Hayat Tahrir ash-Sham (HTS)

  • Syrie : Derniers développements

    Imprimer

    L'armée syrienne repousse une attaque "à grande échelle" dans le nord de la province de Lattaquié
    L'armée arabe syrienne (AAS) a annoncé le 10 juillet qu'elle avait repoussé une "attaque à grande échelle" sur ses positions dans le nord de la province de Lattaquié.
    Selon une source militaire, des rebelles soutenus par la Turquie ont lancé une attaque tôt dans la matinée. L'attaque surprise visait des positions militaires dans la ville de Rabia. Selon la source, les militants ont utilisé différents types d'armes au cours de leur attaque. L'armée syrienne a cependant réussi à la repousser.
    "Nos forces dans la région ont repoussé l'attaque et ont infligé de lourdes pertes humaines et matérielles aux terroristes", a déclaré la source, ajoutant "il n'y a pas eu de pertes dans les rangs de nos forces".
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme a fait état d'intenses tirs de roquettes de la part de l'Armée Arabe Syrienne sur des zones tenues par les rebelles dans le nord de Lattaquié.
    Les factions rebelles de la province d'Edleb, y compris les jihadistes de Hayat Tahrir al-Sham, n'ont pas fait de commentaires sur cette attaque. Ces factions sont connues pour occulter leurs pertes, surtout pendant un cessez-le-feu.
    L'attaque manquée est une violation de l'accord de cessez-le-feu, qui a été négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars. Ankara est responsable de l'attaque car elle aurait été menée par des groupes qui lui sont alliés. De telles provocations pourraient conduire à une reprise des affrontements dans la région.

    La Turquie établit une nouvelle base militaire à Ras al-Aïn, en Syrie
    La Turquie renforce sa présence militaire dans la ville de Ras al-Ain, au nord de la Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 10 juillet.
    Selon l'OSDH, l'armée turque a établi une nouvelle base dans le village de Tell Halaf, près de Ras al-Ain.
    De plus, les forces turques ont été vues patrouillant dans le centre ville de Ras al-Ain. L'OSDH affirme que ces nouvelles mesures sont destinées à garantir la sécurité de la ville, qui est située à la frontière avec la Turquie.
    "[Les forces turques veulent] pacifier la ville, la placer sous leur contrôle et punir toute personne qui porte des armes à l'intérieur de celle-ci, à l'exception de la police et des factions pro-turques", peut-on lire dans le rapport de l'OSDH.
    Au début de juillet, une bataille féroce entre militants pro-turcs a eu lieu à Ras al-Ain. Au moins quatre militants et une jeune fille ont été tués au cours de ces affrontements.
    La ville a également été frappée par une série d'attentats au cours des derniers mois. Huit personnes ont été tuées et blessées lors de la dernière explosion, qui a eu lieu le 4 décembre.
    Le travail de sécurisation de Ras al-Ain est probablement lié aux efforts de la Turquie pour sécuriser sa propre frontière avec la Syrie. Mais les forces turques continuent d'ignorer la détérioration de la situation sécuritaire dans les zones qui sont situées assez loin de leur frontière, comme Afrin au nord d'Alep.

    Trois agents de renseignement syriens tués et blessés dans un nouvel attentat à Deraa.
    Membre des Services de renseignement de l'air tué.jpegTôt le matin du 10 juillet, des sources locales à Deraa ont rapporté deux fortes explosions dans la ville de Dael, au nord de la province de Deraa.
    La première explosion a été causée par un engin explosif improvisé (IED) placé dans le district sud de Dael. L'explosion n'a causé aucune perte. Cependant, un deuxième IED a explosé lorsqu'une unité des services de renseignement syriens est arrivée pour inspecter la zone.
    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), un officier de la Direction des renseignements de l'armée de l'air (AFID) a été tué dans l'explosion secondaire. Deux autres officiers ont été blessés.
    Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité des attaques aux engins explosifs improvisés. Néanmoins, on sait que des cellules de Daech sont actives dans le nord de la province de Deraa.
    Au cours des derniers mois, plusieurs officiers de l'AFID et d'autres agences de renseignement syriennes ont été tués dans les régions nord et est du gouvernorat de Deraa. L'Etat islamique (Daech) a revendiqué la responsabilité de plusieurs de ces attaques.
    Les récentes attaques contre les forces gouvernementales et les combattants locaux à Deraa et Quneitra ont pour but de perturber la sécurité dans la région sud de la Syrie. Des mesures décisives doivent encore être prises pour faire face à cette menace croissante.

     

  • Frontlive-Chrono du lundi 27 avril 2020

    Imprimer

    English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) 日本語 (Japonais) Nederlands (Néerlandais) 简体中文 (Chinois simplifié) polski (Polonais) Português (Portugais - du Portugal)

    Niger : 4 civils tués dans une attaque près de la frontière malienne

    Au moins quatre civils nigériens ont été tués dans une attaque contre un village situé près de la frontière malienne. « Le dimanche 26 avril 2020, vers 17h 30 (16h30 GMT), des hommes armés ont attaqué le village d’Inekar situé à quelque 13 km de la commune de Banibangou », a indiqué le mouvement de la société…Login abonnés


    Syrie: affrontements entre l’armée turque et le groupe jihadiste syrien Hayat Tahrir ash Sham à Idlib

    Deux membres du groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-sham ont été tués et d’autres blessés, ainsi qu’un certain nombre de soldats turcs, lors d’affrontements entre les deux parties dans le gouvernorat d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, dans le contexte de la tentative de l’armée turque de briser un sit-in sur la route Alep-Lattaquié (M4)….Login abonnés


    Yémen : Les tribus de la province du Hadramaout rejettent le coup d’État du Conseil de transition du Sud

    Dans la journée du dimanche 26 avril, les autorités du gouvernorat d’Hadramout ont déclaré considérer la déclaration intérimaire du Conseil de Transition du sud (indépendantistes sudistes) comme « une violation de la légitimité et de l’accord de Riyad ». Elles ont affirmé dans un communiqué: « Le gouvernorat d’Hadramout est derrière la direction politique et son président, Abd…Login abonnés


    Syrie : L’armée de l’air israélienne a frappé des cibles près de Damas.

    Tôt, lundi 27 avril, la chaîne de télévision d’État syrienne Al-Ikhbariya a signalé que des avions israéliens en provenance de l’espace aérien libanais avaient frappé des cibles près de Damas. Les systèmes de défense aérienne syriens sont entrés en action. Le commandement de l’armée syrienne affirme que la défense aérienne a réussi à abattre plusieurs…Login abonnés


     

  • Syrie/Turquie : Les Turcs ont tué 45 soldats syriens et miliciens pro-iraniens ainsi que 10 commandants et combattants du Hezbollah.

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) rapporte que les drones, les avions de chasse, l’artillerie et les missiles sol-sol turcs ont tué au moins 45 soldats syriens et militants pro-iraniens dans les provinces d’Alep et d’Idlib au cours des dernières 24 heures.
    Un rapport séparé de l’OSDH indique qu’au moins 10 commandants et militants du Hezbollah ont été tués à Saraqib, au sud d’Alep, au cours des attaques turques. 7 des 10 membres du Hezbollah tués par les frappes turques :

    2020:02:29.jpeg

    Parmi les morts du Hezbollah, se trouve le religieux chiite Sayed Ali Zanjani. Il a été tué par la frappe d’un drone des forces armées turques à Saraqeb (photo au centre au deuxième rang).
    Quatre officiers de la garde républicaine ont également été tués par les frappes turques. Il s’agit du Major General Burhan Rahmoun, Commandant de la 124ème Brigade, du Brigadier Ismail Ali, commandant du 873ème bataillon, du colonel Mazen Frowati et du lieutenant colonel Muhamad Hammoud.

    La nature des combats a changé. Les drones turcs survolent sans interruption le ciel au-dessus de la province d’Idlib et ces drones sont devenus la menace principale pour les forces gouvernementales syriennes.  Jusqu’à présent, un seul drone turc a été abattu, et il y en a une douzaine en vol.
    Selon un journaliste russe, l’autoroute M5 est pratiquement fermée à toute circulation en raison des bombardements de drones turcs. Tout ce qui bouge est  pris pour cible. Au moins 26 soldats syriens ont été tués dans la province d’Edleb au cours d’un de ces bombardements de l’armée turque. De plus, trois tanks de l’armée syrienne auraient été détruits par des frappes de drones turcs dans la localité de Hazarain. 

    L’OSDH rapporte que l’armée turque attaque non seulement les équipements et les effectifs de l’ennemi, mais aussi les laboratoires de recherche où des armes chimiques ont été développées. A noter que l’armée turque a nié avoir ciblé des laboratoires d’armes chimiques.

    Vidéo intégrée
     

    Les rebelles ont lancé une violente contre-offensive dans le sud de la province d’Edleb
    Bénéficiant de l’appui des drones et de l’artillerie turque, les rebelles syriens et les jihadistes de Hayat Tahrir al-cham, l’ex-branche syrienne d’al-Qaida, ont lancé une violente contre-offensive contre les forces du régime dans le sud de la province d’Edleb. les rebelles ont repris le contrôle des localités de Mashik, Ziyarah, Zaytoun, Qastoun, Tall Wasel, Mansoura, Duqmaq, Qulaydin, Zuqum, Al-Qahirah, Al-Ankawi, Al-Hallubah, Quqfin, Kafr Uwayd, Maarrat Muqs, Safahun, Al-Fatirah, Dayr al-Kabir et Hazzarin. Ces localités venaient d’être investies par les forces pro-régime et pillées pour la plupart d’entre elles.

    A Ras al-Aïn, à la frontière turco-syrienne, un véhicule militaire turc a sauté sur une mine à proximité de Ras al-Aïn, blessant les cinq militaires turcs qui se trouvaient à bord.
    Les soldats syriens et miliciens pro-régime en colère contre la Russie
    Le fait qu’un seul drone turc ait été abattu alors que des dizaines tournoient sans arrêt dans le ciel au-dessus de la province d’Idlib a mis en colère les soldats syriens et miliciens pro-régime contre la Russie. Ils accusent l’armée russe de les avoir abandonnés.
    Y-a-t’il un changement de position ou un manque de volonté de la Russie face à l’offensive turque en Syrie ?
    On peut se poser la question. Pourtant, Erdogan a été plutôt arrogant vis-à-vis du président russe, Vladimir Poutine en lui intimant d’écarter ses soldats des positions de l’armée syrienne.
    Un analyste militaire russe a affirmé, ce samedi, que l’armée russe n’était tout simplement pas prête pour un affrontement majeur avec l’armée turque, tout simplement parce que l’option nucléaire n’est pas sur la table, pourtant la seule menace capable de faire reculer Ankara.
    Dernières informations

    Les bombardements turcs contre les positions de l’armée syrienne et des milices alliées dans la province d’Edleb se poursuivaient dans la soirée du 29 février, comme le montre la vidéo ci-dessous:

    Turkish shelling moments ago on locations in S. Idlib CS :

    Vidéo intégrée
    2
  • Frontlive-Chrono du jeudi 20 février 2010

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

    Les articles de Frontlive-Chrono sont accessibles aux seuls abonnés
    – Se connecter en utilisant le mot de passe et cliquer sur « rester connecté ».
    – Pour les lecteurs qui ne seraient pas encore abonnés,  cliquer sur « s’abonner » dans la barre d’outils, choisir le type d’abonnement en cliquant sur une des durées proposées et suivre les instructions.
    – Trois types d’abonnements: 12€/mois – 60€ pour six mois ou 100€ pour un an.
    Les abonnés bénéficient d’un accès à tous les articles protégés listés dans « catégories ».


    Syrie: discussions turco-russes pour des patrouilles conjointes à Idlib

    Un responsable turc a déclaré, jeudi 20 février, que son pays discutait avec la partie russe de patrouilles conjointes à Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, comme l’une des options pour assurer la sécurité dans la région. Le responsable, sans donner son nom, a déclaré à Reuters que l’Iran, la Turquie et la Russie…CONTINUER LA LECTURE


    Allemagne: Risques croissants d’affrontement entre extrémistes allemands de l’ultra-droite et islamistes (Vidéo)

    Deux bars de shisha attaqués par un homme armé dans la ville de Hanau : il y a onze morts et des blessés. Selon les médias, dans la nuit du 20 février, au moins huit personnes ont été tuées dans la ville allemande de Hanau à la suite de tirs. Cinq autres personnes ont été…CONTINUER LA LECTURE


    Syrie: violents combats entre l’armée syrienne et les factions syriennes pro-turques à Idlib

    Les combats et les bombardements aériens ont entraîné la mort de 11 membres des forces du régime, de 14 combattants pro-turcs et de de deux soldats turcs. Jeudi 20 février, les factions rebelles soutenues par la Turquie menaient de violents combats contre l’armée syrienne dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, selon…CONTINUER LA LECTURE

  • Frontlive-Chrono du dimanche 2 février 2020 - Principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord, Sahel

    Imprimer

    Grande Bretagne: La police de Londres abat un homme ayant poignardé plusieurs personnes dans un acte « terroriste »

    La police de Londres a annoncé avoir abattu dimanche un homme qui avait poignardé plusieurs personnes dans la rue principale de Streatham, au sud de Londres, précisant traiter cette affaire comme un acte terroriste. « A ce stade, nous pensons que plusieurs personnes ont été poignardées », a indiqué la police sur son compte Twitter. « Nous étudions…

    La France va déployer 600 soldats supplémentaires au Sahel

    La France va déployer 600 soldats supplémentaires dans la bande sahélo-saharienne, portant les effectifs de l’opération Barkhane à 5.100 hommes, annonce dimanche la ministre des Armées. L’essentiel des renforts sera déployé dans la zone dite des  » trois frontières  » entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, précise Florence Parly dans un communiqué….

    Iran : Le successeur de Souleimani a appelé le Hamas et le Djihad islamique à résister au « marché du siècle ».

    Le général de division Ismail Kaani, qui a succédé à Qassem Suleimani à la tête de l’unité al-Quds, les forces spéciales du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran (CGRI), a eu des conversations téléphoniques avec Ismail Haniyeh, président du bureau politique du Hamas, et Ziad Nakhalé, secrétaire général du Djihad islamique. Il a…