Harakat al-Abdal

  • Syrie : Les forces iraniennes se retirent du point de passage de Boukamal, fuyant Daech et les raids israéliens

    Imprimer

    Des sources syriennes ont affirmé que les forces iraniennes et leurs milices affiliées soutenant les forces du président Bashar Al-Assad se sont retirées de Boukamal, à la frontière irako-syrienne.

    Selon ces sources,  les frappes américaines presque quotidiennes sur les forces iraniennes qui se trouvent à cet endroit sont à l'origine du retrait. Les avions américains et israéliens ont lancé des raids et des frappes quotidiennement sur les positions iraniennes. Par ailleurs,  il semble que le danger ait augmenté avec l'accélération du rythme des attaques menées  par les membres de l'Etat islamique dans le désert syrien. Les forces iraniennes ont donc décidé d'évacuer la zone. 

    Téhéran s'attend à ce que la fréquence des raids américains augmente encore après la victoire de Joe Biden, tout le monde s'attendant à ce que le nouveau président américain adopte un nouveau style et de nouvelles méthodes différents de la politique menée par Donald Trump dans le traitement du dossier syrien. On peut ajouter que Téhéran souhaite également présenter une image de «bonne volonté» vis)-à-vis du nouveau président américain.

    De son côté, le président américain Joe Biden aurait l'intention de revenir à l'accord nucléaire avec l'Iran, mais avec de nouvelles conditions concernant le dossier des missiles iraniens et la présence iranienne dans certains pays, dont la Syrie et l'Irak.

    L'Iran a eu du mal à faire pression sur Damas et Bagdad pour qu'ils ouvrent le poste frontière de Boukamal et c'est la raison pour laquelle il s'était empressé de prendre le contrôle de cette région frontalière pour faire passer son personnel et ses armes. 

    Comme on l'a déjà indiqué précédemment, les forces russes ont remplacé les forces iraniennes, tandis que le cinquième corps, soutenu par la Russie, a commencé à se déployer en plusieurs endroits sur la frontière syro-irakienne près de la ville de Boukamal.

    Les forces du Cinquième Corps ont pris le contrôle de plusieurs positions occupées jusqu'ici par les milices pro-iraniennes, telles que «Harakat Hezbollah al-Nujaba, le Hezbollah irakien et al-Abd», suite à  un accord russo-iranien dont les caractéristiques n'ont pas été clairement annoncées et dont la mise en oeuvre a commencé il y a une semaine avec l'ouverture d'un QG des forces russes dans la ville de Boukamal. Les forces russes occupent le bâtiment de l'hôtel touristique au centre de la ville de Boukamal, après plusieurs tentatives qui avaient été repoussées par les milices iraniennes qui contrôlent la ville.

  • Irak : Des militants kurdes syriens attaquent des Peshmergas (Kurdes irakiens) à partir du nord-est syrien 

    Imprimer

    Le ministère des Affaires Peshmergas du gouvernement régional du Kurdistan irakien (KRG) a annoncé le 16 décembre que ses forces avaient été attaquées par les Unités de protection du peuple (YPG).

    Le vice-ministre des Peshmergas, Sarbast Lazgin, a déclaré aux journalistes qu'un groupe de huit combattants des YPG avait tenté de se faufiler du nord-est de la Syrie vers le territoire du KRG tôt le matin. Les Peshmergas ont averti le groupe de Kurdes syriens de rebrousser chemin. Cependant, cinq des combattants syriens ont ignoré les avertissements des Kurdes irakiens

    Un peu plus tard, une position frontalière peshmerga dans la région, où la tentative d'infiltration a eu lieu, a été attaquée par 50 à 60 hommes armés venant du nord-est de la Syrie.

    Le nord-est de la Syrie est contrôlé par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis. Les YPG  (Kurdes syriens) constituent l'essentiel des Forces Démocratiques Syriennes.

    L'attaque contre les Peshmergas a été condamnée par le Premier ministre du KRG Masrour Barzani, qui l'a qualifiée d '«attaque non provoquée des YPG».

    «Il s'agit d'une violation claire et illégale du territoire de la région du Kurdistan et de l'autorité du gouvernement régional du Kurdistan», a déclaré Barzani. «Les YPG ne sont pas  autorisés à utiliser l'aide étrangère pour lancer des attaques sur notre territoire. Toute répétition porterait gravement atteinte à la sécurité régionale. »

    Barzani a appelé la coalition dirigée par les États-Unis à veiller à ce que les YPG ne lancent aucune nouvelle attaque contre les Peshmergas depuis la région du nord-est de la Syrie.

    Le commandant en chef des FDS, Mazloum Abdi, a qualifié l'attaque contre les Peshmergas de «honteuse», affirmant sur Twitter que toutes les attaques contre le KRG et les Peshmergas devaient cesser.

    Ce n'est pas le premier incident de ce genre. Deux jours plus tôt, un peshmerga avait été tué dans des affrontements avec des combattants du PKK,  dans la région d'Amedi, dans la province de Duhok.