HEZBOLLAH

  • Syrie : L'armée de l'air israélienne frappe la zone de Sayyidah Zainab où sont basés les militants du Hezbollah, une milice chiite libanaise

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), rapporte que l'armée de l'air israélienne avait frappé dans la nuit du 16 au 17 septembre 2022 le territoire syrien dans la région de Sayyidah Zainab, où sont basés les militants du Hezbollah, une milice chiite libanaise.

    Les médias syriens ont rapporté que des frappes aériennes avaient également visé des cibles proches de l'aéroport de Damas et des objectifs dans la zone d'al-Kiswah au sud de la capitale syrienne. 

    Le ministère syrien de la Défense affirme que les défenses aériennes syriennes ont pu abattre la plupart des missiles israéliens. Il a également fait état de cinq militaires morts et de dégâts importants.

    Il s'agit de la troisième attaque attribuée à Israël contre des cibles en Syrie au cours des deux dernières semaines.

    Plus tôt cette semaine, le ministre israélien de la Défense Benny Gantz, lors d'une conférence à New York pour le Jerusalem Post, avait montré pour la première fois des images satellite montrant plus d'une douzaine d'installations de production d'armes avancées iraniennes, y compris au Centre syrien de recherche scientifique (CERS) à Masyafe.

    "Selon les plans de Qasem Soleimani, l'Iran devait utiliser la capacité du CERS pour produire des missiles à guidage de précision, des armes à moyenne et longue portée pour le Hezbollah et ses autres forces alliées. En d'autres termes, le centre scientifique était devenu une usine de production d'armes stratégiques avancées », avait déclaré Gantz.

    Le ministre israélien de la Défense a déclaré que le monde devait freiner l'agression iranienne et envisager d'utiliser la force militaire pour le faire.

  • Iran : Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, dévoile une carte des usines d'armement iraniennes en Syrie

    Imprimer

    Benny Gantz.jpegLe secrétaire israélien à la Défense, Benny Gantz (photo), a montré pour la première fois des images satellite montrant plus d'une douzaine d'installations de production d'armes avancées iraniennes en Syrie, dont le Centre syrien de recherche scientifique (CERS) à Masyaf, lors d'une conférence à New York pour le Jerusalem Post.

    "Selon les plans de Qasem Soleimani, l'Iran devait utiliser la capacité du CERS pour produire des missiles à guidage de précision, des armes à moyenne et longue portée pour le Hezbollah et ses autres marionnettes. En d'autres termes, le centre scientifique est devenu une usine de production d'armes stratégiques avancées », a déclaré Gantz.

    Il a noté que toutes les installations, en particulier l'usine souterraine de Masyaf, constituent une menace sérieuse pour la région, et en particulier pour Israël.

    Le ministre israélien de la Défense a déclaré que l'Iran avait récemment commencé à construire des installations industrielles de défense au Yémen et au Liban pour ses besoins militaires.

    "En 2022, nous avons vu une augmentation de la subversion iranienne, notamment par le biais d'attaques de drones et de missiles sol-sol contre des civils et des objectifs. L'Iran dépense plus d'un milliard de dollars par an pour armer ses alliés dans la région. La levée des sanctions augmentera les fonds alloués au terrorisme », a déclaré Gantz.

    Le ministre israélien de la Défense a déclaré que le monde devait freiner l'agression iranienne et envisager d'utiliser la force militaire pour le faire.
    FcddtgOXEAMdabM.jpeg

  • Syrie : Un commandant du Hezbollah abattu près des entrepôts du Hezbollah détruits par Israël

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), a rapporté que le chef de guerre des Brigades al-Baath, une organisation liée au Hezbollah libanais, avait été abattu par des inconnus et était décédé.

    Le tireur, non identifié, a tiré plusieurs balles sur le commandant des Brigades al-Baath, avant de prendre la fuite. L'incident s'est produit dans le village d'al-Tuwani dans la province de Damas. Des dépôts d'armes du Hezbollah, détruits par une frappe de l'armée de l'air israélienne le 14 août 2022, se trouvaient dans la même zone.

  • Syrie : Une frappe israélienne a endommagé des bases militaires près de Damas où se trouvent les forces iraniennes

    Imprimer

    L'édition d'Al-Arabiya précise qu'à la suite d'une frappe aérienne israélienne sur des cibles près de Damas, des dommages ont été causés aux bases militaires où se trouvent les forces iraniennes.

    Selon des sources, la Syrie déploie des troupes iraniennes sur des bases appartenant à la marine syrienne, et les Iraniens possèdent également des stocks et des entrepôts dans des unités militaires syriennes.

    En outre, la semaine dernière, le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique s'est rendu en Syrie pour discuter du déploiement des troupes iraniennes en Syrie et renforcer ainsi la position des forces iraniennes sur le territoire syrien.

    Le groupe de surveillance basé à Londres, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) , a déclaré qu'au moins huit personnes avaient été tuées au cours des frappes aériennes israéliennes sur des cibles près de Damas : trois soldats syriens, deux Syriens associés au Hezbollah libanais et trois étrangers.

    Selon l'OSDH, des étrangers et des Syriens associés au Hezbollah ont été tués lors d'une frappe de missiles dans la région de Sayyidah Zainab dans une usine où des avions sans pilote étaient assemblés à l'aide de la technologie iranienne (il a déjà été signalé qu'un dépôt d'armes y avait été attaqué). Le site est complètement détruit.

    Les soldats syriens, selon l'OSDH, ont été tués lors d'une attaque contre des batteries de défense aérienne situées le long du périmètre de la base aérienne de Mezzeh.

    Plus tôt, il a été signalé que l'armée de l'air israélienne avait attaqué les bureaux de renseignement de l'armée de l'air syrienne, le bureau d'un haut fonctionnaire, une voiture près de l'aéroport militaire de Mezzeh et un point de contrôle près de l'aéroport militaire.

    Dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 juillet, les médias d'État syriens ont rapporté que des avions israéliens depuis les hauteurs du Golan avaient lancé des attaques de missiles sur des cibles près de Damas. Les défenses aériennes syriennes sont entrées en action. Le ministère syrien de la Défense confirme la mort de trois soldats syriens dans cette attaque. Sept autres soldats syriens ont été blessés, a indiqué le ministère syrien de la Défense.

    L'armée israélienne n'a pas commenté ces informations.

  • Syrie : Le chef du groupe de la Défense nationale syrienne liquidé près de la frontière israélienne

    Imprimer

    Dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 juillet, Ahmad Salah, un commandant de terrain de haut rang du groupe de la Défense nationale, a été tué dans la province de Quneitra, dans le sud-ouest de la Syrie. Il a été abattu par des inconnus. Une autre personne a été blessée.

    Le blogueur Abu Ali, spécialisé dans la politique au Moyen-Orient, rapporte que le groupe est subordonné à l'armée syrienne et opère en contact étroit avec le Hezbollah libanais.

    Des sources locales affirment que la cible travaillait dans le domaine de la surveillance et de la reconnaissance pour le Hezbollah dans la ville frontalière de Hader avec le Golan, où il a été pris pour cible par l'armée israélienne alors qu'il se trouvait près de sa maison située dans la zone de la carrière de Hadi, à l'ouest de la ville de Hader.

    Des drones israéliens avaient précédemment largué des tracts à plusieurs endroits dans la province de Quneitra, avertissant les forces du régime et les milices iraniennes de ne pas s'approcher des zones de cessez-le-feu, et ont également appelé les membres et les habitants du régime à ne pas coopérer avec le Hezbollah.

    Farid Mustafa, liquidé il y a quelques jours, appartenait également à la Défense nationale. La frappe aurait été menée par un drone israélien.
    EduBXSPWkAgimFK.png

     

  • Syrie : La frappe israélienne du 10 juin a détruit les salons de l'aéroport de Damas

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), a précisé samedi 11 juin qu'à la suite des attaques contre l'aéroport de Damas, des dommages importants ont été causés à la piste, à la tour de communication, aux salons de l'aéroport et à plusieurs entrepôts.

    Les salles d'attente ont été utilisées à plusieurs reprises pour recevoir des militaires iraniens et du Hezbollah de haut rang arrivant à Damas. Les halls sont également utilisés pour le stockage temporaire d'armes fournies par l'Iran. Selon l'OSDH, des travaux sont en cours pour restaurer les installations sur le site de la destruction.

    L'PSDH avait précédemment rapporté que quatre étrangers (citoyenneté non précisée) avaient été tués dans une attaque de missiles israéliens sur un aéroport international au sud de Damas. Apparemment, nous parlons des militants d'un des groupes pro-iraniens.

    Selon une autre source, les frappes israéliennes de vendredi sur l'aéroport de Damas "visaient à empêcher la contrebande de systèmes iraniens de précision pour le compte du Hezbollah". L'information a été rapportée dimanche par l'agence locale al-Markaziya, citant la télévision israélienne. 

    Selon la chaîne publique israélienne Kan, les frappes israéliennes "visaient à empêcher la contrebande de systèmes iraniens de précision à destination du Hezbollah et ciblaient des systèmes techniques liés au développement des missiles du Hezbollah". Selon l'armée israélienne, "il est probable que des équipements en provenance d'Iran parviennent via l'aéroport (de Damas) au Hezbollah" en vue de lui permettre de "produire des missiles d'une grande précision et efficacité".

    Une guerre se déroule en Syrie entre Israël et l'Iran. L'Iran essaie de prendre pied sur le territoire syrien pour attaquer Israël. C'est pourquoi les Israéliens attaquent des cibles en Syrie. 

    Pour l'OSDH, la frappe du 10 juin à l'aéroport de Damas a été l'une des attaques israéliennes les plus dangereuses, puisque les "portes aériennes du pays" ont été désactivées. L'OSDH ajoute  qu'"Israël a violé toutes les" lignes rouges "dans les relations russo-israéliennes" en détruisant les pistes et la tour de contrôle de l'aéroport de Damas.

  • Syrie : l'armée israélienne a attaqué les installations de défense aérienne du Hezbollah et de la Syrie au sud de Damas

    Imprimer

    Tard dans la soirée du 6 juin, les médias syriens ont rapporté une frappe sur des cibles près de Damas. 

    Selon les autorités syriennes, vers 23h30, les forces de défense aérienne ont été activées pour attaquer des "cibles ennemies". 

    La télévision syrienne rapporte qu'une attaque aux missiles, attribuée à Israël, a été menée au sud de la capitale syrienne. "La plupart des missiles ont été abattus", a rapporté la télévision syrienne. 

    Selon des représentants de l'armée syrienne, les missiles ont été tirés à 23h20 depuis le territoire des hauteurs du Golan. L'armée syrienne affirme qu'il n'y a pas eu de victimes, mais des dégâts seraient importants.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) , précise que les frappes ont été menées sur des installations militaires des forces du régime d'Assad et du Hezbollah libanais au sud de Damas. En particulier, il est fait état d'une frappe contre une installation militaire dans la région de Kiswah, où sont basés des militants du Hezbollah et où se trouvent des batteries de défense aérienne syriennes. Sept missiles seraient également tombés à Akraba.
    FUojsmZWIAAsCuC.jpeg