Gouvernement d'unité nationale (GNA)

  • La Turquie recrute toujours des mercenaires pour combattre en Libye

    Imprimer

    La Turquie recrute toujours des militaires syriens pour combattre en Libye, a rapporté le 21 février l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Dans un rapport, l'OSDH a déclaré qu'Ankara continuait d'ignorer l'accord intra-libyen conclu le 23 octobre 2020. L'accord stipulait que tous les combattants étrangers devaient quitter le pays dans les trois mois. La date limite a pris fin le 23 janvier. Cependant, les miliciens syriens recrutés par la Turquie sont toujours en Libye.

    «Les mercenaires qui ont été envoyés par le gouvernement turc pour servir ses intérêts en Libye sont toujours là et leur retour est toujours suspendu», lit-on dans le rapport de l'OSDH. «Au contraire, il y a des opérations de recrutement continues à l'intérieur de la Syrie afin d'envoyer des militants en Libye.»

    Selon de récents rapports de l'OSDH, la Turquie a envoyé plus de 18 000 mercenaires syriens en Libye depuis 2019. Beaucoup sont rentrés. Cependant, des milliers sont toujours là.

    Les mercenaires syriens soutenus par la Turquie ont aidé les forces fidèles au Gouvernement d'Accord National (GNA) à repousser une attaque à grande échelle de l'armée nationale libyenne contre la capitale, Tripoli. De plus, ils ont pris part à une série d'attaques qui ont vu les forces gouvernementales capturer des zones clés du nord-ouest et de l'ouest de la Libye.

    La situation en Libye est actuellement stable. Le 5 février, le Forum de dialogue politique libyen a élu un nouveau Conseil présidentiel sous la supervision de l'ONU.

    Malgré les progrès récents du processus de paix libyen, la Turquie ne semble pas vouloir mettre un terme à son intervention dans le pays. Ankara souhaite établir des bases permanentes pour ses forces dans l'ouest de la Libye et sur ses côtes, selon plusieurs rapports.

  • Libye: les consultations se poursuivent, mais des "désaccords" éclatent

    Imprimer

    Les 75 représentants libyens, membres du Forum de dialogue politique, continuent de se consulter pour déterminer qui dirigera le pays dans la phase de transition. Cependant, les controverses et les désaccords ne manquent pas.

    Le cycle de négociations a commencé le 1er février et devrait durer jusqu'au 5 février. La réunion a lieu à Genève, sous les auspices des Nations Unies, et devrait conduire à la nomination d'un nouveau chef du Conseil présidentiel et d'un nouveau Premier ministre, en remplacement de celui qui occupe actuellement les deux bureaux, Fayez al-Sarraj . Cependant, comme le rapporte le journal al-Arabiya , il existe des "différends juridiques" impliquant certains candidats, dont le président de la Chambre des représentants de Tobrouk, Aguila Saleh, l'actuel ministre de l'Intérieur du Gouvernement d'accord national (GNA), Fathi Bashagha, et le ministre de la Défense, Salah al-Din al-Namroush, accusés par certains d'avoir violé certaines règles et réglementations.

    Comme l'explique le journal, parmi les 45 personnes qui ont présenté leur candidature au poste de Premier ministre ou parmi les dirigeants du Conseil présidentiel, 11 candidats occupent actuellement des postes politiques, judiciaires et militaires élevés et 5 candidats ont la double nationalité. À la lumière de cela, certains membres du Forum ont déclenché un débat, invoquant l'article 177 du règlement intérieur de la Chambre des représentants libyenne, qui établit qu'un membre de la Chambre, toujours en fonction, ne peut pas se porter candidat au poste de premier ministre ou de ministre. En outre, ceux qui possèdent la double nationalité, en vertu de la loi libyenne, ne peuvent pas occuper des postes  souverains, tout comme ceux qui travaillent dans l'armée ou dans la magistrature ne peuvent pas postuler à des postes similaires,

    À la lumière de cela, certains représentants du Forum ont demandé l'exclusion des candidats qui enfreignent ces règles, comme établi avec la feuille de route esquissée à Tunis. Cependant, certains juristes ont souligné que la candidature des personnalités dont l'exclusion est demandée, dont Saleh, al-Nimroush et Bashagha, s'inscrit dans le cadre d'un accord politique, qui n'est pas soumis aux règles précitées. Celles-ci, a-t-on précisé, s'appliquent en cas de candidature aux élections générales, tandis que les organes qui devraient être constitués avant le 5 février sont temporaires, en attendant ceux qui seront démocratiquement élus le 24 décembre 2021. En tout cas, il est demandé que les personnalités considérées responsables de "l'effusion de sang" provoquée par la crise libyenne soient exclues.

    De son côté, Aguila Saleh a déclaré, à l'ouverture du cycle, qu'il s'engagera à respecter les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et ce qui a été établi au cours des forums internationaux et du Forum de dialogue politique. Pour le président de la chambre de Tobrouk, les priorités sont l'unification des institutions et la réconciliation nationale. 

    L'Envoyée spéciale intérimaire de l'ONU, Stephanie Williams, a souligné à quel point les 75 représentants libyens ont beaucoup de travail à faire, mais en même temps ils ont une belle opportunité à saisir, ce qui pourrait permettre à la Libye d'avoir un gouvernement unitaire. Le but ultime est de mettre fin à la crise persistante qui caractérise le pays d'Afrique du Nord depuis le 15 février 2011, date du début de la révolution et de la guerre civile. L'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar, et le gouvernement de Tripoli (GNA), dirigé par le Premier ministre al-Sarraj, se sont affrontés sur les fronts de combat. L'accord de cessez-le-feu a été signé le 23 octobre 2020, lors d'une réunion du Comité militaire mixte 5 + 5, formé par des représentants des deux camps en guerre. Bien que des progrès aient été accomplis sur la voie politique, nous attendons le retrait des forces étrangères et des mercenaires, principalement turcs et russes, comme prévu par l'accord du 23 octobre.

  • Libye: annonce des candidats à la direction de l'exécutif de transition

    Imprimer

    La Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL ) a annoncé le 30 janvier qu'un comité d'examen composé de trois membres du Forum de dialogue politique libyen avait approuvé une liste de candidats pour diriger le gouvernement de transition qui conduirait la Libye aux élections prévues le 24 décembre 2021. Le Forum de dialogue politique libyen en Suisse se réunira donc du 1er au 5 février pour voter sur les candidats proposés.

    La MANUL a publié deux listes, la première contenant les 24 candidats au Conseil présidentiel et la seconde avec les 21 noms pour le poste de Premier ministre. Toutes les personnes indiquées se sont engagées à respecter la voie indiquée par le Forum de dialogue politique libyen pour amener le pays aux élections et, dans le cas où elles seraient choisies, à soumettre une déclaration des biens meubles et immeubles détenus en Libye et à l'étranger, y compris celles des conjoints et des enfants. Les candidats se sont alors engagés à ne pas se présenter aux élections à la fin de la période de transition.   

    Parmi les personnes nommées pour siéger au conseil présidentiel du nouvel exécutif figurent le président de la Chambre des représentants de Tobrouk, Aguila Saleh, et le ministre de la Défense du gouvernement d'accord national (GNA) de Tripoli, Saleh Namroush. Les candidats au poste de Premier ministre comprennent le ministre de l'Intérieur du GNA, Fathi Bashagha, et le vice-premier ministre du GNA, Ahmed Maiteeg.

     Le vote aura lieu en Suisse du 1er au 5 février prochain lors d'une réunion interactive au cours de laquelle la MANUL invitera les candidats à s'adresser aux 75 membres du Forum de dialogue politique pour présenter la manière dont ils entendent mettre en œuvre la voie tracée vers les élections et répondre aux les questions auxquelles ils seront soumis. L'exécutif qui résultera de ces votes sera composé du Conseil présidentiel, lui-même composé d'un président et de deux vice-présidents, et des bureaux du Premier ministre.

    Comme le rapporte Al-Arabiya , malgré les progrès réalisés par les dialogues promus par l'ONU, plusieurs personnalités libyennes ont exprimé des craintes que la compétition créée au niveau politique ne conduise à de nouveaux affrontements sur le terrain. 

    En ce moment, en Libye, il y a un cessez-le-feu convenu le 23 octobre dernier par les délégations libyennes de l'Armée nationale libyenne (ANL) et du GNA de Tripoli, réunies à Genève dans le cadre du Comité militaire mixte 5 + 5. Suite à cet accord, plusieurs initiatives ont été organisées pour parvenir à une solution politique au conflit et aux divisions en Libye, y compris la formation du Forum de dialogue politique qui rassemble les différentes composantes de la population libyenne sous l'égide de l'ONU.

    La Libye est le théâtre d'une longue guerre civile qui a débuté le 15 février 2011 qui a été suivie, en octobre de la même année, par la chute du régime dictatorial de Mouammar Kadhafi. Depuis cet événement, le pays n'a jamais réussi à réaliser une transition démocratique et, pour le moment, il voit, au niveau politique, la présence de deux administrations rivales, celle de la Chambre des représentants de Tobrouk (HoR), dirigée par Aguila Saleh, et que du GNA, dirigé par Fayez Al-Sarraj, et, sur le plan militaire, la confrontation des milices liées au GNA et l'Armée Nationale Libyenne (ANL), qui relève du général Khalifa Haftar.

    Le GNA d'al-Sarraj est le gouvernement officiellement reconnu par l'ONU en Libye, il est né le 17 décembre 2015 avec les accords de Skhirat, signé au Maroc puis expiré le 17 décembre 2017. Il est formellement soutenu par la Turquie, le Qatar et l'Italie. Les forces de l'ANL sont plutôt proches du gouvernement de Tobrouk qui contrôle l'est de la Libye et est dirigé par Aguila Saleh, et, au niveau international, elles sont soutenues par l'Égypte, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Jordanie, la Russie et, d'une façon plus discrète, par la France..

  • Libye : Affrontements à Tripoli entre milices affiliées au Gouvernement d'Accord National (GNA)

    Imprimer

    Des affrontements armés ont eu lieu jeudi 28 janvier entre membres de la sécurité du gouvernement d'accord national (GNA) dans la capitale libyenne Tripoli.

    Des témoins oculaires ont déclaré que les parties belligérantes avaient utilisé des armes lourdes et moyennes.

    L'affrontement a eu lieu entre la Force générale de sécurité et la Force spéciale de dissuasion dans le quartier Andalus, au centre de Tripoli.

    Aucune déclaration officielle n'a été faite par le gouvernement ou les organes de sécurité. Cependant, des sources ont révélé que les affrontements ont été provoqués par un différend entre des milices affiliées au GNA.

    Les affrontement ont eu lieu alors que le chef du GNA, Fayez Al-Sarraj, promettait de payer les soldes des forces combattantes et d'indemniser les blessés

    Il a fait cette promesse lors d'une réunion  avec des chefs militaires, des représentants de conseils de notables, des hommes d'affaires et la municipalité de Misrata.

    Parallèlement, la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a appelé mercredi à l'unification des autorités électorales du pays pour les élections au conseil municipal.

    Pendant ce temps, le processus politique libyen continue de progresser à travers le Forum de dialogue politique libyen (LPDF) pour garantir les conditions nécessaires à la tenue d'élections nationales le 24 décembre 2021.

    La Mission a exhorté toutes les parties prenantes, institutions et acteurs libyens impliqués dans les élections municipales, y compris la Chambre des représentants (HoR) basée à l'est, à soutenir et à faciliter la coopération entre les deux entités électorales de la capitale Tripoli et de la ville orientale de Benghazi, en tant qu'étape essentielle. vers l’unification des institutions libyennes.

  • Libye : Les Etats-Unis demandent le retrait immédiat des forces russes et turques de Libye

    Imprimer

    Les Etats-Unis "demandent à la Turquie et à la Russie de commencer immédiatement le retrait de leurs forces" de Libye, incluant militaires et mercenaires, a affirmé jeudi 28 janvier à l'ONU l'ambassadeur américain par intérim, Richard Mills.

    "Nous demandons à toutes les parties extérieures, incluant la Russie, la Turquie et les Emirats Arabes Unis, de respecter la souveraineté libyenne et de cesser immédiatement toutes les interventions militaires en Libye", a-t-il insisté lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur ce pays.

    Cette prise de position claire et ferme de la nouvelle administration américaine de Joe Biden tranche avec le flou qui a entouré ces dernières années la politique américaine de Donald Trump à l'égard de la Libye. Ce dernier avait ainsi semblé à un moment soutenir l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, aux dépens du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU et basé à Tripoli.

    "Conformément à l'accord de cessez-le-feu d'octobre, nous demandons à la Turquie et à la Russie d'entamer immédiatement le retrait de leurs forces du pays et le retrait des mercenaires étrangers et des substituts militaires, qu'ils ont recrutés, financés, déployés et soutenus en Libye", a souligné Richard Mills.

    En décembre, l'ONU avait estimé à environ 20.000 le nombre de mercenaires et militaires étrangers déployés auprès des deux camps rivaux. L'ONU avait aussi recensé 10 bases militaires totalement ou partiellement occupées par des forces étrangères dans le pays. En vertu d'un accord de cessez-le-feu conclu entre les belligérants le 23 octobre, les troupes étrangères et mercenaires devaient avoir quitté la Libye dans les trois mois. L'échéance, le 23 janvier, est passée sans aucun signe de retrait des mercenaires de Libye.

    Le maréchal Haftar est soutenu par les Emirats Arabes Unis, l'Egypte et la Russie, notamment via des mercenaires issus du groupe privé Wagner réputé proche du pouvoir russe, alors que le GNA est appuyé militairement par la Turquie et des rebelles syriens ayant été transférés de Syrie en Libye. Lors de la visioconférence du Conseil de sécurité, une très grande majorité de ses membres, dont l'Inde, le Royaume-Uni ou la Chine a aussi demandé le retrait des troupes étrangères et mercenaires de Libye et le respect de l'embargo sur les armes imposé au pays depuis 2011.

  • Libye: L'Algérie est prête à jouer un rôle plus important dans la crise libyenne

    Imprimer

    Le ministre algérien des Affaires étrangères , Sabri Boukadoum, s'est rendu à Tripoli le 27 janvier pour une rencontre avec son homologue de Tripoli, Mohamed Sayala, et le Premier ministre du gouvernement de Tripoli, Fayez al-Sarraj. Au centre des discussions, le rôle de l'Algérie dans la crise libyenne.

    La visite fait partie d'une tournée plus large, qui a vu le ministre algérien se rendre également en Angola, en Afrique du Sud et au Kenya. Lors de la rencontre bilatérale avec al-Sarraj, toujours Premier ministre du gouvernement libyen d'accord national (GNA) et chef du Conseil présidentiel libyen, Boukadoum a réitéré le soutien de son pays à la trajectoire politique libyenne vers les élections législatives et présidentielles prévues le 24 décembre 2021 et a déclaré que l'Algérie était prête à jouer un plus grand rôle dans les pourparlers visant à résoudre la crise libyenne et à apporter une plus grande stabilité au pays d'Afrique du Nord.

    Des déclarations similaires sont également intervenues au cours de conversations avec son homologue de Tripoli, Sayala. Le ministre algérien, lors des réunions qui ont également vu la présence d'autres responsables et représentants libyens, dont le chef du Haut Conseil d'Etat, Khaled al-Mishri, a ensuite déclaré que l'Algérie comptait "sur l'unité de la population libyenne" pour faire face avec l'ingérence d'acteurs extérieurs, mais qui, en tout cas, ne laissera pas la Libye seule. Au contraire, Alger est prête à soutenir la Libye, sur la base d'expériences similaires vécues par l'Algérie elle-même et à la lumière des bonnes relations établies avec toutes les parties libyennes impliquées dans la crise.

    Dans le même temps, les derniers développements sur la scène libyenne et les moyens de renforcer les liens de coopération bilatérale entre la Libye et l'Algérie dans des domaines définis comme "vitaux" ont été examinés. Par ailleurs, Alger s'est dit prête à rouvrir son ambassade à Tripoli, après une fermeture qui a duré sept ans, pour des raisons de sécurité. Al-Sarraj, pour sa part, a salué la visite du ministre algérien et les intentions du pays voisin, avec lequel il partage une frontière d'environ 1000 kilomètres.

    Dans ce contexte, le président de la Chambre des représentants de Tripoli, Hammouda Siyala, a remercié l'Algérie pour le rôle qu'elle continue de jouer en Libye, sur la base des relations de bon voisinage qui lient les deux pays, tout en soulignant la nécessité de tenir des élections capables de rétablir un rôle décisionnel pour le peuple libyen. A cet égard, Boukadoum a souligné que l'Algérie est favorable à une solution à la crise "intra-libyenne ", sans l'ingérence des parties extérieures, et a souligné la nécessité de parvenir à un accord politique précisément par le biais d'un dialogue intra-libyen., Capable de favoriser l'unification des institutions libyennes légitimes et, par conséquent, la garantie de l'unité du peuple libyen et de sa souveraineté sur les territoires libyens.

    L'Algérie, avec la Tunisie, a promu à plusieurs reprises une solution politique à la crise libyenne. À cet égard, une conversation téléphonique entre le  Premier ministre de Tripoli, al-Sarraj, et le chef de l'Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune , remonte au 30 septembre, dans laquelle la nécessité de mettre fin à toute forme d '"ingérence extérieure négative" dans les affaires internes libyennes et de favoriser un dialogue entre les différentes composantes libyennes, qui pourrait conduire à des élections législatives et présidentielles dans les plus brefs délais. De plus, c'est le président Tebboune lui-même qui a annoncé le  20 juillet 2020, le lancement d'une nouvelle initiative en collaboration avec la Tunisie, visant à tenter de résoudre le conflit libyen par la médiation de pays africains neutres. Selon la perspective algéro-tunisienne, la résolution de la guerre en Libye devait passer exclusivement par le dialogue. En ce sens, le président d'Alger avait souligné que l'avantage des deux pays porteurs de l'initiative était d'être à égale distance des parties en conflit.

    À ce jour, la Libye semble s'être engagée sur la voie de la transition démocratique souhaitée, sous l'égide des Nations Unies et de la Mission d'appui de la MANUL. Tout cela a été favorisé par l'accord de cessez-le-feu conclu le 23 octobre 2020 à Genève, lors d'une réunion du Comité militaire mixte 5 + 5, en présence de délégués des deux parties belligérantes, le GNA et l'Armée Nationale Libyenne  (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar. A court terme, il sera nécessaire de déterminer les membres des nouveaux organes exécutifs temporaires, le gouvernement unitaire et le conseil présidentiel, qui dirigeront la Libye jusqu'aux élections de décembre, ainsi que les «positions souveraines». 

  • Libye: les milices de Tripoli s'opposent aux résultats du Forum de dialogue politique

    Imprimer

    La «Force de protection de Tripoli» a publié une note dans laquelle elle rejetait les résultats obtenus par le Forum de dialogue politique concernant les mécanismes de nomination des futurs organes exécutifs temporaires.
     
    L'information a été donnée le 21 janvier par le quotidien al-Arab , faisant référence à une communication publiée la veille. La Force de protection de Tripoli est une coalition de groupes armés formée le 18 décembre 2018, à la suite de la fusion de quatre milices ralliées au gouvernement de Tripoli, également connu sous le nom de gouvernement d'accord national (GNA). La Force de protection de Tripoli est considérée parmi les plus importantes de la capitale libyenne et de la région de l'ouest. La dernière déclaration de cette coalition est intervenue après que la majorité des membres du Forum de dialogue politique ont voté en faveur du mécanisme proposé par l'ONU pour la formation du gouvernement et du Conseil présidentiel le 19 janvier. Ces deux organes temporaires devraient diriger la Libye pendant la période de transition, jusqu'aux élections du 24 décembre 2021.
     
    L'"attaque" de la Force de protection de Tripoli vise en particulier la Mission d'appui des Nations Unies (MANUL) et son envoyée intérimaire, Stephanie Williams, qu'elle accuse d'orienter la  politique libyenne vers des objectifs qui ne vont pas dans l'intérêt du pays, mais satisfont au contraire les intérêts d'un «petit cercle de partis qui ne pourront pas assurer la sécurité de la Libye». 
     
    La «déviation» commise, selon la Force de protection de Tripoli, est due à la «manière suspecte» dont les participants au Forum ont été choisis et à la manière dont les différentes propositions ont été présentées et votées. 
     
    L'ONU se défend en expliquant que son seul objectif est Pour le groupe de Tripoli,  d’instaurer la paix et la stabilité et de réaliser la transition démocratique souhaitée. 
     
    Selon certains analystes, l'opposition de la Force de protection de Tripoli au Forum de dialogue politique reflète une tentative plus large d'obstruer la voie politique et, surtout, d'empêcher la formation d'un gouvernement intérimaire qui aurait vraisemblablement son siège à Syrte et qui aurait la tâche conduire le pays aux élections. Les milices de Tripoli, rapporte al-Arab, craignent de perdre leur influence, notamment dans le cas d'un éventuel changement de siège du gouvernement.  
     
    Par ailleurs, selon les informations rapportées par le quotidien, la Turquie, alliée du GNA, jouerait également un rôle négatif, dû au fait qu'Ankara souhaite que l'actuel Premier ministre et chef du Conseil présidentiel, Fayez al-Sarraj, reste au pouvoir, afin de sauvegarder les accords signés le 27 novembre 2019 avec Tripoli, visant à intensifier la coopération dans le domaine de la sécurité et dans le secteur des activités maritimes dans la zone litigieuse de la Méditerranée orientale. Certains analystes émettent également l'hypothèse qu'Ankara chercherait à provoquer d'une manière ou d'une autre l'Armée Nationale Libyenne (ANL) dirigée par le général Khalifa Haftar, à entrer dans une nouvelle confrontation sur le terrain, afin d'élargir ou consolider les résultats obtenus pendant le précédent round.
     
    Stéphanie Williams, pour sa part, a déclaré que le consensus atteint d'abord le 16 janvier, à l'issue des pourparlers, puis le 19 janvier, date du vote sur le mécanisme, représentait une étape importante dans la voie politique libyenne vers la transition démocratique. Elle insiste pour que les parties poursuivent sur la feuille de route esquissée à Tunis en novembre 2020. La population libyenne  est face à une réelle opportunité de réunifier les institutions du pays, surmonter les divisions et les divergences internes. Cependant, selon le correspondant, il y a des "kleptocrates", des membres de la classe politique qui a dominé la scène libyenne pendant des années. Et ces "kleptocrates" tenteraient de préserver leur statu quo, ainsi que leurs intérêts personnels et c'est la raison pour laquelle ils tentent d'entraver le chemin vers les élections et, avant cela, le formation d'une autorité temporaire.