Hile Alifa

  • Cameroun : Deux pêcheurs tués dans une attaque de Boko Haram

    Imprimer

    Au moins deux personnes ont été tuées dans la nuit de mardi à mercredi 26 août par des membres présumés de Boko Haram, qui ont mené une offensive contre un village de pêcheurs au bord du lac Tchad, a fait savoir le gouverneur de la région.

    «Deux pêcheurs de nationalité nigériane ont été tués dans cette attaque qui a eu lieu autour de l’île de Bargaram dans l’arrondissement de Hile Alifa, département du Logon et Chari », a souligné le gouverneur de l’Extrême-Nord, Bakari Midjiyawa.

    « Les terroristes ont tué les pêcheurs et incendié leurs maisons avant de se replier dans les marécages », a-t-il ajouté.

    Le gouverneur indique, par ailleurs, que le poste militaire de la Force Mixte Multinationale (FMM) à Ladari près de la frontière avec le Nigéria, chargé de combattre Boko Haram, a été également attaqué, mardi soir, par les terroristes.

    L’attaque a été repoussée par les éléments de la Force Mixte Multinationale « sans faire de victimes».

    Cette force de la coalition, censée avoir été mise en place par les États riverains du lac Tchad, ne s’est pas réellement matérialisée, faute de moyens et d’équipements.

    La recrudescence des attaques des éléments de Boko Haram contre les civils dans le Lac Tchad n'a cessé de croître.

    « Le droit international humanitaire applicable au conflit armé avec Boko Haram interdit les attaques commises délibérément et sans discernement contre des civils et des biens civils », a souligné l’ONG Human Rights Watch dans un rapport publié le 25 août courant.

    « Les individus qui ordonnent ou commettent de telles attaques avec une intention criminelle se rendent responsables de crimes de guerre », indiqué l’organisation.
    Dans ce rapport, l’ONG a souligné que les violences commises par Boko Haram au Cameroun ont forcé « plus de 322 000 personnes » à s’enfuir de leurs domiciles depuis 2014.