Ghazni (ville)

  • Afghanistan : Au moins 5 morts, dont 4 médecins, dans un attentat à Kaboul

    Imprimer
    Au moins cinq personnes, dont quatre médecins travaillant dans une prison où sont détenus des centaines de talibans, ont été tués mardi à Kaboul dans l'explosion d'une bombe placée sous leur voiture, a annoncé la police afghane.
     
    "Cinq personnes ont été tuées dans l'explosion et deux blessées", a indiqué le porte-parole de la police de Kaboul, Ferdaws Faramarz. Quatre des victimes sont des docteurs qui se rendaient à la prison de Pul-e-Charkhi, où ils travaillaient. Un passant a également été tué dans l'explosion d'une "bombe magnétique" fixée sous la voiture de ces médecins, dans un quartier du sud de la capitale, a-t-il précisé.
     
    Située en périphérie est de Kaboul, la prison de Pul-e-Charkhi abrite des centaines de combattants talibans et autres criminels.
     
    Depuis quelques mois, la capitale afghane est en proie à une recrudescence des violences en dépit des pourparlers de paix entre les talibans et le gouvernement en cours depuis septembre à Doha. Le groupe Etat Islamique (EI) a assumé la responsabilité ces dernières semaines de plusieurs attentats sanglants dans la capitale, dont ceux contre l'université et un autre centre éducatif, qui avaient fait près de 50 morts, ainsi que d'une récente série d'attaques à la roquette également meurtrières.
     
    Dimanche, 10 personnes ont été tuées et une cinquantaine blessées à Kaboul dans l'explosion d'une voiture piégée visant un député, Mohammad Wardak, qui a lui-même été blessé. 
     
    Plusieurs provinces connaissent aussi une hausse des violences, les talibans ayant mené récemment des attaques quasi-quotidiennes contre les forces gouvernementales, principalement dans les zones rurales. Les assassinats ciblés de journalistes, personnalités politiques et défenseurs des droits sont également devenus de plus en plus fréquents ces derniers mois en Afghanistan. Un troisième journaliste est mort en deux mois, mardi à Ghazni (est). Rahmatullah Nekzad a été tué près de chez lui en se rendant à la mosquée, par des hommes armés d'un pistolet muni d'un silencieux.
     
    Le gouvernement afghan accuse les talibans d'être à l'origine de ces attaques et meurtres souvent non revendiqués, et de chercher à peser ainsi sur les négociations à Doha, qui ont été suspendues jusqu'au 5 janvier.

    Découvertes de bombes et arrestation d'un terroriste
    Des agents de la police afghane et des services de renseignement (NDS)  ont arrêté un terroriste qui plantait des mines (IED) près de la ville de Pul-e-Alam, dans la province de Logar. Deux bombes destinées à être posées en bord de route ont également été saisies sur le détenu. 

    Ep0-i_YXMAEc7cw.jpeg

    Par ailleurs, l'unité de déminage de la police a découvert et désamorcé deux bombes (IED) placées en bord de route par des terroristes dans les provinces de Daikundi et Kunduz.
  • Afghanistan : Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée

    Imprimer

    L'armée afghane a abattu le taliban ayant planifié l'attaque du dimanche 29 novembre dans la province de Ghazni (est) contre une de ses bases qui a coûté la vie à au moins 30 soldats, a annoncé lundi le ministère de la Défense.

    "Le cerveau de l'attaque terroriste d'hier (dimanche) contre la base (de Ghazni) a été tué, aux côtés de sept autres terroristes" dans une frappe aérienne survenue dans la nuit de dimanche à lundi, a indiqué le ministère dans un communiqué.

    Dénommé Hamza Waziristani, cet homme était un taliban originaire du Waziristan, une région pakistanaise frontalière de l'Afghanistan, a précisé à l'AFP Fawad Aman, le porte-parole du ministère de la Défense.

    Cette attaque, menée par un kamikaze qui a foncé avec un Humvee bourré d'explosifs à l'intérieur de la base, est une des plus meurtrières ayant visé les forces afghanes ces derniers mois. Elle n'a pas été revendiquée par les talibans. Ceux-ci s'abstiennent en général d'endosser la responsabilité des attaques qu'ils sont accusés de mener à travers le pays.

    Les talibans ont arrêté de cibler les forces américaines dans le cadre de l'accord signé en février à Doha, au Qatar, avec les États-Unis. Mais ils n'ont cessé depuis d'intensifier leurs attaques contre les forces afghanes, surtout dans les zones rurales, malgré l'ouverture en septembre à Doha de pourparlers de paix avec le gouvernement afghan. Les autorités afghanes imputent la dégradation de la situation aux talibans, qui chercheraient ainsi à peser sur les négociations, pour lesquelles les progrès sont lents.

    Le groupe État islamique a également revendiqué ces dernières semaines des attaques sanglantes dans la capitale, dont celles contre l'université de Kaboul et un autre centre éducatif, qui ont fait au total plus de 50 morts. Dans le même temps, les troupes américaines continuent de quitter le pays. Washington s'est engagé à retirer toutes ses troupes d'Afghanistan d'ici mi-2021 en échange de garanties sécuritaires, aux termes de l'accord de Doha. Le Pentagone a annoncé mi-novembre le retrait de quelque 2.000 soldats d'Afghanistan d'ici au 15 janvier: cinq jours avant la prise de fonctions du président élu Joe Biden, il n'en restera alors plus que 2.500.

  • Afghanistan : Au moins 26 membres des forces de l'ordre tués dans un attentat-suicide

    Imprimer

    Un kamikaze a attaqué dimanche 29 novembre une base de l'armée, tuant 26membres du personnel de sécurité dans ce qui est l'une des attaques les plus meurtrières contre les forces afghanes ces derniers mois.

    L'attaque a eu lieu à la périphérie de la capitale de la province de Ghazni (est), qui a été le théâtre de fréquentes batailles entre les talibans et les forces gouvernementales.

    "Nous avons reçu 26 corps et 17 blessés pour l'instant. Tous sont des membres des forces de sécurité", a déclaré à l'AFP Baz Mohammad Hemat, directeur de l'hôpital de Ghazni. Selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur Tareq Arian, le kamikaze "a utilisé une voiture remplie d'explosifs", dans le district de Deh Yak, vers 7h30 du matin.

    Nasir Ahmad Faqiri, un membre du conseil provincial de Ghazni, a dénombré 26 victimes et 16 blessés, précisant que la cible était une base de l'armée afghane.

    L'attentat n'a pas été revendiqué pour l'instant, mais la province de Ghazni est le théâtre de combats sans relâche entre forces afghanes et talibans. S'ils ont arrêté de cibler les forces américaines dans le cadre de l'accord américano-taliban signé en février à Doha, les insurgés n'ont fait cependant qu'intensifier leurs violences contre les forces afghanes depuis.

    Lien permanent Catégories : AFGHANISTAN, Ghazni (ville) 0 commentaire
  • Afghanistan : L'explosion d'une voiture piégée fait 4 morts et 24 blessés dans la province de Kandahar

    Imprimer

    Une voiture piégée a explosé dans la deuxième plus grande ville d'Afghanistan, Kandahar, causant plusieurs morts, y compris parmi les civils, ont déclaré des sources locales à Spoutnik lundi.

    L'explosion s'est produite tard dimanche soir, ciblant le bataillon Shahra (Shahra Kandak) dans le district de Maiwand à Kandahar, ont déclaré des sources locales de sécurité à Spoutnik, ajoutant qu'il y avait plusieurs morts et blessés parmi le personnel militaire et les civils.

    Une source de l'hôpital Mirwais de Kandahar a indiqué que 24 personnes avaient été blessées par l'explosion, dont 13 officiers de police et 11 civils.

    La source a déclaré qu'il y avait au moins quatre morts : un enfant, deux femmes et un homme.

    L'explosion a détruit plusieurs magasins et maisons et certaines personnes pourraient encore se trouver sous les décombres.

    Jusqu'à présent, aucun groupe n'a assumé la responsabilité de l'explosion de la voiture piégée.

    Autres incidents sécuritaires : 

    8 talibans tués lors d'une opération dans la province de Baghlan
    Le ministère de la défense affirme que 8 talibans ont été tués dans la province de Baghlan.
    Le ministère a déclaré dans un communiqué de presse lundi 9 novembre que huit personnes avaient été tuées lors d'un raid aérien des forces de l'ANA sur un rassemblement de combattants talibans dans le district central de la province de Baghlan.

    Les talibans ont été pris pour cible dans des frappes aériennes par les forces de sécurité alors qu'ils prévoyaient d'attaquer des positions de l'armée, a déclaré le ministère de la défense dans un communiqué.

    Huit des militants ont été tués et sept autres ont été blessés lors de l'attaque aérienne des forces afghanes dans le district de Baghlan-e-Markazi

    8 civils tués dans un bombardement au mortier sur la ville de Ghazni
    D'autre part, une zone densément peuplée, le quartier de Nawabad dans la ville de Ghazni, a été frappée par trois obus de mortier des Talibans, tuant 8 femmes et enfants, ont confirmé aux médias des responsables locaux.

    Les Talibans pas près à la paix, affirme le vice-président afghan
    Le deuxième vice-président Sarwar Danesh, lors d'un événement à Kaboul lundi, a déclaré que les talibans constituaient le principal obstacle aux négociations de paix. Il a ajouté que les Talibans ne croient pas en une solution pacifique à la guerre en Afghanistan.

    Il a exhorté la prochaine administration américaine à revoir et réévaluer le processus et les accords de paix.

    L'attaque de l'université de Kaboul
    Toujours selon Amrullah Saleh, les attaquants de l'université de Kaboul "se sont fait exploser les mains" avec une grenade pour masquer leur identité, en supprimant leurs empreintes digitales.

     

  • Afghanistan : Neuf civils tués dans l'explosion d'une bombe au passage d'un car

    Imprimer

    Neuf personnes ont été tuées samedi par l'explosion d'une bombe au passage d'un car dans l'est de l'Afghanistan, ont annoncé des responsables locaux, qui accusent les talibans de ces attaques régulières.

    La bombe a explosé en matinée alors que le car se dirigeait de Kaboul vers Ghazni (est), a indiqué à l'AFP Waheedullah Jumazada, porte-parole du gouverneur de Ghazni. "Neuf civils, dont trois femmes, ont été tués dans l'explosion", a-t-il précisé. Quatre policiers ont également été blessés, selon le porte-parole de la police de Ghazni, Adam Khan Seerat, qui a accusé les talibans d'être responsables de l'attaque.

    La violence est montée d'un cran au cours des dernières semaines malgré des négociations de paix entre les talibans et le gouvernement afghan qui se déroulent au Qatar pour mettre fin à la violence dans le pays. L'émissaire américain pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, avait estimé cette semaine que les violences menaçaient le processus de paix.

    Vendredi, Amnesty International a indiqué qu'au moins 50 personnes avaient été tuées dans des attaques durant la semaine précédente, accusant les parties en conflit de ne pas protéger les civils. "Le monde doit réagir (..) Les civils afghans sont massacrés quotidiennement", a affirmé Omar Waraich, responsable d'Amnesty international en Asie du Sud. "La communauté internationale doit faire de la protection des civils une demande essentielle pour son soutien au processus de paix".

    Les autorités afghanes ont déjà été critiquées cette semaine après la mort de onze mineurs dans une frappe aérienne des forces gouvernementales contre une mosquée dans le nord-est du pays. Les autorités affirment que les tués étaient des combattants talibans.

    AFG_2019_Ghazni-880x551.png

  • Frontlive-chrono – Mercredi 22 mai 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-chrono le mercredi 22 mai 2019

    • Afghanistan : Incidents sécuritaires du 22 mai – Abonnés
    • Russie : Deux terroristes tués dans la région de Vladimir – Abonnés
    • Somalie: au moins 6 tués dans l’explosion d’une voiture piégée – Abonnés
    • Syrie : A nouveau des missiles tirés contre la base aérienne russe de Hmeimim – Abonnés
    • Syrie : Plus de 40 morts lors d’une contre-attaque jihadiste – Abonnés
    • Syrie: Un otage italien en Syrie libéré après 19 mois de détention – Abonnés