Hitaoua

  • Cameroun : Trois militaires et quatre civils tués dans une nouvelle attaque des islamistes de Boko Haram

    Imprimer

    Trois militaires et quatre civils camerounais ont été tués lors d'une attaque dans la nuit de lundi à mardi attribuée au groupe islamique Boko Haram dans un village à l’Extrême-Nord situé près de la frontière du Nigéria, a indiqué le Général Bouba Doubekréo, commandant du secteur 1 de la Force Mixte Multinationale (FMM).

    « Dans la nuit de lundi à mardi vers 3 heures, plusieurs islamistes de Boko Haram lourdement armés ont attaqué le village de Hitaoua dans le département du Mayo Tsanaga et le poste militaire de cette localité située juste à la frontière entre le Cameroun et le Nigéria à l’Extrême-Nord », a expliqué le Général Dobkréo.

    « L’attaque a été repoussée mais on déplore la mort de trois soldats camerounais et quatre civils », a-t-il souligné ajoutant que les assaillants ont aussi emporté du matériel militaire avant de se replier vers le Nigéria voisin.

    Depuis plusieurs mois, les attaques de djihadistes se sont intensifiées autour du département du Mayo Tsanaga qui partage des frontières avec le Nigéria.

    En avril dernier, des milliers de personnes ont manifesté dans le département du Mayo Tsanaga contre Boko Haram, dont les assauts ne semblent pas faiblir dans la région malgré la coalition régionale mise en place.

    Les manifestants, principalement du canton de Tourou dans le département de Mayo Tsanaga, se sont rassemblés devant la sous-préfecture de Mokolo, chef-lieu du département, puis devant les services du gouverneur à Maroua, chef-lieu de l'Extrême-Nord, demandant une intensification des efforts du gouvernement pour mettre fin aux atrocités de Boko Haram.

    Depuis 2014, Boko Haram a tué environ 3 000 civils et militaires, enlevé plus d'un millier de personnes et fait environ 250 000 déplacés dans la région camerounaise de l'Extrême-Nord, selon une estimation de l'ONG International Crisis Group publié en janvier dernier.