Harutyunyan Jalal (MoD)

  • Nagorny-Karabakh: la bataille de Chouchi

    Imprimer

    Les combats entre Arméniens et Azéris ont atteint les environs de la ville de Chouchi, point stratégique et symbolique de la guerre.

    Dans une allocution publique dans la soirée du 29 octobre, Arayik Harutyunyan, le président de la République d'Artsakh, le nom officiel de la république autoproclamée du Haut-Karabakh, a pris la parole depuis Chouchi et a déclaré que les forces azerbaïdjanaises se trouvaient à cinq kilomètres de la ville.

    "Le principal objectif de l'ennemi est de capturer Chouchi", a déclaré Harutyunyan. "Comme on dit, quiconque contrôle Chouchi contrôle le Karabakh", a-t-il répété.

    "Les prochains jours seront décisifs", a-t-il poursuivi. «C'est pourquoi nous devons nous unir, pourquoi nous devons nous battre, pourquoi nous devons punir l'ennemi. Pour cela, il faut au plus vite venir combattre au Karabakh ».

    Les propos d'Harutyunyan étaient inhabituellement francs et son évaluation a été rapidement modifiée par le porte-parole du ministère arménien de la Défense, qui a déclaré que les forces azerbaïdjanaises étaient à plus de sept kilomètres. "Fondamentalement, il a appelé les gens à défendre leur patrie, ce qui est normal", a déclaré le porte-parole de la défense arménienne Artsrun Hovhannisyan.

    Les forces azerbaïdjanaises avancent régulièrement vers l'ouest le long d'une longue bande de terre à la frontière sud du territoire avec l'Iran, auparavant contrôlée par les Arméniens. Elles semblent prêtes à tourner vers le nord, vers Choucihi et la capitale Stepanakert.

    "L'offensive azerbaïdjanaise s'éloigne de son objectif précédent qui était le couloir de Lachin, la dernière voie vitale de communication entre le Karabakh et l'Arménie. Les forces azerbaïdjanaises semblent préparer un assaut contre cette ville stratégique de Chouchi", a Richard Giragosian, responsable du centre d'études régional du groupe de réflexion d'Erevan, dans une analyse publiée à la presse le 30 octobre.

    Ce sera cependant un terrain beaucoup plus difficile à conquérir, car entre le territoire nouvellement contrôlé de l’Azerbaïdjan et ce couloir se trouvent des montagnes boisées, et non la plaine plate que les forces azerbaïdjanaises ont déjà réussi à conquérir.

    « S'ils parviennent à [capturer Chouchi] en quelques jours, ce qui n'est pas facile, ce n'est peut-être pas la fin de la guerre, mais une catastrophe pour les Arméniens », a expliqué Alexander Iskandaryan, directeur du groupe de réflexion du Caucase Institute d'Erevan, dans une interview avec Eurasianet. « Si ce n'est pas le cas, que peuvent-ils faire à partir de là ? Dans les combats au sol, ils ne sont pas aussi efficaces qu'ils le sont avec l'artillerie et l'aviation ».

    Chouchi est perché sur une hauteur presque imprenable. Sa conquête par les Arméniens en 1992 avait été la bataille décisive de la première guerre avec l'Azerbaïdjan. La hauteur imposante qu'occupe la ville a permis aux forces azerbaïdjanaises, tant qu'elles l'ont, de bombarder facilement la capitale voisine de Stepanakert.

    « La couverture aérienne est essentielle, mais des lignes d'approvisionnement trop longues ne permettent qu'une campagne méthodique et lente, avec un timing plus précis pour prendre Chouchi tenant compte de la taille et du rythme des progrès azerbaïdjanais », a écrit Giragosian.

    Les Azéris considèrent la ville - qu'ils appellent Shusha - leur capitale historique du Karabakh, et le président Ilham Aliyev a de plus en plus parlé de la reprise de la ville comme l'une des cibles clés de l'offensive actuelle. Dans une interview accordée le 16 octobre à la télévision turque, Aliyev a déclaré que "sans Shusha, notre cause sera inachevée".

    Zaur Shiriyev, un analyste de l'International Crisis Group basé à Bakou, a écrit sur Twitter q '"il n'est pas clair si la conquête de Choucha est un objectif militaire ou politique".

    "L'offensive militaire indique qu'il s'agit toujours d'un objectif, mais tout le monde sait que cela coûtera cher", a ajouté Shiriyev. « Même avant la guerre, il était admis que l'attitude des Azéris envers tout futur accord de paix dépendait dans une large mesure du retour des Azéris à Choucha. L'incapacité de retourner à Choucha est perçue comme la preuve que l'Azerbaïdjan ne peut pas se garantir une paix digne par des moyens pacifiques ».

    La conquête de Chouchi pourrait être destinée à créer «une victoire politique symbolique, nécessaire pour [les Azéris] retourner à la diplomatie», a écrit Giragosian.

    L'Arménie et l'Azerbaïdjan se disputent le Haut-Karabakh depuis février 1988, lorsque la région, à majorité arménienne, a annoncé sa sécession de la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan. Au cours du conflit armé de 1991-94, l'Azerbaïdjan a perdu le contrôle du Haut-Karabakh et de sept régions adjacentes. Des négociations pour un règlement pacifique du conflit sont en cours depuis 1992 dans le cadre du Groupe de l'OSCE de Minsk, dirigé par trois coprésidents, la Russie, les États-Unis et la France.

    Les Arméniens mènent une opération de commandos contre les forces spéciales azerbaïdjanaises
    Les forces arméniennes affirment avoir mené une opération de commandos qui a permis d'infliger de lourdes pertes (morts et blessés) à une colonne des forces spéciales azerbaïdjanaises près de Tagavard.
    Une vidéo a été mise en ligne pour soutenir la revendication. On voit trois jeeps blindées détruites.


    De même, Quatre soldats arméniens ont pénétré derrière les lignes ennemies et détruit un peloton entier de mortiers. Ils ont pris des documents importants et des armes avant de rejoindre leurs lignes. 
    Voir la vidéo

    De son côté, les forces azerbaïdjanaises revendiquent l'élimination de tireurs d'élite arméniens
    Le ministère de la Défense de l'Azerbaïdjan a revendiqué l'élimination d'un groupe de tireurs d'élite des forces armées arméniennes , qui s'apprêtait à tirer en direction de Gubadli.
    "L'armée azerbaïdjanaise a lancé des frappes sur la zone défensive du 543e régiment des forces armées arméniennes. À la suite de ces frappes, un groupe de tireurs d'élite se préparant à opérer dans la direction de Gubadli a été éliminé", a indiqué le service de presse du ministère de la Défense.

    Vidéo côté arménien
    Sur le front :


    Vidéo -côté azerbaïdjanais
    Activité des drones Bayraktar TB2





  • Nagorny-Karabakh : Poursuite des combats entre Arméniens et Azerbaïdjanais

    Imprimer

    Le cessez-le-feu parrainé par les États-Unis dans le Haut-Karabakh n'a pas tenu. L'Arménie et l'Azerbaïdjan continuent de s'affronter et de pulbier des déclarations victorieuses.

    Le 27 octobre, des sources azerbaïdjanaises ont diffusé une vidéo censée montrer la mort du ministre de la défense du Haut Karabakh, le général de corps d'armée Jalal Harutyunyan, lors de l'attaque d'un drone dans la région du Haut-Karabakh.

    Les dirigeants du Karabakh ont démenti la mort du général Harutyunyan mais ont tout de même nommé Mikael Arzumanyan nouveau ministre de la défense de la république autoproclamée. Alors que des sources arméniennes affirment que M. Harutyunyan retournera bientôt à son poste, cette décision laisse peser un doute sur le sort du général Harutyunyan .

    Mardi 27 octobre au soir, le ministère arménien de la défense a publié une carte montrant sa version de la situation dans la région contestée. Il confirme par cette carte que les forces arméniennes ont perdu presque tout le sud du Haut-Karabakh et que les forces azerbaïdjanaises sont proches du corridor de Lachin, une voie d'approvisionnement vitale de l'Arménie vers le Haut-Karabakh. Il est intéressant de noter que les Arméniens continuent de prétendre que la ville de Hadrut est entre leurs mains. Selon eux, de petites "unités ennemies" atteignent la ville, prennent des photos puis repartent.

    La télévision Al-Hadath a également diffusé une vidéo montrant des combattants syriens pro-turcs, capturés par les soldats arméniens, ce qui confirme de manière indubitable la présence de membres de groupes de rebelles syriens pro-turcs dans la zone de conflit. Maintenant, il y a non seulement des preuves visuelles confirmant la présence de membres de groupes de militants soutenus par la Turquie dans la zone de conflit, mais aussi des militants syriens capturés par les forces arméniennes sur place.

    Malgré les affirmations de l'Azerbaïdjan selon lesquelles il soutient le cessez-le-feu, ses forces continuent leur avancée dans la région. Leur principal objectif est le corridor de Latchin. En fait, elles ont déjà bombardé la route de ravitaillement avec des lance-roquettes et de l'artillerie à partir de leurs positions situées entre 12 et 14 km du corridor. Les forces arméniennes tentent de repousser les troupes azerbaïdjanaises, mais elles n'ont guère eu de succès pour l'instant.

    Vingt civils tués par un tir de missile arménien, selon Bakou
    L'Azerbaïdjan a accusé mercredi l'Arménie d'avoir tué 20 civils dans des tirs de missiles ayant visé la région de Barda, une ville azerbaïdjanaise proche du Nagorny Karabakh, Erevan ayant immédiatement démenti ces affirmations.

    "Quatorze civils pacifiques (20 selon un dernier bilan) ont été tués et plus de 40 blessés", a indiqué le bureau du procureur général d'Azerbaïdjan. Le ministère arménien de la Défense a dénoncé de son côté des accusations "fausses et infondées".

    De leur côté, les Arméniens accusent l'Azerbaïdjan d'avoir bombardé la localité de Chouchi tuant un civil et en blessant deux autres. Ils accusent également leurs ennemis d'avoir bombardé une maternité (photo ci-dessous- dans la ville de Stepanakert.

    Maternité.jpeg

    Les forces azerbaïdjanaises ont pris le dessus sur les forces arméniennes
    Après un mois de guerre, le bloc turco-azerbaïdjanais continue de garder l'initiative dans le conflit et d'exploiter son avantage en matière de puissance aérienne, d'artillerie, d'équipement militaire et de personnel. Les jours à venir montreront si Ankara et Bakou sont capables ou non de porter un coup dévastateur aux forces arméniennes au Karabakh. Si les forces arméniennes repoussent l'attaque sur le corridor de  Lachin, elles auront la possibilité de survivre en attendant que  la "communauté internationale" fasse pression sur la Turquie et l'Azerbaïdjan pour les forcer à arrêter leur offensive. Dans le cas contraire, l'issue de la guerre sera catastrophique pour les Arméniens du Haut Karabakh.

    2020:10:28.jpgVidéo - côté arménien
    Bombardement de positions azerbaïdjanaises :