GRANDE BRETAGNE

  • Iran : Les "E3" déplorent les nouvelles violations de Téhéran

    Imprimer

    L'Allemagne, la France et le Royaume-Uni ont appelé lundi l'Iran à cesser de violer l'accord limitant ses activités nucléaires, avant une réunion des chefs de la diplomatie des trois pays européens signataires ("E3") du pacte de Vienne.

    Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a reçu à Berlin ses homologues français Jean-Yves Le Drian et britannique Dominic Raab, a déclaré une porte-parole du ministère. "Ensemble avec nos partenaires, nous appelons fermement l'Iran à cesser de violer l'accord et à remplir de nouveau totalement toutes ses obligations", a ajouté la porte-parole.

    L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a signalé mercredi dernier que des centrifugeuses d'un modèle interdit par l'accord de Vienne de 2015 avaient été mises en service par l'Iran sur le site d'enrichissement de Natanz. L'Allemagne, la France et le Royaume-Uni sont les trois pays européens signataires du Plan d'action global commun (JCPOA) dont les Etats-Unis se sont retirés en 2018 à l'initiative de Donald Trump.

  • Grande Bretagne : La police britannique arrête deux hommes soupçonnés de préparer une attaque terroriste

    Imprimer

    La police de Londres a arrêté deux hommes soupçonnés d'avoir planifié une attaque terroriste. Les deux individus, âgés de 34 ans, habitant dans l'est de la capitale britannique, ont été interpellés

    Devant le comportement suspecte des deux hommes dans une voiture, les policiers sont intervenus et ont fouillé le véhicule. La police n'a pas communiqué sur ce qu'elle avait trouvé et a simplement indiqué qu'elle menait une enquête plus approfondie.

    Le niveau de menace au Royaume-Uni a été relevé la semaine dernière en réponse aux attaques en France et en Autriche. La police demande aux Britanniques de rester vigilants et de signaler les situations suspectes.

    .

    Lien permanent Catégories : GRANDE BRETAGNE, Londres, Parlement 0 commentaire
  • Des milliers de militants $déployés par la Turquie pour aider l'Azerbaïdjan contre le Haut-Karabakh.

    Imprimer

    La Russie a admis qu'elle était préoccupée par leur présence dans le Caucase du Sud, et cela pourrait, en fait, être la ligne rouge franchie qui justifierait une intervention de Moscou dans le conflit.

    Le service russe de renseignement extérieur (SVR) a reçu des informations précises de diverses sources selon lesquelles des combattants terroristes, y compris ceux du Moyen-Orient, principalement de Syrie, participaient au conflit du Karabakh, a déclaré le chef du SVR de Russie, Sergei Naryshkin.

    Commentant une vidéo publiée par la partie arménienne sur un mercenaire syrien capturé au Karabakh, Naryshkin a noté que la Russie reçoit des informations de plusieurs pays sur le transfert de militants vers le Caucase du Sud.

    "Nous recevons ces données de plusieurs pays, de différentes sources et de nos divers partenaires, services partenaires au Moyen-Orient et au Proche-Orient", a expliqué le responsable du SVR.

    Répondant à la question sur la coopération du SVR avec les services spéciaux de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan, M. Naryshkin a indiqué qu'il existe un mécanisme d'interaction avec ces services.

    "Il existe un mécanisme de coopération qui fonctionne bien avec les services spéciaux, avec les services de renseignement de tous les pays de l'espace CEI, y compris le service de renseignement extérieur de l'Azerbaïdjan et la division du service de sécurité nationale de l'Arménie, une division qui est engagée dans des activités de renseignement", a-t-il déclaré.

    La question a également été posée d'une coopération des services spéciaux britanniques et turcs sur le Karabakh et de la manière dont ils coordonnent leurs actions.

    "Nous ressentons le travail du service de renseignement turc, nous voyons certains éléments de ce travail. En ce qui concerne les renseignements britanniques, je ne peux pas dire la même chose à propos des Britanniques", a répondu le chef du service de renseignement extérieur russe.

    Il a été rapporté précédemment que la Turquie avait transféré des mercenaires du nord de la Syrie vers l'Azerbaïdjan dans le but de les utiliser contre le Karabakh et l'Arménie.

    Cette information a été confirmée non seulement par les dirigeants arméniens et du Karabakh, les médias internationaux et les organisations étrangères de défense des droits de l'homme, mais aussi par des représentants des autorités syriennes, françaises, russes, américaines, etc. La France et la Russie ont exprimé leur inquiétude quant à l'implication de militants syriens dans les hostilités dans la zone du conflit du Karabakh.

    Selon les données officielles, les militaires de l'Armée de défense du Karabakh ont capturé deux mercenaires syriens qui combattaient au Karabakh du côté de l'Azerbaïdjan. Les deux mercenaires ont déjà été interrogés et arrêtés, et des poursuites pénales ont été engagées contre eux.

  • Grande Bretagne : Un islamiste qui se moquait de l'attaque de l'Arena, suggérant que c'était une "fake news", condamné à la prison pour avoir téléchargé une vidéo montrant comment fabriquer une bombe

    Imprimer

    Un extrémiste qui s'était moqué de l'attentat de l'Arena avait téléchargé une vidéo expliquant à des apprentis terroristes comment fabriquer une bombe mortelle.

    Ataubaq Taj, de Salford, est un partisan de l'État islamique.

    Il s'était moqué de l'attentat de l'Arena le lendemain même de l'attaque, et avait laissé entendre qu'il s'agissait d'une "fake news" et d'une conspiration du gouvernement.

    En avril 2019, il avait tenté de se rendre en Turquie. Quelques mois plus tard, en juillet, il était arrêté à son domicile d'alors, à Accrington.

    Lorsque la police est venue l'arrêter, elle a découvert une clé USB cachée dans sa chaussure prétendant qu'elle ne lui appartenait pas, qu'elle était tombée dans la chaussure par hasard..

    Il s'agissait d'un des nombreux éléments de nature extrémiste découverts lors de son interpellation.

    Le Crown Court de Manchester a été informé que Taj s'était "radicalisé" depuis 2010, date à laquelle il a été poursuivi pour un délit "raciste" d'ordre public.

    Il avait déclaré que "les bastards blancs avaient tous besoin d'être explosés" et que "les Juifs auraient leur compte".

    Un juge a déclaré que Taj possédait un "volume important" de publications terroristes, dont une vidéo "épouvantable" et "grotesque" qui donnait des instructions sur la manière de tuer quelqu'un avec un couteau et de fabriquer un engin explosif improvisé.

    Le procureur, Alistair Richardson, a déclaré que Taj avait fait preuve d'un "manque total de perspicacité ou d'acceptation", et a déclaré qu'il avait "des opinions extrêmes bien ancrées".

    Taj a été condamné pour possession d'un document susceptible d'être utile à une personne commettant ou préparant un acte de terrorisme.

    Il a été condamné à une peine de six ans, dont cinq ans de prison.

    Les deux tiers de sa peine doivent être purgés avant que la commission des libérations conditionnelles ne décide s'il peut être libéré.

    Le message concernant l'attentat à la bombe de l'Arena avait été publié sur WhatsApp le lendemain de l'attaque.

    Il a également publié un message exprimant des opinions extrêmes sur l'homosexualité.

    Lien permanent Catégories : GRANDE BRETAGNE, Manchester 0 commentaire
  • Grande Bretagne : Le niveau de menace terroriste passe de "significatif" à "grave"

    Imprimer

    Priti Patel.jpgEn Grande-Bretagne, le niveau de menace terroriste est passé de «significatif» à «grave», a annoncé le ministre de l'Intérieur Priti Patel (Photo ci-contre) sur Twitter .

    "Le Joint Terrorist Activity Analysis Center (JTAC) a changé le niveau de menace terroriste de" substantiel "à" grave ". Il s'agit d'une précaution non liée à une menace spécifique", a écrit Patel sur Twitter.

    Elle a exhorté le public à être vigilant et a demandé de signaler tous les cas suspects à la police.

    L'annonce de l'augmentation du niveau de menace fait suite aux attentats en France et en Autriche . Il est à noter qu'il y a exactement un an - le 4 novembre 2019 - le niveau de menace avait été rétrogradé de «grave» à «significatif».

  • Grande Bretagne : Un garde de sécurité n'a pas arrêté le terroriste au concert d'Ariana Grande «de peur d'être qualifié de raciste»

    Imprimer

    skynews-salman-hashem-abedi_4911169.jpg"J'avais un mauvais pressentiment, mais je ne l'ai pas approché de peur d'être qualifié de raciste." C'est ce qu'a déclaré un garde de sécurité qui était présent au concert d'Ariana Grande à Manchester le 22 mai 2017. Le terroriste Salman Abedi (photo de gauche ci-contre - photo de son frère à droite) s'est ensuite fait exploser à la sortie. Vingt-deux victimes innocentes ont été tuées, plus de huit cents ont également été blessées.

    Kyle Lawler a fait cette révélation lors d'une audience publique. Le jeune homme avait 18 ans au moment des faits. Il a raconté comment, à un moment donné, il s'est retrouvé à quatre mètres du terroriste.

    "Un spectateur pensait qu'il se comportait de manière suspecte, je ne savais pas vraiment quoi faire". Il poursuit : «Il est très difficile de définir un terroriste.... Je ne voulais pas que les gens pensent que je le jugeais en fonction de sa race. Si je m'était trompé, j'aurais été qualifié de raciste et j'aurais eu des ennuis. Alors je ne voulais certainement pas réagir de manière excessive.

    C'est un parent inquiet qui avait alerté le garde de la sécurité. Christopher Wild trouvait étrange que l'homme ait un si grand sac à dos et il en avait fait part au garde de la sécurité. Il avait également partagé ses inquiétudes avec un collègue de Lawler.

    «Mais je n'ai pas pu immédiatement sonner l'alarme», a déclaré le gardien Mohammed Agha. "Je n'avais pas d'émetteur à l'oreille et je me tenais à la sortie de secours, une position qui ne devrait jamais être laissée sans surveillance."

    Il a fallu huit minutes à Lawler pour arriver, mais il n'a pas non plus compris le message tout de suite. «Si quelqu'un parle à la radio, vous ne pouvez pas l'interrompre. C'est le protocole », lit-on dans la déclaration.

    Un temps précieux a ainsi été perdu. Le temps qu'Abedi a mis pour franchir le hall de la Manchester Arena et se fondre dans le public. Le concert venait de se termineret la salle était en train de se vider. Le terroriste avait un sourire sur son visage lorsqu'il s'est fait exploser.

    Il y avait un niveau élevé de terrorisme au Royaume-Uni à cette période, donc une attaque était probable. «J'étais naïf alors», conclut Lawler. "Vous voyez de telles choses se produire aux informations, mais vous ne pensez jamais que cela vous arrivera."

    L'audience doit durer jusqu'au printemps. L'objectif est d'avoir une meilleure vision des circonstances qui ont conduit au drame.

  • Le Royaume-Uni va interdire l'accès à ceux qui ont été condamnés dans l'Union européenne

    Imprimer

    Le Royaume-Uni veut interdire l'entrée sur son territoire aux ressortissants européens qui ont été condamnés à plus d'un an de prison. Cette interdiction prendra effet le 1er janvier, date à laquelle la règle de la libre circulation des personnes aura cessé avec le départ définitif du Royaume-Uni de l'Union européenne.

    Le gouvernement britannique a déclaré jeudi que la nouvelle règle faisait partie de son engagement en faveur d'un système de migration "plus ferme et plus juste" avec le Brexit, les citoyens européens relevant du même régime que les migrants non européens.

    "Actuellement, en vertu de la législation européenne, le Royaume-Uni a autorisé les délinquants européens à entrer dans le pays, alors qu'ils auraient autrement été arrêtés et expulsés", a déclaré le gouvernement britannique dans un communiqué. La nouvelle législation sera soumise à la Chambre des lords jeudi.

    "Pendant trop longtemps, les règles européennes nous ont obligés à laisser entrer dans les rues de dangereux criminels étrangers, qui abusent de nos valeurs et menacent notre mode de vie", a déclaré le ministre de l'Intérieur Priti Patel dans un communiqué. «Le Royaume-Uni sera plus sûr grâce à des contrôles aux frontières plus stricts et plus équitables, les délinquants étrangers étant soumis aux mêmes sanctions quelle que soit leur nationalité», a-t-elle ajouté. 

    Dans certains cas, les personnes condamnées à moins d'un an d'emprisonnement ou les contrevenants qui n'ont pas été condamnés à une peine d'emprisonnement peuvent également être renvoyés en vertu du projet de loi qui ne couvre pas les ressortissants européens déjà installés au Royaume-Uni s'ils y ont un permis de séjour. ont obtenu. 

    Problème de l'accès à la base de données après le Brexit
    L'annonce soulève des questions sur la manière dont le Royaume-Uni pourrait vérifier le passé criminel des migrants européens s'il perd l'accès aux bases de données européennes en l'absence d'accord avec l'UE en raison de la période de transition post-Brexit, qui prendra fin à la fin de 2020. "Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires européens", a déclaré jeudi à Sky News le secrétaire à la sécurité publique Kit Malthouse, soulignant que le Royaume-Uni restait membre d'Interpol.