Grenoble

  • France : Incidents sécuritaires

    Imprimer

    Grenoble. Deux blessés graves après une course-poursuite avec la police
    Ce samedi matin à 9h45, l'avenue Rhin et Danube à Grenoble a été le théâtre d'une course-poursuite entre une voiture et un véhicule de police. 

    Après un vol à la roulotte, les policiers ont cherché à rattraper les auteurs qui s'étaient enfuis en voiture. La course-poursuite s'est terminée par un accident. Le véhicule dans lequel se trouvaient un homme de 30 ans et une femme de 45 ans, a foncé sur le véhicule de police puis a fait plusieurs tonneaux. 

    Gravement blessés, les deux passagers ont été pris en charge par le SMUR sur les lieux de l'accident avant d'être transporté aux urgences du CHU de Grenoble.

    Manosque : Un policier légèrement blessé lors d'une course poursuite avec coups de feu
    La course-poursuite a débuté vendredi soir vers 21h30 près de l’hôpital Louis Raffalli de Manosque, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Une patrouille du Groupe de sécurité de proximité (GSP), spécialisée dans l’anti-criminalité, repère un véhicule suspect et tente de le contrôler. L’automobiliste prend alors la fuite, une première fois, dans les rues de Manosque avant d’être coincé par des travaux.

    Les trois policiers qui descendent de leur véhicule essayent alors de contrôler une seconde fois l’individu qui fonce sur les fonctionnaires. Percuté alors qu’il se trouvait derrière la portière de son véhicule, l’un des policiers est projeté dans un fossé. Il sera légèrement blessé à l’épaule. Les policiers tirent à au moins deux reprises en direction du suspect. Il s’agit d’un Marseillais, âgé de 41 ans. Ce dernier fait demi-tour et fait face une nouvelle fois aux forces de l’ordre qui tire, de nouveau, plusieurs coups de feu.

    Direction Marseille à 150km/h
    L’automobiliste quitte Manosque et s’engage ensuite sur l’autoroute A51 en heurtant la barrière de péage, avec visiblement un pneu crevé, et prend la fuite en roulant à 150 km/h en direction des Bouches-du-Rhône. Le conducteur est suivi jusqu’à Meyrargues, où il percute là encore la barrière de péage, puis se dirige vers Marseille, en direction de l’hôpital de la Timone, dans le 10e arrondissement. Un avis de recherche est diffusé. Le véhicule est repéré au niveau de la passerelle de Plombières, dans le 3e arrondissement. Un CRS tire de nouveau sur le véhicule qui s’échappe sur le boulevard Chave, dans le 5e arrondissement, les deux pneus éclatés, par les tirs des forces de l’ordre.

    L’homme est finalement interpellé et placé en garde à vue. Selon nos informations, de la cocaïne en faible quantité a été retrouvée dans son véhicule. Contrôlé positif, le fuyard, dont le permis de conduire avait été annulé, faisait l’objet d’un mandat d’arrêt pour une peine de prison de quelques mois, souligne une source proche du dossier.

    L’enquête judiciaire, ouverte pour refus d’obtempérer, violences avec arme par destination et usages de stupéfiants, a été confiée à la sureté urbaine départementale d’Aix-en-Provence. Elle vise également à déterminer si les policiers ont utilisé leur arme de service dans le cadre de la légitime défense. 

    Ouistreham. Des gendarmes caillassés par des migrants, l’un d’eux a dû tirer en l’air
    Nouvelles tensions entre migrants et gendarmes mobiles, vendredi 19 mars 2021, près du terminal ferry de Ouistreham (Calvados), au nord de Caen. Étant la cible de jets de pierre, les gendarmes mobiles se sont repliés vers la gare maritime . L’un d’eux a a dû tirer en l’air . Quatre militaires ont été légèrement blessés.
    Vidéo 1
    Vidéo 2

    Oyonnax : Violences urbaines  : voitures brûlées et tirs de mortiers d’artifice sur les policiers
    La soirée a été le théâtre de violences urbaines dans le quartier de la Plaine à Oyonnax. Vers 21 heures, de nombreux individus ont incendié une dizaine de conteneurs poubelles qui ont été placés sur la chaussée. Quatre voitures ont été incendiées selon des sources policières et un fonctionnaire a été blessé à un tibia durant les violences. Les forces de l’ordre ont affronté une cinquantaine d’émeutiers.

    Lors de leur intervention, les policiers ont été la cible de tirs de mortiers d’artifice comme il est possible de le voir sur plusieurs vidéos amateurs diffusées sur les réseaux sociaux. Sur l’une des séquences, un habitant excédé s’adresse aux policiers en hurlant : « Défoncez-les ! Défoncez-les ces gamins ! Il y en ras-le-bol ! ». « Je voulais juste regarder Koh-Lanta tranquille… Vraiment c’est Call of Oyonnax là », déplore un autre.

    Le calme est revenu vers 23h30 mais les sapeurs-pompiers ont été contraints d’intervenir à plusieurs reprises au cours de la nuit pour des incendies.

    La ville avait déjà été confrontée à des violences urbaines d’une plus grande intensité dans la nuit du 6 au 7 novembre 2020. Quatre policiers avaient été blessés, dont l’un qui s’était vu attribuer 30 jours d’Incapacité totale de travail (ITT).

    Verdun : Violences urbaines  : cocktails Molotov visant les policiers, mission locale et véhicules incendiés
    Longue nuit de violences urbaines pour les forces de l’ordre à Verdun. Tout a commencé vers 1 heure dans le quartier des Planchettes. Les policiers ont été attaqués par une dizaine d’individus utilisant « potentiellement des cocktails Molotov » a précisé le procureur de la République de Bar-le-Duc, Sofian Saboulard.

    Un peu plus tard, trois voitures ont été incendiées, tout comme le bâtiment de la Mission locale. Les sapeurs-pompiers ont été alertés mais la police leur a demandé de ne pas intervenir immédiatement : une dizaine d’individus encagoulés les attendaient, prêts à en découdre explique L’Est Républicain. Des renforts ont alors été sollicités par le chef de la circonscription de sécurité publique de Verdun.

    Six policiers et quatre gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) ont investi le quartier, notamment pour que les pompiers puissent éteindre l’incendie de la Mission locale.

    Une quinzaine de policiers supplémentaires sont arrivés sur place peu après. Les soldats du feu ont pu intervenir, après 4 heures du matin. « Le matériel informatique de la mission locale a été préservé » a indiqué le procureur de la République. Une enquête a été ouverte et les investigations ont été confiées aux commissariats de Bar-le-Duc et de Verdun.

    Un homme interpellé ce samedi matin
    Par ailleurs, un suspect a été interpellé ce samedi matin puis placé en garde à vue. Il y a quelques jours, il avait proféré des menaces visant un policier,. Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir pris part aux dégradations commises la nuit dernière.

    « Il s’agit incontestablement de représailles suite aux actions que nous menons sur certains secteurs. Oui, l’État de droit passera et ce ne sont pas des intimidations voire des menaces qui nous feront reculer. Je ne céderai pas, nous ne céderons pas ! », réagit le maire de Verdun, Samuel Hazard (DVG), sur Facebook.

    Des renforts envoyés sur place
    Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a demandé « que des renforts soient envoyés sur place dès aujourd’hui » et annonce également que « 7 policiers supplémentaires seront affectés à Verdun dès cette année ».

    Lien permanent Catégories : FRANCE, Grenoble, Manosque, Oyonnax, Verdun 0 commentaire