéménite", a déclaré la défense civile, citée par l'agence de presse officielle SPA. "Les blessés ont été transférés à l'hôpital", a-t-elle ajouté. Les houthis n'ont pas immédiatement revendiqué la responsabilité de l'attaque.

    L'ambassade américaine à Riyad a condamné l'attaque de Jizan, et appelé les houthis à "cesser d'attaquer des civils innocents et à s'engager dans le processus diplomatique pour mettre fin à ce conflit". Samedi, de fortes explosions ont secoué la capitale Riyad. La coalition a déclaré avoir déjoué une attaque aux missiles balistiques lancée par les rebelles au Yémen voisin.

    La guerre civile du Yémen, qui dure depuis plus de six ans, a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés, dans ce que l'ONU qualifie régulièrement de pire désastre humanitaire au monde. Lundi, une réunion virtuelle des donateurs s'est achevée par des promesses de don "décevantes" selon le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, ne récoltant que 1,7 milliard de dollars sur les 3,85 milliards espérés. Antonio Guterres a prévenu que le manque de financement de l'aide humanitaire équivaut à une "peine de mort" contre la population yéménite, qui se rapproche inexorablement du précipice de la famine.

  • Yémen : Bain de sang dans la région de Marib

    Imprimer

    L'armée gouvernementa revendique avoir mis hors de combat plus de 500 combattants Houthis au cours des dernières 72 heures sur le front de  Jabal Al-Balq, près de Marib.

    Aucune confirmation de source indépendante.

  • Yémen : Cinq civils tués dans une attaque dans la ville de Hodeidah

    Imprimer

    Cinq civils dont un enfant ont été tués dimanche 28 février par le tir d'un obus à Hodeidah, ville stratégique de l'ouest du Yémen, les belligérants s'accusant mutuellement d'être responsable de cette attaque. L'obus a touché une maison près de l'aéroport dans l'extrême sud de la ville portuaire contrôlée par les rebelles Houthis.

    Dans la guerre au Yémen, les forces gouvernementales sont appuyées militairement par une coalition de pays emmenée par l'Arabie saoudite, et les houthis sont soutenus par l'Iran qui nie toutefois fournir des armes aux insurgés.

    "Cinq civils, dont une femme et un enfant, ont été tués chez eux dans un tir d'obus de mortier", a indiqué à l'AFP un responsable militaire loyaliste, en accusant les Houthis. Selon l'agence de presse Saba, tenue par les rebelles, les civils ont été tués par deux frappes aériennes de la coalition militaire.

    Les Nations unies se sont inquiétées le mois dernier d'une recrudescence des combats dans la région de Hodeidah, affirmant que des milliers de civils étaient en danger. L'essentiel des importations alimentaires du pays et de l'aide humanitaire transite par la région de Hodeida.

    L'attaque de dimanche intervient au moment où les rebelles mènent une bataille meurtrière pour le contrôle de la province pétrolière de Marib, dernier bastion loyaliste dans le nord du Yémen. Le conflit au Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique, a été déclenché en 2014 par une vaste offensive des Houthis qui se sont emparés de larges pans du territoire, y compris de la capitale Sanaa qu'ils contrôlent toujours. La guerre a plongé le pays dans la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU, et fait des dizaines de milliers de morts, d'après des ONG internationales, sans oublier les millions de déplacés et une population au bord de la famine.

  • Arabie saoudite : La défense anti-aérienne détruit des missiles balistiques et des drones yéménites sur Riyad

    Imprimer

    Plusieurs explosions ont secoué Riyad samedi 27 février 2021, la télévision d'Etat saoudienne rapportant la mise en échec d'une attaque aux missiles balistiques lancée par les rebelles yéménites. Les rebelles houthis, soutenus par l'Iran dans le conflit au Yémen, ont multiplié les attaques contre l'Arabie saoudite à la tête d'une coalition militaire appuyant le gouvernement yéménite.

    Les forces de défense aérienne saoudiennes ont déjoué "une attaque de missiles balistiques menée par les houthis" contre la capitale saoudienne Riyad, a indiqué la coalition militaire, citée par la télévision Al-Ekhbariya, sans préciser le nombre de missiles interceptés. Des correspondants de l'AFP et des habitants à Riyad ont entendu plusieurs fortes explosions. Quatre drones lancés par les houthis contre le sud du royaume saoudien ont également été interceptés, selon la coalition.
    Ces attaques n'ont pas été revendiquées dans l'immédiat.


    Elles interviennent au moment où l'Arabie saoudite accueille le championnat de Formule E en banlieue de Riyad, auquel le prince héritier Mohammad ben Salmane a assisté selon les médias d'Etat.

    Les houthis ont intensifié les attaques contre le royaume saoudien, malgré l'approche de la nouvelle administration américaine de Joe Biden qui a décidé de retirer ces rebelles de sa liste des "organisations terroristes".

    Vidéo publiée par les Houthis sur le lancement de missiles de croisières contre Riyad

  • Yémen : Les combats continuent de faire rage dans la province centrale de Marib

    Imprimer

     Brigadier Abdulghani Shaalan (tué).jpegLes combats entre rebelles et forces gouvernementales ont continué de faire rage samedi 27 février 2021 dans la province de Ma'rib au Yémen, où au moins 50 combattants ont été tués. On a mentionné (Blog du 26 février) que le commandant des forces spéciales pro-gouvernementales (photo ci-contre) avait perdu la vie la veille au cours des affrontements.

    Les rebelles houthis, qui tentent de s'emparer depuis plus d'un an de Ma'rib, ont repris le 8 février leur offensive contre ce dernier bastion sous contrôle du pouvoir dans le nord du pays en guerre. D'après l'une des sources militaires, "22 membres des forces gouvernementales et plus de 28 rebelles ont péri ces dernières 24 heures dans les combats qui se poursuivent sans arrêt sur les fronts de la province de Ma'rib".

    Dans la guerre au Yémen, une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite aide militairement les forces gouvernementales face aux rebelles houthis.

    Selon la chaîne des rebelles Al-Massirah, cette coalition a mené plus de 12 raids aériens en appui aux forces gouvernementales au sol. Vendredi, plus de 60 combattants ont été tués à Ma'rib, la journée la plus sanglante depuis le début de cette bataille le 8 février.

    La province de Ma'rib, à 120 km à l'est de la capitale Sanaa, est située près de champs pétroliers. Après une forte baisse des combats pendant plusieurs mois, les rebelles ont repris le 8 février leur offensive contre Ma'rib. Depuis, les affrontements ont fait des centaines de morts parmi les combattants des deux camps, selon des sources gouvernementales, et ont forcé des centaines de familles à fuir. Les houthis ne divulguent généralement pas leurs pertes.