Hayat Tahrir ash-Sham (HTS)

  • Syrie : L'islamiste al-Shishani jure de combattre les islamistes de Hayat Tahrir ash-sham jusqu'à la mort

    Imprimer

    Al-Shishani.jpegLe leader tchétchène Muslim Abu Walid al-Shishani (photo ci-contre) a juré de combattre le groupe jihadiste Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), affilié à al-Qaïda, qui contrôle de facto la région syrienne du Grand Edleb, jusqu'à la mort dans un nouvel enregistrement audio mis en ligne  par ses partisans le 23 octobre.

    Al-Shishani, de son vrai nom Murad Iraklievich Margoshvili, est un citoyen géorgien. Il aurait combattu les forces gouvernementales russes lors des première et deuxième guerres de Tchétchénie. Le jihadiste est arrivé en Syrie pour combattre les forces gouvernementales il y a une dizaine d'années.

    En juin, HTS a  demandé à al-Shishani de rejoindre ses rangs ou de quitter le Grand edleb avec ses partisans. Le leader a été choqué  par les demandes du groupe.

    Al-Shishani a refusé de rejoindre HTS. En juillet 2021, il a  annoncé son intention  de dissoudre son groupe, Jund al-Sham, et de quitter le Grand Edleb avec ses militants. Cependant, cela ne s'est pas produit, probablement parce qu'il n'a pas pu trouver de refuge sûr en dehors de la région. En réponse, HTS a lancé une opération de recherche limitée dans le bastion d'al-Shishani, dans le nord de 
    Lattaquié, mais n'a pas pu le trouver.

    Dans son nouvel enregistrement, al-Shishani a révélé que HTS l'avait faussement accusé d'abriter des membres et des hors-la-loi de l'Etat islamique. Le leader a qualifié les affirmations du groupe de "mensonges".

    "Nous allons certainement nous défendre, il n'y a pas d'autre moyen … si Dieu le veut, nous mourrons dans l'honneur, pas dégradés dans l'une de leurs prisons [HTS]", a déclaré le Georgien.

    Al-Shishani a ensuite appelé les combattants du HTS à ne pas croire les "mensonges" de leurs dirigeants. Il a également demandé aux commandants du groupe d'écouter les habitants du Grand Edleb.

    La décision de HTS contre al-Shishani était en effet une surprise. Le chef et Jund al-Sham n'ont jamais été ennemis de Hayat Tahrir ash-Sham.

    Il ne sera pas facile pour HTS de neutraliser al-Shishani et son groupe. Le leader a reçu le soutien de plusieurs groupes islamistes radicaux dans tout le Grand Edleb. HTS sera probablement confronté à un contrecoup très grave s'il décide de recourir à la force contre al-Shishani.

  • Syrie : Un groupe mystérieux revendique la responsabilité de l'attentat meurtrier contre un bus à Damas

    Imprimer

    Un groupe mystérieux se faisant appeler « Saraya Qasioun » [les régiments de Qasioun] a revendiqué la responsabilité de l' attentat à la bombe du 20 octobre à Damas .

    L'attentat, qui visait une navette militaire, a coûté la vie à 14 personnes. De nombreuses victimes étaient des employés civils du ministère syrien de la Défense.

    Dans un communiqué, le groupe a déclaré que le bombardement était une réponse à ce qu'il a appelé des « massacres quotidiens » dans les zones tenues par l'opposition dans le nord et le nord-ouest de la Syrie. Le groupe a également partagé une photo montrant le bus ciblé dans un endroit non divulgué avant l'attaque.
    photo_2021-10-20_20-32-02-2-768x987.jpeg

    Saraya Qasioun a émergé il y a environ deux ans. Les cellules du groupe ont mené plusieurs attentats à la bombe à Damas, ciblant principalement des militaires et des partisans connus du gouvernement.

    Plusieurs membres du groupe ont été appréhendés par les autorités syriennes l'année dernière. Selon les informations disponibles, le groupe est proche des commandants de l'Armée Syrienne Libre (ASL) de la région sud, principalement de la ville de Kanakir.

    Le groupe peut être également l'avatar d'un groupe terroriste comme l'Etat islamique,  Hay'at Tahrir al-Sham ou Horas al-Din, affilié à al-Qaïda. Une autre possibilité est que le groupe soit affilié à la branche syrienne du parti des Frères musulmans, dont la branche militaire a mené des attaques similaires à Damas dans les années 70 et 80.

    Les récents attentats terroristes à Damas visaient clairement à perturber la sécurité dans la capitale syrienne et à intimider les partisans du gouvernement.

    Les autorités syriennes sont à la recherche des auteurs de l'attentat à la bombe. Le ministre de l'Intérieur, Mohamad Rahmoun, s'est engagé à les poursuivre où qu'ils soient.

  • Syrie : Le chef de la police et un interrogateur de Hayat Tahrir ash-Sham tué par une frappe de précision de l'artillerie syrienne.

    Imprimer

    Samedi 16 octobre dans l'après-midi, l'armée arabe syrienne (AAS) a mené une série de frappes d'artillerie de précision sur la ville frontalière de Saramada, dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Les frappes ont visé le poste de police principal de Hayat Tahrir ash-Sham et plusieurs autres positions du groupe djihadiste à Saramada, située dans le nord de la province d'Edlebe. La ville est connue pour être un bastion du groupe djihadiste et un centre économique de son front politique, appelé "gouvernement du salut".

    Selon des sources syriennes dans le Grand Edleb, quatre personnes ont été tuées et au moins 13 autres blessées par les frappes de l'AAS.

    Le chef de la police de HTS à Saramada, Mu'tazullah Suleiman, et Saad Eddine Berry, un "interrogateur" du groupe djihadiste, figurent parmi les personnes tuées dans les frappes. De plus, des sources syriennes pro-gouvernementales ont affirmé que la plupart des blessés étaient des combattants ou des policiers de HTS.

    Les frappes d'artillerie de précision auraient été menées avec des obus d'artillerie de 152 mm guidés par laser 2K25 Krasnopol de fabrication russe.

    La véritable cible des frappes pourrait être le chef du HTS, Abu Mohamad al-Joulani, qui aurait été aperçu dans la ville voisine d'Armanaz quelques heures plus tôt.

    L'AAS et ses alliés, principalement les forces aérospatiales russes, ont mené plusieurs frappes contre des cibles militaires, sécuritaires et économiques de HTS à Saramada au cours des deux dernières années.

    Les nouvelles frappes étaient probablement une réponse aux violations répétées du cessez-le-feu par HTS et ses alliés. 

    L'AAS et ses alliés se prépareraient à lancer une opération terrestre dans le Grand Edleb contre le groupe djihadiste.




     

     

  • Syrie : Nouvelle vague de frappes aériennes russes dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Tôt jeudi 7 octobre, des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué quatre frappes aériennes sur la région nord-ouest de la Syrie dite du Grand Edleb.

    Les frappes aériennes ont visé la périphérie de la ville de Bsanqul dans le sud de la province d'Edleb. Un réseau de positions défensives de Hayat Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à al-Qaïda, qui contrôle de facto le Grand Edleb, a été pilonné par l'armée russe.

    Plus tard dans la matinée, l'armée arabe syrienne (AAS) a bombardé les villes de Sufuhon, Fleifel, Mantef, al-Ruwaiha, al-Bara et Kansafra avec des obus d'artillerie et des roquettes. Les villes sont situées dans le jebel al-Zawiya, dans la campagne méridionale d'Edleb.

    Les frappes russes et syriennes étaient probablement une réponse aux violations répétées du cessez-le-feu dans le Grand Edleb. 

    De son côté, l'Armée Arabe Syrienne (AAS) se prépare à une éventuelle opération au sol dans le Grand Edleb. L'opération viserait l'autoroute M4, qui relie la ville portuaire de Lattaquié à la ville d'Alep, le principal pôle industriel de la Syrie.

    Une nouvelle opération de l'AAS et de ses alliés conduira presque certainement à une confrontation militaire avec l'armée turque qui maintient plus de 60 positions dans la région. Ankara n'est toujours pas disposée à abandonner la région contrôlée par les islamistes radicaux malgré les récentes attaques contre ses troupes dans la région.

    Un civil tué et 16 autres blessés par des tirs des Forces Démocratiques Syriennes dans la province de Hassakeh
    Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS)  ont ouvert le feu sur des civils dans la région de Nis Tal dans la campagne de Tel Brak, au nord de Hassakeh, tuant un civil et en blessant 16 autres.

    Des sources civiles ont déclaré que "les gens s'étaient rassemblés pour empêcher les FDS de voler le transformateur électrique dans la zone de Nis Tal du district de Tel Brak, mais des groupes d'hommes armés ont encerclé la zone avec des véhicules blindés et ont tiré sur la population, ce qui a tué un civil et blessé 16 autres. Les blessés ont été transférés dans des hôpitaux. » Qamishli pour y être soignés.

  • Syrie : La Russie reprend ses frappes aériennes sur le Grand Edleb - La Turquie place ses troupes dans la région en état d'alerte

    Imprimer

    Vendredi 1er octobre 2021, les forces aérospatiales russes ont repris leurs frappes aériennes sur la région nord-ouest du Grand Idlib où plusieurs groupes rebelles sont présents et actifs.

    Des avions de combat russes ont effectué une série de frappes aériennes à la périphérie de la ville d'al-Zeyarah dans les plaines d'al-Ghab, dans le nord-ouest de la province de Hama. La région est un bastion connu de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à al-Qaïda, qui contrôle de facto le Grand Edleb, et du Parti islamique du Turkestan (TIP).

    À peu près au même moment, l'armée arabe syrienne (AAS) a bombardé aux missiles lourds le village de Batitiyah dans l'est de la province d'Edleb.

    Les frappes russes et syriennes sont intervenues deux jours seulement après une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan. Les deux dirigeants ont discuté de la situation instable dans le Grand Edleb sans parvenir à un nouvel accord pour la région.

    Un accord de cessez-le-feu négocié l'année dernière par la Russie et la Turquie est violé quotidiennement par les islamistes de HTS et ses alliés. Ankara n'a rien fait pour arrêter ces violations.

    Des sources officielles turques ont prétendu que les deux dirigeants avaient convenu de maintenir le statu quo dans le Grand Edleb. Cependant, les nouvelles frappes dans la région confirment que ce n'était pas le cas.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), la Turquie a placé ses troupes dans le Grand Edleb en état d'alerte élevé. Des missiles guidés antichars et des mortiers ont été déployés dans plusieurs postes militaires turcs de la région.

    Les développements récents indiquent que la Russie et la Turquie ne sont pas sur la même longueur d'onde en ce qui concerne le Grand Edleb. La question est de savoir si Ankara irait jusqu'à risquer ses relations avec la Russie en confrontant l'AAS dans la région.

    Frappes de l'armée de l'air russe :
    FAmt4klX0Ac4XAb.jpeg

  • Syrie : Des rebelles syriens pro-turcs neutralisent une cellule  de militants kurdes dans une zone occupée par la Turquie

    Imprimer

    Vendredi 24 septembre, les rebelles syriens pro-turcs ont annoncé  ont annoncé avoir neutralisé une « cellule terroriste » du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) lors d'une opération menée dans la ville syrienne occupée d'al-Bab.

    La cellule faisait de la contrebande d'armes vers des zones contrôlées par les Forces démocratiques syriennes (SDF) dans le nord-est de la Syrie.

    Des tonnes d'armes et de munitions ont été découvertes dans la cachette principale de la cellule. Les armes comprenaient au moins six grenades propulsées par fusée antichar HAR-66 de fabrication turque.

    La Turquie a fourni des grenades propulsées HAR-66 à ses alliés en Syrie. L'arme a également été repérée dans la région syrienne du nord-ouest du Grand Edleb aux mains de groupes islamique, dont Hayat Tahrir al-Sham, anciennement affilié à al-Qaïda.

    Le HAR-66 est une copie de la M72 américaine fabriquée sous licence par la société turque de l'industrie mécanique et chimique, MKEK≈.

    Des militants de l'opposition affirment que les militants kurdes achètent les armes dans la région du Grand Edleb et dans les zones occupées par la Turquie dans le nord d'Alep pour les expédier aux FDS qui les utilisent  contre les rebelles syriens soutenus par la Turquie.

    Les armes fournies par la Turquie aux rebelles en Syrie sont maintenant utilisées contre l'armée turque et ses alliés syriens, qui à leur tour utilisent des armes fournies par les États-Unis, comme les missiles guidés antichars TOW, contre les militants Kurdes, alliés des Etats-Unis.

  • Syrie : Des munitions errantes ont frappé un véhicule des jihadistes dans le grand Edleb - Nouvelles frappes aériennes russes

    Imprimer

    Vendredi 24 septembre, une munition errante non identifiée a visé un véhicule militaire de Hayat Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à al-Qaïda, ou de ses alliés près de la ville de Bénin dans la région nord-ouest syrienne du Grand Edleb.

    Des militants de l'opposition syrienne ont partagé une vidéo montrant la munition errante survolant le sud d'Edleb quelques secondes avant la frappe contre sa cible. La munition, qui avait une conception d'aile en forme de X, est identique à un type qui a été utilisé contre HTS plusieurs fois dans le passé.

    Certains militants ont affirmé que la munition errante appartenait aux forces russes, tandis que d'autres pensent qu'elle était syrienne ou iranienne.

    Quelques heures avant la frappe, des avions de guerre des forces aérospatiales russes ont effectué au moins quatre frappes aériennes à la périphérie des villes de Ghassaniyeh et Alyeh dans l'ouest d'Edleb.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les avions de combat russes ont effectué au moins 185 frappes aériennes sur le Grand Edleb depuis début septembre.

    La situation dans le Grand Edleb reste instable. L'accord de cessez-le-feu est violé quotidiennement par HTS et ses alliés. Une confrontation militaire pourrait bientôt éclater dans la région. Des rapports récents indiquent que l'armée arabe syrienne et ses alliés envisagent de lancer une opération terrestre dans la région.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan devrait discuter de la situation instable dans le Grand Edleb avec le président russe Vladimir Poutine à Moscou le 29 septembre.