Hashed al-Chaabi

  • Irak: L'armée irakienne lance une opération contre Daech dans la province de Diyala

    Imprimer

    L'armée irakienne a lancé une opération militaire contre l'organisation islamiste Daech dans la province de Diyala (est), selon une source sécuritaire.

    L'opération se déroule avec la participation de l'armée, de la police et du Hashd al-Chaabi, une coalition de milices chiites pro-iraniennes intégrée aux forces de sécurité irakiennes. 

    L'opération se déroule avec la participation de l'armée de l'air à la périphérie du district de Jalawla, au nord-est de Diyala, après que des mouvements des éléments de l'Etat islamique aient été repérés dans la région.

  • L'Iran appelle l'Irak à identifier les auteurs des attaques anti-américaines

    Imprimer

    zarif Mohammad Javad.jpgL'Iran a appelé samedi l'Irak à "identifier les auteurs" des récentes attaques contre l'ambassade des Etats-Unis et des intérêts occidentaux sur son territoire, estimant qu'elles avaient pour but de perturber les relations irano-irakiennes.

    Des roquettes avaient été tirées lundi 22 février en direction de l'ambassade américaine dans la capitale irakienne mais étaient tombées à proximité. Il s'agissait de la troisième attaque contre des intérêts occidentaux en Irak en une semaine.

    "Nous soulignons la nécessité pour le gouvernement irakien d'identifier les auteurs de ces incidents", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarifs (photo), dans un communiqué publié sur le site du ministère. "Les dernières attaques sont suspectes et pourraient avoir été planifiées avec l'objectif de porter atteinte aux relations irano-irakiennes et à la stabilité de" l'Irak, a affirmé M. Zarif.

    Le chef de la diplomatie iranienne s'est entretenu samedi avec son homologue irakien Fouad Hussein, en visite à Téhéran, au lendemain de raids américains visant des miliciens pro-iraniens dans l'est de la Syrie, près de la frontière avec l'Irak.

    M. Zarif "a condamné l'attaque américaine contre les forces irakiennes dans les zones frontalières" irako-syriennes, des attaques jugées "illégales" et en "violation de la souveraineté" du pays. Les Etats-Unis ont fait savoir que l'Iran serait tenu "responsable des actions de ses affidés qui attaquent des Américains" en Irak.

    Les tirs de roquettes à Bagdad en début de semaine n'ont pas été revendiqués mais Washington les a attribués au Kataëb Hezbollah, une faction membre de la coalition de paramilitaires pro-Iraniens de la puissante coalition de milices chiites Hashd al-Chaabi, intégrée à l'armée irakienne depuis des mois.

    Ennemis jurés, la République islamique d'Iran et les Etats-Unis sont deux puissances agissantes en Irak. Ces raids interviennent dans un contexte de tensions entre Washington et Téhéran sur le programme nucléaire iranien et la perspective de négociations pour relancer l'accord de 2015 censé l'encadrer.

  • Irak : L'armée de l'air américaine attaque des milices pro-iraniennes à la frontière syro-irakienne

    Imprimer

    L'armée américaine a lancé des frappes aériennes sur des positions de milices pro-iraniennes dans l'est de la Syrie. Les raids aériens ont été réalisés en représailles au bombardement de cibles américaines, a déclaré le porte-parole du Pentagone, John Kirby. Selon un haut responsable du ministère de la défense U.S., les raids ont été menés par deux F15-E Strike Eagles qui ont largué sept JDAM de 250 kg sur 7 cibles. Toutes les bombes ont atteint leurs cibles.

    Il a ajouté que les frappes avaient été ordonnées par le président américain Joe Biden "en réponse aux récentes attaques contre le personnel militaire américain et de la coalition en Irak, et à la menace continue pesant sur ces troupes".

    Les frappes ont pris pour cible le secteur de la base Imam Ali, dans la région de la ville syrienne de Boukamal, à la frontière syro-irakienne. Les infrastructures de la base sont  notamment utilisées par les milices Kataëb Hezbollah et les brigades Sayyid al-Shuhada qui font partie du Hashd al-Chaabi, la coalition de groupes para-militaires principalement chiites et pro-iraniens. A noter que le Hashd al-Chaabi est intégré à l'armée irakienne. Les frappes ont également pris pour cible un passage utilisé par les milices pour déplacer des armes et d'autres marchandises à travers la frontière.

    Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a précisé que les frappes avaient été menées avec le soutien des autorités irakiennes, qui ont fourni des informations de renseignement.

    Sayed Rahi Al-Sharifi.jpegL'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté qu'au moins trois camions chargés d'armes et de munitions avaient été détruits et qu'au moins 17 combattants des milices irakiennes pro-iraniennes avaient été tués au cours des frappes américaines dans l'est de la Syrie. Photo du combattant chiite irakien pro-iranien Sayed Rahi Al-Sharifi, tué au cours des bombardements.

    Les milices pro-iraniennes ne reconnaissent qu'un mort et plusieurs blessés légers. Les médias iraniens affirment que les milices avaient été informées à l'avance et évacué leurs positions, ce qui explique, selon eux, le faible nombre de victimes.

    Les autorités syriennes ont confirmé les frappes aériennes, sans fournir d'informations sur les pertes.

    De son côté, Le ministère russe des Affaires étrangères a condamné les actions des États-Unis en Syrie. A noter que le Pentagone avait informé Israéliens et Russes que des frappes aériennes allaient être menées, quelques minutes avant qu'elles n'aient lieu.

    EvJn3uiWQAA-tes.jpeg

    EvHGJWoXAAQyE0a.jpeg

  • Irak : Des combattants de la milice chiite Al-Nujaba tuent le gouverneur et le grand mufti de l'Etat islamique à al-Tarmiya (Nord de Bagdad)

    Imprimer

    Des  combattants du Mouvement chiite al-Nujaba, formant la 12e brigade du Hashd al-Chaabi (une coalition de groupes paramilitaires chiites et pro-iraniens), ont mené une attaque surprise contre un repaire  de l'Etat islamique dans le nord de Bagdad, tuant le gouverneur et le grand mufti de Daech et arrêtant plusieurs terroristes.

    Selon le Centre de communication et des affaires médiatiques d'al-Nujaba en Iran, des combattants irakiens ont attaqué un repaire de Daech dans la région d'al-Tarmiyah au nord de Bagdad lors d'une opération surprise, dimanche 21 février, tuant le gouverneur et le grand mufti de Daech. dans la région et arrêté certains membres clés de ce groupe terroriste.

    La 12e brigade des forces du Hashd al-Chaabi, auxquelles appartient  le mouvement al-Nujaba, est entrée dans la zone samedi matin, a commencé à identifier et à poursuivre les restes de Daech et a détruit un nombre important de caches terroristes au cours d'une offensive nocturne.

    Les affrontements de samedi soir et dimanche matin ont conduit à un échange de tirs à grande échelle entre les deux parties, avec un grand nombre d'attaques à la roquette.

    Selon le rapport, al-Tarmiyah est désormais sous le contrôle des forces spéciales d'al-Nujaba, et l'opération de déblocage des pièges à explosifs, ainsi que la poursuite des terroristes fuyant vers les zones résidentielles et les fermes, se poursuivent.

    La prise de contrôle de la localité d'al-Tarmiya est importante car c'est de cette région que les jihadistes de l'Etat islamique menaçaient la capitale irakienne.
    41ae83fb758d021af1f231c02ecf520c_153.jpg9d6a35813990f960500f0cf9b99e6410_580.jpg

  • Irak : les Forces de mobilisation populaire se déploient dans la région de Sinjar

    Imprimer

    Les Forces de mobilisation populaire (Hashd al-Chaabi), une coalition de paramilitaires chiites et pro-iraniens, se déploient dans la région de Sinjar, dans la province de Ninive, malgré le fait qu'un accord conclu entre Bagdad et Erbil (Kurdistan) oblige ces factions paramilitaires à quitter la région.

    Dans un communiqué, le Hashd al-Chaabi a déclaré :: "La formation de la force Sinjar, le troisième régiment des Forces de mobilisation populaire, a renforcé aujourd'hui vendredi son déploiement dans le district de responsabilité au sud du district de Sinjar dans le gouvernorat de Ninive, sous la direction de la défense de Ninive des Forces de mobilisation populaire. "

    Le communiqué ajoute que "le déploiement vise à renforcer les forces déjà stationnées pour assurer la sécurité et la stabilité dans la région et à sécuriser le secteur sud en vue du retour des déplacés dans leurs zones de résidence".

    Le déploiement de renforts du Hashd al-Chaabi contrevient aux termes de l'accord entre Bagdad et la région du Kurdistan concernant la normalisation des conditions dans le district de Sinjar.

    L'accord conclu le 9 octobre 2020, prévoit le retrait des groupes armés affiliés au Parti des travailleurs  du Kurdistan (PKK) et des factions de la mobilisation populaire Hasd al-Chaabi).

    Bagdad dit avoir commencé à mettre en œuvre l'accord depuis le début du mois de décembre dernier en déployant les forces du gouvernement fédéral et en retirant les groupes paramilitaires.

    Cependant, le gouvernement régional du Kurdistan affirme que l'accord n'a pas encore été mis en œuvre et que la présence continue des combattants PKK et des Forces de mobilisation populaire (Hashd al)Chaabi) est l'obstacle le plus important à la mise en œuvre de l'accord et à l'établissement de la stabilité de la région. en vue du retour de milliers de personnes déplacées.

    Lien permanent Catégories : Erbil, Hashed al-Chaabi, IRAK, KURDISTAN, PKK, Sinjar 0 commentaire
  • Irak : Sept morts dans des combats entre l'Etat islamique et forces de l'ordre

    Imprimer

    Au moins sept combattants ont été tués dans des affrontements, samedi 20 février, au nord de Bagdad entre des membres de l'Etat islamique (Daech) et les forces de sécurité lors d'un raid contre l'organisation islamiste radicale.

    "Nous avons reçu des informations selon lesquelles l'Etat islamique tenait une réunion dans une maison pour planifier des attaques et des attentats suicide dans la capitale Bagdad", a déclaré à des journalistes le général Ahmad Salem, chef du commandement des opérations de Bagdad.

    Une force conjointe des forces de la 54e BDE, 6e Division de l'armée irakienne, et de combattants tribaux loyalistes a attaqué, sur la base de renseignements, un repaire de jihadistes situé à Basateen al-Tabi, district de Tarmiyah, dans les plaines de Tarmiyah, selon un communiqué de l'armée. Les affrontements qui ont suivi ont tué cinq jihadistes et deux membres des tribus loyalistes. Après un ratissage des lieux, le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi est arrivé sur place et a rencontré de hauts commandants militaires.

    Le raid est intervenu près d'un mois après que deux kamikazes aient tué plus de 30 personnes sur une place bondée de Bagdad, l'attaque la plus sanglante  dans la capitale irakienne en trois ans. Les kamikazes s'étaient infiltrés à Bagdad depuis le nord et l'Etat islamique avait revendiqué l'attaque. Quelques jours plus tard, plus de 10 combattants du Hashd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires chiites intégrés à l'Etat, étaient tués dans une embuscade de l'Etat islamique, également au nord de la capitale.

    Depuis, les forces de sécurité ont intensifié leurs efforts pour traquer au nord de Bagdad les cellules dormantes de l'Etat islamique. Le Premier ministre a annoncé le 28 janvier l'élimination d'Abou Yasser al-Issaoui, présenté comme le dirigeant en Irak du groupe jihadiste. Début février, les forces de sécurité ont tué un autre chef de l'Etat islamique qui, selon elles, avait aidé à transporter les deux kamikazes à Bagdad.

    Par ailleurs, On a appris, samedi 20 février, qu'un membre important du Kataëb Hezbollah avait été tué par l'explosion d'une bombe artisanale dans la province de Babel. La milice Kataëb Hezbollah, affilie à l'Iran, est très présente dans le gouvernorat de Babel. 

    Fin 2017, l'Irak avait annoncé sa "victoire" face à l'Etat islamique après avoir chassé les jihadistes de tous les bastions urbains du pays. Dans leur guerre de trois ans contre les jihadistes, les forces irakiennes ont reçu l'aide cruciale de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Les attaques de l'Etat islamique dans les zones urbaines ont considérablement diminué depuis lors, mais les troupes irakiennes continuent de combattre des cellules dormantes dans les zones montagneuses et désertiques.

  • Irak: 3 membres des Forces de mobilisation populaire (Hashd al-Chaabi) tués dans une attaque de l'Etat islamique

    Imprimer

    Le Hashd al-Chaabi (coalition de groupes paramilitaires majoritairement chiites et pro-iraniens) a déclaré que  "les forces de la 28e brigade ont repoussé, mercredi soir, une attaque terroriste lancée par les restes de l'Etat islamique dans le nord du district de Khanaqin dans le gouvernorat de Diyala. Elles ont réussi à vaincre les éléments et terroristes et les ont forcé à fuir. "

    Le Hashd al)Chaabi a ajouté: "L'attaque terroriste a entraîné la mort de trois combattants pendant la confrontation et en a blessé cinq autres."

    Mercredi soir, des éléments de l'Etat islamique ont lancé une attaque contre un poste de sécurité de la 28e brigade des forces de mobilisation populaire, à 28 km au nord de Khanaqin. Les terroristes ont fait usage d'armes moyennes.