Grand Ayatollah Ali al-Sistni

  • Visite papale en Irak

    Imprimer

    La deuxième journée du Pape en Irak a débuté par une rencontre historique entre le Grand Ayatollah Ali al-Sistani et Sa Sainteté le Pape François à Najaf.

    Le pape à Ur, ville natale d'Abraham
    Le pape François a de nouveau plaidé samedi 6 mars 2021 pour que "la liberté de conscience et la liberté religieuse soient respectées et reconnues partout", lors d'une prière oecuménique à Ur en Irak, ville natale d'Abraham, selon la tradition.

    "Ce sont des droits fondamentaux parce qu'ils rendent l'homme libre de contempler le Ciel pour lequel il a été créé", a ajouté le souverain pontife dans un pays musulman où les chrétiens -- 1% de la population -- se disent souvent victimes de discriminations. Il avait déjà lancé un appel similaire au Maroc, un autre pays musulman où il avait tenu à se rendre.

    Le pape prie pour la "paix" et l'"unité" au Moyen-Orient, "en particulier en Syrie"
    Il faut "cheminer du conflit à l'unité" dans "tout le Moyen-Orient" et "en particulier en Syrie, martyrisée", a plaidé le pape François lors d'une prière oecuménique à Ur
    .
    La veille lors d'une adresse aux autorités à Bagdad, le pape avait déjà mentionné la Syrie, où une révolte populaire a dégénéré en une guerre complexe il y a tout juste 10 ans.

    "La paix n'exige ni vainqueurs ni vaincus, mais des frères et des soeurs qui, malgré les incompréhensions et les blessures du passé, cheminent du conflit à l'unité", a dit le pape argentin, dans la plaine désertique d'Ur, où naquit et vécut Abraham, personnage de l'Ancien testament reconnu par les chrétiens, les musulmans et les juifs. "Demandons-le dans la prière pour tout le Moyen-Orient, je pense en particulier à la Syrie voisine, martyrisée", a-t-il ajouté. "Il est indigne, alors que nous sommes tous éprouvés par la crise de la pandémie, et surtout ici où les conflits ont causé tant de misère, que l'on pense avidement à ses propres affaires. Il n'y aura pas de paix sans partage et accueil, sans une justice qui assure équité et promotion pour tous, à commencer par les plus faibles. Il n'y aura pas de paix sans des peuples qui tendent la main à d'autres peuples", a commenté le souverain pontife. "Il nous revient, humanité d'aujourd'hui, et surtout à nous, croyants de toute religion, de convertir les instruments de haine en instruments de paix", a-t-il dit.

    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak
    Le pape François a  célébré samedi 6 mars 2021à Bagdad la première messe publique de son voyage en Irak devant une assemblée de fidèles et d'officiels clairsemée en raison de la pandémie de coronavirus.

    Avec cette messe papale inédite en Irak en l'église Saint Joseph dans le centre de Bagdad, le souverain pontife de 84 ans a prononcé sa première messe de rite oriental qui doit être traduite en arabe et en araméen.