Guerre de Transnistrie (1990-1992

  • Tansnitsrie : Série d'incidents anti-russes dans la république auto-proclamée de Transnistrie

    Imprimer

    Explosions dans le bâtiment du ministère de la Sécurité d'État en Pridnestrovié
    Le ministère de l'Intérieur de Transnistrie a signalé que vers 17 heures, lundi 25 avril, plusieurs explosions ont tonné dans le bâtiment du ministère de la Sécurité d'État à Tiraspol.

    "Les fenêtres des étages supérieurs ont été brisées. De la fumée s'échappe des locaux. Les abords sont bouclés par des policiers. Une équipe d'enquêteurs, des sapeurs, des pompiers, des médecins ambulanciers et des spécialistes d'autres services d'urgence sont sur place. Selon des informations préliminaires données, les tirs ont été effectués à l'aide d'un RPG (lance-grenades antichar portatif).

    Des antennes diffusant la radio russe ont explosé
    Le matin du 26 avril, deux explosions se sont produites dans un centre de télévision et de radio de la République transnistrienne non reconnue. De puissantes antennes diffusant la radio russe ont été détruites. Il n'y a pas eu de victimes.

    "Les forces de l'ordre et les services d'urgence de la Pridnestrovié ont été immédiatement envoyés sur les lieux. Les policiers de Grigoriopol ont bouclé le territoire du centre de radio et de télévision Mayak, les sapeurs du ministère de la Défense ont commencé à examiner tous les objets du PRTC", ont déclaré les séparatistes. 

    Le site moldave NewsMarker a écrit que le Bureau de la réintégration de la Moldavie estime que ce qui s'est passé est un prétexte pour créer des tensions dans la région de Transnistrie.

    Il y a quelques jours, le commandant adjoint du district militaire central, le général de division Rustam Minnekayev, a déclaré que l'objectif de la deuxième étape de "l'opération spéciale" était d'atteindre la Transnistrie. Selon lui, les russophones y sont également opprimés.

    Le défilé du 9 mai annulé en Transnistrie après des explosions
    Les autorités de la République autoproclamée de Transnistrie ont annoncé l'annulation du défilé en l'honneur du Jour de la Victoire, qui devait avoir lieu le 9 mai. Un niveau rouge de menace terroriste a été introduit sur tout le territoire de l'entité séparatiste.

    Dans la soirée du 25 avril, le ministère de la Sécurité d'État des séparatistes est bombardé à Tiraspol. Le matin du 26 avril, deux puissantes antennes ont explosé, assurant la diffusion de la radio russe. Après cela, la Pridnestrovié a signalé une attaque contre une unité militaire.

    Le chef des séparatistes, Vadim Krasnoselsky, a déclaré que dans la situation actuelle, de grands rassemblements de personnes dans des lieux désignés au niveau central pourraient être dangereux.

    La présidente moldave convoque le Conseil de sécurité
    Dans le cadre des événements en Transnistrie, la présidente moldave Maria Sandu a convoqué le Conseil de sécurité. Les autorités du pays affirment que le but des explosions était de créer un prétexte pour aggraver la situation.

    Armée moldave
    Les forces moldaves sont extrêmement faibles : Un peu plus de 5000 personnes d'active et 58000 de réserve. Elles n'ont jamais véritablement été modernisées.

    La république séparatiste pro-russe de Transnistrie
    La Transnistrie est l'une des nombreuses zones de conflit qui ont émergé après la chute de l'Union soviétique en 1991.

    Le nom « Transnistrie » vient de « Trans Dniester », en référence au fleuve Dniestr, qui forme la frontière naturelle entre la Moldavie et la république séparatiste. Ce fut la ligne de front de la guerre de 1990-1992 connue sous le nom de « guerre de Transnistrie » , entre les séparatistes pro-russes et les forces de police moldaves. Le conflit sanglant a éclaté, lorsque la région située à l'est du Dniestr a refusé de rejoindre la République de Moldavie nouvellement formée, luttant plutôt pour l'indépendance. Les dirigeants fidèles à Moscou, et vivant dans la région transnistrienne à l'est, refusaient toute réunification avec la Moldavie, conséquences d'un rattachement de la Moldavie avec la Roumanie. 

    La 14e armée russe est intervenue pour soutenir les séparatistes pro-russes, et depuis lors, elle est déployée en République de Moldavie.

    La guerre de Transnistrie s'est terminée par un cessez-le-feu en juillet 1992.

    La Transnistrie a une superficie de 4 163 km² et sa langue officielle est le moldave, suivi de l'ukrainien et du russe. Sa capitale et plus grande ville est Tiraspol.