Gouvernement de l'Est libyen

  • Libye : la route côtière entre Syrte et Misrata rouverte

    Imprimer

    La Libye a annoncé, vendredi 30 juillet, la réouverture de la principale route côtière du pays , qui relie les villes de Syrte et Misrata. L'initiative représente l'un des points clés de l'accord de cessez-le-feu, conclu le 23 octobre 2020, au sein du Comité militaire mixte 5 + 5, composé de délégués du Gouvernement d'entente nationale (GNA), de Tripoli, et de la Armée nationale libyenne (ANL). C'est le Comité, soutenu par les Nations Unies, qui a déclaré la réouverture de la route, fermée depuis 2019.

    La lenteur des progrès dans l'ouverture de la voie est le résultat des difficultés rencontrées sur la voie de la résolution du conflit libyen et de la réalisation d'un cessez-le-feu, d'un gouvernement d'union, de futures élections nationales et d'une série d'initiatives visant à unifier les institutions économiques. Malgré les difficultés et le scepticisme de beaucoup quant à l'issue des négociations, l'ouverture de la route signifie un gain de temps de 10 heures entre Tripoli et Benghazi. Au fil des ans, les Libyens ont été contraints d'emprunter des routes secondaires alternatives, dont certaines sont mauvaises, ce qui a entraîné un grand nombre d'accidents de la route.

    Le 8 juillet , le Conseil présidentiel libyen, en tant que commandant suprême de l'armée, avait demandé aux forces auparavant affiliées au gouvernement de Tripoli d'autoriser immédiatement la réouverture de la route côtière pour faciliter la circulation des biens et des personnes. Dans une lettre adressée à la salle des opérations à Syrte et al-Jufra, le Conseil avait exhorté cette dernière à repositionner ses forces et à collaborer avec les autres unités de sécurité impliquées, pour permettre la circulation dans les deux sens. La salle des opérations, de son côté, avait demandé le retrait de l'ANL de Haftar, ainsi que des mercenaires russes de la compagnie Wagner, avant de redéployer ses forces. 

    L'accord de réouverture de la route côtière comprend également certaines étapes préparatoires pour le retrait des combattants étrangers, une autre partie du pacte de cessez-le-feu conclu l'année dernière qui n'a pas encore été mis en œuvre. Selon ce qui a été établi dans l'accord du 23 octobre, ils auraient dû quitter le pays dans les 90 jours suivant la signature de l'accord, mais, à ce jour, cela ne s'est pas encore produit et il ne semble pas y avoir de mesures particulières à cet égard. "Le président est le seul à trancher sur la question des forces étrangères et des mercenaires dans le pays", a déclaré la présidente de la Chambre des représentants libyenne, Aguila Saleh., le 28 juillet, ajoutant qu'en ce moment, il y a aussi des difficultés dans l'unification de l'appareil militaire, précisément à cause de l'ingérence étrangère. Dans des déclarations diffusées à d'autres médias libyens, rapportées par al-Arabiya, c'est Saleh lui-même qui a déclaré que la Turquie continuait d'envoyer des armes et des mercenaires en Libye, considérant son comportement légitimé par les accords conclus avec le précédent gouvernement de Tripoli dirigé par Fayez al-Sarraj. .

    Ce qui s'est passé en Libye, d'abord le 5 février, avec la nomination des nouvelles autorités exécutives par le Forum de dialogue politique, puis, le 10 mars, avec le vote de confiance au gouvernement intérimaire, a représenté un moment « historique » qui, depuis le 15 février 2011, est le théâtre d'une crise persistante et d'une longue guerre civile. L'accord de cessez-le-feu, signé à Genève le 23 octobre 2020 dans le cadre du Comité militaire mixte 5+5, formé par des délégués des deux belligérants, le GNA et l'Armée Nationale Libyenne, a donné un nouvel élan à la voie politique nationale libyenne. Avant cette date, coexistaient à l'Ouest un gouvernement internationalement reconnu, le GNA, institué avec les accords de Skhirat du 17 décembre 2015, et à l'Est, un exécutif parallèle représenté par le Parlement (HoR).

  • Libye: les consultations se poursuivent, mais des "désaccords" éclatent

    Imprimer

    Les 75 représentants libyens, membres du Forum de dialogue politique, continuent de se consulter pour déterminer qui dirigera le pays dans la phase de transition. Cependant, les controverses et les désaccords ne manquent pas.

    Le cycle de négociations a commencé le 1er février et devrait durer jusqu'au 5 février. La réunion a lieu à Genève, sous les auspices des Nations Unies, et devrait conduire à la nomination d'un nouveau chef du Conseil présidentiel et d'un nouveau Premier ministre, en remplacement de celui qui occupe actuellement les deux bureaux, Fayez al-Sarraj . Cependant, comme le rapporte le journal al-Arabiya , il existe des "différends juridiques" impliquant certains candidats, dont le président de la Chambre des représentants de Tobrouk, Aguila Saleh, l'actuel ministre de l'Intérieur du Gouvernement d'accord national (GNA), Fathi Bashagha, et le ministre de la Défense, Salah al-Din al-Namroush, accusés par certains d'avoir violé certaines règles et réglementations.

    Comme l'explique le journal, parmi les 45 personnes qui ont présenté leur candidature au poste de Premier ministre ou parmi les dirigeants du Conseil présidentiel, 11 candidats occupent actuellement des postes politiques, judiciaires et militaires élevés et 5 candidats ont la double nationalité. À la lumière de cela, certains membres du Forum ont déclenché un débat, invoquant l'article 177 du règlement intérieur de la Chambre des représentants libyenne, qui établit qu'un membre de la Chambre, toujours en fonction, ne peut pas se porter candidat au poste de premier ministre ou de ministre. En outre, ceux qui possèdent la double nationalité, en vertu de la loi libyenne, ne peuvent pas occuper des postes  souverains, tout comme ceux qui travaillent dans l'armée ou dans la magistrature ne peuvent pas postuler à des postes similaires,

    À la lumière de cela, certains représentants du Forum ont demandé l'exclusion des candidats qui enfreignent ces règles, comme établi avec la feuille de route esquissée à Tunis. Cependant, certains juristes ont souligné que la candidature des personnalités dont l'exclusion est demandée, dont Saleh, al-Nimroush et Bashagha, s'inscrit dans le cadre d'un accord politique, qui n'est pas soumis aux règles précitées. Celles-ci, a-t-on précisé, s'appliquent en cas de candidature aux élections générales, tandis que les organes qui devraient être constitués avant le 5 février sont temporaires, en attendant ceux qui seront démocratiquement élus le 24 décembre 2021. En tout cas, il est demandé que les personnalités considérées responsables de "l'effusion de sang" provoquée par la crise libyenne soient exclues.

    De son côté, Aguila Saleh a déclaré, à l'ouverture du cycle, qu'il s'engagera à respecter les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et ce qui a été établi au cours des forums internationaux et du Forum de dialogue politique. Pour le président de la chambre de Tobrouk, les priorités sont l'unification des institutions et la réconciliation nationale. 

    L'Envoyée spéciale intérimaire de l'ONU, Stephanie Williams, a souligné à quel point les 75 représentants libyens ont beaucoup de travail à faire, mais en même temps ils ont une belle opportunité à saisir, ce qui pourrait permettre à la Libye d'avoir un gouvernement unitaire. Le but ultime est de mettre fin à la crise persistante qui caractérise le pays d'Afrique du Nord depuis le 15 février 2011, date du début de la révolution et de la guerre civile. L'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar, et le gouvernement de Tripoli (GNA), dirigé par le Premier ministre al-Sarraj, se sont affrontés sur les fronts de combat. L'accord de cessez-le-feu a été signé le 23 octobre 2020, lors d'une réunion du Comité militaire mixte 5 + 5, formé par des représentants des deux camps en guerre. Bien que des progrès aient été accomplis sur la voie politique, nous attendons le retrait des forces étrangères et des mercenaires, principalement turcs et russes, comme prévu par l'accord du 23 octobre.

  • Libye: annonce des candidats à la direction de l'exécutif de transition

    Imprimer

    La Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL ) a annoncé le 30 janvier qu'un comité d'examen composé de trois membres du Forum de dialogue politique libyen avait approuvé une liste de candidats pour diriger le gouvernement de transition qui conduirait la Libye aux élections prévues le 24 décembre 2021. Le Forum de dialogue politique libyen en Suisse se réunira donc du 1er au 5 février pour voter sur les candidats proposés.

    La MANUL a publié deux listes, la première contenant les 24 candidats au Conseil présidentiel et la seconde avec les 21 noms pour le poste de Premier ministre. Toutes les personnes indiquées se sont engagées à respecter la voie indiquée par le Forum de dialogue politique libyen pour amener le pays aux élections et, dans le cas où elles seraient choisies, à soumettre une déclaration des biens meubles et immeubles détenus en Libye et à l'étranger, y compris celles des conjoints et des enfants. Les candidats se sont alors engagés à ne pas se présenter aux élections à la fin de la période de transition.   

    Parmi les personnes nommées pour siéger au conseil présidentiel du nouvel exécutif figurent le président de la Chambre des représentants de Tobrouk, Aguila Saleh, et le ministre de la Défense du gouvernement d'accord national (GNA) de Tripoli, Saleh Namroush. Les candidats au poste de Premier ministre comprennent le ministre de l'Intérieur du GNA, Fathi Bashagha, et le vice-premier ministre du GNA, Ahmed Maiteeg.

     Le vote aura lieu en Suisse du 1er au 5 février prochain lors d'une réunion interactive au cours de laquelle la MANUL invitera les candidats à s'adresser aux 75 membres du Forum de dialogue politique pour présenter la manière dont ils entendent mettre en œuvre la voie tracée vers les élections et répondre aux les questions auxquelles ils seront soumis. L'exécutif qui résultera de ces votes sera composé du Conseil présidentiel, lui-même composé d'un président et de deux vice-présidents, et des bureaux du Premier ministre.

    Comme le rapporte Al-Arabiya , malgré les progrès réalisés par les dialogues promus par l'ONU, plusieurs personnalités libyennes ont exprimé des craintes que la compétition créée au niveau politique ne conduise à de nouveaux affrontements sur le terrain. 

    En ce moment, en Libye, il y a un cessez-le-feu convenu le 23 octobre dernier par les délégations libyennes de l'Armée nationale libyenne (ANL) et du GNA de Tripoli, réunies à Genève dans le cadre du Comité militaire mixte 5 + 5. Suite à cet accord, plusieurs initiatives ont été organisées pour parvenir à une solution politique au conflit et aux divisions en Libye, y compris la formation du Forum de dialogue politique qui rassemble les différentes composantes de la population libyenne sous l'égide de l'ONU.

    La Libye est le théâtre d'une longue guerre civile qui a débuté le 15 février 2011 qui a été suivie, en octobre de la même année, par la chute du régime dictatorial de Mouammar Kadhafi. Depuis cet événement, le pays n'a jamais réussi à réaliser une transition démocratique et, pour le moment, il voit, au niveau politique, la présence de deux administrations rivales, celle de la Chambre des représentants de Tobrouk (HoR), dirigée par Aguila Saleh, et que du GNA, dirigé par Fayez Al-Sarraj, et, sur le plan militaire, la confrontation des milices liées au GNA et l'Armée Nationale Libyenne (ANL), qui relève du général Khalifa Haftar.

    Le GNA d'al-Sarraj est le gouvernement officiellement reconnu par l'ONU en Libye, il est né le 17 décembre 2015 avec les accords de Skhirat, signé au Maroc puis expiré le 17 décembre 2017. Il est formellement soutenu par la Turquie, le Qatar et l'Italie. Les forces de l'ANL sont plutôt proches du gouvernement de Tobrouk qui contrôle l'est de la Libye et est dirigé par Aguila Saleh, et, au niveau international, elles sont soutenues par l'Égypte, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Jordanie, la Russie et, d'une façon plus discrète, par la France..

  • Libye : Le mécanisme de sélection d'un exécutif adopté, annonce l'ONU

    Imprimer

    Les participants au dialogue politique inter-libyen ont approuvé mardi le mécanisme de sélection de l'autorité exécutive intérimaire convenu à Genève pour assurer la transition d'ici aux élections prévues en décembre 2021, a annoncé l'ONU.
     
    Alors que le pays est divisé entre deux autorités rivales, les participants au Forum du dialogue politique libyen (FDPL) avaient trouvé mi-janvier un accord sur "une proposition de mécanisme de sélection d'une autorité exécutive unifiée", selon la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul). La mission onusienne a indiqué avoir organisé un vote lundi et mardi au cours duquel les membres du FDPL ont été invités à se prononcer sur cette proposition "qui est passée", 73% des 75 participants libyens du FDPL ayant voté en sa faveur.
     
    "Les Libyens ont désormais une réelle opportunité de dépasser leurs divergences et divisions, de choisir un gouvernement provisoire pour réunifier leurs institutions grâce aux élections nationales démocratiques tant attendues", a déclaré l'émissaire par intérim de l'ONU en Libye Stephanie Williams. "La Manul est en train de finaliser la procédure et les formulaires de nomination ainsi que le calendrier du processus de vote", selon la mission onusienne.
     
    Elle n'a pas fourni dans l'immédiat de détails sur la nature des postes de ceux qui seront désignés dans cet exécutif. Mi-novembre à Tunis, Mme Williams avait arraché auprès du FDLP un accord pour l'organisation d'élections "nationales" le 24 décembre 2021, mais pas sur la désignation de l'exécutif pour assurer la transition jusqu'au scrutin et sortir la Libye d'une grave crise politique qui perdure.
     
    La Libye est plongée dans le chaos depuis le soulèvement qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Depuis 2015, deux autorités s'y disputent le pouvoir, sur fond d'implications étrangères: le Gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli et reconnu par l'ONU, et une Chambre des Députés (HoR), réfugiée à Tobrouk et soutenue par le général Khalifa Haftar, homme fort de l'Est. Après l'échec de l'offensive lancée par le maréchal Haftar en avril 2019 pour s'emparer de Tripoli, les deux camps ont conclu un cessez-le-feu en octobre et retrouvé le chemin du dialogue, encouragés par l'ONU.

  • Libye : Une délégation égyptienne en visite à Tripoli, une première depuis 2014

    Imprimer

    Une délégation égyptienne a rencontré dimanche dans la capitale libyenne de hauts responsables du Gouvernement d'union nationale (GNA), une première depuis six ans alors que l'Egypte est considérée comme un soutien du camp rival à l'exécutif basé à Tripoli. Plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est dirigée depuis 2015 par deux autorités rivales: le GNA, reconnu par l'ONU et soutenu par la Turquie, et une assemblée (House of Representatives) basé à Tobrouk, soutenue par le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est du pays, assisté par la Russie, les Emirats arabes unis et l'Egypte.
     
    Le ministre libyen de l'Intérieur Fathi Bachagha a tenu "une réunion de haut niveau" avec la délégation égyptienne composée notamment du vice-directeur des services de renseignement, a annoncé son ministère dans un communiqué. A l'ordre du jour de cette visite, à laquelle assistait Imed Trabelsi, chef de l'Organe libyen de la Sûreté générale, "les moyens de renforcer la coopération sécuritaire" ainsi que "l'appui au cessez-le-feu", selon le ministère.
     
    Les camps rivaux libyens ont conclu un accord de cessez-le-feu en octobre dernier sous l'égide de l'ONU, mettant fin à plus d'un an de conflit déclenché par une offensive sur Tripoli des forces du maréchal Khalifa Haftar en avril 2019. Dimanche, les deux parties ont "examiné les conclusions de la commission militaire conjointe 5+5 en appui aux efforts déployés par l'ONU (...) pour une sortie de crise par des voies politiques et pacifiques", selon le communiqué.
     
    C'est la première visite d'une délégation officielle égyptienne à Tripoli depuis 2014, date à laquelle l'Egypte avait fermé son ambassade à Tripoli en raison de violences. La délégation égyptienne a également été reçue par le chef de la diplomatie libyenne Mohamad Taher Siala. Le but est de "normaliser les relations diplomatiques" entre Tripoli et Le Caire et d'évoquer "la coopération dans divers domaines", a précisé sur Twitter Mohamad Elgeblawi, porte-parole du ministère libyen des Affaires étrangères. Selon M. Elgeblawi, la délégation égyptienne s'est engagée à rouvrir l'ambassade égyptienne "le plus tôt possible" et rétablir les liaisons aériennes entre les deux capitales, interrompues depuis plusieurs années.
     
    Cette visite intervient après que Khalifa Haftar a menacé jeudi de "chasser l'occupant" turc en Libye, où Ankara a envoyé des troupes pour soutenir le GNA. Lors d'une visite samedi à Tripoli, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a lui promis de riposter à toute attaque contre les forces turques.

  • Libye : La Turquie menace de répondre à toute attaque de ses forces par l'Armée Nationale Libyenne de Haftar

    Imprimer

    La Turquie répondra à toute attaque de l'homme fort de l'Est de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar, contre ses forces présentes dans ce pays en guerre, a déclaré le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, lors d'une visite à Tripoli.
     
    "Le criminel de guerre, le meurtrier qu'est Haftar et ses forces doivent savoir qu'ils seront considérés comme des cibles légitimes en cas d'attaque contre les forces turques" qui soutiennent le Gouvernement d'union nationale (GNA) dans le conflit en Libye, a indiqué tard samedi le ministre, deux jours après des déclarations belliqueuses du maréchal à l'encontre d'Ankara. "S'ils franchissent ce pas, ils ne pourront trouver aucun endroit pour fuir (...) tout le monde devrait revenir à la raison", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.
     
    Le soutien militaire turc a permis aux forces pro-GNA de repousser et de mettre en échec en juin 2020 une offensive des pro-Haftar lancée en avril 2019 pour s'emparer de la capitale libyenne Tripoli. Le GNA, basé à Tripoli et reconnu par l'ONU, contrôle depuis l'ensemble du nord-ouest du pays. Jeudi, Khalifa Haftar avait appelé à "chasser l'occupant" turc. Il n'y aura "pas de paix en présence d'un colonisateur sur nos terres", a dit le maréchal libyen soutenu lui par la Russie et les Emirats arabes unis.
     
    Le même jour et à l'occasion du 69e anniversaire de l'indépendance du pays, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a appelé ses compatriotes à "tourner la page des désaccords pour aboutir à la stabilité".
     
    Malgré la multitude de séries de pourparlers interlibyens pour sortir le pays de la crise, rendues possibles par un cessez-le-feu signé en octobre sous l'égide de l'ONU et globalement respecté, les déclarations belliqueuses se multiplient. Au premier jour de sa visite à Tripoli samedi, le ministre turc a discuté avec des responsables libyens des moyens de riposter à une éventuelle nouvelle offensive de Haftar, selon un communiqué du Haut Conseil d'Etat (HCE, pro-GNA). "Ce qui compte c'est que tout le monde contribue à une solution politique. Toute autre action ne pourra qu'être mauvaise", a-t-il déclaré samedi soir.
     
    Le Parlement turc a adopté mardi une motion prolongeant de 18 mois l'autorisation de déployer des "militaires" en Libye.

  • Libye : Haftar appelle à reprendre les armes pour "chasser l'occupant" turc

    Imprimer

    Le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est de la Libye, a appelé ses forces à reprendre les armes pour "chasser l'occupant" turc, au moment où des pourparlers sont en cours pour sortir le pays de l'impasse.
     
    La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, et deux autorités s'y disputent le pouvoir : le Gouvernement d'union nationale (GNA) à Tripoli, reconnu par l'ONU et soutenu par la Turquie, et un pouvoir incarné par Khalifa Haftar, soutenu par la Russie et les Emirats arabes unis. Le soutien turc au GNA, notamment par l'envoi de conseillers militaires et de drones, lui a permis d'infliger une série de défaites aux portes de Tripoli aux forces du maréchal.
     
    "Nous devons rappeler aujourd'hui qu'il n'y aura pas de paix en présence d'un colonisateur sur notre terre", a lancé jeudi le maréchal en référence à Ankara, dont le Parlement a adopté cette semaine une motion prolongeant de 18 mois l'autorisation de déployer des militaires en Libye. "Nous allons donc reprendre les armes pour façonner notre paix de nos propres mains (...) et, puisque la Turquie rejette la paix et opte pour la guerre, préparez-vous à chasser l'occupant par la foi, la volonté et les armes", a-t-il dit dans un discours à l'occasion du 69e anniversaire de l'indépendance du pays. "Officiers et soldats, préparez-vous!", a-t-il martelé devant des centaines de militaires au garde-à-vous dans la cour d'une caserne à Benghazi (est).
     
    Au même moment, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, appelait depuis Tripoli ses compatriotes à "tourner la page des désaccords pour aboutir à la stabilité". Cela ne se fera que par "la solidarité entre forces politiques", a-t-il dit. Le chef du GNA s'est félicité des conclusions des pourparlers engagés sous l'égide des Nations unies, notamment l'organisation d'élections le 24 décembre 2021, "une opportunité historique qu'il ne faut pas laisser passer". Un cessez-le-feu signé en octobre sous l'égide de l'ONU et globalement respecté depuis a permis aux parties rivales de retourner à la table des négociations.

    Le ministre turc de la Défense effectue une visite surprise en Libye
    Samedi, le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, s'est rendu en Libye, accompagné du chef d'état-major et des commandants de l'armée.
     
    Plus tôt dans la journée, les médias libyens ont déclaré que le ministre turc de la Défense était arrivé dans la capitale, Tripoli, pour une visite inopinée, à la suite de l'ultimatum de quitter la Libye pacifiquement ou par la force du commandant de l'Armée nationale libyenne (ANL), le maréchal. Khalifa Haftar.
     
    Des sources libyennes ont déclaré qu'Akar avait changé de destination au dernier moment de la base aérienne d'Al-Watiyah à l'aéroport de Mitiga, ajoutant qu'il devait se rendre au collège militaire de la région d'Al-Hadba pour assister à une cérémonie militaire.
     
    Vendredi, le ministère turc de la Défense a annoncé que ses forces avaient organisé un entraînement pour que les membres des forces libyennes du gouvernement d'accord national s'entraînent avec des armes lourdes.
     
    Le ministère a indiqué, dans un communiqué, que ses forces «continuent de garantir la formation de l'armée libyenne dans le cadre de l'accord de formation, de coopération et de consultations militaires» signé entre Ankara et Tripoli.