Hezbollah irakien

  • Irak : toujours des menaces contre la coalition anti-Etat islamique

    Imprimer

    Un convoi de la coalition internationale anti-Etat islamique dirigée par les États-Unis a été touché par un engin explosif dans la nuit du 16 au 17 août alors qu'il circulait dans le gouvernorat de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak. Il s'agit du deuxième épisode de ce type en moins de 24 heures.

    La nouvelle a été rapportée mardi 17 août par le quotidien al-Araby al-Jadeed , sur la base d'informations fournies par des sources locales. Ce dernier a rapporté que le convoi de la coalition, destiné à fournir un soutien logistique, a été attaqué alors qu'il passait sur l'autoroute internationale près de la ville de Nassiriya, au centre du gouvernorat de Dhi Qar. Selon ce qui a été précisé, la bombe a touché un véhicule du convoi, sans faire de victimes. Le 16 août, un autre convoi avait été pris pour cible alors qu'il se rendait dans la ville d'Abou Ghraib, à l'ouest de la capitale Bagdad. Encore une fois, aucune victime n'a été enregistrée.

    Le  16 août, le quotidien al Araby al-Jadeed, des sites d'information et des plateformes affiliés à des groupes armés irakiens ont diffusé une vidéo documentant l'attaque d'un convoi de la coalition internationale à l'ouest de Bagdad par un groupe militant chiite irakien, connu sous le nom d'Ashab Ahl al- Kahf. C'est ce dernier qui a précisé que la cible touchée était un "convoi militaire américain". La veille, le 15 août, le même groupe avait publié une déclaration menaçant de cibler des cibles américaines en Irak, déclarant : « Nous allons frapper les convois, y mettre le feu et les détruire.

    Depuis le début de 2021, environ 43 attaques ont eu lieu contre des cibles américaines en territoire irakien. La plupart des raids sont effectués via des bombes frappant des convois logistiques, tandis que d'autres attaques ont été menées à  l'aide de missiles. Certaines de ces attaques ont été revendiquées par des factions pro-iraniennes.  Depuis octobre 2019, les bases et structures américaines en Irak font l'objet d'attaques, qui ont conduit Washington à menacer de représailles les milices irakiennes pro-iraniennes que les Etats-Unis rendent responsables. Sont notamment dans le collimateur des Etats-Unis, les Brigades du Hezbollah, soupçonnées d'être responsables de plusieurs attaques. .  Une autre zone irakienne ciblée à plusieurs reprises est la  zone verte, une zone fortifiée située dans la capitale Bagdad, qui abrite des institutions gouvernementales et des ambassades, dont celle des États-Unis. 

    Les tensions entre Washington et Téhéran sur le sol irakien ont souvent fait craindre que l'Irak ne devienne un champ de bataille entre les deux rivaux. Au cours de l'année écoulée, les États-Unis ont amorcé une réduction progressive de leurs troupes en Irak, actuellement au nombre de 2.500. Dans ce contexte, le 26 juillet, le président des États-Unis, Joe Biden, et le Premier ministre irakien, Mustafa al-Kazimi, ont signé un accord visant à clôturer formellement la mission de combat américaine en Irak d'ici fin 2021. Biden a en fait parlé de "changement" de la mission. En particulier, Washington s'est dit prêt à continuer à "former, assister et aider" les forces irakiennes à faire face à la menace terroriste, posée avant tout par l'Etat islamique. Cependant, comme l'a précisé le chef de la Maison Blanche, d'ici la fin de l'année, les troupes américaines ne seront plus engagées dans une "mission de combat", mais elles apporteront une assistance dans le domaine du conseil militaire, de la formation, de la logistique et soutien au renseignement. 

    L'annonce est intervenue en marge du dernier cycle du "dialogue stratégique", initié par le Premier ministre irakien à la suite de sa nomination, le 7 mai 2020, dans le but de définir le rôle des Etats-Unis en Irak et discuter de l'avenir des relations économiques, politiques et sécuritaires entre les deux pays. Le but ultime est de créer une sorte de stabilité dans l'axe Washington-Bagdad et de renforcer les liens entre les deux pays sur la base d'intérêts mutuels.

    Les soldats américains stationnés dans des bases irakiennes sont engagés dans la lutte contre le terrorisme au sein de la coalition internationale anti-Etat islamique dirigée par les États-Unis depuis 2014. Outre les campagnes militaires menées en Irak et en Syrie, la coalition vise également à saper l'infrastructure financière et économique de l'Etat islamique, à freiner le flux de combattants étrangers à travers les frontières et à rétablir la stabilité et les services publics essentiels dans les zones libérées de l'emprise du groupe islamiste radical.

    Selon les " Country Reports on Terrorism 2019 ", l'Irak représente un membre clé de la coalition internationale anti-Etat islamique et participe à tous les différents groupes de travail qui s'y rapportent, y compris les combattants terroristes étrangers, le groupe financier de lutte contre Daech, la stabilisation et les communications. . Malgré, l'État islamique continue de représenter une menace sérieuse.

    Vidéo 1
    Vidéo 2

  • Irak : Attaque à la roquette sur une base hébergeant les forces américaines

    Imprimer

    Un porte-parole de la coalition dirigée par les États-Unis a déclaré que la base aérienne irakienne d'Ain al-Asad, qui héberge des forces américaines et internationales, a été attaquée par un missile lundi 24 mai 2021, mais qu'il n'y apas eu de victimes.

    Le colonel américain, porte-parole de la coalition, a déclaré sur Twitter que les premiers rapports indiquent que l'attaque a eu lieu à 13 h 35 (10 h 35 GMT), ajoutant que les dégâts étaient en cours d'évaluation.

    De son côté, la Cellule d'information de sécurité du ministère irakien de la Défense a ajouté, dans un bref communiqué, qu '"un missile de type Katyusha a atterri un endroit proche de la base aérienne d'Ain Al-Asad sans pertes importantes".

    "L'attaque fait l'objet d'une enquête", a déclaré Maruto, notant que "toute attaque contre le gouvernement irakien et le gouvernement régional du Kurdistan ... porte atteinte à l'autorité des institutions irakiennes, à l'état de droit et à la souveraineté nationale irakienne".

    Aucune des factions armées n'a encore revendiqué sa responsabilité.

    La base "Ain Al-Assad" est située dans le district d'Al-Baghdadi, à 90 km à l'ouest de Ramadi (la capitale de la province sunnite d'Anbar). C'est la plus grande base militaire des forces américaines en Irak.

    La dernière attaque contre la base a eu lieu le 8 mai et a été exécutée à l'aide d'un drone piégé qui n'a fait aucune victime.

    Ces attaques sont intervenues après que des factions armées irakiennes aient menacé les États-Unis, samedi 23 mai, de lancer des attaques croissantes contre leurs forces en Irak dans le but de les forcer à quitter le pays.

    Cela est apparu dans une déclaration du "Comité de coordination pour la résistance irakienne", qui comprend des factions armées liées à l'Iran, dirigées par les "Brigades irakiennes du Hezbollah", "Asa'ib Ahl al-Haq", les "Brigades Sayyid al-Shuhada »et« Harakat al-Nujaba ».

    Au cours des derniers mois, des bases militaires abritant des forces américaines en Irak ont ​​été soumises à des attaques de missiles, dont Washington a accusé les factions armées fidèles à l'Iran d'être responsables.

    Environ 3 mille soldats des forces de la coalition internationale, dont 2 500 soldats américains, sont déployés en Irak pour combattre l'Etat islamique.

     

  • Irak : Démonstration de force des pro-Iraniens en armes à Bagdad

    Imprimer

    Des dizaines de pick-ups remplis d'hommes cagoulés et armés ont défilé jeudi 25 mars 2021 dans les rues de Bagdad. Il s'agit d'une nouvelle démonstration de force des pro-Iraniens face au Premier ministre Moustafa al-Kazimi qui vient de proposer de reprendre le "dialogue" avec Washington.

    Juchés sur les véhicules kakis, cagoule siglée "Rabaa Allah", la "clique de Dieu" en dialecte irakien, ces hommes brandissaient des portraits de M. Kazimi - qui passe pour plus pro-Américain que son prédécesseur - ou d'autres officiels ornés de marques de semelles les ayant piétinés, en signe d'insulte. Rabaa Allah est le dernier né - et le plus puissant - des groupes pro-Iraniens d'Irak. Il est, selon les experts, le faux-nez des brigades du Hezbollah, une faction préexistante et intégrée à l'Etat, qui lui permet de s'en prendre aux autorités sans toutefois risquer d'être sanctionnée.

    Cette démonstration de force -qui n'est pas rare en Irak, le leader chiite Moqtada Sadr en ayant mené une similaire début février- intervient dans un contexte politique et économique tendu. Mardi, un responsable gouvernemental irakien a annoncé que Bagdad avait officiellement réclamé un nouveau "dialogue stratégique" à l'administration de Joe Biden, comme cela avait été le cas sous celle de Donald Trump. Bagdad et Washington doivent notamment revenir sur la question des 2.500 soldats américains postés en Irak et dont les parlementaires ont voté l'expulsion il y a plus d'un an. Aucune date n'a jusqu'ici été fixée et les négociations seront probablement virtuelles en raison du Covid-19.

    Jeudi, le communiqué lu par un combattant de Rabaa Allah cagoulé expliquait: "nous avons sorti nos hommes et nos fusils pour envoyer un message de menace (...) à l'occupant américain et au gouvernement (irakien) collaborateur". 

    Le groupe armé appelle en outre le Parlement à regonfler la valeur du dinar et à voter le budget au plus vite, alors que les négociations achoppent toujours sur la question des conditions d'attribution au Kurdistan de sa part du budget fédéral. Le Parlement doit voter samedi le budget 2021 et la question du taux de change par rapport au dollar est cruciale pour le pays qui traverse sa pire crise économique et dont le dinar a récemment perdu 25% de sa valeur. Elle l'est plus encore pour les groupes pro-Iraniens car Téhéran, étouffé par les sanctions américaines, voit de longue date son voisin comme un pourvoyeur de devises. Rabaa Allah s'est déjà illustré par d'autres coups de force à Bagdad, comme l'incendie d'une télévision, du siège d'un parti kurde ou par des explosions et raids punitifs contre des vendeurs d'alcool.

  • Syrie : L'Iran fournit des missiles sol-sol à longue portée au Hezbollah irakien en Syrie

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a déclaré que des missiles sol-sol iraniens à courte et moyenne portée avaient été installés sur les positions du Hezbollah irakien stationné à proximité de la ville d'al-Tebnee, qui est sous le contrôle des forces du régime syrien, à l'ouest de Deir Ezzor.

    Ces missiles ont été entrés via des passages non officiels entre la Syrie et l'Irak sur des camions civils. Les livraisons portent sur 56 missiles.

    L'Observatoire syrien avait indiqué le 11 janvier que la milice afghane "Fatemiyoun" avait déchargé 4 gros camions camouflés en transport de légumes et de fruits, mais en fait chargés d'armes.

    Selon l'OSDH, ces camions étaient chargés de missiles de fabrication iranienne en provenance d'Irak. Ces envois ont été déchargés dans des entrepôts commerciaux loués par des civils dans la région de Kawa Ibn Aswad, entre la ville de Mayadin et la ville de Mahkan dans la province orientale de Deir Ezzor.

    Les milices iraniennes et pro-iraniennes occupent des zones de la province de Deir Ezzor près de la frontière avec l'Irak. Elles changent fréquemment d'emplacements par peur des frappes aériennes israéliennes et de la coalition internationale.

  • Irak : Des milliers de personnes défilent à Bagdad pour commémorer le premier anniversaire de la mort de Qassem Soleimani 

    Imprimer

    Dimanche 3 janvier, des dizaines de milliers d'Irakiens ont défilé à Bagdad, pour commémorer le premier anniversaire de l'assassinat du commandant de la force iranienne al-Qods, Qasem Soleimani, et de Abu Mahdi al-Muhandis, le commandant adjoint du Hashed al-Chaabi, une coalition de milices irakiennes majoritairement chiites et pro-iraniennes  .
     
    Soleimani, al-Muhandis et huit de leurs camarades ont été tués par une frappe de drone américain qui visait leurs véhicules près de l'aéroport international de Bagdad il y a exactement un an.
     
    Les manifestants irakiens se sont rassemblés place Tahrir pour commémorer les deux dirigeants et condamner l'acte d'agression commis par les États-Unis.
     
    Les manifestants ont demandé de venger Souleimani et ont scandé des slogans contre les États-Unis, l'appelant le «Grand Satan». Le Premier ministre irakien Mustafa al-Kazimi, proche de Washington, a également été conspué par les manifestants.
     
    «Oh al-Kadhimi, vous êtes lâche, vous êtes un agent des Américains», scandaient les manifestants.
     
    Les manifestants ont également brandi des banderoles soutenant les groupes armés chiites irakiens pro-iraniens et les mouvements de la «résistance» libanais, à Gaza et au Yémen.
     
    Abu Hussein al-Hamidawi, secrétaire général du Kata'ib Hezbollah, a publié une déclaration à cette occasion, louant la manifestation à Bagdad.
     
    «Aujourd'hui, nous n'entrerons pas dans l'ambassade du mal [l'ambassade des États-Unis], et nous ne renverserons pas ce gouvernement, a déclaré al-Hamidawi. «Nos armes sont plus contrôlées et organisées que les armées et institutions militaires les plus prestigieuses de l'histoire. C'est la plus légitime et la plus rationnelle, et elle restera entre nos mains jusqu'à ce que Dieu le veuille.
     
    Une série de rassemblements ont eu lieu pour commémorer l'assassinat de Souleimani et d'al-Muhandis en Iran, au Liban, en Syrie et au Yémen.







    Chant iranien en mémoire à Souleimani et Muhandis
    Un chant iranien en farsi, hébreu et arabe pour l'anniversaire de l'assassinat de Souleimani et Al-Muhandis. Vidéo

  • Irak : Des factions pro-iraniennes ont acheminé des missiles à Bagdad pour frapper l'ambassade américaine

    Imprimer

    Le journal londonien Asharq Al-Awsat, citant des sources irakiennes, a révélé que des milices pro-iraniennes avaient introduit en secret des missiles dans la capitale, Bagdad, dans le but de bombarder l'ambassade américaine à l'occasion du premier anniversaire de l'assassinat de Qassem Soleimani, le chef de la Force al-Qods, l'unité d'élite du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran. 

    La source a déclaré: "Des informations ont été détectées sur un groupe armé transportant des missiles (Grad) vers le quartier Al-Maamel, à l'est de la capitale, afin de cibler la (Zone verte) le soir du Nouvel An". La source a ajouté que "des directives de sécurité ont été émises pour surveiller et inspecter les zones susceptibles d'être atteint par les missiles, ainsi que pour suivre tout mouvement suspect".
     
    Le journal a déclaré que le Premier ministre Mustafa al-Kazimi avait exhorté Téhéran à freiner les milices qui lui sont fidèles.
     
    Et, de son côté, e général de division Yahya Rasoul a déclaré, dans une interview accordée à Al-Arabiya TV, que la situation sécuritaire restait sous contrôle à Bagdad et que nos forces faisaient leur devoir de la meilleure façon.
     
    Il a également souligné qu'il était du devoir des forces irakiennes de sécuriser les missions diplomatiques, notant qu'il y avait beaucoup de tentatives d'intimidation dans le pays.
     
    "Nous respectons la souveraineté des pays voisins, et les pays doivent respecter notre souveraineté", a-t-il déclaré.
     
    Pour le Commandement des opérations conjointes  la situation sécuritaire est sûre dans la capitale et 'il n'y a pas de menace, ajoutant qu'il continue de poursuivre les lanceurs de roquettes qui menacent la sécurité de la région.
     
    Concernant les tirs de roquettes précédents, il a confirmé que certains des auteurs de ces attaques étaient en cours d'arrestation.
     
    Une source judiciaire a révélé que la justice irakienne avait émis 4 mandats d'arrêt contre des personnalités militantes et civiles liées à des groupes ayant tiré des roquettes sur des bâtiments diplomatiques et militaires à Bagdad et dans d'autres gouvernorats.
     
    Une source sécuritaire a déclaré que "les personnes impliquées sont 3 chefs des Brigades du Hezbollah irakien et une personnalité civile", qui est liée à Abu Ali Al-Askari.
     
    Face à la tension persistante entre le gouvernement Al-Kazemi et les milices du Hezbollah irakien et de Asaib Ahl al-Haq, le Premier Ministre irakien a dépêché un envoyé spécial en Iran pour mettre fin aux menaces proférées contre lui par des milices pro-iraniennes et a transmis le message que le gouvernement irakien était à bout de patience face aux actions de ces milices.
     
    L'envoyé d'Al-Kazemi, Abu Jihad Al-Hashemi, a livré le message aux Iraniens, confirmant que le gouvernement irakien manquait de patience face aux récentes actions des milices et que l'Iran serait le premier à perdre en cas d'affrontements armé.
  • Irak : Les brigades du Hezbollah irakien menacent le premier ministre Al-Kazemi: "Ne testez pas notre patience"

    Imprimer

    Les Brigades du Hezbollah irakien (Kataëb Hezbollah) ont menacé samedi 26 décembre le Premier ministre Mustafa Al-Kazemi, l'appelant à "ne pas tester" leur patience.
     
    Asaib Ahl al-Haq et Kataib Hezbollah sont deux factions puissantes sous l'égide des Forces de mobilisation populaire (Hashed al-Chaabi), et elles entretiennent des liens étroits avec l'Iran.
     
    Le responsable de la sécurité des Brigades du Hezbollah, "Abu Ali Al-Askari", a déclaré dans un tweet : "La région bouillonne aujourd'hui dans une marmite chaude, et la possibilité d'une guerre totale existe, qui appelle à la retenue pour gaspiller l'opportunité sur l'ennemi (se référant à l'Amérique), et Son parti initiateur. "
     
    Il a ajouté: "Peut-être que les bombardements de ces derniers jours ne servent que l'intérêt de notre ennemi insensé, Trump, et cela ne doit pas être répété."
     
    Il poursuit "Notre alliance avec les frères des factions de la résistance, qu'elles soient locales ou étrangères, est une alliance solide, et tout ce qui les touche nous touche, et nous nous engageons à les défendre dans les cadres définis et établis entre nous."
     
    Il a conseillé à Al-Kazemi de "ne pas tester la patience de la résistance  aujourd'hui", menaçant Al-Kazemi en disant: "Ni "Etellaat" (les services de renseignement iraniens), ni la CIA américaine, ni les soumissionnaires ne le protégeront dans l'intérêt de la patrie."
     
    L’Irak se trouve plongée dans une atmosphère de fortes tensions depuis le bombardement de la Zone verte, où se trouve l’ambassade américaine, mercredi. Cela coïncide avec l’approche du premier anniversaire de l’assassinat par les Etats-Unis  du commandant de la Force iranienne al-Qods, Qassem Soleimani, accompagné du chef adjoint du commandant du Hashed al-Chaabi, Abu Mahdi al-Muhandis.
     
    Les services de sécurité irakiens ont arrêté plusieurs personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’attaque, dont un dirigeant de premier plan de la faction «Asa'ib Ahl al-Haq», qui a déployé ses hommes armés vendredi soir dans les rues de Bagdad pour faire pression pour sa libération.
     
    Cependant, le ministère irakien de l'Intérieur a refusé de le libérer, et Al-Kazemi a menacé dans un tweet que le gouvernement était prêt pour une confrontation «décisive» si nécessaire.
     
    Mercredi, le président américain Trump a averti l'Iran, dans le contexte de l'attaque au missile contre l'ambassade, des risques si un Américain était tué..
     
    Washington accuse les factions irakiennes armées liées à l'Iran d'être derrière les attaques, qui visent son ambassade et ses bases militaires en Irak.
     
    Des factions chiites armées, notamment les brigades du Hezbollah irakien et Asa'ib Ahl al-Haq, liées à l’Iran, ont menacé de cibler les forces américaines en Irak si elles ne se retiraient pas conformément à la décision du Parlement de mettre fin à sa présence militaire dans le pays.
     
    Le Parlement a voté à la majorité, en janvier dernier, pour mettre fin à la présence militaire étrangère dans le pays, à la suite de l'assassinat de Soleimani et de Muhandis lors d'une frappe aérienne américaine près de l'aéroport international de Bagdad.

    al-Askari.jpegDimanche 27 décembre - Derniers développements
    Al-Arabiya affirme que les forces de l'ordre irakiennes ont émis un mandat d'arrêt contre Abu Ali al-Askari (photo), chef du Hezbollah irakien.