Herat

  • Afghanistan: nombreux incidents dans la province de Herat

    Imprimer

    Dans la soirée du 19 janvier, 6 policiers afghans ont été blessés par l'explosion d'une mine près d'un avant-poste de la province de Herat. Le 20 janvier, 3 soldats afghans sont tués lors d'une attaque contre leur véhicule. 
     
    L'explosion du 19 janvier s'est produite vers 22 h 30,  lorsqu'une mine placée près de l'avant-poste de police a explosé. Les blessés ont été transportés à l'hôpital pour être soignés et sont dans un état stable, selon un porte-parole du ministère de la Santé publique de Herat. Les habitants de la région ont déclaré à la presse locale que des bruits de combats étaient entendus après l'explosion. Aucun groupe, y compris les talibans, n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque.
     
    Le 20 janvier, ce sont 3 soldats de l'armée nationale afghane (ANA) qui ont été tués et 2 autres blessés dans une attaque menée par des hommes armés non identifiés. Le groupe a attaqué le véhicule de l'armée dans le centre-ville de Herat dans la matinée du 20 janvier. Les assaillants ont réussi à prendre la fuite. Encore une fois, on ne sait pas qui est responsable de l'attaque et aucune revendication n'a été publiée.
     
    Rappelons que le 7 janvier , la presse afghane avait fait état d'une attaque des Taliban contre le district de Ghorian, également dans la province de Herat. Au cours de l'attaque,  4 membres des forces de sécurité afghanes, dont le chef de la police, avaient été tués. Des dizaines de combattants talibans ont participé à l'attaque du bâtiment du gouverneur et le siège de la police du district de Ghorian lors d'une attaque qui s'est poursuivie pendant des heures, selon les autorités locales. Parmi les 4 membres des forces de sécurité décédés, il y avait aussi le chef de la police du district, Naqibullah Sultanza. 
     
    Toujours dans la province orientale de Herat, le 22 décembre 2020, l'armée nationale afghane (ANA) a arrêté 3 personnes soupçonnées d'être affiliées aux talibans. Selon un communiqué  du ministère afghan de la Défense , les militants prévoyaient de mener une attaque contre les forces de sécurité dans la capitale provinciale. Les talibans n’ont fait aucun commentaire sur les arrestations. Enfin, une série d'attaques et d'activités de sabotage ont été détectées dans la province de Herat également au cours du mois d' octobre 2020 . 
     
    Herat est une ville de l'ouest de l'Afghanistan, près de la frontière avec l'Iran, qui est réputée pour l'art et la culture, mais est également connue pour la présence de religieux conservateurs . Ces religieux affirment ne pas être affiliés aux talibans, mais ils veillent au respect de codes islamiques stricts et contrôlent certaines zones de la ville, avec l'approbation des autorités locales. 
     
    En octobre 2020, la présence de ces «militants extrémistes» et leur contrôle pesant de certaines zones d'Herat ont alarmé les organisations de protection des droits des femmes et suscité de vives critiques de l'exécutif provincial. La crainte est que ces groupes islamistes conservateurs soient l'avant-garde d'une présence accrue de religieux extrémistes qui s'opposent au gouvernement afghan, qu'ils jugent corrompu et inefficace. Il n’est pas exclu que ces factions puissent soutenir les Taliban en cas d'offensive contre Kaboul.
     
    Pendant ce temps, la situation dans le pays est extrêmement complexe et le climat est très tendu. Bien que des efforts diplomatiques soient en cours entre le gouvernement de Kaboul et les Taliban, le début d'un véritable dialogue intra-afghan semble encore lointain et les  «pourparlers de paix» à Doha, au Qatar, qui ont débuté le 12 septembre, en sont toujours aux étapes préliminaires. Les talibans ont exigé la libération de 7 000 autres prisonniers, le retrait des membres du groupe de la liste noire de l'ONU et des garanties relatives à la mise en place d'un système juridique islamique avant d'avancer dans les pourparlers de paix avec les représentants de Kaboul. En attendant, la violence continue de s'intensifier et les négociateurs de Kaboul, qui appellent à un cessez-le-feu, craignent que les offensives sur le terrain ne servent les talibans pour accroître la pression et améliorer leur position dans les pourparlers. 
     
    Pour sa part, le gouvernement afghan a répondu durement aux nouvelles demandes. Wahid Omar, principal conseiller public et stratégique du président Ashraf Ghani, a déclaré que Kaboul n'avait pas l'intention de libérer davantage de prisonniers talibans, car les libérations précédentes n'ont pas empêché une augmentation de la violence dans tout le pays. La libération de plus de 5 000 membres talibans des prisons afghanes, dans le cadre de l'accord de paix américano-taliban du 29 février 2020, devait contribuer à réduire la violence, a déclaré Omar, mais «la violence n'a pas cessé d'augmenter".

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Six soldats afghans blessés par l'explosion d'une mine sur la routeh Herat-Khaf
    Les responsables de la sécurité ont déclaré que six soldats avaient été blessés lundi 16 novembre par l'explosion d'une bombe en bordure de route sur la route Herat-Khaf.

     

    Em7fASpW4AEAOeb.jpeg

    Affrontements signalés dans le district de Dasht-e-Arch entre armée et talibans
    De lourds affrontements ont lieu depuis hier soir entre les forces gouvernementales et les talibans dans le district de Dasht-e-Archi, dans la province de Kunduz, au nord du pays, ont déclaré les responsables locaux.

    Les affrontements ont commencé après que les talibans aient attaqué les forces de sécurité dans le district de Dasht-e-Archi, a déclaré le porte-parole du gouverneur de Kunduz, Esmatullah Muradi.

    Muradi a déclaré que "des renforts ont été envoyés dans la province pour soutenir les forces de sécurité dans le district".

    "Trois membres des forces de sécurité ont été tuée et trois autres ont été blessés dans les affrontements en cours", a-t-il déclaré.

    Il a ajouté que l'armée de l'air soutenait également l'armée dans les affrontements.

    "Jusqu'à présent, huit membres des Talibans ont été tués et 13 autres ont été blessés. Les forces de sécurité essaient de repousser l'attaque des talibans", a déclaré M. Muradi.

    Dimanche, les talibans ont déclaré avoir attaqué des avant-postes de sécurité dans le district de Dasht-e-Archi.

    Em7fKa-W8AAIfRK.jpegEm7WstIXUAEc1AV.jpeg

    Em7NSH-XcAA0tQe.jpeg

    Les Taliban sur l'autoroute Torkham-Jalalabad,
    Les Talibans ont établi des postes de contrôle sur toutes les autoroutes du pays.

    Selon les passagers de l'autoroute, les troupes et les employés de l'administration de Kaboul n'ont aucune chance de voyager sur les autoroutes, à l'exception des voies aériennes.
    Em7OVx5W8AIlrD6.jpeg

  • Frontlive-Chono du 9 avril 2018

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono – lundi 9 avril 2018

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol)

    • Afghanistan : Une explosion fait six morts dans la province de Herat – Lire
    • France : Attentat de 2016 contre un couple de policiers: 6 interpellations – Lire
    • Gaza : Raid aérien israélien à Gaza après une tentative d’infiltration – Lire
    • Irak : Six terroristes de Deach, dont un Leader, tués lors de « ratissages » à Kirkouk – Lire
    • Syrie : Selon un journaliste du Telegraph, le personnel russe a quitté la base T-4 avant la frappe aérienne – Lire
    • Syrie : une substance mortelle ajoutée au chlore dans la dernière attaque chimique, selon un expert – Lire
    • Syrie : La base syrienne T-4 (province de Homs) attaquée par des missiles – Lire

    Lire la suite