Hayat Tahrir ash-Sham (HTS)

  • Al-Qaïda appelle à tuer des policiers occidentaux

    Imprimer

    L'Armée électronique d'al-Malahem (Cyber ​​Army d'al-Malahem), affiliée à al-Qaïda, a publié son nouveau numéro du magazine intitulé «Les loups de Manhattan», qui soutient le terrorisme.

    Il est publié en arabe, français et anglais. Le magazine est décrit comme «un guide pour les loups solitaires aux pays des croisés».

    Les numéros précédents contenaient des conseils sur la façon d'exploiter les mesures COVID-19 pour obtenir des opportunités d'attaques, etc.

    Dans ce dernier numéro, entre autres, il appelle à des actions terroristes.

    Il offre une récompense à quiconque tuera un policier dans un pays occidental.
    Il n'est valable que pour la première personne qui mène l'attaque terroriste, et n'est disponible que si les cibles sont «des chrétiens, des juifs et des athées».

    Le magazine n'indique pas le montant de la prime, sans doute afin de maintenir la sécurité et la confidentialité. Il peut également s'agir d'une tromperie des individus en leur faisant croire que s'ils se livrent à des attaques de ce type, ils pourraient recevoir une récompense.

    L'individu doit fournir des preuves sous forme d'images. Ces images ne seraient pas partagées, mais uniquement utilisées pour prouver que l'opération a bien été menée.

    Les groupes cyber-terroristes sont devenus tristement célèbres récemment, lorsqu'une entité liée à Al-Qaïda et un groupe en ligne pro-al-Qaïda ont récemment conné des cours de formation sur les crypto-monnaies sur Telegram et Rocket.

    Les prix du Bitcoin et d'autres crypto-monnaies atteignent des sommets sans précédent. Bien que ces cours aient été commercialisés comme informatifs et non spécifiques à la collecte de fonds, ils soulignent l'intérêt croissant des djihadistes pour les crypto-monnaies pour un éventuel financement du terrorisme et la collecte de fonds via le trading de crypto-monnaie.

    Bitcoin Transfer est un bureau d'échange de crypto-monnaie basé à Edleb qui facilite le transfert de fonds vers des groupes affiliés à al-Qaïda en Syrie. La province d'Edleb est largement contrôlée par Hayat Tahrir al-Sham (HTS) - que les États-Unis ont désigné comme groupe terroriste - et abrite d'autres groupes liés à Al-Qaïda.

    Des recherches récentes de Chainalysis indiquent que Bitcoin Transfer fait partie d'une «infrastructure basée sur la crypto-monnaie pour permettre à al-Qaïda de recevoir et blanchir des dons». Cette infrastructure, et en particulier Bitcoin Transfer, fait partie de la campagne de financement du terrorisme interrompue par le ministère américain de la Justice. Bitcoin Transfer facilite également le transfert légitime de fonds à n'importe qui à Edelb, moyennant des frais allant de 1,5% à 12%, selon la méthode de transfert.

    Ainsi, l'activité cyber-terroriste, ainsi que le commerce des crypto-monnaies terroristes, est apparemment en plein essor.

  • Syrie : Escalade des violences dans la région du grand Edleb

    Imprimer

    Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), l'ancien affilié d'Al-Qaïda, et ses alliés continuent de violer le cessez-le-feu dans la région nord-ouest syrienne du Grand Edleb. Le cessez-le-feu avait été négocié par la Russie et la Turquie il y a plus d'un an.

    Mardi 13 avril, des combattants de la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, contrôlée parHTS, ont attaqué les troupes de l'armée arabe syrienne (AAS) près de la ville d'al-Hakorh dans le nord-ouest de Hama. Un véhicule a été détruit avec un missile guidé antichar.

    Selon des sources de l'opposition, trois officiers ont été tués dans l'attaque. L'une des victimes présumées a été identifiée comme étant le lieutenant Sumar As'ad Murshid.

    Mercredi 14 avril, des combattants d'al-Fateh al-Mubin ont bombardé un certain nombre de positions de l'AAS sur le mont al-Akrad, dans le nord de la province de Lattaquié. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a affirmé dans un rapport que deux soldats de l'AAS avaient été tués par les bombardements. L'information reste à vérifier.

    L'AAS a répondu à ces violations en bombardant les positions des rebelles islamistes dans le Grand Edleb, principalement sur le mont al-Zawiya, dans le sud d'Edleb. Une réponse plus sérieuse des forces aérospatiales russes devrait avoir lieu prochainement.

    Plus d'un an après l'accord russo-turc, signé le 5 mars 2020, le Grand Edleb est encore loin d'être stable. Le principal facteur de déstabilisation dans la région est la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, qui est indirectement soutenue par Ankara.

  • République de Crimée : Attaque terroriste contrecarrée par le FSB à Simferopol

    Imprimer

    Vendredi 9 avril 2021, le Service fédéral de sécurité russe (FSB) a déjoué une attaque terroriste dans la ville de Simferopol, la capitale de la Crimée. 

    Dans un communiqué, le Centre des relations publiques du FSB a annoncé avoir arrêté deux islamistes, qui seraient partisans du groupe jihadiste syrien Hayat Tahrir al-Sham (HTS). Les deux hommes sont soupçonnés de préparer une attaque contre un établissement d'enseignement à l'aide de bombes artisanales.

    «Le Service fédéral de sécurité a contrecarré un acte de terrorisme en République de Crimée. Deux citoyens russes (nés en 1992 et 1999) ont été arrêtés. Tous deux sont membres de l'organisation terroriste internationale Hayat Tahrir al-Sham. Ils préparaient une attaque armée avec l'utilisation d'engins explosifs artisanaux contre un établissement d'enseignement à Simferopol », indique le communiqué, selon TASS.

    Les deux terroristes prévoyaient de partir pour la Syrie afin de rejoindre les rangs de HTS via l'Ukraine ou la Turquie après avoir mené l'attaque à Simferopol.

    Des composants utilisés dans la fabrication de bombes artisanales comme des éclats d'obus et des explosifs ont été retrouvés au domicile des détenus. En outre, les dispositifs de communication des détenus contenaient des instructions pour fabriquer des explosifs et des engins explosifs, ainsi que des messages, textes et vocaux, qu'ils avaient échangés avec des émissaires de HTS pour discuter de leurs plans d'attentats.

    Selon le FSB, une affaire pénale a été ouverte pour participation à des activités terroristes, propagande terroriste et fabrication illégale d'engins explosifs. Les deux détenus pourraient également faire face à des accusations de préparation d'un attentat terroriste.

    Malgré les efforts continus  pour blanchir le HTS et le présenter comme un parti modéré, le groupe anciennement affilié à Al-Qaïda continue d'agir en tant qu'organisation terroriste.

    Des terroristes du groupe al Tawhid wal Jihad, dirigé par Sirajuddin Mukhtarov , étaient à l'origine de l'attentat à la bombe du métro de 2017 à Saint-Pétersbourg en Russie. Au moins 15 personnes ont été tuées au cours de cette attaque terroriste.

    Récemment, des responsables russes ont révélé que HTS entraînait des terroristes dans son bastion, la région syrienne du Grand Edleb pour leur permettre de mener des attaques terroristes dans diverses villes russes.

  • Syrie : Un chef de Horas ad-Din, affilié à al-Qaïda refait surface après avoir été déclaré mort

    Imprimer

    L'ancien juge de Horas al-Din affiliée à al-Qaïda,  Abu Zur al-Masri, qui avait été annoncé mort lors d'une attaque de drones américains en octobre 2020, est toujours vivant. Il se cachait à Edelb jusqu'au mardi 6 avril 2021, date à laquelle les jihadistes de Hayat Tahrir ash-Sham, qui contrôlent la région, l'ont détenu. 

  • Syrie : L'armée syrienne élimine cinq jihadistes de Hayat Tahrir ash-Sham (HTS) par une frappe de missiles dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Samedi 27 mars 2021, l'armée arabe syrienne (AAS) a éliminé cinq militants du groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-shams (HYS) et en a blessé quatre autres dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    L'armée a ciblé les militants avec un missile guidé antichar (ATGM) alors qu'ils se déplaçaient en groupe entre les villages de Jawbas et Mjdlya dans le sud de la province d'Edleb.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les militants tués combattaient tous dans les rangs de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), l'ancienne branche d'al-Qaïda en Syrie. Le groupe jihadiste contrôle de facto le Grand Edleb.

    Quelques heures avant l'attaque meurtrière, la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, dirigée par le HTS, a affirmé qu'un groupe entier de soldats de l'AAS avait été éliminé par un tir d'ATGM dans la partie occidentale de la province d'Alep. Les sources pro-gouvernementales n'ont rapporté aucune perte.

    La salle des opérations d'al-Fateh al-Mubein, qui a été créée il y a environ deux ans, comprend plusieurs groupes d'al-Qaïda ainsi que des factions soutenues par la Turquie.

    La salle des opérations dirigée par HTS est à l'origine des violations répétées du cessez-le-feu dans le Grand Idlib, qui a été négocié par la Russie et la Turquie l'année dernière. Mais Ankaraferme les yeux sur les actions des rebelles.

  • Syrie : Russes et Turcs s'accordent pour ouvrir trois points de passage dans le Grand Edleb

    Imprimer

    La Russie et la Turquie sont parvenues à un accord pour rouvrir trois points de passage humanitaires dans la région nord-ouest syrienne du Grand Edleb, a annoncé le 24 mars le chef adjoint du Centre russe pour la réconciliation en Syrie, Alexander Karpov.

    Selon Karpov, l'accord verra la réouverture des points de passage de Mizanaz et de Saraqib à Edleb et Abu Zindain à Alep.

    "Cette procédure représente une démonstration directe de notre engagement en faveur d'un règlement pacifique de la crise syrienne aux échelles locale et internationale", a déclaré Karpov lors d'un point de presse.

    Le commandant russe a exprimé l'espoir que le nouvel accord contribuera à apaiser les tensions entre les Syriens, à réunir de nombreuses familles et à améliorer les conditions de vie.

    Le mois dernier, Damas avait rouvert le terminal de Saraqib. Cependant, Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à Al-Qaïda, qui contrôle de facto le Grand Edleb, avait empêché les civils d'atteindre le point de passage, qui a également été attaqué .

    La Turquie, qui maintient une force assez importante dans le Grand Edleb, fera probablement pression sur HTS pour qu'elle accepte le nouvel accord. Le soutien d'Ankara a été essentiel pour la survie du groupe terroriste.

    Bien que HTS ne puisse pas s'opposer au nouvel accord russo-turc, les militants de l'opposition du Grand Edleb ont rejeté l'ouverture de tout passage avec les zones contrôlées par le gouvernement. Cela peut entraver la mise en œuvre de l'accord.

    La Russie et la Turquie révéleront probablement plus de détails sur le nouvel accord dans les prochains jours. L'accord devrait alléger les souffrances humanitaires dans les zones contrôlées par le gouvernement et l'opposition.

  • Syrie : L'armée de l'air russe pilonne les positions de jihadistes syriens dans le sud et l'ouest de la province d'Edleb

    Imprimer

    Samedi 20 mars, des avions de combat des Forces aérospatiales russes (VKS) ont effectué plusieurs frappes aériennes sur des positions de jihadistes dans le sud et ouest de la province d'Edleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les frappes aériennes ont visé les zones suivantes:
    - Terres agricoles entourant la ville de Beinin dans le jabal Zawiya dans le sud d'Edleb.
    - La ville de Bkafla au nord de la ville de Jisr al-Shughur dans l'ouest d'Edleb.

    Aucune victime n'a été rapportée à la suite des frappes aériennes. Les cibles étaient les positions les plus probables de Hay't Tahrir al-Sham (HTS), l'organisation jihadiste qui contrôle de facto la région du Grand Edleb. Le groupe est actif sur le Jabal Zawiya et Jisr al-Shughur.