Hassan Nasrallah

  • Israël : Un responsable militaire israélien brandit la menace d'assassiner Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah

    Imprimer

    Le commandant de la région nord de l'armée israélienne, Amir Baram (photo), a évoqué la possibilité d'assassiner le secrétaire général du «Hezbollah» libanais, Hassan Nasrallah, «dans certaines circonstances».

    Il a fait cette déclaration dans une interview avec le journal hébreu, "Israel Al-Youm", publié vendredi soir, alors qu'on lui demandait: "Nasrallah devrait-il être la cible d'un assassinat?"

    Baram, qui est le commandant de la région nord qui comprend les frontières avec le Liban et la Syrie, a répondu: "Oui, dans certaines circonstances (il n'a pas précisé quelles circonstances)", ajoutant que "pour le moment ce n'est pas approprié, mais les choses peuvent changer".

    Il a poursuivi: "Nasrallah a toujours besoin de savoir que sa cachette est un bon endroit, il a besoin de rester là-bas, et il a également besoin de savoir qu'il n'y a aucun endroit où personne ne peut être trouvée."

    "Il y a des patrouilles blindées, pas des jeeps ordinaires", a déclaré Baram en réponse à une question sur l'absence de soldats israéliens dans la zone frontalière, de peur qu'ils ne soient la cible du Hezbollah.

    Il a ajouté: «Il y a des patrouilles qui entrent et sortent. Je n'ai pas à agir comme un imbécile. (Nasrallah) veut tuer un soldat israélien, et je n'ai pas l'intention de lui permettre de le faire.

    Il a ajouté que si "le Hezbollah" réussissait à tuer des soldats israéliens, "ce ne sera pas le seul qui en paiera le prix, mais aussi les habitants du sud du Liban".

    Baram a appelé Nasrallah à "agir de manière rationnelle et à ne pas admettre rétroactivement avoir commis une erreur en évaluant la réponse israélienne, comme il lui est arrivé en 2006."

    Il a affirmé qu "il fait de son mieux pour empêcher l'escalade, d'autant plus que des milliers de randonneurs israéliens errent dans le nord et que les affaires y sont en plein essor".

    Les tensions ont monté aux frontières libano-israéliennes depuis un certain temps, à la suite de violations terrestres, aériennes et maritimes des deux côtés.

    Les zones du sud du Liban, adjacentes à la frontière avec Israël, sont sous le contrôle du "Hezbollah", allié du régime syrien et de l'Iran, que Tel Aviv considère comme son premier ennemi.

  • Israël s'attend à une attaque du Hezbollah d'ici deux semaines

    Imprimer

    L'armée israélienne estime que le Hezbollah a l'intention de mener une attaque, en réponse au meurtre d'un de ses membres lors d'un raid israélien sur Damas. L'attaque pourrait avoir lieu avant les prochaines fêtes juives, qui commencent avec le Nouvel An juif le 18 septembre.

    Le journal "Israel Hayom" a déclaré aujourd'hui, vendredi, que ces estimations s'étaient renforcées à la suite du discours du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, dimanche dernier.

    Nasrallah a déclaré dans son discours que "l'équation que les Israéliens doivent bien comprendre, (est) quand vous tuez un frère, nous vous tuerons un soldat, et la résistance est sérieuse dans l'accomplissement de cette mission."

    Le journal a ajouté que l'armée israélienne ne connaissait pas la nature de l'attaque à laquelle il fallait s'attendre, mais il n'exclut pas la possibilité de lancements de roquettes sur les fermes de Shebaa, une tentative des combattants du Hezbollah d'infiltrer Israël, de tirer des missiles anti-chars, ou autres.

    En tout état de cause, les forces israéliennes sont en état d'alerte le long de la frontière avec le Liban.

    L'armée israélienne a attribué au Hezbollah deux tentatives d'attaques ces dernières semaines. La première a eu lieu lorsque des gens du Liban ont infiltré les fermes de Chebaa, qui sont occupées par Israël, et ils ont été pris pour cible par des tirs israéliens, ce qui les a contraints à se retirer au Liban, et la deuxième fois lorsque des tireurs d'élite retranchés en territoire libanais ont tiré sur un site militaire. Aucune de ces deux attaques n'a fait de victimes.

    Le journal a ajouté que les estimations en Israël sont que le Hezbollah ne veut pas d'une confrontation militaire globale avec Israël, et qu'il essaiera donc de mener une attaque spécifique contre une cible militaire. Israël a prévenu qu'il répondrait fermement à toute attaque et pourrait cibler les infrastructures civiles au Liban.

    Hier, la radio de l'armée israélienne a cité un ministre qui a participé à la réunion du cabinet israélien, affirmant que Nasrallah n'est pas actuellement intéressé par une confrontation avec Israël, mais que des dirigeants du Hezbollah le poussent dans cette direction.

     

  • Liban : Le Hezbollah traite "positivement" l'initiative française d'aide au Liban

    Imprimer

    L'information est apparue dans une déclaration du bloc «loyauté à la résistance» du parti chiite Hezbolah (13 députés sur 128), suite à sa réunion périodique à son siège à Beyrouth.

    Le communiqué a déclaré que "le Hezbollah traite positivement les initiatives de nos frères ou amis, dans le but d'aider le Liban à réaliser des réformes et à mener à bien des projets de développement, notamment l'initiative française".

    Il a expliqué que le bloc du parti parlementaire «suit avec intérêt les conditions du pays, les efforts et les initiatives (...), notamment l'initiative du président français».

    Il a appelé à "faciliter la formation du nouveau gouvernement afin de répondre aux tâches nationales urgentes, de gérer les affaires du pays et de résoudre les problèmes et les crises résultant de la pandémie de Corona et de l'explosion du port de Beyrouth".

    Le président français s'est rendu deux fois dans la capitale libanaise, Beyrouth, après l'explosion survenue dans le port, et la dernière a eu lieu lundi dernier, où il a rencontré les dirigeants politiques du pays.

    «La France considère (le Hezbollah) comme un partenaire clé avec lequel il est nécessaire de coopérer pour conserveer une influence au Liban», selon des analystes libanais.

    Le secrétaire général du parti, Hassan Nasrallah, a commenté la première visite de Macron, affirmant qu '"il y avait une acceptation d'initiatives plutôt que d'autres (...) Si l'Iran ou la Syrie offraient une initiative, alors c'est un problème, mais si une invitation venait d'un autre président comme Macron, c'est normal."

    L'initiative française, formulée par Macron sur le ton des menaces et des instructions, comprend la formation d'un nouveau gouvernement, la réforme de la banque centrale et du système bancaire au Liban, d'ici la fin octobre.

    Il a averti que "si les responsables n'accomplissaient pas de progrès, ils en supporteraient les conséquences. Si les autorités ne font rien, la communauté internationale ne débloquera pas l'aide financière".

     

  • Syrie : L'armée israélienne frappe des cibles près de l'aéroport international de Damas

    Imprimer

    Lundi 31 août, le correspondant de l'agence de presse syrienne (SANA) a rapporté que l'armée de l'air israélienne avait attaqué, à 22H40, plusieurs cibles au sud de Damas. L'agence, citant des sources militaires, affirme que plusieurs missiles ont été abattus par le système de défense aérienne.

    Selon cette source, la frappe a été lancée du côté israélien du plateau du Golan.

    Selon d'autres sources, les frappes provenaient d'avions de l'armée de l'air israélienne.

    EgzhE6GWkAA7kXs.jpegLes premières informations indiquent que ce sont des installations du Hezbollah qui ont été attaquées. L'attaque aurait fait au moins cinq tués, parmi eux, deux soldats syriens (photo ci-contre d'un des soldats décédés). Sept autres soldats syriens auraient été blessés.

    Selon l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH), l'armée de l'air israélienne a attaqué des cibles du Hezbollah libanais et de l'armée syrienne près de l'aéroport international de Damas et dans la région de Kiswah, au sud de Damas. Des frappes ont également été menées sur des cibles à Naamer, Karfa et Mhadja (au nord de Daraa), à proximité d’Israël. Selon SOHR, au moins cinq miliciens pro-iraniens, dont trois étrangers, ont été tués. Plus de dix autres ont été blessés. l'OSDH confirme que les défenses aériennes syriennes sont entrées en action pour repousser les attaques, mais ignore si des missiles israéliens ont été abattus.

    Le bureau de presse des Forces de défense israéliennes ne commente pas les informations provenant de sources étrangères. Mais on peut noter que les frappes israéliennes contre des infrastructures du Hezbollah en Syrie interviennent le lendemain du discours de Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, menaçant Israël de représailles pour la mort d'un de ses commandants.

    Dimanche, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait affirmé que son mouvement abattrait un soldat israélien pour chaque membre de sa formation tué par Israël, faisant comprendre qu'il n'avait pas encore vengé la victime d'un raid en Syrie. "Les Israéliens doivent comprendre: lorsqu'ils tuent l'un de nos combattants, nous tuerons l'un de leurs soldats. C'est l'équation", a affirmé M. Nasrallah lors d'un discours télévisé.

    Ismaïl Qaani.jpegLe successeur de Qassem Soleimani à la tête de l'unité al-Qods, l'unité spéciale du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran, aurait été blessé ?
    Le journaliste Ali Farhan a déclaré sur son compte Twitter que parmi les blessés lors d'une frappe aérienne israélienne sur des cibles au sud de Damas, figure le commandant de la division al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique iranien (CGRI), le général de division Ismail Qaani (photo). Ces informations sont publiées par d'autres blogueurs. Mais l'information n'a été officiellement confirmée ni par Damas ni par Téhéran. Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran a démenti l'information dans la matinée.

    Rappelons que le 1er avril de cette année, il avait déjà été signalé la mort possible de Qaani dans la région de Homs au cours d'une attaque de l'armée de l'air israélienne. Cependant, cette rumeur n'a jamais été confirmée.

    1628752.jpg

  • Liban : S'exprimant depuis son bunker souterrain, le chef du Hezbollah promet de se rendre dans les "trous israéliens"

    Imprimer

    Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré que depuis 2000, les États-Unis ont à plusieurs reprises approché la milice chiite avec des propositions d'accords reconnaissant le Hezbollah comme la principale force politique du Liban en échange d'un renoncement à la lutte armée.

    "Les Américains nous ont offert de l'argent, nous ont offert le pouvoir, ont proposé de changer le système politique (libanais) en notre faveur - si seulement nous abandonnions le but de notre existence. Mais toutes ces propositions ont été rejetées", a déclaré Nasrallah dans une allocution télévisée aux chiites libanais à l'occasion du jour de l'Achoura.

    Le chef du Hezbollah a déclaré que le groupe qu'il dirige n'a pas encore répondu à Israël pour la mort de l'un de ses militants. "Les Israéliens doivent comprendre que pour chaque soldat tué, ils paieront de la vie de leur soldat", a-t-il dit.

    "Nous n'avons pas besoin de succès de relations publiques. Notre réponse à Israël sera donnée au bon moment et au bon endroit. Combien de temps pouvez-vous vous cacher dans vos trous? Une semaine? Deux? Tôt ou tard, nous vous répondrons", a déclaré Nasrallah, qui a enregistré cet appel dans abri souterrain.

    Lien permanent Catégories : Hassan Nasrallah, HEZBOLLAH, LIBAN 0 commentaire
  • Liban : Le Hezbollah traitera la décision du tribunal Hariri "comme si elle n'avait pas été rendue"

    Imprimer

    Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré vendredi que son parti traiterait la décision qui sera rendue par le Tribunal international contre les quatre accusés, membres du Hezbollah, dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafik Hariri "comme si elle n'avait pas été rendue".

    Environ 13 ans après sa création par un décret des Nations Unies, le tribunal doit prononcer son verdict par contumace contre quatre accusés appartenant au Hezbollah, dans l'affaire de l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafik Hariri, dans une affaire qui a changé le visage du Liban et a provoqué le retrait des forces syriennes après 30 ans de tutelle de sécurité. Et politique imposée par Damas.

    Nasrallah a déclaré lors d'un discours télévisé à l'occasion de l'anniversaire de la fin de la guerre de juillet avec Israël en 2006: "Si l'un de nos frères est condamné à une décision injuste, comme prévu, nous sommes attachés à l'innocence de nos frères", soulignant que "la décision qui nous sera rendue est comme si elle n'avait pas été rendue ( ...) parce que la décision a été rendue il y a de nombreuses années. "

    "En ce qui concerne la décision de la Cour internationale, quelle qu’elle soit, nous ne nous considérons pas impliqués", at-il ajouté. Et il a averti qu '"il y a ceux qui essaieront d'utiliser la cour internationale (...) pour viser la résistance et le Hezbollah", appelant ses partisans à "faire preuve de patience" dans la rue après la décision.

    Le tribunal devait prononcer le verdict le sept de ce mois, mais il a décidé de reporter la séance en raison de l'explosion du port de Beyrouth il y a dix jours.

    Il est probable que l'ancien Premier ministre Saad Hariri assistera à la session à La Haye, où le verdict est censé être lu depuis la salle d'audience avec une participation partielle en ligne en raison de l'épidémie de Covid-19.

    Le 14 février 2005, Rafik Hariri a été tué avec 21 personnes. 226 autres personnes étaient blessées dans une explosion visant son convoi au centre-ville de Beyrouth.

    À l'exception de Mustafa Badr al-Din, un ancien chef militaire du Hezbollah qui a été tué en Syrie en 2016, les informations sur les quatre autres accusés se limitent à ce que la cour internationale a fourni. On ne sait rien de leur sort.

    Les quatre accusés, Salim Ayyash, Hassan Merhi, Hussein Oneissi et Assad Sabra, ont été inculpés de plusieurs chefs d'accusation, notamment de «participation à un complot en vue de commettre un acte terroriste, un meurtre intentionnel et une tentative de meurtre».

    La formation du tribunal international dès le début a déclenché une polémique et une division au Liban entre ses partisans alliés de Hariri et d'autres alliés du Hezbollah qui ont remis en question sa crédibilité et l'ont considéré comme «politisé».

    Les accusés, s'ils sont reconnus coupables, risquent la réclusion à perpétuité.

  • Liban: Une nouvelle fois, la paix civile dépendra de l'armée libanaise

    Imprimer

    La démission de Saad Hariri du poste de premier ministre expose une nouvelle fois le Liban à un avenir incertain. Comment peut faire la classe politique pour se mettre d’accord sur un nouveau premier ministre qui soit acceptable par la rue, tant est profonde la méfiance de la population libanaise à l’égard de ses dirigeants.
    La journée du mardi 29 octobre a clairement montré les dangers de cette crise pour la paix civile. Certes, les Libanais ont suffisamment souffert des quinze années de guerre civile pour ne pas prendre le risque de replonger dans de nouveaux drames. Mais les miliciens du Hezbollah et d’Amal, deux groupes chiites libanais, ont quand même pris un sacré risque en venant bastonner les manifestants en plein centre de Beyrouth. Heureusement, l’armée s’est très vite interposée à coup de tirs de grenades lacrymogènes et même de balles en caoutchouc.
    Il reste que la population a entendu le message du Hezbollah. Le parti chiite est bien décidé à maintenir son contrôle sur les affaires du pays et notamment sur la décision d’engager ou non le combat contre Israël.
    La classe politique est impuissante face au Hezbollah et les Libanais l’ont bien compris
    Les autres partis politiques, chrétiens, sunnites ou druzes, sont impuissants et divisés face au Hezbollah. Et ça, la population libanaise l’a bien compris. C’est pourquoi, il faut s’attendre qu’une forte proportion de la population non-chiite du Liban poursuive son mouvement sous le slogan « kulloun yani kulloun » (« Tous ça veut dire tous ») – sous-entendu « démission de tous les hommes politiques libanais, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah inclus ».
    Ce mouvement, qui s’enorgueillissait d’être multiconfessionnel ou plus exactement aconfessionnel, est devenu aujourd’hui un mouvement d’opposition à la classe politique, et notamment aux partis chiites. Fini l’aconfessionnalisme !
    Le Hezbollah – une machine de guerre, pas une force de maintien de l’ordre
    Que peut faire le Hezbollah face à un mouvement de masse ? Le mouvement chiite n’est pas organisé pour affronter une population civile. Ce serait un désastre en termes de nombre de morts et une fracture définitive dans le pays. Le Hezbollah a les armes pour affronter l’armée israélienne, voire sur des miliciens de partis adverses, comme cela a déjà été le cas à Beyrouth en 2010.  Il n’est pas adapté pour tirer sur une foule, sur des femmes et des enfants.
    C’est pourquoi, on n’a assisté jusqu’ici qu’à de timides bastonnades de la part de quelques centaines de miliciens du Hezbollah. Mais, même vêtus de noir et armés de bâtons, ils n’ont pas vraiment dissuadé les manifestants de renoncer à leur mouvement, bien au contraire. Et ce, d’autant plus que l’armée est très vite intervenue contre le Hezbollah pour ramener l’ordre.
    A quoi va-t-on désormais assister ?
    A une reprise en main par le Hezbollah des quartiers où il est traditionnellement fort : la banlieue sud de Beyrouth et le sud Liban. Il n’y aura plus de manifestations à Tyr ou Nabatiyeh.
    Partout ailleurs, le mouvement va se poursuivre et peut être s’intensifier avec le risque que des affrontements sérieux aient lieu dans les zones de friction sunnite-chiite traditionnelles (Tripoli, Bekaa, Hermel, certains quartiers de Beyrouth).
    Mais tant que l’armée restera unie et s’interposera, comme elle l’a fait ces derniers jours, le pire devrait être évité.
    L’armée ne peut rien faire, cependant, pour mettre un terme à la crise politique qui s’est désormais installée dans le pays du Cèdre et qui risque bien de durer, durer. Car cette fois-ci, contrairement aux crises politiques précédentes, il y a un troisième partenaire à inclure aux tractations : le peuple.