Hariri Bahia

  • Liban : Un journaliste anti-Hezbollah porté disparu réapparait lors d'une manifestation contre sa disparition

    Imprimer

    Des activistes ont appelé à un rassemblement lundi matin devant le Palais de justice à Beyrouth pour demander des informations sur le sort d’un journaliste anti-Hezbollah, Rabih Tleiss, qui serait porté disparu
     
    Selon plusieurs militants, le jeune homme, qui travaille à Sawt Beirut International, un média réputé proche de Baha' Hariri, frère du Premier ministre désigné Saad Hariri, n’a plus donné signe de vie depuis jeudi soir.

    « Cela fait plusieurs jours que Rabih Tleiss a disparu », a affirmé l’activiste et blogueur Gino Reaïdy sur son compte Twitter. « Rabih est connu pour soutenir la Thawra et c’est lui qui est derrière l’histoire du nitrate d’ammonium dans l’usine dans une zone résidentielle de la banlieue-sud, démentie par le Hezbollah », a-t-il ajouté.
     
    Plusieurs parmi les connaissances du jeune journaliste ont affirmé qu’il leur avait dit avoir été menacé avant sa disparition.

     Il y a un mois, Rabih Tleiss avait publié des images/vidéos montrant du nitrate d'ammonium dans une usine de missiles du Hezbollah.
     
    Dernier développement
    Le journaliste Rabih Tleiss est bizarrement réapparu lors d'une manifestation contre sa disparition. Le Hezbollah a décidé de le poursuivre.
     

  • Liban : Le Mossad a-t-il tenté de déstabiliser le Liban pour le compte de l'Arabie saoudite?

    Imprimer
    Liban 
    Mossad
    Le Mossad a-t-il tenté de déstabiliser le Liban pour le compte de l'Arabie saoudite?  
    Un responsable de la sécurité libanaise a déclaré à la chaîne de télévision al-Mayadeen, le 11 novembre, que les forces de sécurité libanaises avaient arrêté un agent du Mossad (service de renseignement et des opérations spéciales) dans la ville libanaise de Saida. 
    Le responsable a révélé que la personne appréhendée était en train de surveiller le convoi de Bahia Hariri, députée libanaise et sœur aînée du Premier ministre démissionnaire,  Saad al-Hariri.
    Rappelons que Saad Hariri a démissionné le 4 novembre, alors qu'il se trouvait à Riyad, en Arabie saoudite, prétextant que le Hezbollah, la milice chiite libanaise, et l'Iran avaient l'intention d'attenter à sa vie. 
    Selon al-Mayadeen TV, l'agent du Mossad, un Libanais âgé de 60 ans, travaillait comme chauffeur de taxi. Le responsable de la sécurité libanaise aurait également expliqué à al-Mayadeen TV que l'agent israélien tentait de recruter des personnes pour établir une cellule du Mossad à Saia afin de mener des "attaques terroristes".
    Le ministère libanais de l'intérieur a démenti les allégations de Mayadeen TV mais... 
    Le ministère libanais de l'Intérieur a démenti les allégations de la chaîne télévisée al-Mayadeen dans une déclaration officielle et mis en garde contre la diffusion de fausses rumeurs. 
    Cependant, le site officiel du ministre libanais de l'Intérieur n'a pas mis en ligne de déclarations officielles réfutant les revendications d'al-Mayadeen.
    Il est possible que seule une version papier de la déclaration du ministère de l'intérieur ait été diffusée aux médias libanais.
    La sécurité libanaise n'a pas démenti les informations d'al-Mayadeen 
    De son côté, la sécurité nationale libanaise, le principal service de renseignement libanais, qui a démantelé un réseau du Mossad il y a un mois, n'a pas démenti les allégations de la chaîne al-Mayadeen ou ne l'a pas encore fait. 
    Si les informations d'al-Mayadeen TV s'avèrent exactes, cela pourrait confirmer les accusations du Hezbollah, à savoir que l'Arabie saoudite tenterait de provoquer des tensions confessionnelles au Liban avec la contribution d'Israël, ou tout au moins du Mossad. Le Hezbollah et l'Iran auraient en effet été accusés d'avoir assassiné la sœur de Saad Hariri, ce qui aurait mis le feu à le rue sunnite, provoqué un conflit qui se serait vite internationalisé avec pour objectif l'élimination de la puissance armée du Hezbollah.

    Jean René Belliard