Horas al-Din (al-Qaïda)

  • Syrie : L'armée américaine liquide un responsable de haut rang d'al-Qaïda

    Imprimer

    Le commandement de l'armée américaine a rapporté que lundi 27 juin 2022, dans la province syrienne d'Edleb, l'un des chefs d'un groupe islamique associé à al-Qaïda a été éliminé. L'homme  conduisait seul une moto et il n'y a pas eu d'autres victimes de l'attaque.
    FWUvpbdWAAA2eJ0.jpeg

    FWTkjtmWYAIKRSJ.jpeg"Les forces du commandement central ont lancé une frappe cinétique visant Abu Hamza al-Yemeni, l'un des chefs du groupe terroriste Horas ad-Din. L'élimination de ce chef rendra beaucoup plus difficile pour al-Qaïda de mener des attaques contre des citoyens américains , nos partenaires et les résidents civils du monde entier », indique le communiqué.

    Il convient de rappeler que début juin 2022, les États-Unis ont éliminé un commandant de haut rang de l'État islamique en Syrie, et le 3 février, également dans la province d'Edleb, les Américains ont tué le chef même de l'Etat islamique, Abu Ibrahim al-Quraishi, deuxième Calife de l'Etat islamique.

     

  • Syrie : Frappe d'un drone américain contre le membre d'un groupe affilié à Al-Qaida dans la région du Grand Edleb

    Imprimer

    Vendredi 3 décembre 2021, un homme a été tué et cinq personnes blessées lors d'une attaque présumée d'un drone américain sur la région du Grand Edleb, dans le nord-ouest de la Syrie, où plusieurs groupes rebelles et islamiques sont présents et actifs.

    La frappe a visé une moto qui circulait sur la route Almastumah-Arihah dans le sud de la province d'Edleb, tuant instantanément le motard.

    Un SUV qui se trouvait à proximité de la moto a été endommagé par l'explosion. Cinq civils, trois femmes et un enfant d'une même famille, ont été légèrement blessés. 

    Musab Khalid Kin'an.jpegL'homme abattu par le tir de drone a été identifié sous le nom de Musab Khalid Kin'an (photo). Musab, un Syrien originaire de la ville d'Ehsim dans le sud de la province d'Edleb, était un étudiant. Il étudiait la langue turque dans un institut local. Selon des sources pro-gouvernementales, il aurait été secrètement membre du groupe jihadiste Horas al-Din, affilié à al-Qaïda.

    Il y a une dizaine de jours, un drone de combat américain MQ-9 Reaper lourdement armé a été repéré survolant le Grand Edleb.

    En septembre, un drone américain a  visé le haut dirigeant d'Horas al-Din, Salim Abu-Ahmad, dans l'est de la province d'Edleb. Quelques jours avant la frappe, des drones de combat américains avaient été  aperçus  survolant le Grand Edleb.

    Les États-Unis utilisent des drones de combat pour traquer les jihadistes recherchés dans la région du Grand Edleb depuis deux ans. Cette campagne d'assassinats à distance n'a encore visé aucun commandant de Hay'at Tahrir al-Sham, anciennement affilié à al-Qaïda, qui contrôle de facto la région.

  • Syrie : Des commandos héliportés capturent six membres de Daech ou prétendus tels dans une région occupée par la Turquie

    Imprimer

    Six membres de Daech ont été capturés dans la ville d'Aluq, occupée par les Turcs, dans le nord-est de la Syrie, par une force non identifiée qui a débarqué de plusieurs hélicoptères. L'information a été rapportée par la chaîne Al Aan News le 3 novembre.

    Citant des sources de l'opposition syrienne, la chaîne basée aux Émirats arabes unis a émis l'hypothèse que l'opération de débarquement était menée par la coalition dirigée par les États-Unis et son principal allié en Syrie, les Forces démocratiques syriennes, majoritairement Kurdes.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a affirmé dans un rapport que les six personnes n'avaient pas été arrêtées, mais plutôt évacuées par la coalition dirigée par les États-Unis. Toujours selon l'OSDH, les neuf personnes, dont un Australien et un Saoudien, espionnaient en fait les membres de l'Etat islamique et d'Al-Qaïda dans les zones occupées par la Turquie dans le nord-est de la Syrie pour le compte de la coalition dirigée par les États-Unis.

    Ces personnes auraient été évacuées parce que leur couverture aurait été compromise après la mort de deux djihadistes lors de rares frappes de drones américains dans des zones occupées par la Turquie.

    La première frappe, qui a visé la ville de Suluk, dans le nord de Raqqa, le 22 octobre, avait coûté la vie à Abdul Hamid al-Matar, un commandant du groupe Horas al-Din, affilié à Al-Qaida. La deuxième frappe, qui a visé une position de militants soutenus par la Turquie près de la ville de Ras al-Ain, dans le nord de la province de Hasakah, le 25 octobre, a coûté la vie à Sabahi Ibrahim al-Muslih, coprésident du Conseil de la Choura de l'Etat islamique.

    Pour l'instant, la coalition dirigée par les États-Unis et le ministère turc de la défense nationale n'ont pas commenté cette opération héliportée

    Les factions soutenues par la Turquie sont connues pour abriter des terroristes de Daech et d'Al-Qaïda en Syrie. Les personnes arrêtées ou évacuées d'Aluq "travaillaient" ou étaient infiltrés au sein d'Ahrar al-Sharqiyah, la faction la plus radicale soutenue directement par la Turquie.

     

  • Syrie : Un groupe mystérieux revendique la responsabilité de l'attentat meurtrier contre un bus à Damas

    Imprimer

    Un groupe mystérieux se faisant appeler « Saraya Qasioun » [les régiments de Qasioun] a revendiqué la responsabilité de l' attentat à la bombe du 20 octobre à Damas .

    L'attentat, qui visait une navette militaire, a coûté la vie à 14 personnes. De nombreuses victimes étaient des employés civils du ministère syrien de la Défense.

    Dans un communiqué, le groupe a déclaré que le bombardement était une réponse à ce qu'il a appelé des « massacres quotidiens » dans les zones tenues par l'opposition dans le nord et le nord-ouest de la Syrie. Le groupe a également partagé une photo montrant le bus ciblé dans un endroit non divulgué avant l'attaque.
    photo_2021-10-20_20-32-02-2-768x987.jpeg

    Saraya Qasioun a émergé il y a environ deux ans. Les cellules du groupe ont mené plusieurs attentats à la bombe à Damas, ciblant principalement des militaires et des partisans connus du gouvernement.

    Plusieurs membres du groupe ont été appréhendés par les autorités syriennes l'année dernière. Selon les informations disponibles, le groupe est proche des commandants de l'Armée Syrienne Libre (ASL) de la région sud, principalement de la ville de Kanakir.

    Le groupe peut être également l'avatar d'un groupe terroriste comme l'Etat islamique,  Hay'at Tahrir al-Sham ou Horas al-Din, affilié à al-Qaïda. Une autre possibilité est que le groupe soit affilié à la branche syrienne du parti des Frères musulmans, dont la branche militaire a mené des attaques similaires à Damas dans les années 70 et 80.

    Les récents attentats terroristes à Damas visaient clairement à perturber la sécurité dans la capitale syrienne et à intimider les partisans du gouvernement.

    Les autorités syriennes sont à la recherche des auteurs de l'attentat à la bombe. Le ministre de l'Intérieur, Mohamad Rahmoun, s'est engagé à les poursuivre où qu'ils soient.

  • Syrie : Frappe américaine dans la province d'Edleb

    Imprimer

    Un drone américain a visé une voiture Kia Rio sur la route entre Binnish et la ville d'Edleb. .  Le véhicule a été complètement incendié (photo ci-dessous) et les victimes carbonisées. Il semble que la personne visée ait été le commandant du groupe jihadiste Horas ad-Din, affilié à al-Qaïda. Les deux victimes ont été identifiées comme étant Abu Bara al-Tunisi et Abu Hamza al-Yemeni. Un autre membre de Horas ad-Din a été tué par la frappe. (Vidéo)
    E_u4lQDXMAMSMVY.jpeg

    C'est la première frappe aérienne américaine dans la région d'Edleb en 2021. Un drone MQ-9 Reaper avait été repéré dans la région depuis plusieurs jours.
    E_uxh18WUAMVymt.jpeg

    Le Pentagone confirme qu'un responsable d'al-Qaida a été tué par une frappe américaine le 1er octobre 2021
    Un "haut dirigeant d'al-Qaida" en Syrie, Salim Abou-Ahmad, a été tué le 20 septembre lors d'une frappe aérienne près d'Edleb, dans le nord-ouest du pays, a indiqué vendredi 1er octobre 2021 l'armée américaine.

    Il était "responsable de la planification, du financement et de l'approbation d'attentats trans-régionaux" perpétrés par l'organisation jihadiste, a précisé un porte-parole du commandement central américain (Centcom), le commandant John Rigsbee, sans donner d'autres détails. Il n'y a pas d'indications sur de potentielles victimes civiles consécutives à l'opération, a-t-il ajouté dans un communiqué.

    "Cette frappe fait partie des opérations américaines pour affaiblir les réseaux terroristes internationaux et viser les responsables terroristes qui cherchent à attaquer le territoire américain ainsi que ses intérêts et ses alliés à l'étranger", a indiqué le porte-parole.

    L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait annoncé le 20 septembre que deux commandants proches d'al-Qaida avaient été tués dans une frappe de drone de l'armée américaine. Le Centcom avait alors confirmé la mort d'un haut responsable du réseau jihadiste, sans donner son identité.

    Selon l'OSDH, les raids ont visé un véhicule sur la route reliant Edleb à la ville de Bennich, au nord-est, dans la même province dont une partie est dominée par les jihadistes et qui échappe toujours au contrôle du régime syrien.

    Une partie de la province d'Edleb et des segments des provinces voisines de Hama, Alep et Lattaquié sont dominées par Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche syrienne d'al-Qaida. La région abrite également des groupes rebelles et d'autres formations jihadistes alliées de HTS. Toutes ces factions ont déjà été la cible de raids aériens du régime syrien, de son allié russe, mais aussi de la coalition internationale antijihadiste menée par les Etats-Unis et de l'armée américaine elle-même.

  • Syrie : Attentat d'al-Qaïda à Damas

    Imprimer

    Le groupe Horas ad Din, qui se considère comme la branche d'al-Qaïda en Syrie, a mené un attentat contre le bus transportant les forces du régime dans la capitale Damas.

    Mercredi 4 août au matin, un bus de l'armée arabe syrienne (AAS) a explosé à la porte des résidences de la Garde républicaine dans le nord de la capitale syrienne, Damas.

    Selon l'agence de presse arabe syrienne, le chauffeur de bus, un militaire, a été tué et trois soldats ont été blessés dans l'explosion

    L'agence de presse officielle a déclaré que l'explosion avait été causée par un "court-circuit" dans le moteur du bus, sans fournir plus de détails.

  • Syrie : Les jihadistes dans la région rebelle du Grand Edleb acheminent des renforts sur les lignes de front

    Imprimer

    Horas al-Din et Ansar al-Tawhid, affiliés à Al-Qaïda, se préparent à lancer une offensive à grande échelle dans le Grand Edleb contre l'Armée arabe syrienne (AAS) et ses alliés, selon RusVesna.SU .

    Le 30 avril, RusVesna.SU a publié des photos aériennes montrant les renforts qui ont été récemment déployés par les deux groupes dans les villes de Fatterah et Binin dans le sud de la province d'Edleb ainsi que dans la ville de Kulaidan dans la le nord-ouest de la province de Hama.

    Les photos ont été prises par des avions de reconnaissance des Forces aérospatiales russes, qui continuent de surveiller les mouvements des militants dans le Grand Edleb.
    photo_2021-04-29_23-23-33-2.jpeg

    photo_2021-04-29_23-23-33-3.jpegphoto_2021-04-29_23-23-33.jpeg

    Les renforts nouvellement déployés comprenaient un certain nombre de véhicules, de lance-roquettes, de canons et mortiers, ainsi que des centaines de combattants.

    Plus tôt cette semaine, Horas al-Din et Ansar al-Tawhid ont rassemblé une force de frappe assez importante dans la ville de Knaddah, située à 40 km à l'ouest de la ville d'Edleb.

    La situation dans le Grand Edleb se détériore progressivement. Un jour plus tôt, des avions de combat russes sont intervenus pour abattre six drones qui avaient été lancés depuis la région rebelle. Plusieurs positions des jihadistes ont également été bombardées.

    Horas al-Din et Ansar al-Tawhid ne lanceront probablement aucune offensive contre l'AAS et ses alliés sans l'approbation de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), l'autre groupe jihadiste, ancien affilié d'al-Qaïda, qui dirige de facto le Grand Edleb.